Mission 2021

En ce 6 janvier, je vous souhaite une année douce et sereine, et vous invite à embarquer avec moi dans cette nouvelle ère, qu’il faudra créer. Et c’est là la bonne nouvelle, c’est que comme je le disais dans mes voeux partagés sur Instagram, nous sommes tous créateurs individuels, et cet élan que je souhaite positif, apportera forcément un mieux être collectif. Et pour cela, il va falloir nettoyer ce qu’il y a à nettoyer, détoxiquer! Mais pas au sens où vous pouvez l’entendre.A peine les fêtes terminées, on entend parler ( presque) plus que de cela, la détox! Je constate d’ailleurs, une plus grande demande de conseils en naturopathie en janvier ( et c’est tant mieux, c’est qu’il y a une prise de conscience), que cela soit des bonnes résolutions ou un besoin ressentie.

Evidemment, les probables excès des fêtes pèsent dans la balance, sans mauvais jeu de mots, mais il n’y a pas que cela, surtout en ces époques complexes.

Ce que je veux dire par là, c’est que je ne vais pas parler de detox au sens physique dirons nous, mais de detox mental. En effet, si l’alimentation est importante et même primordiale, elle ne peut à elle seule tout résoudre, et je crois qu’en ce début d’année 2021, il est peut être grand temps de prendre conscience que prendre soin de soi, c’est prendre soin de tout son être: physique, psychique et spirituel.

Néanmoins, je vais tout de même vous remettre quelques articles essentiels en lien, notamment le basique mais qui est à lire et relire ( et surtout à appliquer): Nettoyer les émonctoires vous y trouverez tout ce qu’il faut pour éliminer les différents déchets du corps, sachant qu’en médecine chinoise traditionnelle, l’hiver est la saison où l’on s’occupe particulièrement des reins ( spoiler: attention au sel, et donc mollo sur la raclette ;). Je vous remets également l’article axé sur l’émonctoire de la peau, avec le brossage à sec, qui est une habitude à mettre en place au quotidien afin de soutenir celui-ci: Le brossage à sec.

Voilà pour les basiques, afin de nettoyer un peu le corps et se sentir mieux d’un point de vue physique. Je vais donc rentrer dans le sujet qui m’a poussé à vouloir écrire ici en ce début d’année, le bien être psychique et comment détoxiquer son mental?

Plusieurs choses me poussent à venir sur le sujet, la période ultra particulière liée aux événements biensûr, mais aussi la période habituelle de l’hiver qui est souvent peu appréciée, surtout le mois de janvier,celui-ci étant post fête il peu y avoir aussi une forme de mélancolie en prime.

Bref, peu importe, mon but, c’est de partager avec vous quelques outils pour vivre au mieux chaque moment et retrouver un certains équilibre. Le corps et l’esprit sont tout aussi important l’un que l’autre, et sont interdépendants, aussi prendre soin de son corps uniquement est bien mais pas suffisant.

Dans la recherche de bien-être, faire attention à son alimentation, avoir une activité physique régulière et plus ou moins soutenue, sont des habitudes saines que l’on peut rapidement mettre en place soit seul soit accompagné, mais je dirai que c’est la partie la plus facile dès lors que l’on est motivé à agir. En revanche, dompter son mental requiert beaucoup plus de discipline et de courage. Les causes sont extrêmement variables ( sachant que je pars ici du postulat qu’il n’y a pas de souci de santé particulier, psychique ou hormonal par exemple) et chacun devra essayer d’apprivoiser cela petit à petit, je vais vous donner quelques outils ici ( non exhaustifs), et si vous l’accepter ce sera votre mission 2021.

  • Coupez-vous de ce qui est anxiogène

Cela paraît simple et anodin, mais d’une part les informations arriveront à vos oreilles ou vos yeux sans avoir à les chercher, ne vous inquiétez pas, et d’autres part, surtout ces derniers mois, il est inutile de continuer à focaliser sur des choses qui ne font absolument pas avancer, je pense que vous le voyez bien. Libérez de l’espace dans votre cerveau, pour utiliser ce temps de gagner pour faire des choses plaisantes et positives pour vous.

  • Exercez votre mental

Tout comme le corps a besoin de bouger pour bien fonctionner, notre cerveau a besoin d’exercice. En effet, plus nous avançons en âge, plus nous pouvons avoir tendance à faire les choses par automatisme, sans même avoir besoin d’y réfléchir, c’est confort. Sauf que nos neurones vieillissent et l’on ne stimule plus notre cerveau, ce qui peut conduire avec l’âge à de l’ennui, voir de la dépression. Aussi, il est important de constamment chercher à apprendre de nouvelles choses, que ce soit une nouvelle discipline, des jeux tel que les échecs par exemple, des lectures inhabituelles qui demandent une plus grande concentration voir,… des choses qui ne sont pas dans nos habitudes et poussent le cerveau à redécouvrir la difficulté de l’apprentissage puis la satisfaction du progrès. En plus de cela, ça booste la confiance en soi.

  • Réussir à diminuer son stress

Oh que c’est facile! Evidemment, cela est très ironique, nous vivons une époque où le stress est permanent, que ce soit le travail, les relations social de plus en plus difficiles, la famille, la sonnerie du téléphone, les mails, la gestion de la maison,… nous sommes arrivés a un stade ou tout est source de stress et génère un état d’alerte permanent par la libération de cortisone constante, ce qui à terme affecte nos neurones encore une fois et amenent les joies de l’anxiété, du vieillissement prématuré et de l’hypertension, pour ne citer que cela, la liste est si longue.

Donc concrètement, on recontextualise, car bien souvent notre prédateur à nous n’est pas si dangereux que ceux auxquels devaient faire face les hommes d’antan. En principe, on a tout a fait la possibilité d’agir sans mettre en péril notre vie, aussi revoyons notre réalité, car c’est nous qui la créons et donnons plus ou moins d’importance aux choses.

Evoluer dans un lieu peu encombré et ordonné, permet aussi d’avoir plus de clarté d’esprit et de diminuer les stimulis extérieurs, eux aussi sources de stress. Pour rejoindre l’idée développée un peu plus haut sur l’automatisme, on évite cela, et on fait les choses en conscience ici et maintenant, ce qui m’amène à la suite, à savoir pratiquer la méditation, si possible quotidiennement, même si c’est peu de temps. Sur le sujet je vous invite à consulter les articles suivants:

La méditation

Se recentrer sur l’essentiel

  • Se lancer des défis atteignable

Chacun à son niveau, au delà de résolutions compliquées à tenir, je vous invite à tenir un carnet de bord chaque année, et d’y noté quelques objectifs à réaliser sans trop de pression et à vous donner le défi de vous y tenir, afin d’avoir la satisfaction personnelle de réussite. Par exemple, courir 5km d’ici la moitié de l’année si vous n’avez jamais couru, ou de mettre en place la méditation au moins 2 à 3 fois par semaine pour commencer à vous recentrer et reprendre le dessus sur votre mental. L’important et de s’y tenir, donc pas de plan sur la comète du genre, je court un marathon dans 6 mois, alors que je n’ai jamais couru. Des petits défis atteignables, amèneront de plus grands défis dans une spirale vertueuse, aidant à avoir un bon stress ( il en est question en détail dans cet article sur le bon et le mauvais stress ici )

  • S’oxygéner

Ah ce n’est pas le plus simple celui-ci en ce moment n’est-ce pas? Voilà qui est d’autant plus intéressant, car c’est en se sentant restreint sur une chose qu’on en mesure son importance, toujours voir les choses du bon côté :). Et pour cause, avant même l’alimentation, l’oxygène mélangé à l’azote ( il n’y a que 21% d’oxygène dans l’air heureusement celui-ci étant toxique) est ce qu’il y a de plus indispensable à notre survit. Aussi, il n’est pas nécessaire d’en dire plus quand à l’importance d’apprendre à bien respirer et cela même lorsqu’on est stressé. La respiration calme permet d’apaiser le mental émotionnel, et une respiration lente permet de mieux oxygéner le corps et ainsi de le purifier. Le but ici est de chercher à équilibrer l’inspiration et l’expiration qui amèneront à un équilibre du système nerveux, du sympathique et du parasympathique. Dans la pratique asseyez vous les jambes croisés ou en lotus s’il vous est confortable, le tout sans tension, les mains posées sur les genoux paumes de mains vers le haut. Fermez les yeux et tournez vos globes oculaires vers le bas ventre en respirant exclusivement par le nez, et en veillant à ce que l’expire soit égale à l’inspire, vous pouvez compter les secondes ça occupera le mental et évitera l’éparpillement. Inspirez le positif, expirez le négatif. Idéalement il faut 20 minutes chaque jour de respiration, sachant que vous pouvez ne pas les faire d’affilée. Un exercice à la portée de tous, qui ne nécessite rien si ce n’est du calme et l’aménagement d’un temps dédié ( à la place des infos ou de la série du soir c’est très bien). Dynamisme, sommeil, clarté d’esprit,… font partis des innombrables cadeaux offerts par une bonne respiration. Si vous voulez aller plus loin dans la respiration, je vous remets le lien de l’article Pranayamas ici.

  • La pensée positive

Acceptez ce qui est, agissez en conséquence, videz vos poubelles mentales, ne vous apitoyez pas sur votre sort, et encore pire ne rejeter pas la faute sur les autres. Nous sommes tous responsable de ce que nous véhiculons, et si nous véhiculons de la joie, alors la joie se propagera…

J’aurais encore de nombreuses choses à écrire, mais je crois que cet article est assez long comme ça, et donne déjà de belles pistes pour bien commencer cette nouvelle ère. Je proposerai d’autres articles dans la continuité de celui-ci et vous proposerez d’autres techniques pour dompter celui qui est en fait responsable de tout ce qui nous tracasse: notre mental. L’idée n’est pas de tout pratiquer, à moins d’avoir une journée de 72h, mais de piocher quelques outils pour améliorer son quotidien et devenir notre meilleure version, et je souhaite le cru 2021 excellent.

Belle soirée et encore une très belle année

Chloé

Les Prànàyàma-s

Pour entrer dans le sujet des prànàyàma-s, il est bon de commencer par « définir » ce qu’est le yoga.

Le yoga est une philosophie visant à relier le corps et l’esprit par le biais de techniques corporelles et respiratoires. Il est en réalité difficile de le définir, car il englobe également une dimension spirituelle importante. Le mot sanskrit yoga signifie « relier »,  » unir », ce qui permet de mieux le définir, car la pratique du yoga vise à nous relier a nous même mais aussi à tout ce qui nous entoure en révélant notre capacité à Être ( et non à avoir). Le yoga est composé de 8 membres, qui ont pour but l’épanouissement, l’accomplissement.

IMG_E0562.jpg

 

Ces membres sont:

  • Yama,  la maîtrise de la relation avec les autres
  • Niyama, la maîtrise de la relation à soi
  • Asana, la pratique posturale
  • Prànàyàma, les techniques de respiration
  • Pratyàra, le retrait des sens
  • Dhàranà, la concentration
  • Dhyàna, la méditation ( implique une dimension spirituelle, contrairement à Dhàranà)
  • Samàdhi, l’état d’unité

Tous constituent ce que l’on appelle le Ashtanga Yoga, à ne pas confondre avec la pratique de Vinyasas du même nom. Ashtanga, signifie « 8 membres » tout simplement :).

 

Nous allons donc nous pencher particulièrement sur le quatrième membre: Prànàyàma.

Pour une approche simple, nous dirons que le  pràna est une énergie et dans ce cas précis celle du souffle vital , aussi le Prànàyàma est la maîtrise du souffle.

Grâce à différentes techniques de respirations, le Prànàyàma, selon celui que l’on pratique aura différents effets. C’est un outils remarquable qui aura des actions sur le corps physique et sur le mental émotionnel.

Nous aborderons, ici ce thème de manière globale, car le sujet est vaste, néanmoins, les prànàyàmas étant très puissants, je trouve important d’en partager le sens et au moins une des techniques. Je vous mettrais à la fin de l’article un ouvrage de qualité sur le sujet.

 

 

Nâdi Shodana

Une des techniques est Nâdi Shohana. Ce prànàyàma est considéré comme le plus important, il est d’ailleurs pratiqué lors des séances  des nouvelles et pleines lunes.

Il s’agit d’une respiration alternée, dont le nom signifie « purification des nerfs ». Les nadis sont des canaux que nous avons dans le corps, il y en aurait 72000, dans lesquelles circule l’énergie ( prànà). Deux de ces nadis, sont considérés comme principaux, il s’agit d’Ida et Pingala. Ida est le flux d’énergie de la narine gauche et Pingala celui de la narine droite.

Ce prànàyàma a une action purifiante et équilibrante et apporte calme et clarté d’esprit ainsi qu’un regain d’énergie. En équilibrant la respiration de chaque narine nous rééquilibrons la communication des deux hémisphères du cerveau.

 

La technique:

Installé bien droit en posture assise soit en lotus ( Padma Asana) ou les jambes croisées, gardez votre main gauche sur votre cuisse en mettant le pouce et l’index en contact.

Portez votre main droite à vos narines, en repliant l’index et le majeur ( voir photo), seuls le pouce et l’annulaire feront pressions sur vos narines, le pouce sur la narine droite, et l’annulaire sur la narine gauche.

Fermez les yeux puis inspirez par la narine gauche en obturant la narine droite avec votre pouce  et expirer par la narine droite en obturant la narine gauche avec votre annulaire. A nouveau inspirez de la même manière mais avec la narine droite et expirez par la narine gauche. Cela représente un cycle, il faudra faire 6 cycles donc 12 respirations au total.

Idéalement, essayez de compter votre temps de respiration, d’une part cela vous aidera à l’allonger et d’autre part cela fixera le mental sur ce que vous êtes en train de faire et non sur le prochain repas à préparer ou la prochaine tâche à accomplir… Ici et maintenant, simplement 🙂

Pourquoi pas vous fixer un moment « rituel » chaque semaine ou chaque jour par exemple ( il suffit de quelques minutes).

IMG_E0563.jpg

 

Si le sujet sur les prànàyàma-s vous intéresse et que vous souhaitez approfondir vos connaissances et découvrir les autres techniques, je vous recommande le livre intitulé PRANAYAMA d’André Van Lysebeth. Un ouvrage très complet et très bien expliqué.

Les prànàyàma-s permettent de prendre conscience de notre respiration et de tous nos possibles notamment sur l’allongement de la respiration et la gestion des émotions mais pas que. Prànàyàma est le quatrième membre du yoga et chaque membre nous rapproche un peu plus de l’état d’unité le Samadhi.

Je vous souhaite une très belle soirée

Chloé