25 décembre: La tisane des 4 fleurs

 

IMG_E3308.jpg

Petit bonus de Noël, car je ne pouvais pas m’arrêter comme cela concernant le calendrier de l’avent, aussi si vous avez été attentif sur chacune des plantes présentées, j’ai parlé de la tisane des 4 fleurs ou tisane pectorale à plusieurs reprises. En effet, certaines plantes de mon calendrier de l’avent 2019 entrent dans la composition de cette tisane efficace contre les inflammations des voies respiratoires. On le sait en réalité cette tisane comporte 7 fleurs, mais sera tout aussi efficace avec 4. Sans plus tarder voici sa composition.

 

IMG_E3838.jpg

 

Sa composition:

 

La composition de la tisane des 4 fleurs comprend à parts égales un mélange de fleurs séchées, qui notamment grâce au mussilage qu’elles contiennent  auront une action adoucissante et calmante. C’est la tisane de  saison pour calmer la toux et favoriser l’expectoration des mucosités. Chacune des plantes utilisée possède bien sûr ces propriétés, mais le mélange de celles-ci, les rendent encore plus efficaces.

Ce mélange contient essentiellement les 4 fleurs qui sont: le coquelicot, la mauve,  le bouillon-blanc et la violette. La violette qui ne faisait pas partie des fleurs présentées dans ce calendrier de l’avent, est notamment connue pour être utilisée en infusion associée à une eau de vie qui serait redoutable contre la bronchite. Elle favorise l’expectoration et calme l’irritation, mais elle est également sudorifique et permet de faire diminuer la fièvre en favorisant la transpiration.

Néanmoins, même si la tisane des 4 fleurs est très complète vous pouvez la renforcer avec les 3 plantes suivantes:

  • le tussilage ( à utiliser ponctuellement en cure seulement si besoin)
  • le pied-de-chat ( moins facile à trouver)
  • la guimauve ( propriétés assez semblable à la mauve)

 

IMG_3885 (1).jpg

 

La préparation

A parts égales, mettez les fleurs séchées citées et laissez infuser le mélange une dizaine de minutes. 2 à 3 tasses par jour vous feront le plus grand bien.

 

IMG_4004.JPG

 

Cette tisane douce et réconfortante vous aidera à passer un hiver plus doux en cas d’affection des voies respiratoires. Je vous souhaite de passer une saison d’hiver en forme, et de finir l’année brillamment avant de se retrouver pour une nouvelle décennie riches en promesses et projets… A suivre…

Pour l’heure, très Joyeux Noël et très belle soirée.

A très vite,

 

Chloé

21 décembre: Le Pissenlit

En ce dernier samedi avant Noël et en prévision des (petits) abus qui vont bien souvent avec, je trouvais judicieux de parler du commun pissenlit. Cette fleur si habituelle possède de grandes vertus et pourrait être bien utile notamment en période de fêtes. En outre, elle est le symbole de l’affrontement des défis de la vie, celle-ci s’adaptant très bien de partout, et est aussi associé au soleil, en raison de son jaune éclatant. Voilà un beau clin d’oeil en ce premier jour d’hiver.

 

Sa carte d’identité:

 

Le pissenlit, taraxacum officinale, appartient à la famille des astéracées. Il est aussi appelé dent-de-lion ( on retrouve cette connotation dans la traduction anglaise « dandelion »), salade-de-taupe, florin-d’or ou encore couronne-de-moine. Plutôt inspirant donc le pissenlit, sachant que son nom donnerait une indication sur sa vertu diurétique ( pisse au lit). Sa racine contient de l’inuline, du potassium et du fructose. Le pissenlit contient aussi des lactones sesquiterpéniques (d’où son amertume), des stérols, des flavonoïdes, et contient de la  provitamine A, de la vitamine C, de la vitamine B9, ainsi que du calcium et des protéines. En phytothérapie, on utilise principalement la racine, mais les fleurs et les feuilles sont également propres à la consommation.

IMG_1106.jpg

 

Ses actions: 

Le pissenlit est un dépuratif ( permet d’éliminer les toxines de l’organisme). Il est salidiurétique, c’est à dire qu’il permet d’augmenter l’élimination par l’urine du sodium et du potassium, très utile en cas de rétention d’eau ( son nom en dit long, et c’est un excellent moyen mémo-technique quand à sa vertu diurétique 😉 ) . Il a également des propriétés cholérétique, il augmente la sécrétion de la bile par le foie et favorise l’évacuation de la bile vers l’intestin. En décoction, il peut doubler la sécrétion biliaire! Il prévient les calculs biliaires.

Grâce à ses actions d’élimination, le pissenlit permet naturellement de donner meilleur teint, rappelons-le tout est lié.

Son utilisation:

La racine est la partie la plus efficace, mais les feuilles ont tout de même des effets similaires et sont donc les bienvenue en salade et peuvent aussi être cuites, comme l’épinard.

En décoction, mettez 20 grammes de racines de pissenlit pour un litre d’eau et faîtes bouillir 5 minutes. Laissez infuser 10 minutes. Idéalement avant le repas, mais après c’est bien aussi. 2 à 3  fois par jour.

Vous pouvez aussi utilisez le pissenlit en teinture mère ou en extrait de plante standardisée.

 

Voilà encore une « mauvaise herbe », comme l’ortie qui cache très bien son jeu. En plus d’offrir de jolis parterre de prairies, le pissenlit égaie nos assiettes avec ses fleurs et nous offre un nettoyage naturel simple et efficace.

 

Belle journée (ensoleillée je l’espère),

A demain,

 

Chloé

2 décembre: L’ Eglantier

Nous découvrons aujourd’hui le bel églantier dont le fruit est appelé cynorhodon ou églantine.

 

IMG_0879.jpg

Sa carte d’identité:

Le Rosa canina, appelé rosier sauvage, rosier des chiens, est aussi connu sous les charmants  noms de gratte-cul ou de poil à gratter, concernant son fruit ( si vous êtes fan de la Gloire de mon Père, cette anecdote doit vous parler). La raison est qu’à l’intérieur de ce petit  » fruit » ( ce n’en n’est pas tout à fait un) il possède des poils urticants. Il fait partie de la famille des rosacées, et la partie que l’on utilise en phytothérapie est donc son « fruit », qui est un petite baie rouge, le cynorhodon que l’on trouve entre août et octobre ( la photo date de début octobre). Ce dernier est  entre autre riche en sucres, en pectines, en tanins et résines et contient beaucoup de vitamine C.

 

Ses actions:

Au même titre que l’argousier et l’acérola, le cynorhodon étant très riche en vitamine C, il participe au renforcement des défenses de l’organisme. Mais il est aussi source d’autres vitamines, tel que la vitamine A, B1, B2 et K. Idéal en cas de carences vitaminiques et de fatigue.

Il est également astringent et aura des effets antidiarrhéiques.

Comment le consommer?

Il peut-être consommer en décoction à raison de 20 grammes de baies dans un litre d’eau à laisser bouillir 5minutes puis infuser 10minutes. A consommer plusieurs fois par jour, en dehors des repas. Il sera utile, notamment en cas de diarrhée.

En infusion, coupez une trentaine de baie pour un litre d’eau à infuser 5 minutes, jusque 3 tasses par jour.

Les plus gourmands pourront s’essayer à le consommer en sirop, en confitures et en dessert. Le cynorhodon à l’avantage de se consommer cru, cuit, macérés au vin rouge, pourquoi pas le tenter dans un vin chaud de Noël. Le petit plus, c’est qu’il semblerait que même en le chauffant, il ne perde pas sa teneur en vitamine C, de quoi se booster pour l’hiver tout en se faisant plaisir.

Il n’y a pas de toxicité particulière sur cette baie, en revanche mieux vaut rester raisonnable pour ne pas irriter l’estomac.

 

Pour la petite histoire, il semblerait que son nom de rosier des chiens, soit lié à l’utilisation de la racine d’églantier, à l’époque où la rage faisait des ravages sur son passage, lorsqu’une personne avait été mordu par un chien.

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une excellent semaine, pleine de tonus.

A demain,

Chloé

La vitamine D

Si le mois de novembre a de nombreuses qualités, tout comme chaque mois de l’année, c’est en général un mois plutôt radin en soleil, notamment cette année…  En effet s’il faut composer sur la période avec des jours raccourcis et un temps maussade de façon plus ou moins simple selon les personnes, la principale difficulté à laquelle il faut faire face est le manque certains de la fameuse Vitamine D.

Qu’est-ce que la vitamine D?

Même si je pense que tout le monde en à déjà plus ou moins entendu parler, une piqure de rappel et quelques précisions sont toujours bonnes à prendre.

Les vitamines en général font parties des micronutriments nécessaires au bon fonctionnement du corps, il en existe 13 que l’on retrouve principalement dans notre alimentation. Certaines sont plus rares et/ou plus facilement assimilables que d’autres.

La vitamine D est une vitamine liposoluble, elle est dissoute et stockée dans les tissus adipeux. Elle permet d’assimiler la vitamine A, elle est indispensable pour consolider les os et les dents en permettant de mieux absorber le calcium et le phosphore.

Les différentes manifestations d’un manque de vitamine D sont: le rachitisme, l’arthrite, des maladies des os et des dents, une faiblesse musculaire, de la fatigue… on note aussi une augmentation des risques cardio-vasculaires et de certains cancers ( prostate et sein notamment) , ainsi qu’une augmentation des fibromes utérins. Des études font également ressortir qu’elle serait nécessaire entre autres, pour une sécrétion normale d’insuline.

 

Où la trouver?

On la trouve dans l’huile de foie de morue, les sardines, le harengs, les maquereaux ( poissons gras en général), le jaune d’oeuf. Assez compliqué donc dans le cadre d’un régime alimentaire végétalien car la vitamine D3, qui est la plus biodisponible ( contrairement à la vitamine D2 que l’on trouve notamment dans les champignons) , se trouve principalement dans des sources d’origine animale. Heureusement, la plus grande source de vitamine D est bien évidemment le soleil, d’où la problématique hivernale sur le sujet.

IMG_2278.jpg

Que faire? 

Il est conseillé d’en consommer entre 200 et 400 UI ( unité internationale) par jour, concrètement en terme de soleil, cela signifie s’exposer environ 20 minutes par jour à la lumière de celui-ci. Ceci étant, il faut au moins avoir le visage et les avants-bras découverts pour que les ultra-violets puissent pénétrer dans la peau.

Néanmoins, plus la peau est mate, plus le besoin en soleil est grand, la production de vitamine D étant amoindrie chez ces derniers. Il faut donc une plus longue exposition au soleil pour les personnes à la peaux foncée.

Il est à plus forte raison important en cette période d’aller à l’extérieur dès que cela est possible, même s’il ne fait pas chaud. S’aérer est toujours une bonne idée quelque soit le temps, mais le soleil étant rare en ce moment, dès qu’il se montre, il faut en profiter qui plus est il redonne comme chacun le sait, le moral ( ça vaut le coup d’avoir un peu froid, et cela renforcera qui plus est votre système adaptatif 😉 ) . Il existe aussi des supplémentations en vitamine D s’il y a vraiment carence,  sur lesquelles vous pouvez vous faire conseiller selon votre cas, je pense notamment aux femmes enceintes, aux enfants et aux personnes âgées.

J’allais oublier, l’hiver ne vous privez surtout pas d’aller en montagne, elle permet de beaucoup mieux assimiler la vitamine D qu’en bord de mer ( d’où les superbes bronzages de février ;)).

Je vous souhaite de très belles séances d’expositions solaires.

Chloé