Lamington

On se rapproche de l’hiver en ce 18 décembre, mais aujourd’hui je vous emmène dans un endroit où c’est l’été puisque nous partons en Australie revisiter un dessert phare là-bas: le Lamington! En tant qu’immense fan de noix de coco, et surtout du combo choco/coco, je ne pouvais pas passer à côté de cette recette du Queensland. Ce gâteau tiendrait d’ailleurs son nom d’un ancien gouverneur du Queensland ( de 1896 à 1901), le Baron Lamington mais en réalité la recette elle, vient d’un français Armand Galland qui aurait improvisé cette recette pour des convives de dernières minutes chez les Lamington; chapeau! Ma recette est bien plus légère et surtout moins sucrée que la recette traditionnelle, sachant que celle-ci contient un mélange de farine de petit épeautre ( 1/3), plus digeste que la farine de blé et une majorité de farine de Teff, qui est naturellement sans gluten et à l’avantage d’agir comme un levain naturel. Le teff est une plante qui vient d’Ethiopie et entre dans la composition de la fameuse Ingera ( une sorte de crêpe très consommée en Ethiopie). Mais revenons en Australie, dont je vous livre une version plus légère, très forte en chocolat ( mais ça vous pouvez le modifier selon les goûts, c’est que j’utilise du cacao 100% additionné au chocolat à 72% ;)). Let’s go…

Les ingrédients pour 16 Lamington:

  • 25g de sucre de coco
  • 12cl de lait d’amandes
  • 1c à s d’huile d’olive
  • quelques gouttes d’extrait de vanille
  • 100g de farine de teff
  • 75de farine de petit épeautre
  • 25g de poudre d’amandes
  • 1 c à c poudre à lever
  • 1/2 c à c de bicarbonate de soude

Pour le glaçage au chocolat:

  • 12cl lait d’amandes
  • 1/2 c à c arrow root
  • 25g de poudre de cacao maigre 1OO%
  • 2 c à s de sucre de coco
  • 30g de chocolat noir à 72% grossièrement coupé
  • 20 g de noix de coco rapée

Pour la première partie, c’est à dire le gâteau, mélangez le lait d’amandes, l’huile d’olive, la vanille, le sucre de coco. Ajoutez-y les farines, la poudre d’amandes, le bicarbonate et la poudre à lever. Quand la pâte est homogène, transvasez la pâte sur un papier sulfurisé que vous mettrez dans un plat carré si possible, et c’est partie pour 20minutes à 180C°. Découpez afin d’obtenir 16 petits carrés, que l’on mettra au congélateur le temps de préparer le glaçage ( 10/15 minutes suffisent).

Pendant ce temps dans une casserole on ajoute le lait d’amandes, l’arrow root, le cacao et le sucre puis enfin le chocolat concassé. Une fois que l’on obtient une belle fondue, sortez vos carrés du congélateur, et trempez chaque carré dans le chocolat. Terminez en le trempant dans une coupelle de noix de coco et ainsi de suite avec les autres carrés. Je n’ai volontairement pas fait tout le tour du gâteau avec le chocolat ( mais vous en avez assez pour en principe), car c’était assez chocolaté pour moi, mais vous faites comme bon vous semble.

Je vous souhaite une belle dégustation aux douces notes ensoleillées de la noix de coco.

A demain,

Chloé

Le Jambalaya

J-10 avant le réveillon de Noël, une envie de partir dans le sud des Etats-Unis en Louisiane plus précisément et vous faire découvrir ou redécouvrir le Jambalaya. Ce plat complet est originaire de Louisiane, bien que l’origine de ce mets et même la signification de son nom soit revendiquée par plusieurs peuples, du fait des diverses populations qui ont apporté leurs cultures en Louisiane et l’on ont ainsi imprégné. Il semblerait que les diverses influences puissent être possibles (française, espagnole, africaine,…) pour ce plat traditionnellement composé entre autre de riz, et plusieurs versions existent également, sachant qu’ici je m’inspirerai du Jambalaya cajun.Les Cajuns sont une minorité francophone de Louisiane qui ont été chassé d’Acadie ( le Canada)par les Anglais. Ce petit point historique pour en venir à ce mélange d’épices que j’affectionne particulièrement, le mélange Cajun. Vous pouvez l’achetez déjà préparé ( mon cas ici) ou le faire vous même avec du paprika, de l’origan, du thym, des graines de moutarde, de l’ail sec, du piment oiseau,de l’oignon rose sec. La version d’origine du jambalaya contient bien-sûr de la viande, que je n’utiliserai pas, néanmoins ce plat est très complet, il apporte tout les macronutriments nécessaires et l’association du riz avec les haricots rouges rends ces derniers plus digestes. Ce plat est assez facile à réaliser et délicieux avec une vrai originalité dans le goût, les épices cajun étant moins utilisées dans nos régions que d’autres comme le curry par exemple. Enfin il a l’avantage d’être dans gluten également et peut ainsi convenir à une majorité de personnes.

Les ingrédients pour 2 personnes:

  • 120g de riz semi-complet ( toujours mieux pour l’index glycémique)
  • 100g d’haricots rouges
  • 1 oignon
  • 1 gousse d’ail
  • 1 branche de céleri
  • 1 carotte
  • 1 boite de tomates concassées
  • 1 poivron vert
  • 1 feuille de laurier sauce
  • Huile d’olive
  • Epices cajun ( à faire comme expliqué plus haut ou déjà prêt en magasin bio)
  • Sel, poivre, paprika

Au préalable faites tremper vos haricots rouge 12H dans de l’eau froide recouverte par un linge propre, ils seront ensuite à rincer et à faire cuire 45min à l’eau.

A côté, dans une casserole en fonte faites revenir les oignons et l’ail finement coupés dans un peu d’huile d’olive. Ajoutez-y le poivron vert coupé en dés, ainsi que la branche de céleri finement coupé et laissez cuire en mélangeant quelques minutes. Ajoutez 70cl d’eau ainsi que le riz, suivi des tomates concassées, de la carotte coupée en rondelles, de la feuille de laurier, des épices cajun, du paprika, et laissez mijoter à feu doux 20minutes, afin que les liquides soient absorbés, si besoin en rajoutez un petit peu en cours de route. Ajoutez les haricots rouges cuits au reste de la préparation. Enfin salez légèrement, poivrez et savourez.

J’espère que ce voyage sur fond de jazz vous plaira, je vous donne rendez-vous demain pour de nouveaux voyages en attendant Noël.

Chloé

Stollen

De la légèreté en ce 13 décembre, enfin je parle de se faire plaisir avec des gourmandises, car la recette du jour n’est pas vraiment ce qu’on appelle légère, même si je la revisite un peu en ce sens, ça reste un Stollen costaud. Le Stollen ou Christstollen est un gâteau traditionnel allemand sous forme d’un gros pain brioché garni de fruits secs et confits et avec un coeur en pâte d’amande. On le consomme en général en ces périodes de fête en Allemagne et ailleurs, j’ai d’ailleurs constaté que j’en voyais partout en ce moment, ce qui m’a motivé à me pencher sur cette recette. C’est un mets assez ancien, qui est devenu au fil du temps un symbole chrétien, dont la forme rappellerait Jésus dans sa lange, bien qu’il soit fort probable (comme beaucoup de choses) que les premières origines soient païennes. Il peut se conserver plusieurs semaines, sachant que dans la recette traditionnelle il se bonifierait avec le temps et de ce fait serait élaboré 10 jours avant Noël, vous pouvez vous y mettre on est dans les temps 😉 ( je ne sais pas si le mien se bonifie avec le temps, il a été si vite mangé :)).

Pour revenir à ma version du Stollen, je voulais le rendre plus léger mais sans enlever l’essentiel à savoir: le rhum, les fruits secs et confits, la pâte d’amande. Du coup, j’ai opté pour une maitrise de l’index glycémique avec du sucre de coco dont la quantité est faible, et surtout je me suis aventurée à le faire sans gluten, et le résultat fût satisfaisant, donc voici la recette.

Coeur d’amandes

Les ingrédients:

  • 60g de fruits secs et confits, ici j’ai mis des oranges confites et des raisins secs sultanes
  • 1 c à s de rhum
  • 170g de farine de sarrasin
  • 80g de farine de riz demi-complet
  • 30g de poudre d’amandes
  • 10g de levure
  • 50g de purée d’amandes
  • 100g lait de riz
  • 20g sucre de coco
  • 1 c à c de cannelle en poudre
  • 1 c à c de gingembre en poudre
  • 50g de pâte d’amandes
  • 1 pincée de sel
  • Sucre glace
Stollen sans gluten

Dans un bol faites tremper les raisins secs et les oranges confites dans le rhum.

Dans 10cl d’eau délayez la levure que vous ajouterez à ce qui suit.

Mélangez le lait de riz avec la purée d’amande, ajoutez les farines, la poudre d’amande, le sucre de coco, les épices et une pincée de sel. C’est le moment de travailler la pâte, en la pétrissant quelques minutes. Couvrez la pâte et laissez reposez 1h30/2h. Vous pouvez allez faire un footing pendant ce temps là ;).

Ajoutez les fruits secs et confits macérées dans le rhum à la pâte, étalez-là. Roulez votre pâte d’amande entre vos mains et placez-là au centre de votre pâte. Rabattez la pâte autour de la pâte d’amandes et laissez à nouveau poser au moins une heure.

Après avoir préchauffé votre four à 180c°, enfournez le Stollen pour 30minutes. Une fois sortie, laissez-le refroidir et saupoudrez le plus ou moins généreusement de sucre glace.

Et maintenant, une infusion à la cannelle, une part de Stollen ( d’autant que vous avez fait un footing pendant la pause de la pâte, c’est mérité ;)) et c’est le bonheur de l’ambiance de Noël.

Bon dimanche,

Chloé

Rouleaux d’automne

En ce 12 décembre, partons en Asie redécouvrir celui que vous aurez probablement reconnu, le rouleau de printemps aussi appelé goi cuôn, bo cuôn ou bi cuôn selon la farce qu’il contient, dans son pays d’origine le Vietnam. « Gòi » signifie salade et « cuôn » rouleau en Vietnamien, que nous traduisons je ne sais pour quelle raison « rouleaux de printemps », mais je vous l’accorde il se décline à l’infini un peu partout dans le monde, notamment en Chine et au Japon, mais ce calendrier est aussi là pour rendre ses lettres de noblesses à chaque pays. Autre chose, en principe dans le rouleau de printemps Vietnamien on retrouve de la viande, bien évidemment pas dans ceux que je vais vous proposer. J’ai un peu choisi la facilité en vous proposant cette recette vietnamienne, j’aurai pu choisir plus complexe, moins connu,… mais j’avais plusieurs bonnes raisons de vous proposer celle-ci. La première est anti-gaspillage, en effet le jour où j’ai fait la « Pumpkin pie » ( retrouvez-là ici), il me restait du potimarron que je voulais donc réutiliser dans une autre recette ( je ne poste pas dans l’ordre mais en général j’enchaine 2 à 3 recettes et toutes ne sortirons pas dans le calendrier) et ce même jour ( j’avais bien bossé 😉 ) j’avais également fait mon pesto de brocolis en grande quantité, que vous avez découvert hier dans le calendrier( sinon retrouvez-le ici) que je souhaitez intégrer donc dans cette version du rouleau de printemps. La deuxième raison est que je trouve cette spécialité tellement simple et conviviale, que je trouvais intéressant de la revisiter avec des légumes d’automne, l’automne étant ma plus grande inspiration et ainsi peut-être donner des idées ludiques de recettes à faire en famille en ces périodes de fêtes ( sachant que j’avais déjà fait un article sur les rouleaux de printemps très colorés au printemps, dont le lien est ici et ou vous retrouverez plus de détails, c’était d’ailleurs lors du précédent confinement, cela fait bizarre de le relire…). Donc avec tout cela, nous voici au Vietnam avec des légumes d’automne, un assaisonnement non pas au soja ( jamais!) mais à l’huile de pépins de courge toastées, c’est divin :).

Les ingrédients pour 8 rouleaux d’automne:

  • 8 feuilles de riz
  • 100g de riz semi-complet
  • 2 avocats
  • 1 carotte ( ou 2 si elles sont petites)
  • 1 betterave chiogga
  • le pesto de brocolis dont la recette est ici
  • 50 g de potimarron cuit à la vapeur
  • sel aux herbes
  • quelques feuilles de céleri branche
  • huile de pépins de courge toastées
Rouleaux d’automne

Dans un premier temps faites cuire à la vapeur 20min votre potimarron coupez en tranches ( chose que j’avais déjà faite donc, puisque je récupère le reste de la tarte au potimarron) et votre riz dans une casserole d’eau. Pendant ce temps préparez vos légumes, coupez en lamelles vos avocats, passez la betterave à la mandoline pour en faire de fines tranches, rapez votre carotte, préparez vos feuilles de céleri ciselées ainsi que le pesto de brocolis. Quand tout ce beau monde est en place, sortez une feuille de riz, mettez là dans un fond d’eau tiède dans une assiette et trempez là quelques secondes afin qu’elle soit imbibée d’eau et donc manipulable. Sur une surface propre et plate disposez votre feuille de riz humide, et là au choix pour l’ordre, mais j’aime bien commencez par ce qui est joli visuellement, car une fois replié c’est ce que l’on verra de vos rouleaux. Donc au centre de votre feuille de riz alternez les tranches de potimarron et d’avocat, puis mettez la betterave, un peu de celeri, le pesto de brocolis, éventuellement un peu de riz ( préalablement assaisonné avec l’huile de pépins de courge) si vous le souhaitez et qu’il y a la place, puis repliez de chaque côté délicatement en refermant votre rouleau. Servez avec du riz assaisonné avec l’huile de pépins de courge toastées, et un peu de sel aux herbes. Ainsi de suite avec les autres feuilles de riz. Régalez-vous 😉

Cette recette est délicieusement surprenante, les saveurs se marient parfaitement entres elles, tout en étant un plat léger il permet d’être rassasiant.

A demain pour une recette moins légère il me semble 😉

Chloé