Recette estivale de Wakamé

Dans les clichés sur la naturopathie vous connaissez bien sur les graines ( si si c’est très bon mais on ne mange pas que cela :)) , les cures saisonnières comme la sève de bouleau par exemple, et aujourd’hui autre ingrédient très « connoté naturo » nous allons parler des algues dont je suis très fan personnellement, et plus précisément le wakamé, hummm!

Alors évidement avant de commencer, il est évident que c’est une question de goût, mais si vous n’avez jamais goûté cela peut être l’occasion. . Concernant les algues, il en existe un né multitude mais les plus facilement trouvables en magasin bio outre le wakamé sont: le nori, la dulse, le kombu, la laitue de mer et le haricot de mer. Chacune possède une saveur, un aspect et un profil micro nutritionnel différent.

Le wakame ( Undaria pinnatifida) appartient à la famille des Alariacés qui regroupe les algues brunes ( environ 80 différentes de part le monde). Si le wakamé est originaire du Japon 🇯🇵, où les algues sont très consommées, cette algue est très souvent cultivée notamment en Bretagne. Vous la trouverez le plus souvent dans les commerces bio sous forme déshydratée, il suffit alors de la réhydrater quelques minutes dans de l’eau pour la consommer. C’est l’algue la plus apprécié en général car elle est tendre, iodée avec une très légère note sucrée qui sublime nombre d’aliments en cuisine.

D’un point de vue nutritionnelle, le wakamé est plus qu’intéressant notamment grâce à sa grande richesse en fibres ( 40g au 100g), en calcium, en potassium, en vitamine K, vitamine B9, en bêta carotène et bien sûr en iode. Le wakamé représente un apport intéressant en protéine aussi avec 14g pour 100g, intéressant dans une alimentation végétarienne. Grâce à l’alginate (un polysaccaride présent dans les algues brunes), le wakamé va permettre d’éliminer les toxines de l’appareil digestif. Cette algue aide à renforcer le système immunitaire, améliore le confort digestif et grâce au mucilage qu’elle contient permet d’obtenir rapidement la satiété ( très interessant lorsque l’on souhaite diminuer ses quantités alimentaires dans le cadre d’une perte de poids par exemple ).

Si elle regorge de bienfaits, attention néanmoins elle ne dois pas être consommée en cas de souci de thyroïde en raison de l’iode qu’elle contient. Pour les personnes très sensibles au niveau digestif ( exemple, syndrome du colon irritable, on en abusera pas pour éviter tout désordres intestinaux.

Il existe mille et une façons de cuisiner et d’accommoder le wakamé. Je vous propose une recette qui allie sucré et salé et surtout fraîche, réalisée avec ce qu’il me restait en cuisine. Cette recette conviendra tout à fait à un régime végétalien et sans gluten.

Wakamé bowl

Les ingrédients pour une personne:

– Une poignée de wakamé déshydraté ( marqué bord à bord ou marinoë)

– 2 abricots

– 1 ou 2 mangues séchée ( marque pépite)

– 1 betterave chioggia crue

– taboulé de lentilles corail ( Lazzareti)

– gommasio

– 1 c à c de vinaigre de riz

– 1 c à c d’huile de sesame

– 1 pincée de curcuma en poudre

Tout d’abord, dans un saladier, couvrez le wakamé avec le double d’eau et laissez gonfler 5 minutes. Une poignée suffit car vous allez voir que le wakamé triple de volume, et ce dernier étant satietogène ( coupe faim), vous en aurez suffisamment.

En parallèle , recouvrez d’eau bouillante la quantité que vous souhaitez de semoule de lentilles corail. Et laissez gonfler 2/3 minutes, après quoi vous égrainerez votre semoule.

Après voir enlevé l’eau des wakamé, coupez l’abricot et la betterave chioggia comme bon vous semble. Découpez de fines lanières de mangues séchées que l’on mélangera ensuite aux wakamé. Assaisonnez avec l’huile de sesame et le vinaigre de riz ainsi qu’un peu de gomasio et du curcuma . C’est prêt, bon appétit.

Un vrai moment de fraîcheur coloré et iodé. Les saveurs se marient très bien, après tout cela n’est qu’affaire de goût bien sûr.

Je vous souhaite un très bon week-end.

Chloé

Faire sa farine de tilleul

Le tilleul, Tilia platyphyllos, on le connait en général depuis notre plus jeune âge, c’est l’une des deux premières infusions que l’on consomme enfant; la seconde étant la verveine. On rencontre l’arbre fréquemment en ville qui apporte un peu de verdure et offre cette délicate odeur mielée durant les beaux jours. Une grande partie de la production française vient de Buis-les-Baronnies dans la Drôme provençale, ainsi on a la chance dans le sud est. d’avoir accès à une précieuse ressource plutôt locale.

D’un point de vue thérapeutique le tilleul n’est pas avare de bienfaits puisque ses feuilles, ses sommités fleuries mais aussi son aubier nous offrent de grandes propriétés mais bien différentes selon la partie utilisée. Ces propriétés seront calmantes et apaisantes au niveau des fleurs et des feuilles avec un effet sédatif sur le système nerveux qui aide à l’endormissement, mais aussi antispasmodique aidant à la digestion. En revanche, l’aubier qui est la seconde partie de l’écorce, plus tendre, est drainant et excellent pour nettoyer le foie en douceur, après quelques excès notamment, je vous remet l’article sur le sujet ici: l’Aubier de Tilleul.

Aujourd’hui ce que je vous propose c’est une approche complètement différente du tilleul, qui peut être intéressante si vous avez un arbre 🌳 de tilleul chez vous ou tout simplement du tilleul que vous voulez utiliser différemment, un moulin à café et de l’huile de coude si le moulin est manuel 😊. D’autant que la période de cueillette arrive (mi-juin) , ça peut être une activité sympathique au vert.

Le tilleul est très nutritif, d’où sont intérêt en tant que farine. Qui plus est il est dépourvu de gluten, et vient ainsi s’ajouter à la liste de farine sans gluten que l’on peut utiliser si on veut diminuer sa consommation ou qu’on ne le supporte pas. Les feuilles de tilleul contiennent entres autre des flavanoides ( quercetine et kaempfeol), des tanins aux effets antioxydants, des acides phenols aux effets bénéfiques sur le cholestérol, du mucilage riche en fibres,…

Comment faire sa farine de tilleul?

Rien de plus simple, il vous suffit de vous munir d’un moulin à café, d’un torchon propre, d’un rouleau à pâtisserie, d’huile de coude si votre moulin est manuel ( c’est tellement plus intéressant et bucolique 😊), d’une bonne playlist en fond sonore pour profiter de l’instant et respirer en prime les douces effluves qui se dégagent du tilleul lors du broyage et enfin d’un bocal propre pour stocker votre farine. Tout est prêt, on y va!

Premièrement si vous cueillez vos feuilles faites les sécher avant. Ensuite mettez vos feuilles dans un torchon et écrasez les grossièrement au rouleau à pâtisserie. Au fur et à mesure, passez les au moulin à café. Ça ne paraît rien mais c’est assez long, je dirais 2 bonnes heures mais un bon moment détente paradoxalement, d’où l’ambiance proposée plus haut 😊.

Et forcément avec de la farine on peut faire un tas de recette, tant salées que sucrées. Je vous propose ici, une recette de cookies sans gluten et vegan.

Cookie au tilleul

Les ingrédients (environ 18 🍪 ):

– 150g de farine de riz demi-complet

– 50g de farine de tilleul

– 50g de sucre complet muscovado

– 1 pincée de bicarbonate de soude

– 2 c à s d’huile de coco fondue ou d’olive

– 80 ml de lait végétal ( coco, riz,…)

– 10g de graines de lin broyés

– 10g de fèves de cacao concassées

– 3 carreaux de chocolat noir 70% coupées grossièrement

– une poignée de noix de macadamia et amandes concassées

Préparatifs: Préchauffez votre four thermostat 7 et préparez une plaque de cuisson recouverte d’un papier cuisson non blanchi en parallèle.

Dans un récipient mélangez les deux farines, le sucre et le bicarbonate. Puis ajoutez l’huile, les graines de lin, le lait végétal auquel vous ajouterez les fèves de cacao concassées, les copeaux de chocolat, les amandes et les graines de macadamia. Vous devez obtenir une pâte assez compacte que vous travaillerai à la main. Formez de petites boules que vous déposerez une à une sur la plaque de cuisson. Décorez selon vos envies et enfournez pour 10min thermostat 7.

Bonne dégustation,

Chloé

« Un tilleul qui embaume dans la fin du jour, c’est un ravissement qui s’imprime en nous de manière indélébile et, au creux de notre joie d’exister, trace un sillon de bonheur que la douceur d’un soir de juillet a elle seule ne saurait expliquer. » Muriel Barbery, Une gourmandise

Délice de fleurs de courgettes

Issue de la délicieuse cuisine italienne , on commence à la trouver sur quelques étals en ce moment, autant dire qu’on a de belles recettes à tester en perspective. Comme le titre de l’article l’indique, je parle bien sûr de la fleur de courgette, qui égaie n’importe quel potager avec sa belle couleur doré. Si vous en avez dans votre jardin, cueillez là dès le matin quand elle est bien ouverte et préparez-là pour le midi, elle sera plus facile à manipuler, car le soir, les fleurs se referment et nécessitent plus de délicatesse.

Il existe des fleurs mâle et des fleurs femelles. Les fleurs mâle se consomment exclusivement cuites tandis que les fleurs femelles peuvent être consommées des deux manières, crues ou cuites. On les reconnait très facilement. En effet, la fleur mâle pousse sur une tige, alors que la fleurs femelle, et sur une mini courgette, qui si on la laisse, perdra sa fleur et donnera une courgette si elle est pollinisée ( que vous pouvez faire vous-même ). Au niveau du goût la fleur de courgette femelle a une saveur subtilement sucrée, alors que la fleur de courgette mâle aura un peu plus d’amertume, c’est d’ailleurs pour cela qu’il est préconisé d’ôter le pistil, qui est très amer sur la fleur mâle, mais reste quoi qu’il en soit comestible. Le dilemme est entier, car la fleur femelle offre beaucoup plus de possibilités, mais en la cueillant on se prive de la future courgette ;). Aussi il est souvent préférable de cueillir les fleurs mâles. Ceci étant, il ne s’agit pas ici de mes propres courgettes, mais de fleurs femelles que je me suis procurée en magasin bio, donc pas de dilemme dans ce cas.

La recette la plus connue avec la fleur de courgette est celle « du beignet de fleurs de courgettes » mais si vous connaissez un peu ma ligne éditoriale, je ne suis pas très copine avec la friture. Aussi je vous propose une recette simple de fleurs de courgettes femelles farcies à la fois végétaliennes et sans gluten, qui seront parfaites accompagnées de riz de Camargue semi-complet. Sans plus tarder, la voici.

Fleurs de courgettes farcies

Les ingrédients:

  • 4 fleurs de courgettes femelles
  • 1 courgette
  • 1 gousse d’ail
  • 4/5 olives vertes dénoyautées
  • 1 tomate noire de crimée
  • 2 c à s de poudre d’amandes
  • 2 c à s de tomates concassées
  • 1 c à s d’huile d’olive
  • sel, poivre,herbes de provence
  • Quelques amandes effilées

Coupez votre ail en ôtant le germe, et faite le revenir dans un peu d’huile d’olive dans une grande poêle . Coupez vos olives en fines rondelles, votre courgette et votre tomate en petits dés, et ajoutez-les dans la poêle en y ajoutant les 2 cuillères à soupe de tomates concassées. Ajoutez en fin de cuisson la poudre d’amandes.Faites chauffer à feu doux 6/7 minutes. En parallèle, ôtez délicatement le pistil de vos fleurs de courgettes et une fois votre mixture prête, insérez délicatement dans chaque fleurs. Placez le tout dans un plat à gratin et mettez une cuillère à soupe d’huile d’olive dessus avec un peu d’herbes de provence, une pincée de sel et quelques amandes effilés pour le croquant. Enfournez pour 20minutes à 180C°. C’est prêt, ça sent le sud c’est évident. Petite note, la petite courgette se mange ( si elle n’est pas abîmée) et elle est délicieuse.

Bon appétit,

Chloé

Bouchées de tomates noires

Grâce à la récente réédition du roman de Fanny Flagg « Beignets de tomates vertes » ( sorti initialement en 1985), j’ai découvert cette histoire touchante qui se passe en Alabama dans les années 30 au Whistle Café, lieu de vie où tout le monde se retrouve d’où qu’il vienne, et où l’on peut déguster la spécialité de la maison, à savoir, les beignets de tomates vertes! En parallèle nous sommes en 1985 et écoutons le récit passionnant d’une octogénaire ayant vécu ces histoires au travers d’une quinquagénaire qui a un peu perdu goût à la vie et va aller de l’avant grâce à ce beau partage… je n’en dit pas plus sur l’histoire, qui se lit facilement et mets du baume au coeur. Dans ce roman généreux, les recettes du livre nous sont offertes et m’ont ainsi donné l’envie de m’en inspiré. Une manière pour moi de rester un peu plus dans l’histoire, en y participant d’une certaine façon, et l’occasion de vous partager une lecture plaisante et une recette originale, saine et gourmande à la fois.

Tomates noires de Crimée

Vous vous en doutez, il n’est pas question pour moi de faire de la friture, que je déconseille constamment dans mes articles, mais restant gourmande on peut toujours s’inspirer d’une recette et l’explorer à sa manière.

La recette que je vous présente sera sans gluten, vegan, sans huile et nécessite très peu d’ingrédients. Pour cette proposition je me suis inspirée de la spécialité Azerbaïdjane que je vous avez présenté dan mon calendrier de l’avent 2020, le kuku que vous pouvez retrouver ici et donc des fameux beignets de tomates vertes du même titre de l’oeuvre de Fanny Flagg.

Voici donc ma recette:

Les ingrédients:

  • 7 tomates noires de Crimée
  • 100g de farine de pois-chiche
  • 12cl d’eau de source
  • 2 c à s d’ail des ours séché ou frais
  • sel, poivre

Commencez par couper vos tomates en rondelles et étalez-les sur un papier sulfurisé avec un peu de sel pour les faire dégorger. Dans un récipient mélangez l’eau de source, la farine de pois-chiches et l’ail des ours ainsi qu’un tour de moulin à poivre afin d’obtenir un mélange homogène. La farine de pois-chiche étant un excellent liant, elle remplace à merveille les oeufs. Dans un plat à gratin, préalablement huilé avec un peu d’huile d’olive, présentez vos rondelles de tomates que vous viendrez couvrir avec le mélange à base de farine de pois-chiches. Enfournez pour 20minutes à 180c°( thermostat 6).

Une fois la cuisson terminée, sortez le plat du four et découpez en rectangles d’environ 3 par 4 cm. C’est prêt, servez avec une salade d’endives, avocats,concombres, graines de courge et imaginez-vous en Alabama au Whistle Stop café, dans une chouette ambiance que vous pouvez vous créer, un moyen de voyager et manger au restaurant en ce moment ;). J’allais oublié, pour ceux qui se laissent porter par cette histoire, une suite est parût cette année ( je ne l’ai pas lu) sous le nom de « Retour à Whistle Stop ». Belles lectures.

Je vous souhaite un bon appétit et une douce soirée.

Chloé