Se recentrer sur l’essentiel

Le fameux, que tout le monde connait, un mot qui est utilisé à toutes les sauces, et qui, ces derniers temps prend de nouvelles apparences. Cette période de confinement et pré/post, ont probablement remuer des choses, que notre vie ai été chamboulé ou pas, il y a eu de gros changements au niveau mondial depuis le mois de mars ( malheureusement pas encore ce que l’on attend vraiment, mais ceci est une autre histoire), qui redistribuent certaines cartes par la force des choses comme la perte d’un emploi par exemple, ou par la remise en question de nos propres modes de vie, grâce à des prises de consciences. Bref comme dans beaucoup de situations, on entend alors davantage parler du stress qui peut prendre plusieurs formes, il ne nous touchent pas tous de la même manière et n’oublions pas le plus important, en affaiblissant considérablement notre système immunitaire, il ouvre la porte à toutes sortes de maladie ( « le mal a dit », bien sûr, donc écoutez-le).

Commençons par le début, qu’est que le stress?

A l’origine, issu de l’anglais, le stress signifiait épreuve, affliction, puis c’est devenu plutôt une pression ou une contrainte. C’est désormais une réponse de l’organisme qui cherche à s’adapter à des sollicitations externes ou internes et cette réaction est parfaitement normale puisqu’elle permet d’assurer la survie et l’adaptation des êtres vivants et cette capacité n’est pas la même chez chacun d’entre nous.

Néanmoins comme je l’avais déjà abordé dans cet article ( le stress) il existe un bon stress ( eustress) et un mauvais stress (distress) , je vous invite à cliquer sur ce lien ici où j’explique un peu plus cela et surtout vous y trouverez mes conseils pour la gestion du stress à court terme, cet article concernait d’ailleurs la période des examens, au cas où certains sont concernés en ce moment, c’est l’article qu’il vous faut ;).

Vers la résilience

Mais ce dont je parle aujourd’hui est encore différent, car comme évoqué dans l’article sur le stress, le sujet est infini. Aussi ce dont je souhaite parlé est la résilience.

C’est Boris Cyrulnik qui a évoqué ce phénomène psychologique qui est notre capacité à se reconstruire et à continuer d’avancer malgré un événement traumatique. Aussi, je crois que le traumatisme étant mondial, il est plus que nécessaire d’aborder ce sujet. Il s’agit donc d’une capacité d’adaptation que nous avons dès les premiers mois de notre vie et qui est déterminée par la génétique, le cerveau et l’environnement affectif. L’une des phrases de Boris Cyrulnik qui image bien ce qu’est la résilience est la suivante:

 » La résilience c’est l’art de naviguer dans les torrents ».

Autant dire que le torrent de 2020 est de taille et quelque soit notre condition de vie, cette capacité est plus que nécéssaire pour garder notre barque en place. Repensez au début de l’année, si on vous avait dit que vous vivriez 55jours en quarantaine ( en France), que vous seriez ensuite contraint de ne pas dépasser les 100km autour de chez vous pendant la quinzaine suivante, et que vous commenceriez à moins voir les sourires des personnes, et j’en passe,… bref tout cela paraissait impossible pour certains, intenables, … et pourtant, regardons où nous en sommes.

Mais la résilience permet aussi une ouverture vers de nouveaux possibles, en effet la barque peut bifurquer vers d’autres horizons plus propices, peut-être même plus en adéquation avec soi-même.

Aussi le but de cet article, n’est absolument pas d’être défaitiste, de broyer du noir ou de ressasser, mais de repenser nos modes de vies, et de puiser ce qui nous donne de la force, ce qui nous donne du sens et nous rend encore plus vivant et heureux.

Ainsi pour avancer sereinement, vivons pleinement l’instant présent évidemment, et si cela vous est difficile, je vous invite à mettre en place une habitude quotidienne très simple: Marchez et profitez pleinement du moment. C’est en ce moment idéal, car les journées sont à rallonges, il est donc plus facile de trouver un temps pour s’aérer en plein jour. Idéalement, un coin de nature, un parc, … et surtout sans téléphone. Si vous ne trouvez pas ce temps dans votre journée, je vous invite à le mettre à la place du moment consacré à la télévision, vraiment cela vous apportera plus dans votre vie.

Plus que jamais, il est important aussi de veiller à avoir une harmonie au niveau de sa famille et de ses relations social, harmonie qui conduit à une production d’ocytocine ( l’hormone de l’amour et de l’attachement) et de dopamine (hormone du plaisir). On notera d’ailleurs que la qualité des relations parents/enfants aura une influence sur le système parasympathique plus tard, aussi il est bon de cultiver cette relation afin d’oeuvrer pour que les enfants soient plus calmes et heureux dans l’avenir et donc soient plus résistants au stress et donc plus résilients.

Récemment j’ai partagé sur les réseaux sociaux, certaines de mes lectures dont l’une traitait de la communication non violente (CNV), qui permet de vivre des relations plus saines et d’avoir des relations familiales harmonieuses en améliorant sa communication avec bienveillance. Si ce sujet vous intéresse je vous conseille l’ouvrage du Dr Anne Van Stappen « Ne marche pas si tu peux danser » qui est sous forme de roman, donc très ludique.

J’espere que ce partage vous parlera et surtout vous apportera de la force et de la volonté pour avancer vers le meilleur, j’en suis certaine. Une des méditations proposé par l’application de Jonathan Lehman 7mind, s’intitule la pensée positive et l’une des affirmations positives proposé est: « Je suis bien plus fort que je ne crois. » #résilience

Je vous souhaite en attendant une douce soirée,

Chloé

Journal de confinement J-51

Mercredi 6 mai, cinquante et unième  jour de confinement, le temps a commencé à faire son oeuvre. Après divers échanges téléphoniques, par messages,… avec des amies, quelque chose revient souvent, concernant le temps, et plus précisément le manque de temps en confinement! Un comble me direz vous ! Et pourtant, dans cette société qui nous pousse toujours à combler le moindre espace de « vide », à faire, à être productif,… ce temps infini et incertains peut apparaitre comme une jarre vide qu’il faut à tout prix remplir en cherchant à s’occuper par tous les moyens. Dommage, car ce temps infini est en réalité une aubaine pour se retrouver et revenir à Etre et non à « faire », à « devoir » ou à « avoir ».

Seulement voilà, après les diverses phases par lesquelles le confinement peut nous faire passer, il y a de fortes chances qu’après 50jours et l’annonce du prochain déconfinement, on se retrouve perdu, qui plus est dans ce climat exceptionnel où chacun y va de son information dont on ne sait plus lesquelles sont viables ou pas et qui ont pour vocations de créer la confusion et embrumer le cerveau en semant le trouble en chacun d’entre nous avec tout et son contraire. Ne nous mentons pas, nous avons bien ici le paradoxe d’avoir du temps, du temps pour soi comme on aime à se le dire et pourtant il n’a probablement jamais était si difficile de se recentrer, de faire le vide, d’être apaiser.Vient en général s’ajouter à cela la fatigue! Oui oui, la fatigue peut se faire de plus en plus ressentir, alors que nos activités sont pourtant réduites ( je m’adresse aux personnes confinées lorsque je dis cela). En effet, ressentir de la fatigue car nous avons un surcroit d’activité et/ou un manque de repos est parfaitement normal, en revanche lorsqu’on est « fatigué de ne rien faire » comme on peut l’entendre notamment en ce moment, il faut peut-être se pencher sur ce que l’on appelle les surrénales.

 

Qu’est ce que les surrénales?

Les surrénales sont deux petites glandes qui se situent au-dessus de nos reins et qui ont un rôle important. En effet, pour faire simple, elles appartiennent au système endocrinien, elles sécrètent des hormones (adrénaline et cortisol) dont l’un des rôles principaux est de nous alerter sur le danger et ainsi d’activer un mécanisme de fuite ou de défense. Aussi compte tenue de cela, vous voyez probablement déjà où je veux en venir…

 

En principe, si l’on s’en tenait aux lois naturelles du vivant, il devrait y avoir un temps pour se reposer et ainsi récupérer, sauf que ce n’est pas le cas dans notre société actuelle, je ne vous refait pas le topo de la charge mental et des mille et une obligations quotidiennes qui sont ou se sont imposées à nous et je ne parle pas que de l’aspect professionnel. Nous sommes constamment sur le qui vive, et la période actuelle, teinté d’incertitudes, de peurs, de doutes, de potentiels danger,… dans un climat qui se veut toujours plus anxiogène, n’aident assurément pas à ralentir l’activité des surrénales.

Ainsi avec ce mécanisme sur-solicité, le cortisol n’est plus produit normalement et il peut y avoir un dérèglement total, lorsque par exemple on ressent une plus grande énergie en fin de journée qu’en début, il peut déjà y avoir un bon indicateur. En effet, les glandes surrénales ont aussi un effet sur l’absorption et la transformation du sucre, l’assimilation des minéraux, sur les hormones sexuelles et sur nos humeurs et pensées. On comprend là, à plus forte raison, l’importance des surrénales. Parmi les indicateurs que l’on peut observer quand à la fatigue surrénale, il y a un sommeil agité, un réveil fatigué, la fatigue sans raison, la perte de cheveux, des difficulté à se concentrer, des problèmes d’infertilité, de libido, des envies de sucres, …

En general, si vous êtes à l’écoute de votre corps, vous savez que quelque chose cloche, et vous l’aurez surement compris au travers de ces quelques mots, nous sommes probablement actuellement dans une sur-solicitation des surrénales. Alors que faire?Snapseed.jpg

 

 

 

 

Des solutions?

Toujours, j’ai envie de vous dire! La première, la plus simple, le repos, le vrai,  le repos du corps donc sans activité physique ( savoir s’accorder de vrais moment de repos et de récupération, le sport ayant parfois et surtout en ce moment tendance à nous le faire oublier) et de l’esprit donc sans écrans, sans sources d’informations sur une grande partie de la journée, sans relations toxiques. Malheureusement, ça risque de ne pas être suffisant, essentiel mais à coupler avec d’autres choses.  Bien sûr cela va passer par l’amélioration du sommeil, si vous dormez mal, c’est la base, je vous remets l’article sur le sujet ici mais aussi par de la relaxation que ce soit par le yoga, la méditation ( qui fait partie du yoga), mais aussi par l’altruisme, le rire, les moments partagés avec les gens qu’on aime ( de loin en ce moment, mais très bientôt ensemble). Enfin, et ce n’est pas la moindre des solutions, on veillera à son alimentation en évitant la nourriture industrielle et ultra-transformée cela va de soi mais aussi en étant attentifs aux aliments qui vous affecte ( je rappelle là que nous sommes tous différents, et que mettre une liste ici serait réducteur et probablement erroné). Néanmoins dans les aliments qu’il convient d’éviter, on retrouve les stars: sucre, produits laitiers, viandes rouges, alcool, café et gluten. En revanche, la consommation de fruits et légumes frais, notamment les fruits rouges et les légumes verts, de produits bruts de qualités, de bonnes huiles de qualité, d’oléagineux, de petits poissons riches en oméga3…  seront les bienvenus. On cherchera des aliments riches en vitamines B,C et D , en magnesium, en sélénium.

IMG_6693.jpg

Côté plantes, la Rhodiola et l’ashwaganda ou le moringa seront un bon soutient surtout dans cette période inédite ( les infos sur le moringa et la rhodiola en cliquant sur chacun: Rhodiola Moringa

 

Je vous souhaite une douce suite et je finirai sur une citation de Boris Cyrulnik:

« La résilience, c’est l’art de naviguer dans les torrents »

 

 

 

A bientôt,

 

Chloé

 

La méditation

Il s’agissait du thème de mon mémoire de fin d’étude en naturopathie et je trouvais intéressant et même cohérent d’aborder le sujet ici.

Vous le savez maintenant, la naturopathie étant une approche holistique, elle a un large champs de possibles et utilise diverses techniques pour prévenir ou accompagner des déséquilibres.

Parmi les techniques utilisées, il y en a une qui s’apparente à la relaxation/ gestion du stress, il s’agit de la méditation.

Je ne vais pas vous refaire mon mémoire thématique, mais nous parlerons ici de ce qu’est la méditation, ses bienfaits et comment la mettre à l’oeuvre simplement au quotidien.

 

IMG_2067« Souvenons-nous que notre esprit peut-être notre meilleur ami comme notre pire ennemi… » Matthieu Ricard

 

Pourquoi méditer?

Nous avons un flot de pensées impressionnant qui traverse notre esprit à chaque instant et nous empêche de rester concentrer sur l’essentiel: le moment présent. Cela ne s’arrange pas avec les nouvelles technologies, qui encouragent à toujours rester « connecter » ( mails, réseaux sociaux, téléphones,…)  mais pas à soi-même évidemment.

La conséquence de cela, c’est qu’en plus d’avoir du mal à être en phase avec soi, des désordres tant psychiques que physiques peuvent alors apparaitre.

D’où l’intérêt de pratiquer la méditation qui consiste à atteindre une stabilité émotionnelle en tournant son attention vers quelque chose ( palpable ou non palpable), afin d’harmoniser nos pensées.

Mais la méditation apporte d’autres bienfaits, tel que:

  • l’amélioration des fonctions cognitives
  • une plus grande confiance en soi
  • une meilleure capacité d’écoute et de bienveillance
  • une meilleure gestion des douleurs chroniques, des addictions
  • une réduction des troubles du sommeil, des maux de tête et de la fatigue chronique
  • une amélioration de la qualité de vie des personnes souffrants de fibromyalgie, de troubles du comportement alimentaire

En effet, la méditation va vous aider à vous mettre dans un état de relaxation et à entrer en ondes Alpha voire Thêta. Il s’agit de l’activité cérébrale que l’on mesure dans le cerveau en Hertz. Pour vous donner une idée, les ondes Alpha se situeront entre 8 et 13 Hz ce qui correspond à une relaxation légère, alors que les ondes Thêta se situeront entre 4 et 7 Hz ce qui correspond à une relaxation profonde.

Dans la vie quotidienne nous nous situons en ondes Bêta (entre 14 et 30 Hz).

Voilà pour  la partie scientifique!

 

IMG_9202.jpg« La méditation c’est une conscience claire de tout évènement, un souffle apaisé, un accord avec le monde ». Blaise Pascal

 

Comment méditer?

 

Tout d’abord la méditation est accessible à tout le monde et il existe plusieurs façons de méditer. Pour commencer inutile de s’imposer un temps trop long, quelques minutes quotidiennes suffisent.

Vous pouvez vous créer vous même votre propre méditation en vous appuyant sur votre respiration, en la ressentant et en l’observant. Mais le plus simple ( surtout au début) est de suivre des méditations guidées notamment pour calmer le mental.

Il en existe pour différents thèmes, par exemple, une méditation pour la confiance en soi, pour la productivité, pour la créativité,… l’essentiel étant que lors de ce temps de méditation votre attention soit focalisée sur ce qui est dit et sur vos sensations intérieures en étant pleinement présent à ce moment.

Si vous souhaitez méditer chez vous tout en étant accompagné, je vous recommande l’application 7mind développée par Jonathan Lehmann ( auteur du livre » Journal intime d’un touriste du Bonheur »), qui offre 7 méditations gratuites que vous pouvez suivre autant de fois que vous le souhaitez. L’application contient également une partie payante facultative qui permet de cibler les méditations.

Enfin, si vous avez besoin d’être accompagné par une personne qui soit à côté de vous je propose des méditations guidées pour vous accompagner selon vos demandes ( pour me contacter c’est ici).

En espérant avoir pu vous donner l’envie d’explorer cette clé du bonheur, je vous mets ci-dessous les liens de l’application 7mind. Soyez dans la joie, la méditation vous y aidera :).

7mind

Bonne découverte,

Chloé

 

 

 

 

Anti-stress

Vous connaissez surement l’expression qui dit que c’est souvent  le cordonnier le plus mal chaussé… Je me retrouve tout à fait dans cette phrase en ce moment, étant en période d’examen ( l’examen final de naturopathie) et donc dans un moment assez stressant  je dois l’avouer. Bien sûr je me « soigne » et utilise diverses techniques et compléments pour gérer au mieux ce stress et pouvoir avancer dans mes projets sereinement.  Je vous partage quelques unes de mes solutions dans cet article.

 

La respiration

 

Un état de non sérénité est associé à une respiration plus courte et irrégulière. Partant de ce constat, il est alors possible d’inverser cet état de stress grâce au contrôle de sa respiration.

Le premier exercice va consister à allonger au maximum son inspiration et son expiration tout en prenant soin d’équilibrer le temps d’inspiration et d’expiration. Au bout de quelques respirations, on peut constater un début d’apaisement et de liberté.

Dans un second temps, se focaliser sur un objet quel qu’il soit et ne penser qu’à celui-ci, afin de permettre au mental de se calmer.

Ces deux exercices simples et à la porté de tous, peuvent être d’un immense secours en situation de stress.

 

Les plantes 

 

IMG_6071.jpg

En parallèle,  les plantes sont d’une grande aide contre le stress. J’utilise notamment une association de cinq plantes  en tisane qui agissent sur le système nerveux central pour limiter l’anxiété.

Cette tisane se compose de:

  • La Passiflore des Indes, réputée pour supprimer l’anxiété et la nervosité, restaurer progressivement le sommeil sans pour autant perturber la vigilance dans la journée et elle ne provoque pas d’accoutumance.
  • Les feuilles d’oranger, sont sédatives. Elles sont efficaces contre les insomnies et les migraines. Elles sont également antispasmodiques.
  • La mélisse, à également une action sédative et est utile en cas de troubles digestifs d’origines nerveuse ( colites, crampes d’estomac,…). Elle est aussi efficace contre les palpitations.
  • Le coquelicot, atténue les symptômes des états d’anxiété, apaise les palpitations et aide contre l’insomnie.
  • La verveine, apaise les tensions nerveuses, aide à trouver le sommeil grâce à son effet sédatif et est antispasmodique.

 

Les huiles essentielles

 

IMG_6070.jpg

 

Evidemment, les huiles essentielles sont un indispensable pour lutter contre le stress et l’anxiété. J’utilise une synergie ( association d’huiles) composées de 7 plantes médicinales remarquables pour retrouver la sérénité. On peut faire soi-même ses synergies d’huile mais cela peut s’avérer rapidement très coûteux, aussi j’utilise une composition artisanale dèjà prête de chez Loretik , il s’agit de la n°131.

Cette synergie se compose de:

  • La Camomille, pour ses vertus calmante et sédative.
  • La Mandarine, qui est relaxante, sédative et modératrice du système nerveux.
  • Le Saro, est antidépressif et neurotonique.
  • La Lavande, qu’on ne présente plus, qui est sédative , antispasmodique et antidépressive.
  • La Pruche est apaisante, rassurante et réconfortante. Elle est également une équilibrante nerveuse.
  • Le Calendula, qui est un macérât huileux, est connu pour ses propriétés adoucissante et apaisante. Elle est aussi anti-irritante.

J’applique 3 gouttes de cette synergie sur le plexus solaire et sur les poignets ( on peut aussi en mettre sous la voûte plantaire).

 

Pour conclure, il existe beaucoup de techniques et de compléments pour palier au stress, c’est à chacun d’expérimenter ce qui lui conviendra le mieux. Je vous parle ici de ce que j’utilise personnellement et qui m’est très bénéfique. D’ailleurs si la synergie et la tisane vous intéresse ( ou tout autre synergie ou plante), vous pouvez bénéficier de 10% de remise sur le site de l’herboristerie Victor Hugo avec le code promo CLOLENAE10.

 

Je vous souhaite une semaine douce et sereine.

Chloé