Vers la félicité

Déjà le 10 décembre, cette date où tu commence à te dire que Noël est vraiment proche. Aujourd’hui je souhaite parler de notre bien-être mental et spirituel.

En naturopathie, il est toujours important de porter attention à l’alimentation, à une activité physique régulière mais aussi à avoir un bon état psychologique. Bien sûr je ne parlerai pas ici de pathologies psychiques qui doivent être accompagnées par un thérapeute dont c’est la compétence mais de ce qui est lié plutôt à un manque de rayonnement, de motivation, d’entrain, de fatigue 😴…,qui peuvent être assez fréquents en cette saison.

En effet, décembre est le mois où les jours sont les plus courts et où donc l’entrain peut faiblir, la mélancolie s’inviter et la morosité parfois aussi. Mais c’est justement un moment où l’on peut davantage se reconnecter à soi, faire le point et se retrouver loin du brouhaha ambiant ( tout du moins jusqu’aux fêtes) et profiter des préparatifs des fêtes avec joie plutôt qu’avec stress. Pour cela je souhaite partager avec vous quelques routines peut-être à mettre en place pour aider sur les plans psychologique et spirituel.

« La plus grande révélation est le silence » – Lao Tseu

Plus que jamais nous entrons dans le moment où il est primordial d’avoir suffisamment de sommeil 😴 et pour favoriser celui-ci il est bon de garder une chambre non chauffée ou n’excédant pas les 18 degrés ( oui mais il y a la couette, ça va aller 😉), de créer un lieu propice à l’endormissement, cosy, pas trop encombré, avec des choses qui rassurent autour de soi,… N’hésitez pas aussi à poser une ou plusieurs intentions qui vous stimulent avant de dormir, afin de ne pas finir la journée sur une note négative. Gardez un carnet proche de vous, pour au petit matin noter vos rêves, une pensée que vous avez eu en vous réveillant,… souvent elles disparaissent dans la journée et parfois la nuit est porteuse de conseils 😊 n’oublions pas. Évidemment on veillera à se coucher en adéquation avec les signes de fatigue que l’on ressent ( je ne suis pas très bonne élève sur le sujet là 😅, mais j’essaie). Il est essentiel de couper son portable la nuit où le mettre en mode avion sans wifi surtout. Et bien sûr on oubli de se ruer sur toutes les infos anxiogènes en cascade, surtout le soir qui vous polluent l’esprit et contre lesquelles en fin de compte vous n’avez guère d’emprises, alors à quoi bon se miner le moral?

D’un point de vue plus spirituel pour augmenter sa vibration☀️ pratiquer la gratitude est très stimulant. Je sais que cela peut paraître uluberlu, mais remercier pour ce que l’on a ( qui revient à prier sans le côté croyance en Dieu si c’est ce qui peut vous déranger), poser des intentions permettent de se reconnecter à l’univers. Bien sûr je rajouterai la méditation 🧘‍♀️ qui est essentielle , je rappelle que c’était mon mémoire thématique en naturo donc je ne peux qu’insister et vous inviter à la mettre en place ( article sur le sujet ici 👈 ) ce n’est pas si compliqué. Et si en plus vous faites tout cela en allant régulièrement dans la nature entouré d’arbres et d’air plus pur, même si ce n’est que 30 min, les bienfaits ressentis intérieurement seront maximisés.

Porter attention aux choses simples et essentielles, c’est surtout cela que l’on recherche dans une fête comme Noël 🎄et qui en fin de compte est la symbolique de l’hiver qui nous pousse à aller dans nos profondeurs pour retrouver nos racines et repartir sur de bonnes bases qui bourgonneront au printemps.

Ainsi loin d’être un temps d’attente, nous sommes dans une période de (re)construction de nos bases avec le bilan de l’année passée qui arrive, les souhaits et projets pour l’année à venir. Je poste aujourd’hui cet article, vous aurez ainsi encore 21 jours pour peut-être commencer un carnet où noter tout cela et préparer la suite. Je m’y mets dès aujourd’hui pour cela, le reste je pratique déjà 😊.

Douce journée,

Chloé

Saveurs hivernales

En ce 7 décembre, nous ne sommes plus qu’à 14 jours du solstice d’hiver, et on sent bien que l’automne commence à tirer sa révérence annuelle. Tout étant cyclique, il est intéressant d’en tenir compte dans notre quotidien et de largement s’inspirer de la nature et des éléments. C’est à nouveau dans l’ayurveda que l’on retrouve cette approche en lien avec les Doshas ( dont le lien de l’article est ici et que je vous invite à lire ou relire pour une meilleure compréhension de cet article) qui sont étroitement liés aux changements de saisons.

En effet, selon le climat un des trois Doshas va être exacerbé. Le froid et l’humidité sont liés à Kapha qui sera alors augmenté, alors que le froid sec lui viendra augmenter Vatha. Quand à Pitta, c’est la chaleur et la sécheresse qui le domine. C’est donc en fonction du climat que les doshas seront soit renforcés soit affaiblis selon le dosha dominant chez chacun d’entre nous. Ainsi, Vatha correspond à l’automne frais, sec et venteux, Pitta c’est le temps de l’été, chaud et sec, enfin Kapha se retrouve en hiver avec le froid et l’humidité mais aussi au printemps. Néanmoins dans notre région au climat plutôt sec et venteux ( à part ces derniers temps ) l’hiver est souvent lié à Vatha avec un froid sec.

Nous allons pour l’heure parler de la saison d’hiver qui arrive, et donc nous focaliser sur Vatha et Kapha.

Pour lutter contre le froid notre corps utilise plus d’énergie, c’est à dire qu’il attise Agni ( voir article du 1er décembre sur le sujet ici) pour maintenir la température corporelle, c’est ce qui explique le besoin de nourriture plus consistant à cette période là. Néanmoins, si vous avez Kapha dominant, Agni étant plus faible, une prise de poids peut survenir, manger chaud et relevé est d’autant plus nécessaire pour attiser le feu digestif. Nous allons donc chercher en cette saison à réduire Kapha, notamment par une alimentation adéquate et voici ce que propose l’ayurveda à ce sujet.

En effet la saveur relevée stimule le feu digestif ( Agni). On la retrouve dans les épices: piment 🌶, gingembre, poivre, curcuma,… Elle aide à purifier et détoxiquer le corps et stimule donc la digestion ( pensez-y pour vos repas de fêtes 🥳 ). C’est une saveur à privilégier, tout comme la saveur amère que l’on retrouve dans les légumes et certaines plantes médicinales ( pissenlits, galanga, épine-vinette,…) et qui stimule également la digestion. Cette saveur aide aussi à réduire l’appétit ( pas mal aussi pour les fêtes 😉). Enfin la saveur âpre est asséchante et se trouve dans les légumineuses, les pommes, les choux,… mais aussi l’ortie, la sauge, les feuilles de framboisier, …

Enfin, on préférera une alimentation cuite ( avec de bons modes de cuissons sains bien sûr) plutôt que le cru surtout le soir.

Néanmoins si le temps devient froid et très sec et/ou si vous êtes Vatha, prudence avec ces saveurs qui augmentent Vatha et surtout la saveur âpre qui assèche.

Voilà pour ces très quelques conseils qui restent très léger mais qui peut-être attiseront votre curiosité sur cette philosophie de vie qui fait référence à beaucoup de choses sur chaque partie de la vie. On en reparlera sûrement ici, il y a tellement de choses à dire. Ce qui reste intéressant c’est que grâce à l’ayurveda on voit bien de manière simple et logique qu’il faut être très à l’écoute de son corps pour pouvoir adapter le mode de vie le plus adéquat avec soi-même.

Je vous souhaite une belle et savoureuse journée de fin d’automne.

Chloé

L’arbre aux quarante écus

J’aurais pu nommé l’article par le nom plus connu de cet arbre 🌲 majestueux aux nombreuses vertus, mais ça aurait peut-être moins attisé votre curiosité 😁. Mais maintenant vous voici ici, en ce lundi 5 décembre, pour découvrir les propriétés de celui qui pourrait bien améliorer votre semaine, si, si 😉.

Ginkgo biloba

Qui est-il?

Le Ginkgo biloba aussi appelé l’arbre aux quarante écus qui est la somme qu’aurait déboursé un botaniste français ( de Montpellier paraîtrait-il même) pour acheter 5 Ginkgo, (ce qui au XVIIIème siècle était considérable). C’est un arbre originaire de Chine pouvant aller jusque 40m de hauteur. Il appartient à la famille des Ginkgoacées et se reconnaît par ses jolies feuilles à 2 lobes ( Biloba). Ses feuilles contiennent des flavonoïdes et des terpènes et sont utilisées depuis très longtemps avec les graines en médecine Chinoise notamment pour améliorer la circulation sanguine.

Mais pourquoi, vous ai-je dit que le Ginkgo pourrait améliorer votre semaine?

Le gingko biloba est remarquable pour aider à la concentration, c’est la plante des étudiants en période d’examens, et quand on voit comme il est de plus en plus difficile de rester concentré sur une tâche à cause de tous les stimulis qui nous entourent, son aide n’est pas un luxe, surtout en décembre où bien souvent il y a mille choses à penser et où l’éparpillement guète!

Au-delà de la concentration, il aide aussi pour la mémoire, une plante très intéressante chez les personnes âgées de ce fait.

En outre, grâce aux flaconoïdes qu’il contient, la circulation sanguine s’en voit améliorée. Idéal en cas de mauvaise circulation des jambes.

En revanche, le Ginkgo biloba étant un fluidifiant sanguin sera déconseillé si vous prenez des anticoagulants et de l’aspirine. je rappelle au passage que ces informations n’ont aucune vocations médicales et qu’elle ne remplacent pas la consultation d’un médecin.

Ginkgo biloba bonsaï

Comment le consommer?

Le mieux est l’extrait standardisé que vous pouvez vous procurer en pharmacie. Votre pharmacien vous indiquera la posologie. Sinon en teinture mère, à raison de 3 prises de 20 gouttes chacune par jour sur 3 semaines.

Enfin, en lien avec cette belle plante, je voulais revenir sur cette notion de concentration qui nous échappe et dont j’avais déjà parlé il y a quelques temps mais qui est toujours bonne à se remémorer il me semble. Il s’agit des voleurs de temps, qui sont des choses que nous n’avons pas prévue dans notre journée, qui vont venir nous encombrer mais aussi probablement nous empêcher de mener à bien tout ce que nous avions prévue de faire. Cela peut-être indépendant de notre volonté ( quelqu’un qui a besoin de nous, un souci technique par exemple) mais cela peut aussi venir directement de nous-même par manque de motivation, peur,etc,… on va s’éparpiller, procrastiner, et ne pas avoir le temps de mener à bien nos tâches. L’astuce pour pallier à cela c’est de ne planifier sa journée qu’a 60% ainsi il restera du temps pour les imprévus et le cas échéant pour se reposer ou autres. J’en reparle de manière auto thérapeutique 😅, car je crois que sur ce sujet je suis la première concernée 🙃 mais j’y travaille.

Je vous souhaite ainsi une belle semaine, bien concentrés afin d’être productifs et créatifs.

À demain,

Chloé

L’élément feu

En ce 1er décembre, le froid est bien là et le besoin de se réchauffer l’accompagne bien sûr. Aussi pour bien commencer le mois qui accueille l’hiver, je vous propose d’améliorer la qualité de votre terrain qui est la base pour renforcer son immunité et prévenir plutôt que guérir. Pour se faire tournons-nous du côté d’Agni qui est issu de la philosophie ayurvédique et qui signifie « feu » en sanskrit.

Agni est très important dans l’ayurveda notamment pour équilibrer les Doshas ( dont l’article sur le sujet est ici: Les doshas ) et qui repose sur un bon feu digestif, un Agni qui brûle bien. A l’inverse si Agni est faible, c’est Ama qui s’installe et ouvre la porte à divers maux à cause des déchets qui restent dans le corps car non métabolisés si nous avons un feu trop faible. Il est donc important de veiller à avoir un Agni fort pour éviter Ama. Voyons comment y parvenir et quels sont les signes d’alerte lorsqu’Ama se manifeste.

Agni se porte mal et laisse la place à Ama lorsque nous avons peu d’appétit, que la digestion est mauvaise ( lourdeurs, ballonnement, reflux, gaz, crampes, brûlures,…) que nous manquons d’énergie, que des douleurs inexpliquées surviennent soudainement, que les selles ne sont pas régulières, nauséabondes, difficiles ,… idéalement il faut que tout soit impeccable à ces niveaux, pas si commun donc mais la bonne nouvelle c’est que des moyens simples existent pour améliorer Agni 😉.

Comment améliorer Agni?

Souvent l’une des premières choses à faire est de diminuer les quantités de nourritures absorbées, idéalement un repas doit être complètement digéré avant de s’alimenter à nouveau ce qui signifie souvent avoir pas mal de temps entre un repas et un autre sans aucune alimentation solide entre. Un moyen simple de limiter sa prise alimentaire est de supprimer le dessert, je ne parle même pas du fromage qui n’est évidemment pas conseillé 😅. Pourquoi pas même faire un jeûne d’une journée si vous le pouvez ou un jeûne intermittent de temps à autres pour relancer Agni ( une sorte de petit reset). Il est également important de ne pas manger des restes au-delà de 24h, qui deviennent plus lourds et moins digestes, de manger au maximum des produits frais surtout les fruits et légumes et de diminuer les protéines animales. Attention également aux aliments froids surtout le matin qui éteignent le feu, à l’inverse des épices qui l’attisent 🔥.

Ce sont de bons moyens de renforcer son immunité, puisque très basifiants mais ils doivent être agrémentés d’un mode de vie holistique. En effet, Agni concerne aussi le feu de l’intelligence, le spirituel, la conscience,… il en est la source. Donc pour bien prendre soin de son feu intérieur en parallèle d’une attention particulière à son alimentation, on veillera à aller dans la nature le plus souvent possible respirer un air pur ( vous comprenez mon engouement pour la rando en montagne, c’est thérapeutique ☺️) , faire une activité physique quotidienne tel que la marche, mais aussi veiller à avoir des pensées positives et créatives en portant attention à des choses qui ne nous prennent pas notre énergie ( bye bye les infos anxiogènes), en partageant de la joie, en étant dans la compréhension plutôt que dans le jugement,… bref en se tournant vers l’amour et la félicitée je crois qu’on appelle ça comme ça ☺️.

Cette approche ayurvedique non exhaustive est très intéressant, je trouve, pour intégrer la notion de terrain dont on parle souvent en naturo mais de manière plus complexe il me semble parfois. Quoi qu’il en soit tout se rejoint, car comme le disait le professeur Antoine Bechamp déjà au XIXème siècle: « Le microbe n’est rien, le terrain est tout ». Je rappelle toutefois que ces conseils ne remplacent en aucun cas la consultation d’un médecin.

De quoi bien préparer son terrain dès le 1er décembre pour les fêtes et s’y remettre après 😉.

Belle journée,

Chloé