Journal de confinement J-51

Mercredi 6 mai, cinquante et unième  jour de confinement, le temps a commencé à faire son oeuvre. Après divers échanges téléphoniques, par messages,… avec des amies, quelque chose revient souvent, concernant le temps, et plus précisément le manque de temps en confinement! Un comble me direz vous ! Et pourtant, dans cette société qui nous pousse toujours à combler le moindre espace de « vide », à faire, à être productif,… ce temps infini et incertains peut apparaitre comme une jarre vide qu’il faut à tout prix remplir en cherchant à s’occuper par tous les moyens. Dommage, car ce temps infini est en réalité une aubaine pour se retrouver et revenir à Etre et non à « faire », à « devoir » ou à « avoir ».

Seulement voilà, après les diverses phases par lesquelles le confinement peut nous faire passer, il y a de fortes chances qu’après 50jours et l’annonce du prochain déconfinement, on se retrouve perdu, qui plus est dans ce climat exceptionnel où chacun y va de son information dont on ne sait plus lesquelles sont viables ou pas et qui ont pour vocations de créer la confusion et embrumer le cerveau en semant le trouble en chacun d’entre nous avec tout et son contraire. Ne nous mentons pas, nous avons bien ici le paradoxe d’avoir du temps, du temps pour soi comme on aime à se le dire et pourtant il n’a probablement jamais était si difficile de se recentrer, de faire le vide, d’être apaiser.Vient en général s’ajouter à cela la fatigue! Oui oui, la fatigue peut se faire de plus en plus ressentir, alors que nos activités sont pourtant réduites ( je m’adresse aux personnes confinées lorsque je dis cela). En effet, ressentir de la fatigue car nous avons un surcroit d’activité et/ou un manque de repos est parfaitement normal, en revanche lorsqu’on est « fatigué de ne rien faire » comme on peut l’entendre notamment en ce moment, il faut peut-être se pencher sur ce que l’on appelle les surrénales.

 

Qu’est ce que les surrénales?

Les surrénales sont deux petites glandes qui se situent au-dessus de nos reins et qui ont un rôle important. En effet, pour faire simple, elles appartiennent au système endocrinien, elles sécrètent des hormones (adrénaline et cortisol) dont l’un des rôles principaux est de nous alerter sur le danger et ainsi d’activer un mécanisme de fuite ou de défense. Aussi compte tenue de cela, vous voyez probablement déjà où je veux en venir…

 

En principe, si l’on s’en tenait aux lois naturelles du vivant, il devrait y avoir un temps pour se reposer et ainsi récupérer, sauf que ce n’est pas le cas dans notre société actuelle, je ne vous refait pas le topo de la charge mental et des mille et une obligations quotidiennes qui sont ou se sont imposées à nous et je ne parle pas que de l’aspect professionnel. Nous sommes constamment sur le qui vive, et la période actuelle, teinté d’incertitudes, de peurs, de doutes, de potentiels danger,… dans un climat qui se veut toujours plus anxiogène, n’aident assurément pas à ralentir l’activité des surrénales.

Ainsi avec ce mécanisme sur-solicité, le cortisol n’est plus produit normalement et il peut y avoir un dérèglement total, lorsque par exemple on ressent une plus grande énergie en fin de journée qu’en début, il peut déjà y avoir un bon indicateur. En effet, les glandes surrénales ont aussi un effet sur l’absorption et la transformation du sucre, l’assimilation des minéraux, sur les hormones sexuelles et sur nos humeurs et pensées. On comprend là, à plus forte raison, l’importance des surrénales. Parmi les indicateurs que l’on peut observer quand à la fatigue surrénale, il y a un sommeil agité, un réveil fatigué, la fatigue sans raison, la perte de cheveux, des difficulté à se concentrer, des problèmes d’infertilité, de libido, des envies de sucres, …

En general, si vous êtes à l’écoute de votre corps, vous savez que quelque chose cloche, et vous l’aurez surement compris au travers de ces quelques mots, nous sommes probablement actuellement dans une sur-solicitation des surrénales. Alors que faire?Snapseed.jpg

 

 

 

 

Des solutions?

Toujours, j’ai envie de vous dire! La première, la plus simple, le repos, le vrai,  le repos du corps donc sans activité physique ( savoir s’accorder de vrais moment de repos et de récupération, le sport ayant parfois et surtout en ce moment tendance à nous le faire oublier) et de l’esprit donc sans écrans, sans sources d’informations sur une grande partie de la journée, sans relations toxiques. Malheureusement, ça risque de ne pas être suffisant, essentiel mais à coupler avec d’autres choses.  Bien sûr cela va passer par l’amélioration du sommeil, si vous dormez mal, c’est la base, je vous remets l’article sur le sujet ici mais aussi par de la relaxation que ce soit par le yoga, la méditation ( qui fait partie du yoga), mais aussi par l’altruisme, le rire, les moments partagés avec les gens qu’on aime ( de loin en ce moment, mais très bientôt ensemble). Enfin, et ce n’est pas la moindre des solutions, on veillera à son alimentation en évitant la nourriture industrielle et ultra-transformée cela va de soi mais aussi en étant attentifs aux aliments qui vous affecte ( je rappelle là que nous sommes tous différents, et que mettre une liste ici serait réducteur et probablement erroné). Néanmoins dans les aliments qu’il convient d’éviter, on retrouve les stars: sucre, produits laitiers, viandes rouges, alcool, café et gluten. En revanche, la consommation de fruits et légumes frais, notamment les fruits rouges et les légumes verts, de produits bruts de qualités, de bonnes huiles de qualité, d’oléagineux, de petits poissons riches en oméga3…  seront les bienvenus. On cherchera des aliments riches en vitamines B,C et D , en magnesium, en sélénium.

IMG_6693.jpg

Côté plantes, la Rhodiola et l’ashwaganda ou le moringa seront un bon soutient surtout dans cette période inédite ( les infos sur le moringa et la rhodiola en cliquant sur chacun: Rhodiola Moringa

 

Je vous souhaite une douce suite et je finirai sur une citation de Boris Cyrulnik:

« La résilience, c’est l’art de naviguer dans les torrents »

 

 

 

A bientôt,

 

Chloé

 

1er Décembre: Financier au Moringa

Pour débuter ce mois de décembre, je vous propose une recette revisitée d’une de mes pâtisseries préférée: le financier ( c’est d’actualité n’est-ce pas? oui je suis d’humeur blagueuse ;)).

Ici je vous propose une recette à base de Moringa, le fameux « arbre miracle » dont j’avais parlé dans un article concernant les « supers-aliments » ici.  Ses apports en protéines et en micronutriments tel que le magnesium, le calcium , le selenium, le chrome, le fer, le zinc et en vitamines E ( antioxydantes) et du groupe B apporteront une vraie plus-value nutritionnelle à ce financier.

Cette première recette ne sera pas vegan, car il sera nécessaire d’y incorporer des blancs d’oeufs, en revanche elle sera bien sans lactose puisque je n’utiliserai pas de beurre mais de la purée d’amande à la place. La purée d’amande en plus d’être sans lactose,  est intéressante car elle apporte également des protéines végétales, ainsi que de nombreux micronutriments tels que: magnesium, potassium, calcium, vitamine E,… mais elle est aussi  riche en acide gras insaturés ( souvent appelé le bon gras) et en fibres ce qui lui confère un effet rassasiant. C’est une excellente alternative au beurre notamment en cas de cholestérol, d’intolérance au lactose, de régime végétalien, afin de diminuer sa consommation de produits d’origines animales ou tout simplement pour découvrir de nouvelles saveurs.

 

Pour réaliser cette recette, vous aurez besoin de ( pour environ 8 financiers):

  • 3 blancs d’oeufs
  • 60g de sucre glace
  • 60g de purée d’oléagineux ( idéalement de l’amande)
  • 50g de poudre d’amandes
  • 1 cuillère à soupe de poudre de Moringa bio
  • une noisette d’huile de coco pour le moule

 

AfterlightImage (7).jpg

 

Dans un récipient, mélanger tous les ingrédients secs et ajoutez ensuite les blancs d’oeuf et la purée d’amande, puis dans des moules adaptés (graissés au préalable avec un peu d’huile de coco à appliquer à l’essuie-tout)  verser la pâte obtenue.

Il ne vous reste plus qu’à enfourner pour 10min à 200C°.

Régalez-vous, mais avec parcimonie car ça reste un financier, donc sucré !

 

Les compléments alimentaires

Je parle souvent de compléments alimentaires que ce soit dans le cadre d’une consultation en naturopathie ou sur mes supports de communication ( blog, Facebook, Instagram) et des questions reviennent très régulièrement sur le sujet:

Qu’est-ce qu’un complément alimentaire? Pourquoi en consommer?

Si on peut les retrouver dans notre alimentation à l’état brut dans le cadre d’une alimentation (jugée) saine et équilibrée ( si ce n’est pas le cas, la réponse devient évidente :)), alors, est-ce vraiment utile?

 

1. Qu’est-ce qu’un complément alimentaire?

 

Un complément alimentaire a pour but de venir compléter ( et non substituer) une alimentation qui devra déjà être saine et équilibrée. Le but est d’apporter des nutriments ou micronutriments ( vitamines, minéraux, oligoéléments,…) de manière concentrée afin de couvrir les besoins de l’organisme en ayant un effet nutritionnel ou physiologique.

Il est important de retenir qu’en aucun cas, ils ne remplaceront une alimentation saine et équilibrée et que leur efficacité ne pourra être optimale que dans ces conditions là.

 

2. Des raisons agricoles

 

Le premier constat que l’on peut soulever concernant notre alimentation actuelle, est que malheureusement l’agriculture intensive a appauvrit nos sols qui ne sont plus aussi fertiles qu’il y a 50ans et que par conséquent les fruits, légumes, céréales qui y poussent sont beaucoup moins nutritifs qu’autrefois ( exemple de la pomme qui contenait 400mg de vitamine C  il y a  50ans et seulement 4mg aujourd’hui…. d’après Philippe Desbrosses, docteur en science de l’environnement). Il faudrait en consommer d’énormes quantités pour avoir nos apports journaliers en oligoéléments, minéraux et vitamines. Voilà pourquoi il peut être intéressant de se supplémenter de temps en temps.

Par exemple, la papaye fermentée sous forme de complément alimentaire ( image ci-dessous) sera 100 fois plus concentrée en vitamine C qu’une papaye fraîche, ce qui lui confèrera des vertus protectrice contre le stress oxydatif et renforcera le système immunitaire, intéressant en cette période de rentrée.

IMG_9990.jpg

 

3. Le mode de consommation

 

Il est souvent recommandé de manger au moins 5 fruits et légumes par jour, encore faut-il que ceux-ci soient issus de l’agriculture biologique et qu’ils soient consommés de la bonne manière. En effet, certains modes de cuisson par exemple, vont altérer l’intérêt nutritif d’un aliment. Pour reprendre l’exemple de la vitamine C, qui est souvent très rechercher pour gagner en vitalité, c’est  une des vitamines les plus fragile. Elle est sensible à la chaleur ( détruite à la cuisson ) et à la lumière, ainsi qu’a l’oxygène de l’air. Aussi lorsque nous achetons des aliments dont on ignore le transport, le stockage,…il se peut que certaines vitamines soient déjà  altérées par de mauvaises conditions.

Là encore, des compléments alimentaires dont les dosages, modes de conservations, provenances, … sont stricts seront utiles.

 

IMG_9684

 

Vous l’aurez compris, nous vivons avec notre temps et certaines choses qui n’étaient pas nécessaires il n’y pas si longtemps que cela, le deviennent maintenant. Il est cependant important de garder à l’esprit que tout les compléments ne se valent pas, qu’il faut rester vigilant à la qualité des produits que vous utilisez. Si besoin n’hésitez pas à demander conseil.

Je connais quelques laboratoires fiables, dont le laboratoire Natural Nutrition situé dans le lubéron avec lequel je vous fait bénéficier en ce moment d’une promotion de 30% sur tout leur site avec le code promotionnel CHLOE30 à ajouter en fin de commande jusqu’au 16 septembre 2018 ( après cette date ce sera 20% avec le code CHLOE20).

Je vous mets le lien direct de leur site ici  

 

Prenez soin de vous.

Chloé