Le Ledon du Groenland

Cela fait un moment que je n’ai pas parlé d’huile essentielle, alors qu’elles font pourtant pleinement partie de mon quotidien. Aussi je souhaite mettre en lumière aujourd’hui une huile essentielle dont on entend peu parler et qui a pourtant tant à nous offrir. Il s’agit de l’huile essentielle de Ledon du Groenland 🇬🇱, qui est certes un peu plus coûteuse que la plus part des huile essentielles, notamment du fait de sa provenance lointaine ( Canada) et de sa rareté, mais qui a beaucoup à offrir pour notre bien-être.

Le Ledon du Groenland (Ledum groenlandicum) appartient à la famille des ericaceae ( comme le bleuet par exemple). Cette plante qui peut mesurer jusqu’à 1m50, était très appréciée par les peuples amérindiens, qui utilisaient les feuilles sous formes de tisanes ou comme une épice pour agrémenter leurs préparations culinaires. Le Ledon du Groenland est très aromatique et pousse dans les sols humides et riches en matières organiques du Groenland, du nord des Etats-Unis et du Canada, on l’appelle aussi thé du labrador. C’est le rameau fleuri qui est distillé pour obtenir son huile essentielle. Cette huile essentielle contient notamment du limonène sabinène ( un monoterpène)) et du bêta sélinène ( un sesquiterpène). Son huile essentielle peut être utilisée par voie cutanée et/ou par voie orale. Néanmoins avant de passer à ses propriétés, comme toutes les huiles essentielles il y a des contre- indications. Cette huile essentielle est déconseillée aux enfants de moins de 8 ans , ainsi que chez la femme enceinte et allaitante. En outre, privilégiez l’avis d’un thérapeute pour toute utilisation prolongée notamment en interne, sachant qu’on utilise pas les huiles essentielles plus de 3 semaines consécutives. Dernière petite chose, les conseils qui suivent ne se substituent en aucun cas à un avis médical.

Ses propriétés:

L’huile essentielle de Ledon du Groenland est très réputée pour drainer et désintoxiquer le foie, notamment en cas d’intoxication hépatique, d’entérite, de flatulences,… Pour bénéficier de ces propriétés drainantes, prendre 3 gouttes dans une cuillerée de miel le matin pendant 3semaines. Il peut aussi être intéressant de l’utiliser en synergie avec l’huile essentielle de citron et d’estragon par exemple, à raison d’une goutte chacune. Pourquoi pas faire une cure de 21 jours en ce sens là à l’équinoxe d’automne ou de printemps.

Autre propriété très intéressante de cette huile essentielle, surtout dans nos époques actuelles, est qu’elle est considérée comme antidépressive et calmante. En effet, elle est précieuse en application cutanée pour aider à l’endormissement et lutter contre les insomnies, calmer stress et anxiété, ainsi que les spasmes. Pour cet usage dans un peu d’huile végétale, mettre 3 goutes d’huile essentielle de Ledon du Groenland et massez le plexus solaire, la colonne vertébrale, les faces internes des poignets et les voûtes plantaires le soir.

Peu connue en France, on en entend pas assez souvent parler mais cette huile essentielle gagne vraiment à être connue et fait partie pour moi, des essentiels justement à avoir dans sa trousse aroma. Je vous conseille bien sûr de ne pas lésiner sur la qualité, surtout lorsqu’il s’agit d’un usage en interne. Choisissez bien des huiles essentielles pures et naturelles, biologiques, botaniquement et biochimiquement définies, dont la provenance est clairement indiquée. J’utilise pour cette huile essentielle , celle de chez Florihana dont la distillerie est à Caussols dans les Alpes Maritimes, si cela vous intéresse voici leur site très bien fournis: Florihana

Avec cette huile essentielle je vous souhaite légèreté du corps et de l’esprit, calme et optimisme.

À bientôt,

Chloé

Le kéfir de fruits à la fève tonka

L’univers des bactéries, celui dont rien que le nom peut faire peur mais sans lequel nous ne pouvons pas vivre, notamment les bactéries saprophytes, qui nous protègent contre différents agents pathogènes en se nourrissants des déchets. Nous y voilà, bonjour le microbiote, le second cerveau là où en cas de déséquilibre, beaucoup de choses vont de travers dans notre corps et même notre esprit d’ailleurs. Un sujet vaste sur lequel je reviens fréquemment et qui est au cœur de tout rendez-vous en naturopathie, qu’on se le dise ;).

L’été s’annonce d’ici quelques jours , et en cette saison j’aime faire diverses boissons maison pour me rafraîchir tout en bénéficiant de certains bienfaits. Il y a quelques jours, en préparant mon kefir de fruits , j’ai constaté que je n’avais jamais abordé ce sujet ici, ni même partagé de recette autour de celui-ci. De ce fait le voici, avec ma recette de kefir 2021 ( je varie les recettes ) les bienfaits du kefir, comment le faire, etc,…

Qu’est-ce que le kefir?

Il existe 2 sortes de kefir: le kefir de lait ressemblant à du yaourt et celui dont je vais vous parler ici le kefir de fruits. Qu’il s’agisse de l’un ou de l’autre, le kefir est composé de microorganismes dont l’aspect diffère mais dont les effets sont similaires. Ne consommant pas de lait de vache, j’ai bien sûr une préférence pour le kefir de fruits, d’autant que cette boisson est désaltérante. En général, les graines de kefir se donnent entre connaissances, il y a quelques choses de très conviviale dans cette manière de faire, qui donne encore plus d’intérêt à cette boisson. Néanmoins, et ce fût mon cas, vous pouvez trouver des graines à repiquer jusque 8 fois en magasin biologique, de la marque Nature et Aliment qui est vegan et sans gluten et qui vous permettra de faire 8 litres de kefir au final grâce au repiquage.

Pour repiquer il suffit de récupérer le dépôts blanc que vous aurez au fond de votre boisson de kéfir.

Quels sont les bienfaits du kéfir?

Le microbiologiste russe Elie Metchnikoff prix Nobel de médecine a découvert lors de ses recherches sur les probiotiques les bienfaits du kéfir. Il a mis en lumière le fait que le kéfir empêchait les putréfactions des aliments qui passent dans l’intestin, renforçant ainsi le système immunitaire. En effet, le kéfir permet de rééquilibrer et nettoyer le système digestif, améliorant grandement le transit intestinal et le confort digestif. Par lien de cause à effet, de nombreux autres bienfaits peuvent être notés: sur les problèmes de peaux comme l’eczéma, le système biliaire, les allergies, un mauvais sommeil… l’essayer c’est assurément l’adopter, le goût étant très agréable qui plus est.

Kefir de fruits venant d’être préparé

Recette de kefir de fruits à la fève tonka

Les ingrédients:

– Un contenant d’un litre en verre

– 1 litre d’eau de source

– 1/2 citron bio 🍋

– Quelques figues sèches ( j’ai mis 4 petites figues)

– 1 fève tonka

– Des graines de kefir

Mettre vos graines dans le bocal en verre ajoutez les rondelles de citron 🍋, les figues, 1 fève tonka coupée en 4 et un peu râpée ( éventuellement 1 c à c de sucre roux si vous le souhaitez ) , et ajoutez l’eau de source. Fermez le bocal hermétiquement et laissez à température ambiante pendant 48h. Après ce temps, vous pouvez ôter les fruits de votre boisson et conserver votre bouteille au frais. En principe, elle doit être un peu pétillante, c’est le processus de fermentation qui est stoppé une fois la bouteille au frais.

Il vaut mieux le consommer à jeun ou avant le repas, à raison d’un verre par jour en petite cure.

Kefir de fruits à la fève tonka le soir même ( les fruits sont en train de monter)

Pourquoi citron, fruits secs, sucre?

Le citron permet d’abaisser le pH et conserver votre kéfir avec une note acidulée très appréciable. La figue séchée, grâce au sucre, permet aux bactérie de bien se développer. Le sucre est nécessaire pour le développement des bactéries qui s’en nourrissent. Il y en a toujours un peu lorsque vous achetez le sachet mais vous pouvez en ajoutez une petite cuillère si vous voulez.

Kefir de fruits à la fève tonka filtré après 48h

Mon petit plus la fève tonka qui donne un goût suave avec des notes de vanille et d’amandes. En outre elle aurait des propriétés antispasmodiques, un petit plus que l’on peut noter. En revanche elle est à éviter chez la femme enceinte et allaitante.

Je vous souhaite à quelques jours du solstice, un très bel été, en forme et remplie de joie!

Chloé

L’aloe vera

Qui n’a jamais entendu parler de l’Aloe Vera? Il me semble qu’une majorité de personnes la connaissent, au moins de nom et d’aspect. Comme vous devez vous en douter, si j’écris quelques mots sur cette jolie plante, c’est qu’elle a de nombreux bienfaits à nous prodiguer et est facilement trouvable en magasin biologique toute l’année.

L’aloe vera aussi appelée aloes barbadensis, originaire d’Egypte se trouve dans les régions chaudes et est donc présente entre autres chez nous dans le sud de la France. Ses grandes feuilles vertes rigides contiennent du latex, à ne surtout pas consommer à cause de l’aloïne très irritant qu’il contient. En revanche, la feuille contient aussi un gel, le gel d’aloé qui est la partie qui nous intéresse pour bénéficier de ses bienfaits. Ce gel mucilagineux, qui s’utilise en interne et en externe, va lui nous offrir le meilleur de l’aloe vera, notamment grâce à sa richesse en vitamines A,C et E, ainsi que phosphore, potassium, calcium, zinc.

Les bienfaits:

En utilisation externe, dont je ne peux me passer au quotidien dans ma routine visage, elle apporte hydratation et stimule la production de collagène. Elle est adoucissante, à un petit effet tenseur, est apaisante, notamment sur les légères brulures type coup de soleil, ainsi que pour les problèmes d’eczéma, d’acné et de psoriasis ( pas de miracle mais une vraie aide ). Elle est aussi utile en cas de piqure d’insecte. Personnellement je l’utilise comme sérum avant ma crème hydratante ou mon huile végétale chaque jour.

Cette plante est adaptogène, c’est à dire qu’elle stimule et augmente les défenses naturelles de notre organisme. Elle est remarquable au niveau du confort digestif, et apaise de ce fait de nombreux maux associés à celui-ci ( intestin irritable, constipation,…) grâce à ses vertus antioxydantes, antibactériennes et détoxifiantes,. En interne, mieux vaut l’utiliser en cure sur maximum 3 mois, si vous souhaitez faire un nettoyage, en l’associant à une alimentation légère et en buvant beaucoup d’eau. On la consomme plutôt en dehors des repas. Son usage est en revanche déconseillée aux femmes enceintes, ainsi qu’aux personnes fragiles. Comme toujours, il s’agit de conseils sans visées médicales et je vous encourage en cas de doute à demander l’avis de votre médecin. Autre précision, si vous avez des aloe vera décoratifs à la maison, ne les consommez pas, il en existe une multitude de variétés et toutes ne sont pas comestibles. Aussi je vous encourage vivement à vous procurer les feuilles en magasins bio clairement identifiés comme comestibles.

Et donc pour finir, je vous propose un petit jus à base d’Aloe Vera frais, qui nécessite un peu de patience, notamment au niveau du nettoyage de votre extracteur ;), il faut ce qu’il faut.

Les ingrédients pour 2 verres:

  • 50g de gel d’aloe vera
  • 1 bol de jeunes pousses d’épinards frais
  • 1 poignée de persil frais frisé
  • 1 citron vert
  • 1 kiwi
  • 30 cl d’eau de coco ( l’article sur l’eau de coco est ici)

Dans votre extracteur vous pouvez mettre tous les ingrédients hors aloe vera préalablement lavés et épluchés pour ceux qui le nécessitent.

Ensuite changez votre filtre, mettez celui qui est un peu plus gros, car l’aloe vera a du mal à passer avec le filtre classique ( oui j’en ai fait l’expérience, j’ai pu récupérer ma mixture, mais ça a été un chantier culinaire, j’ai donc appris de mes erreurs :)). Ajoutez l’eau de coco à la fin directement dans votre verre ou bouteille et mélangez avec un petit fouet électrique.

Votre potion magique est prête,

À bientôt,

Chloé

L’ail des ours

C’est sa saison en ce moment, et je regrette profondément de ne pas en trouver à ramasser dans la nature ( tellement satisfaisant), d’autant que le périmètre de recherche étant désormais restreint à 10km, ce n’est pas gagné.Néanmoins, il y a du mieux par rapport à l’année dernière où je n’avait absolument pas réussi à m’en procurer en frais; il semblerait que cette année on en trouve un peu plus facilement en boutique bio. Voilà pourquoi, d’une part je viens vous parler de lui, l’ail des ours (Allium ursinum) et d’autre part vous proposer une petite recette le mettant en scène qui est vegan, crue, ultra rapide et savoureuse.

Tout d’abord, présentation!

L’ail des ours appartient à la famille des Lilliacées, on le rencontre à l’état sauvage plutôt dans les sous-bois, il apprécie donc plutôt les sols humides, voilà pourquoi je peine à en trouver prêt de chez moi, ici c’est plutôt les cactus :). On consomme en ce moment les feuilles, la fleur arrive courant avril et mai.

L’ail des ours aussi appelé ail sauvage est un cousin de l’ail, et son nom viendrait du fait que les ours en soient très friands ( ils ont bien raison).

Les fleurs en étoiles blanches de l’ail des ours n’enlèvent rien à l’attrait et la magie de cette plante qui est connue depuis des siècles pour ses propriétés médicinales ainsi qu’en cuisine pour ravir les papilles de chacun (nous verrons cela un peu plus loin:)).

Les propriétés

L’ail des ours contient de l’allicine ( beaucoup plus que l’ail cultivé, d’où de plus grands effets avec l’ail des ours) qui est considéré comme un antibiotique naturel, il a des propriétés vermifuge, nettoie l’intestin et soulage les maux d’estomac. Il est riche en vitamine C, c’est d’ailleurs une des plantes qui en est le plus pourvue et est donc un très bon antioxydant.

Il est ainsi connu pour diminuer la pression artérielle, fluidifier le sang et avoir un effet sur le cholestérol.

En cuisine

Le moment tant attendu,parlons de son utilisation en cuisine. Finement ciselé il offre ses bienfaits et son goût puissant pour finir en beauté n’importe quel salade ou plat de légumes. Idéalement, on le consomme crue, pourquoi pas en saupoudrer sur une omelette après sa cuisson pour garder tout ses bienfaits, quand à ses fleurs comestibles, elles décoreront vos plats à la perfection. Et en pesto, je vous propose ma recette vegan et crue toute simple, à tartiner comme une vraie gourmandise pleine de bienfaits ( on veillera tout de même à ne pas en abuser, sous peine de crampes d’estomac) ou à utiliser en sauce pour vos plats.

Pesto à l’ail des ours:

Les ingrédients:

  • 2c à s d’amandes
  • 1c à s d’huile d’olive
  • 1 citron pressé
  • 1 tour de moulin à poivre
  • Une belle botte d’ail des ours fraiche

Jetez le tout dans un bon blender et mixez jusqu’à l’obtention d’un bel écrasé type pesto.

C’est prêt, l’heure de se faire plaisir est arrivée, en revanche, je rappelle que cela s’appelle bien « Ail », donc ça laisse quelques souvenirs en bouche :).

Dernière chose, si vous pensez en trouver dans la nature soyez vigilant à ce que ce soit bien la bonne plante, car certaines lui ressemblent mais ne sont pas comestibles. Aussi, assurez-vous que ça sente bien l’ail si vous pensez l’avoir reconnu, l’odeur ne trompe pas ;). Cueillir ses propres plantes est toujours plaisant, mais n’est pas sans risque, aussi vérifiez toujours bien chaque détail de la plante et/ou demandez plusieurs avis afin d’être sur.

Belle soirée,

Chloé