Porkkanalaatikko

En ce premier jour d’hiver, quoi de mieux que de savourer un bon plat de Finlande, le Porkkanalaatikko, qui signifie « Boîte de carottes ». Et pour cause derrière ce plat savoureux se cache un excellent moyen de faire aimer les carottes au plus grand nombre d’entre nous, petits et grands. Ce plat est un accompagnement souvent servit pendant la période des fêtes de Noël en Finlande. C’est une sorte de porridge gratinée qui ne contient pas de fromage, et nécessite très peu d’ingrédients, ce qui il me semble à son importance, surtout quand les placards sont presque vides ou que l’on a pas envie de passer autant de temps ( si ce n’est plus) à trouver les ingrédients qu’à les cuisiner. Il contient initialement des oeufs que j’ai remplacé par des graines de lin moulu additionnées d’un petit peu d’eau et le résultat est plus qu’excellent, et n’altère en rien le côté gratiné qui est attendu, il en va de même pour le riz que je remplace par du quinoa en flocons pour un apport en protéines végétales. Sans plus tarder, partons nous rapprocher du Père Noël avec ce mets à la fois nourrissant et pas trop lourd ( tout dépend de vos accompagnements évidemment).

Porkkanalaatikko

Les ingrédients pour 2 personnes:

  • 100g de flocons de quinoa
  • 40cl de lait d’amande
  • 6 belles carottes
  • 2 c à c de graines de lin moulues au préalable dans 3 c à s d’eau
  • sel, poivre

Après avoir épluché et coupé en 2 les carottes, faites les cuire dans de l’eau bouillante 20minutes, après quoi vous les rapperez. En parallèle faites bouillir de l’eau dans une casserole dans laquelle vous ajouterez votre quinoa, n’en mettez pas trop, le but est que le quinoa absorbe un maximum l’eau, donc juste 30cl devrait suffire pour 100g. Une fois l’eau absorbée, ajoutez le lait d’amande en mélangeant et que vous obteniez un porridge.

Mélangez les graines de lin moulues à l’eau que vous ajouterez à votre quinoa ainsi que les carottes, le sel et le poivre et mélangez le tout. Mettez ce mélange dans un plat à gratin et enfournez pour 35 minutes à 200C°. Le rendue doit ressembler à un gratin. Dégustez ce plat aussi surprenant que délicieux qui par sa richesse en carottes permettra de passer les fêtes dans la plus grande joie ( elles sont réputées pour rendre plus aimable non?;)), tout en ayant une super mine ;).

Très belle semaine de Noël.

Chloé

Curry vert

On reste au vert en ce dernier dimanche de l’avent avec le Curry vert qui nous viens de la Thaïlande. On est là dans une recette plutôt connue, mais je constate que bien souvent on retrouve le curry madras jaune un peu partout et beaucoup moins le vert, sachant qu’il existe des tas de curry, comme le curry violet, le curry noir,… Quoi qu’il en soit la couleur varie en fonction des aliments utilisés pour le préparer, de l’hibiscus pour le curry violet par exemple. En outre, ce classique permet d’infini variantes et s’inscrit dans un registre plutôt sain, n’oubliez pas que je déguste tout les plats, je ne peux pas m’envoyer du stollen ou de la tarte haupia tout le mois de décembre ;). La base est de préparer une pâte, le curry n’étant que l’assaisonnement dirons nous qui change tout dans un plat et qui est le plus souvent accompagné de riz. En plus de jouer sur le coté vert de la pâte de curry, qui se compose notamment de gingembre, j’opte pour tout un tas de légumes de saison vert, de quoi faire un repas bien riches en fibres, pas mal pour les fêtes,car assez simple à faire et complet vous pouvez l’accorder parfaitement avec une viande blanche, ils se consomme d’ailleurs souvent avec du poulet. Pour ma part il sera comme toujours végétalien et sans gluten. Dernière chose, utilisez du riz semi-complet toujours mieux pour un index glycémique plus bas.

Les ingrédients pour 2 personnes:

  • 1/2 bouquet de coriandre
  • 1/2 bouquet de basilic thaï ou à défaut du basilic tout court
  • 1 tige de citronnelle
  • 10 cm de racine de gingembre
  • 40cl de lait de coco
  • 1 citron vert
  • 1 poignée d’épinards frais
  • 1 branche de céleri
  • 1 courgette
  • Piment en poudre à votre guise ( si vous avez du piment vert frais, c’est parfait, car c’est ce qui colore le curry dans la recette traditionnelle, il vous suffit de le hacher et le mélanger à la pâte dans ce cas là, ce sera beaucoup plus épicé)
  • 1 gousse d’ail
  • 1/2 c à c huile de coco
  • sel, poivre

Après avoir effeuillez les herbes aromatiques, retirez la première peau de la citronnelle, mettez les dans un mixeur en y ajoutant le zeste de citron vert et son jus. Après cette première étape, rapez votre racine de gingembre pelée au préalable puis ajoutez là au mélange pour obtenir une pâte.

A côté de cela dans une poêle mettez vos épinards,votre céleri et votre courgette coupés dans un fond d’huile de coco 2/3 minutes, puis ajoutez-y votre curry et le lait de coco, laissez cuire pendant 15/20 minutes. En fin de cuisson, terminez par un trait de jus du citron restant, la poudre de piment, sel et poivre.

Servez avec un excellent riz thaï demi-complet et régalez vous avec cette version soft du curry vert qui conviendra en principe au plus grand nombre.

A demain, avec une recette dont je ne sais même pas si je pourrai prononcer le nom :).

Chloé

Stollen

De la légèreté en ce 13 décembre, enfin je parle de se faire plaisir avec des gourmandises, car la recette du jour n’est pas vraiment ce qu’on appelle légère, même si je la revisite un peu en ce sens, ça reste un Stollen costaud. Le Stollen ou Christstollen est un gâteau traditionnel allemand sous forme d’un gros pain brioché garni de fruits secs et confits et avec un coeur en pâte d’amande. On le consomme en général en ces périodes de fête en Allemagne et ailleurs, j’ai d’ailleurs constaté que j’en voyais partout en ce moment, ce qui m’a motivé à me pencher sur cette recette. C’est un mets assez ancien, qui est devenu au fil du temps un symbole chrétien, dont la forme rappellerait Jésus dans sa lange, bien qu’il soit fort probable (comme beaucoup de choses) que les premières origines soient païennes. Il peut se conserver plusieurs semaines, sachant que dans la recette traditionnelle il se bonifierait avec le temps et de ce fait serait élaboré 10 jours avant Noël, vous pouvez vous y mettre on est dans les temps 😉 ( je ne sais pas si le mien se bonifie avec le temps, il a été si vite mangé :)).

Pour revenir à ma version du Stollen, je voulais le rendre plus léger mais sans enlever l’essentiel à savoir: le rhum, les fruits secs et confits, la pâte d’amande. Du coup, j’ai opté pour une maitrise de l’index glycémique avec du sucre de coco dont la quantité est faible, et surtout je me suis aventurée à le faire sans gluten, et le résultat fût satisfaisant, donc voici la recette.

Coeur d’amandes

Les ingrédients:

  • 60g de fruits secs et confits, ici j’ai mis des oranges confites et des raisins secs sultanes
  • 1 c à s de rhum
  • 170g de farine de sarrasin
  • 80g de farine de riz demi-complet
  • 30g de poudre d’amandes
  • 10g de levure
  • 50g de purée d’amandes
  • 100g lait de riz
  • 20g sucre de coco
  • 1 c à c de cannelle en poudre
  • 1 c à c de gingembre en poudre
  • 50g de pâte d’amandes
  • 1 pincée de sel
  • Sucre glace
Stollen sans gluten

Dans un bol faites tremper les raisins secs et les oranges confites dans le rhum.

Dans 10cl d’eau délayez la levure que vous ajouterez à ce qui suit.

Mélangez le lait de riz avec la purée d’amande, ajoutez les farines, la poudre d’amande, le sucre de coco, les épices et une pincée de sel. C’est le moment de travailler la pâte, en la pétrissant quelques minutes. Couvrez la pâte et laissez reposez 1h30/2h. Vous pouvez allez faire un footing pendant ce temps là ;).

Ajoutez les fruits secs et confits macérées dans le rhum à la pâte, étalez-là. Roulez votre pâte d’amande entre vos mains et placez-là au centre de votre pâte. Rabattez la pâte autour de la pâte d’amandes et laissez à nouveau poser au moins une heure.

Après avoir préchauffé votre four à 180c°, enfournez le Stollen pour 30minutes. Une fois sortie, laissez-le refroidir et saupoudrez le plus ou moins généreusement de sucre glace.

Et maintenant, une infusion à la cannelle, une part de Stollen ( d’autant que vous avez fait un footing pendant la pause de la pâte, c’est mérité ;)) et c’est le bonheur de l’ambiance de Noël.

Bon dimanche,

Chloé

Töltött Karalàbé

Lundi 7 décembre nous partons en Hongrie découvrir un plat typique, le Töltött Karalàbé. Derrière ce nom peu familier, se cache simplement la traduction hongroise de ce qui se trouve derrière ce plat: littéralement, le chou farci!En effet le légume principal de ce plat savoureux est le chou-rave, qui est excellent tant par son goût que par ses nombreux bienfaits et qui est très présent dans la cuisine de l’Europe de l’est.

Le chou-rave a l’avantage d’être tout aussi savoureux cru que cuit et offre de nombreuses recettes possibles. Il est très riche en fibres et stimule ainsi le transit intestinal. Il apporte de la vitamine C ainsi que de la vitamine B9 et est également un bon apport en potassium dont vous profiterez mieux en le consommant cru comme toujours.

Concernant notre recette du jour, je la revisite à la façon vegan et elle est aussi sans gluten, afin de convenir à un maximum de personnes.

Les ingrédients pour 2 personnes:

  • 2 chou-rave ( pas trop gros, l’un des miens l’était)
  • 1/2 oignon
  • 1 branche de céleri
  • 1 carotte
  • 1 feuille de laurier
  • 1 c à s d’huile d’olive
  • 70 g de lentilles belluga
  • 70 g de quinoa
  • sel, poivre

Dans une casserole d’eau faites bouillir vos chou-rave après quoi vous ôterez leur peau une fois qu’ils auront refroidi.Creuser les chou-rave et conservez les de coté. S’il y a des fanes gardez-les aussi.En parallèle, faites cuire dans l’eau avec la feuille de laurier 20minutes vos lentilles belluga et votre quinoa. Réservez.

Dans une poêle faites revenir l’oignon dans l’huile d’olive puis ajoutez la chair de l’intérieur du chou-rave, une fois attendri ajoutez un fond d’eau avec votre carotte coupée en dés, la branche de céleri finement coupée et laissez chauffer 15minutes.

Mélangez une partie des légumes avec une partie du quinoa et des lentilles belluga, assaisonnez les avec l’huile d’olive, le sel et le poivre, puis remplissez vos chou-rave. Ce qu’il vous reste en légumes, quinoa et lentilles peut-être servi à coté, avec la présentation que vous voulez, et vous pouvez ajoutez les fanes également.

Ce repas est très complet et rassasiant, les saveurs sont légères et savoureuses avec ce petit goût de noisette qu’apporte le chou-rave. L’apport en protéines est intéressant grâce aux lentilles et au quinoa qui associés au chou-rave permettent une meilleure absorption du fer.

Maintenant que vous avez un peu de vocabulaire Hongrois, à vos fourneaux ;).

Belle semaine,

Chloé