Le jeûne

On en entend beaucoup parler, le jeûne s’est bien démocratisé ces dernières années, et pourtant il existe depuis la nuit des temps et n’est pas simplement un effet de mode ( mais tant mieux que celui-ci soit démystifié à notre époque, afin de toucher un plus grand nombre de personnes).

Les origines du jeûne sont très anciennes et visaient en général la purification dans la plupart des religions et croyances.

Dans l’antiquité, Hippocrate conseillait de jeûner plutôt que d’avoir recours aux médicaments, et de nombreux autres médecins et scientifiques ont également préconisé le jeûne pour garder une bonne santé par la suite.

Il est donc difficile de nier l’efficacité de cette technique sur divers maux, grâce à ses effets à la fois detoxifiant et régénérant.  Contrairement, aux peurs que l’ont peut avoir, ce n’est pas une perte d’énergie que de jeûner, mais au contraire, en mettant au repos nos différents systèmes notamment digestifs et nerveux nous allons pouvoir éliminer plus facilement par les différents émonctoires les déchets  et dans le même temps régénérer le corps, celui-ci ayant été mis au repos.

IMG_E9061.jpg

Les différents types de jeûne 

  • Le jeûne intermittent, le plus accessible pour commencer et qui à le moins de contre-indications, celui-ci alternant les périodes d’alimentation et de jeûne.  Il y a plusieurs façons de le suivre. La façon la plus simple à mettre en place, consiste à faire l’impasse sur l’un des repas proche du sommeil, le petit déjeuner ou le diner, afin d’avoir une période de jeun d’environ 14 à 16heures ( exemple: dernier repas 20H, le suivant le lendemain à partir de 12H, vous pouvez après augmenter ce délai si vous vous sentez de le faire). L’avantage, c’est que celui-ci peut-être mis en place de façon beaucoup plus régulière et impacte un seul des 3 repas de la journée, ce qui en général dans le monde occidental, est loin de nous affamer. Pendant la période de jeun les boissons non-sucrées tel que le café, le thé, les infusions et bien sûr l’eau sont   tout a fait autorisée ( pas d’abus sur le café et le thé évidemment). Il y a aussi la possibilité de ne faire qu’un seul repas par jour ( on entend par repas, un repas équilibré évidemment, sans se jeter sur tout ce qui nous passe sous la main en cas de manque, voilà pourquoi la première technique est tout de même plus recommandée lorsque l’on est pas habitué à jeûner), de manière ponctuelle (1 jour sur 2, ou sur 3,…). Autre possibilité, ne rien manger pendant 24H, et le lendemain reprendre un rythme classique de 3 repas par jour,…Pourquoi pas aussi, remplacer un repas par un jus de légumes bio frais fait à l’extracteur de jus, afin de mettre son système digestif au repos, mais attention à ce que cela ne vous ouvre pas l’appétit sur un repas solide, auquel cas ce repas ne pourra être considéré  comme revitalisant et détoxiquant.

 

Le principe est simple, c’est donc de mettre son système digestif au repos, de manière alterner et accessible au plus grand nombre, bien que déconseillé aux personnes âgée, aux enfants et aux femmes enceintes ou allaitantes pour des raisons de risques évidents, ainsi qu’aux personnes souffrants de troubles alimentaire (anorexie, boulimie).

  • Le jeûne » complet » là il n’y a plus aucun aliment solide pendant 24H, 36H, 48H,… afin de mettre son corps totalement au repos. Il vaut mieux être accompagné ( au-delà de 24H surtout) pour ce type de jeûne si on ne l’a jamais pratiqué, sachant qu’en général le plus dur est le début, plus le jeûne est long plus le corps s’adapte et cela devient plus confortable et efficace. Après c’est le corps qui « décide »de rompre le jeûne, on s’en remet à ses sensations. Idéalement on évitera les périodes caniculaires et de grand froid, mieux vaut privilégier les intersaisons ( automne et printemps) plus propices. Avant de commencer ce type de jeûne, il faudra commencer à réduire son apport en nourriture et opter pour des aliments naturels ( fruits et légumes) afin de limiter les effets secondaires qui pourraient suivre un changement trop radical ( maux de tête , nausées, …).  Ce type de jeûne sera à éviter chez les personnes souffrant de diabète, de troubles psychologiques ( TCA inclus biensûr) , d’un système immunitaire affaiblit… ceci étant encore une fois étant chacun différent, il est important de se tourner vers un professionnel de santé afin de savoir si ce type de jeun est indiqué ou non à notre cas personnel.

Le plus drastique, le jeûne sec: c’est celui qui est pratiqué de manière intermittente en période de Ramadan par nombres de personnes. C’est assez rassurant, car c’est le mode de jeûne qui fait le plus peur et qui est pourtant le plus répandu. Pourquoi fait-il peur? On ne peut rien absorber que cela soit liquide ou solide, et la peur de la déshydratation est grande, c’est quelque chose qui est ancré en nous. Ses bienfaits, sont nombreux car l’absence d’absorption liquide, sollicite davantage la capacité adaptative du corps et permet un drainage en profondeur, notamment l’émonctoire des reins. Néanmoins, pour le suivre de manière stricte, mieux vaut être d’une part habitué au jeûne complet et d’autre part être accompagné, à plus forte raison si vous prévoyez une période supérieure à 24H. Pour rompre ce type de jeûne on commencera à réintroduire l’eau avant tout.

 

IMG_E9062.jpg

Une des choses importantes à retenir avant de se lancer, c’est que le but étant de nettoyer et donc de faire du bien au corps, on évitera le stress. Se dire que l’on commence un jeûne stricte alors qu’on a jamais jeûné de sa vie, peut-être extrêmement stressant et en se mettant trop de pression on va alors perdre les bénéfices recherchés avec cette pratique en créant du stress oxydatif à l’origine de nombreux maux.

Il vaut mieux commencer par ce que l’on sent le plus accessible, en général le jeûne intermittent de 16h, se fait sans trop de difficultés et portent rapidement ses fruits, notamment sur l’état de fatigue. Même si prendre la décision de jeûner peut parfois être difficile, outre ses nombreux bienfaits, celui-ci nous permet d’être beaucoup plus attentif à ce que nous ingérons, à nos modes de vies, à nos réels besoins physiologiques et permet de trouver ou retrouver des sensations oubliées en appréciant réellement ce que nous mangeons en conscience.

Enfin, je dirai que ce qui peut aider à se lancer plus facilement et avec un maximum de bénéfices, c’est de pratiquer le jeun si possible plutôt lorsque l’on est à l’extérieur, en nature dans le cadre d’une randonnée ou autre. Un moment qui nous fait du bien et nous permet d’être pleinement présent à ce que nous vivons sans s’inquiéter de ce que nous mangerons dans 2h par exemple.

Personnellement, j’ai eu des périodes où de façons naturelles j’arrivais sans m’en rendre compte à jeûner facilement, je vais être tout à fait honnête je ne suis pas dans cette période en ce moment, néanmoins des randonnées se profilant à l’horizon, je pense qu’un jeûne intermittent les accompagneront.

Je finirai en signalant que nous sommes un vendredi soir au mois d’août, je me doute que je n’ai pas choisi le meilleur moment pour publier cet article ;). Je reste néanmoins confiante, cela peut-être justement un point de départ pour peut-être se lancer cet objectif pour septembre et amorcer un nouveau mode de vie.

Très bon week-end, prenez soin de vous.

Chloé

Publicités

Jus fleuri

La fleur d’acacia ne sert pas qu’à faire du miel ou des beignets. Il existe de nombreuses recettes pour profiter pleinement des arômes et des bienfaits qu’elle nous offre.

 

IMG_E5604.jpg

 

Pour les puristes je précise qu’effectivement il s’agit du faux acacia connu sous le nom de Robinier ( famille des Fabacées), mais que nous appelons tous communément acacia. Il est originaire de Virginie et croît rapidement, il n’est donc pas difficile d’en trouver un peu partout et il est en ce moment en fleurs, si vous en voulez c’est donc le moment de la cueillette, après il sera trop tard.

Les fleurs agréablement odorantes de cet arbre, nous offre un goût  délicatement fleurie et sucré, mais possèdent aussi des propriétés intéressantes. En effet, elles sont réputées pour calmer les maux d’estomac et aider à réguler le transit intestinal. Toutefois, on veillera à ne pas en abuser ( effet laxatif) et à ne consommer que les fleurs bien lavées, les autres parties pouvant être toxiques ( racines, écorce notamment).

Pour la cueillette des fleurs, choisissez un endroit naturel et pur, loin de la pollution en évitant les endroits susceptibles d’être pollués comme les bords de routes, les usines, les champs arrosés de pesticides… afin d’avoir des fleurs de qualité.

Sans plus tarder, voici une recette simple d’un jus que vous pouvez réaliser avec un extracteur de jus.

IMG_E5608.jpg

Ingrédients du jus fleuri:

  • 200g de fleurs d’acacia ( rincées et triées)
  • 1 concombre
  • 1 citron
  • 3 carottes

 

Dans un premier temps, faîtes chauffer une casserole d’eau et ajoutez-y les fleurs d’acacia. Laissez les fleurs infusez environ 10min, puis filtrez-les et récupérez les fleurs. Vous pouvez garder, l’eau infusée et au choix, soit vous la dégustez comme tel (chaude ou froide) ou alors vous pouvez la garder pour allonger votre jus final ( après refroidissement).

 

Après avoir épluché et coupé les concombres, carottes et le citron, incorporez-les un a un dans l’extracteur, ainsi que les fleurs que vous venez de chauffer.

 

Votre jus est prêt, il ne nécessite pas de sucre, les fleurs et les carottes apportant largement cette saveur.

 

IMG_5581.jpg

Bonne dégustation printanière qui égaiera, j’en suis certaine, cette journée pluvieuse.

 

Parlons bien, parlons Bio

Je m’attaque aujourd’hui à un sujet, qui est parfois controversé et anime souvent certaines de mes discussions: l’agriculture biologique.

Je vais ici parler essentiellement d’alimentation, et me concentrer sur les produits frais non transformés, qui sont toujours la meilleure façons de s’alimenter. Le but de cet article est d’y voir plus clair sur les bienfaits de l’agriculture biologique sur la santé, en s’intéressant notamment à ce qu’est l’agriculture biologique et aux différents labels qui existent, certains étant plus qualitatifs que d’autres. Quoi qu’il en soit je ne laisserai aucun suspens quand à ma position sur la question, je conseille toujours de manger bio quelque soit le label, car il est évident que ce sera toujours mieux que de l’agriculture conventionnelle.

 

AfterlightImage (4).jpg

 

Qu’est ce que l’agriculture biologique?

Il s’agit d’un mode de production visant à la fois à être respectueux de l’environnement, de l’humain mais aussi des animaux et qui s’oppose à l’agriculture industrielle.

Ce respect environnementale et humain repose sur la limitation de l’utilisation des substances d’origines chimiques, par exemple en remplaçant l’engrais chimique par du compost et l’utilisation de produits naturels ( cuivre, argiles,…) ou prédateurs pour repousser les parasites.

Pour le bien-être des animaux, l’élevage en plein air est privilégié et ceux-ci sont nourrit avec des aliments biologiques et ne sont pas bourrés d’antibiotiques.

 

Pour s’y retrouver et certifier la qualité biologique d’un aliment il existe différents labels.

 

Les logos et labels

Afin d’assurer au consommateur le respect du cahier des charges de l’agriculture biologique et de la règlementation européenne, plusieurs logos/labels existent. En général, un agriculteur doit avoir passé une période entre 2 et  3ans en agriculture biologique avant de pouvoir avoir droit au label. Suite à cela, c’est un organisme agrée et reconnu par l’INAO (l’institut national de l’origine et de la qualité) qui pourra donner la certification qui sera valable un an.

 

Unknown.png

Le logo européen (Eurofeuille) est obligatoire sur les produits alimentaires emballés. Il donne obligatoirement une indication sur le lieu de production des matières premières qui composent le produit tel que: « Agriculture UE », « Agriculture non UE », « Agriculture UE/non UE ».

images.png Le logo « Agriculture biologique » est facultatif et garantit qu’un aliment contient au moins 95% d’ingrédients issus de l’agriculture biologique ( pour les produits transformés, sinon c’est 100%), le respect de la réglementation en vigueur française et européenne.

D’autres labels peuvent venir en plus de ces deux ( à l’exception de Nature et Progrès dont on va parler plus loin, qui exige un cahier des charges plus stricte que la norme européenne ) afin de renforcer la traçabilité et la qualité d’un produit déjà certifié bio.

 

Unknown-1.pngNature et Progrès garantie des produits issus de fermes 100% bio, limite la taille des élevages, exige une alimentation 100% biologique pour les animaux en limitant au maximum les traitements allopathiques. Ils prennent aussi en compte la limitation des emballages, des consommations d’énergie, le respect de la saisonnalité,la taille de l’entreprise,… Ce logo est gage de qualité et s’inscrit dans une démarche complète: biologique, écologique, équitable, durable.

Unknown.jpegDemeter certifie quand à elle l’agriculture biodynamique. C’est à dire qu’en plus du cahier des charges européen, elle vise à favoriser l’écosystème déjà existant par un cahier des charges bien précis en matière de culture et d’élevage.

 

Unknown-1.jpegCe label un peu plus récent vient renforcer le cahier des charges de la bio en y intégrant la non-mixité des fermes , une alimentation animale 100% bio, la notion de proximité afin de favoriser les produits locaux. Ici aussi il y aura une démarche biologique, écologique, éthique et sociale.

 

Les labels sont donc gages de qualité et vous assure une vrai démarche bio.

 

Concernant les produits importés, s’ils sont européens, les contrôles sont fiables et garantissent de faibles taux de résidus ( inférieur à 5%). Sinon, la qualité des contrôles different d’un pays à l’autre même si dans la majorité des cas ils sont plutôt correcte. Néanmoins, dans une démarche biologique il est toujours préférable de consommer des produits le plus local possible.

 

IMG_0363.jpg

Pourquoi manger bio?

Vous le savez si vous me lisez depuis un moment ou si vous vous intéressé à la nutrition et/ou à la naturopathie en général, l’alimentation est le pilier de la santé.

Nous sommes dans une époque où manger sainement est compliqué à cause des nombreux pesticides dangereux pour la santé car ils sont cancérigènes, neurotoxiques et perturbent le système endocrinien. Pour s’assurer de consommer des produits sains dans tous les sens du terme ( un céleri plein de pesticide ne l’est pas), il est donc nécessaire de se tourner vers l’agriculture biologique, où même mieux, si on peut cultiver soit même ses fruits et légumes.

De plus beaucoup de nutriments et vitamines ( notamment la vitamines C) se trouvent dans la peau des fruits et légumes, en consommant bio vous pouvez consommer toutes les parties de vos fruits et légumes sans risque.

En outre, au-delà de la santé, manger bio et local participe à une économie plus responsable qui limite la surconsommation. Le tarif parfois un peu plus élevé des produits bio, permet de se responsabiliser, de limiter le gaspillage, de manger en conscience et de consommer de saison. Il y a souvent plus d’éthique social et environnemental également.

Et aussi gustativement parlant , il y a plus de saveurs et donc de plaisir ;).

 

 

 

 

 

Nettoyage de printemps

Les beaux jours pointent ou ne vont pas tarder à pointer le bout de leur nez et un vent de renouveau accompagne bien souvent ce changement de saison.

On parle souvent du nettoyage de printemps pour sa maison et cela est nécessaire pour repartir du bon pied, faire le vide, tout nettoyer de fond en comble… Faire de la place pour se sentir mieux! C’est également le cas pour notre corps qui a sans doute accumulé pas mal de toxines durant l’hiver. En naturopathie pour repartir du bon pied dès le printemps, qui est une période idéale, nous allons parler de détoxication de l’organisme.

IMG_7008 (1).jpg

 

 

 

Pourquoi détoxiquer?

Nous avons dans notre corps des organes qui permettent de filtrer, ce sont les émonctoires. Les émonctoires sont:

  • les poumons
  • le foie
  • l’intestin
  • la peau
  • les reins

Pour éviter divers inconforts et/ou pathologies, il est nécessaire de les nettoyer de temps en temps, notamment lors des changement de saison, (surtout avec l’alimentation moderne) afin de renforcer leur efficacité.

La détoxication est une cure, c’est à dire qu’on l’a fait sur une période plus ou moins longue ( entre 3 et 8 semaines consécutives maximum). Il ne sert à rien de se détoxiner sans cesse, si ce n’est à fatigué son organisme à la longue.

 

Comment détoxiner son organisme?

En mettant au repos au maximum le foie et l’intestin , par une réduction du sucre (ici), des graisses saturées, des produits transformés, de la viande rouge, et en favorisant les fruits et légumes de saisons bio et notamment les légumes drainants tel que l’artichaut dont c’est bientôt la saison.

Pour reposer le système digestif on peut aussi opter pour une monodiète ( entre 1 et 3 jours) ou un jeûne sur un repas ou une journée par exemple. Si vous posséder un extracteur de jus vous pouvez remplacer un repas par un jus detox à base de légumes et ou de fruits ( exemple ici)

 

IMG_7071 (1).jpg Régénere

 

On peut compléter avec une cure de sève de bouleau ici qui va venir drainer et soutenir les reins et le système urinaire.

On peut aussi utiliser des associations de plantes, pour un drainage de tous les émonctoires comme le complexe pure élimination de chez Régénère ici qui contient:

  • Extrait sec de chardon Marie ; graine.
  • Extrait sec d’artichaut ; feuille.
  • Extrait sec de persil ; feuille.
  • Extrait sec de genévrier ; faux fruit.
  • Extrait sec de curcuma ; racine.
  • Extrait sec de fenouil ; semence.
  • Extrait sec d’ortie piquante; feuille et racine.
  • Extrait sec de bardane; racine.
  • Extrait sec de gingembre ; rhizome.
  • Extrait sec de guimauve ; racine.
  • Extrait sec d’ail des Ours ; feuille.
  • Extrait sec d’orme rouge ; écorce.
  • Extrait sec de piment; fruit.

 

En cas d’inconfort digestif,  vous pouvez compléter cette cure avec une autre synergie détoxiquante qui va venir nettoyer l’intestin d’éventuels parasites ( candidose par exemple). Il s’agit de Parasito2 de chez Régénère ici qui contient:

  • Extrait sec de cannelle ; écorce.
  • Extrait sec d’ail ; bulbe.
  • Extrait sec de pau d’Arco ; écorce.
  • Extrait sec d’olivier ; racine.
  • Extrait sec de thym; feuille.
  • Poudre de griffe de chat ; écorce.
  • Extrait sec de poivre long ; baie.

Enfin, il est grand temps de s’aérer davantage pour le bien-être des poumons. Marcher dans la nature au moins 45min et minimum 2 à 3 fois par semaine, courir, bouger au maximum en extérieur dans un environnement le plus naturel possible.

 

Même si la météo n’est pas encore au beau fixe, le renouveau de la nature commence à arriver, il est donc temps de sortir nous aussi de notre hibernation et de relancer correctement cette belle machine qui est notre corps.

Belle fin d’hiver,

*Vous pouvez retrouver toute la gamme régénère ici

 

 

 

 

 

Anti-stress

Vous connaissez surement l’expression qui dit que c’est souvent  le cordonnier le plus mal chaussé… Je me retrouve tout à fait dans cette phrase en ce moment, étant en période d’examen ( l’examen final de naturopathie) et donc dans un moment assez stressant  je dois l’avouer. Bien sûr je me « soigne » et utilise diverses techniques et compléments pour gérer au mieux ce stress et pouvoir avancer dans mes projets sereinement.  Je vous partage quelques unes de mes solutions dans cet article.

 

La respiration

 

Un état de non sérénité est associé à une respiration plus courte et irrégulière. Partant de ce constat, il est alors possible d’inverser cet état de stress grâce au contrôle de sa respiration.

Le premier exercice va consister à allonger au maximum son inspiration et son expiration tout en prenant soin d’équilibrer le temps d’inspiration et d’expiration. Au bout de quelques respirations, on peut constater un début d’apaisement et de liberté.

Dans un second temps, se focaliser sur un objet quel qu’il soit et ne penser qu’à celui-ci, afin de permettre au mental de se calmer.

Ces deux exercices simples et à la porté de tous, peuvent être d’un immense secours en situation de stress.

 

Les plantes 

 

IMG_6071.jpg

En parallèle,  les plantes sont d’une grande aide contre le stress. J’utilise notamment une association de cinq plantes  en tisane qui agissent sur le système nerveux central pour limiter l’anxiété.

Cette tisane se compose de:

  • La Passiflore des Indes, réputée pour supprimer l’anxiété et la nervosité, restaurer progressivement le sommeil sans pour autant perturber la vigilance dans la journée et elle ne provoque pas d’accoutumance.
  • Les feuilles d’oranger, sont sédatives. Elles sont efficaces contre les insomnies et les migraines. Elles sont également antispasmodiques.
  • La mélisse, à également une action sédative et est utile en cas de troubles digestifs d’origines nerveuse ( colites, crampes d’estomac,…). Elle est aussi efficace contre les palpitations.
  • Le coquelicot, atténue les symptômes des états d’anxiété, apaise les palpitations et aide contre l’insomnie.
  • La verveine, apaise les tensions nerveuses, aide à trouver le sommeil grâce à son effet sédatif et est antispasmodique.

 

Les huiles essentielles

 

IMG_6070.jpg

 

Evidemment, les huiles essentielles sont un indispensable pour lutter contre le stress et l’anxiété. J’utilise une synergie ( association d’huiles) composées de 7 plantes médicinales remarquables pour retrouver la sérénité. On peut faire soi-même ses synergies d’huile mais cela peut s’avérer rapidement très coûteux, aussi j’utilise une composition artisanale dèjà prête de chez Loretik , il s’agit de la n°131.

Cette synergie se compose de:

  • La Camomille, pour ses vertus calmante et sédative.
  • La Mandarine, qui est relaxante, sédative et modératrice du système nerveux.
  • Le Saro, est antidépressif et neurotonique.
  • La Lavande, qu’on ne présente plus, qui est sédative , antispasmodique et antidépressive.
  • La Pruche est apaisante, rassurante et réconfortante. Elle est également une équilibrante nerveuse.
  • Le Calendula, qui est un macérât huileux, est connu pour ses propriétés adoucissante et apaisante. Elle est aussi anti-irritante.

J’applique 3 gouttes de cette synergie sur le plexus solaire et sur les poignets ( on peut aussi en mettre sous la voûte plantaire).

 

Pour conclure, il existe beaucoup de techniques et de compléments pour palier au stress, c’est à chacun d’expérimenter ce qui lui conviendra le mieux. Je vous parle ici de ce que j’utilise personnellement et qui m’est très bénéfique. D’ailleurs si la synergie et la tisane vous intéresse ( ou tout autre synergie ou plante), vous pouvez bénéficier de 10% de remise sur le site de l’herboristerie Victor Hugo avec le code promo CLOLENAE10.

 

Je vous souhaite une semaine douce et sereine.

Chloé

 

 

 

Joyeux Noël

Je ne pouvais pas arrêter ce calendrier de l’avent sans citer une huile essentielle qui évoque tout de suite Noël lorsqu’on la sent. Il s’agit de l‘huile essentielle de Sapin Baumier ( Abies balsamea) aussi appelée baume du Canada.

 

IMG_5565.jpg

 

 

Le Sapin Baumier

Il appartient à la famille botanique des abiétacées et est originaire du Canada. Ce sont ses aiguilles qui sont distillées pour extraire son huile essentielle qui contient principalement des monoterpènes  ( pinènes, delta-3-carène, camphène, limonène).

Cette huile est antiseptique, décongestionnante, mucolytique et expectorante, antispasmodique.

 

Evidemment, sa première utilisation sera en diffusion, surtout en ce beau mois de décembre où elle va, d’une part assainir l’air mais aussi lutter contre les infections respiratoires et réduire la fatigue tout en laissant une douce odeur de sapin de noël.

Contre les infections respiratoires, particulièrement la bronchite, 1 goutte dans une cuillère à café de miel 2/3 fois par jour.

Diluer 40 gouttes d’huile essentielle de sapin baumier dans 100ml d’huile végétale, à utiliser en massage sur le thorax pour lutter également contre la bronchite. 

 

Précautions d’emploi:

L’huile essentielle de Sapin Baumier est déconseillée pendant les 3 premiers mois de grossesse. Elle peut être dermocaustique à l’état pur, il faut toujours la diluer dans une huile végétale pour une application cutanée.

Les huiles essentielles sont très puissantes et efficaces, l’aromathérapie n’étant pas une « médecine douce », elles peuvent se révéler toxiques en cas de surdosage. Prudence donc.

 

JOUR J: J’ai pris beaucoup de plaisir à partager ce calendrier de l’avent aromatique avec vous. Ces 25 huiles essentielles sont un bref aperçu du monde de l’aromathérapie, mais constituent néanmoins une bonne petite trousse pour expérimenter le monde merveilleux et passionnant qu’est l’aromathérapie. Je vous souhaite un très beau Noël, et peut-être certains d’entre vous auront eu quelques huiles au pied du sapin ;).

Prenez soin de vous!

Chloé