Hortopita

En ce 22 décembre, nous partons en Grèce découvrir cette spécialité à base de légumes verts, dont je raffole personnellement, il s’agit de l’Hortopita. L’Hortopita est une tourte verte garnie de légumes et herbes vertes dont très souvent des blettes. Elle contient traditionnellement de la fêta bien sûr, mais j’ai décidé de ne pas en mettre et de rendre cette tourte plus légère, bien que toujours consistante avec de la crème de noix de cajou qui n’a rien à envier aux béchamels et autres fromages, et une pâte sans gluten avec un mélange de farine de teff et farine de riz semi-complet, certes plus fragiles à travailler mais tellement plus digestes.

Du coup pour cette recette qui sent bon le sud vous aurez besoin de peu d’ingrédients encore une fois avec un maximum de saveurs.

Les ingrédients pour un moule de 22 cm soit 4 personnes:

Pour la pâte:

  • 100g de farine de teff
  • 75g de farine de riz semi-complet
  • 8cl d’eau
  • 1 c à s d’huile d’olive
  • Sel aux herbes

Pour l’appareil:

  • Une belle botte de blettes
  • 1 oignon
  • 1 c à s d’huile d’olive
  • une branche de romarin
  • 20cl de crème de noix de cajou
  • 1 c à c d’arrow root
  • sel, poivre
  • Noix de muscade à raper
Hortopita

Versez les farines, la pincée de sel dans un récipient et ajoutez l’huile d’olive et l’eau au milieu en « rabattant » la farine au centre pour mélanger le tout et pétrir quelques minutes. Lorsque la pâte est assez maniable,faites une boule et mettez là au frais pendant une demi-heure dans un récipient couvert.

Pendant le temps de repos de la pâte, lavez votre botte de blettes, coupez les, en dés pour l’oignon en lamelles pour les blettes. Dans un fond d’huile d’olive ajoutez l’oignon que vous ferez revenir quelques minutes puis ajoutez y les blettes avec de l’eau ainsi qu’une branche de romarin ( il aide à la digestion), laissez cuire à couvert 20minutes.

En parallèle, dans un bol mélangez la crème de noix de cajou, l’arrow root, le sel, le poivre et la noix de muscade. Une fois vos blettes cuites, ôtez la branche de romarin et mélangez les blettes avec la crème de cajou que vous venez de réaliser.

Sortez la pâte du réfrigérateur, coupez là en 2 ( normalement en 4, mais sans gluten cela est plus compliqué à mettre en oeuvre), étalez une première partie de la pâte très finement afin qu’elle corresponde à la taille de votre plat à tarte. Ajustez-la dans votre plat et ajoutez la garniture dessus, puis recouvrez avec la seconde partie de pâte étalée très fine également mais un peu moins grande que la taille de votre plat, et déposez dessus. Refermez en repliant les bords à la « rustique » et badigeonnez d’huile d’olive. Enfournez pour 20 minutes à 200C°.

Ca sent le sud ;), une tourte revisitée que vous pouvez agrémentez de diverses herbes tel que le romarin, le persil, l’origan,… Tout ce qui nous ramène proche de la Méditerranée pour ensoleiller notre cuisine.

A demain

Chloé

Onigiri

Un 17 décembre japonisant avec l’onigiri, parce qu’il n’y a pas que les sushis dans la vie! Je vous propose aujourd’hui cette alternative japonaise aux sushis d’une part mais aussi aux sandwichs, car c’est comme tel qu’ils sont consommés au Japon. Etant donné la saison, je vous propose une recette d’onigiri automnale en version sucré/salé ( j’adore ça) et tant qu’à faire en utilisant les fruits et légumes les plus faciles à trouver en ce moment, à savoir le butternut, le kaki et l’épinard. Une belle association gustative mais aussi un bon équilibre entre un légume sucré, un fruit et un légume vert. Biensûr, je préconise d’éviter l’assaisonnement final avec du soja, aussi j’utilise de l’huile de pépins de courges pour remplacer, mais même sans sauce ou huile je trouve que l’onigiri tient ses promesses, puisque je rappelle que les légumes à l’intérieur sont cuisinés. Vous pouvez aussi mettre une feuille d’algue autour de vos onigiris, chose que je n’ai pas pu faire car ayant mal rangé mes feuilles d’algues, mon coquin de chat les a dévoré, donc j’ai fait sans :). Sans plus tarder, voici ma version de l’onigiri qui est quoi qu’il en soit sans gluten et végétalienne.

Onigiris kaki/butternut/épinards

Les ingrédients pour 8 onigiris:

  • 200g de riz à sushis
  • 40cl d’eau
  • 1 c à s de vinaigre de riz
  • 1 demi oignon
  • 5cm de racine de gingembre frais
  • la moitié d’un petit butternut
  • 1 belle poignée d’épinards frais
  • 1 kaki
  • sel, poivre
  • 1/2 c à c d’huile de coco
  • facultatif pour la finition, graines de sésame noir, de pavot,… feuille d’algue, ce qui vous fera plaisir, mais rien c’est très bien aussi 😉
  • Huile de pépins de courges pour assaisonner si besoin

Au préalable rincez bien votre riz plusieurs fois. Versez le ensuite dans une casserole d’eau couverte à feu modéré 8 minutes. Une fois à ébullition, baissez le feu et laissez encore quelques minutes avant de sortir la casserole du feu et laisser le riz couvert après quoi vous incorporerez le vinaigre de riz.

Dans le même temps coupez l’oignon et le gingembre en tout petits dés que vous mettrez dans un fond d’huile de coco dans une poêle. Ajoutez- y votre butternut et le kaki coupés en petits dés ainsi que les épinard finement coupés. Laissez 2/3 minutes à feu doux dans la poêle huilée et ajoutez un peu d’eau en laissant mijoter à couvert une quinzaine de minutes. Réservez.

Une fois que le riz a un peu refroidi, humidifiez vos mains et prenez du riz dans vos mains, idéalement vous remplissez les mains et serrez bien le riz entre. Au milieu de votre riz compacté, créez une ouverture et mettez-y la garniture que vous venez de préparer, puis refermez avec du riz en appuyant bien. Vous pouvez faire les formes que vous souhaitez, et après coup agrémenter avec ce que bon vous semble comme cité plus haut.

Voilà de quoi pallier à la fermeture des restaurants et tout de même manger autre chose qu’un jambon/beurre le midi. Qui plus est, je n’ai pas trop eu le temps cette fois-ci, mais vous pouvez vous amusez à les customiser à l’infini et à les agrémenter de tout ce qui vous plait.

A demain,

Chloé

Töltött Karalàbé

Lundi 7 décembre nous partons en Hongrie découvrir un plat typique, le Töltött Karalàbé. Derrière ce nom peu familier, se cache simplement la traduction hongroise de ce qui se trouve derrière ce plat: littéralement, le chou farci!En effet le légume principal de ce plat savoureux est le chou-rave, qui est excellent tant par son goût que par ses nombreux bienfaits et qui est très présent dans la cuisine de l’Europe de l’est.

Le chou-rave a l’avantage d’être tout aussi savoureux cru que cuit et offre de nombreuses recettes possibles. Il est très riche en fibres et stimule ainsi le transit intestinal. Il apporte de la vitamine C ainsi que de la vitamine B9 et est également un bon apport en potassium dont vous profiterez mieux en le consommant cru comme toujours.

Concernant notre recette du jour, je la revisite à la façon vegan et elle est aussi sans gluten, afin de convenir à un maximum de personnes.

Les ingrédients pour 2 personnes:

  • 2 chou-rave ( pas trop gros, l’un des miens l’était)
  • 1/2 oignon
  • 1 branche de céleri
  • 1 carotte
  • 1 feuille de laurier
  • 1 c à s d’huile d’olive
  • 70 g de lentilles belluga
  • 70 g de quinoa
  • sel, poivre

Dans une casserole d’eau faites bouillir vos chou-rave après quoi vous ôterez leur peau une fois qu’ils auront refroidi.Creuser les chou-rave et conservez les de coté. S’il y a des fanes gardez-les aussi.En parallèle, faites cuire dans l’eau avec la feuille de laurier 20minutes vos lentilles belluga et votre quinoa. Réservez.

Dans une poêle faites revenir l’oignon dans l’huile d’olive puis ajoutez la chair de l’intérieur du chou-rave, une fois attendri ajoutez un fond d’eau avec votre carotte coupée en dés, la branche de céleri finement coupée et laissez chauffer 15minutes.

Mélangez une partie des légumes avec une partie du quinoa et des lentilles belluga, assaisonnez les avec l’huile d’olive, le sel et le poivre, puis remplissez vos chou-rave. Ce qu’il vous reste en légumes, quinoa et lentilles peut-être servi à coté, avec la présentation que vous voulez, et vous pouvez ajoutez les fanes également.

Ce repas est très complet et rassasiant, les saveurs sont légères et savoureuses avec ce petit goût de noisette qu’apporte le chou-rave. L’apport en protéines est intéressant grâce aux lentilles et au quinoa qui associés au chou-rave permettent une meilleure absorption du fer.

Maintenant que vous avez un peu de vocabulaire Hongrois, à vos fourneaux ;).

Belle semaine,

Chloé

Menu Autour du combava

Il y a peu j’ai eu l’agréable surprise de recevoir des combavas de la part de mes voisins. Ce fruit que j’avais déjà vu mais jamais gouté, m’a tout de suite donné l’envie d’en savoir plus et d’expérimenter diverses recettes. Les recettes que j’ai crée autour du combava s’étant révélées savoureuses, je vous propose aujourd’hui, un menu végétalien autour du combava après avoir fait plus ample connaissance avec ce petit agrume délicieux.

Le combava ( Citrus hystrix) ou combawa appartient à la famille des Rutacées et est donc un petit agrume au goût puissant, proche de la citronnelle et du gingembre, donc ça parfume bien! D’aspect, il ressemble a un petit citron vert froissé. Il est originaire d’Indonésie et se consomme actuellement en octobre et novembre. Encore une fois, on ne le répétera jamais assez, la nature est bien faite, puisque celui-ci renforce les défenses immunitaires grâce à sa richesse en vitamine C, idéal juste avant de rentrer dans l’hiver et aider à en prévenir les petits maux. Il a ainsi des propriétés anti-inflammatoires et anti-oxydantes mais aussi sédatives et je dois dire que sur ce dernier point, j’ai personnellement ressentie cet effet en le cuisinant grâce a son odeur si forte et agréable ainsi qu’en le dégustant.

Sans plus tarder, voici le menu autour du combava qui comprend un jus, un plat et un gâteau. Ces 3 recettes sont vegan et plutôt simple à réaliser, mais un pur moment de douceur.

Le jus antioxydant réconfortant

Pour ce jus douceur, il vous faudra pour 2 verres:

  • 1 belle betterave crue
  • 1 combava ( on mettra seulement les zestes)
  • une belle poignée de jeunes pousses d’épinards
  • 1cm d’une racine de gingembre
  • 4cl de lait de coco ( ecomil)

Dans un extracteur de jus mettez tout vos ingrédients sauf le lait de coco. Une fois le jus préparé et servis dans des verres ajoutez 2 cl de lait de coco dans chaque verre et mélangez-le au jus avec un petit fouet électrique. C’est prêt, régalez vous!

Une fois ce jus cru plein de mincronutriments dégusté, poursuivons avec le plat.

Poêlé combava/coco:

Pour ce plat très simple mais riche en saveur, il vous faudra pour deux personnes:

  • 2/3 carottes de couleurs selon la taille, j’ai choisi volontairement des violettes mais libre à vous
  • 1 beau fenouil
  • Zestes de combava ( optionnel arroser avec le jus à la fin, mais attention le combava est fort en goût)
  • 1 c à c d »huile de coco
  • 10cl de lait de coco
  • 1cm de racine de curcuma
  • 1cm de racine de gingembre

Découpez vos légumes en lamelles et votre gingembre et votre curcuma en petits dés. Dans une poêle, huilée à l’huile de coco ( qui résiste le mieux à la chaleur, et qui mettra un petit gout subtil fort agréable) ajoutez vos légumes ainsi que le gingembre et le curcuma, faites revenir rapidement puis ajoutez le lait de coco et couvrez, la cuisson doit être à feu doux sur une dizaine de minutes. Ajoutez à la fin vos zestes de combava et servez. Vous pouvez une fois dans l’assiette rajouter du jus de combava, si vous voulez un goût puissant. Un plat aux saveurs sucrés et acidulés.

Enfin, le dessert gourmand arrive! Il s’agit d’un gâteau végan au combava. Celui-ci est un délice, si si vraiment, bien que peu sucré et très digeste. Voici ma recette:

Gateau coco/combava:

Il vous faudra:

  • 1 combava jus+ zeste
  • 40cl de lait de coco
  • 50 gramme de sucre de coco
  • 20 gramme de noix de coco paillettes
  • 4 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 30 gramme de graines de chia
  • 1 sachet de poudre à lever
  • 150 gramme de farine de petit épeautre
  • 50 gramme de farine de lupin

Dans un saladier, mélangez le lait de coco, les graines de chia, le jus de combava ainsi que les zestes, l’huile d’olive. Incorporez le sucre de coco, les paillettes de noix de coco, les 2 types de farine, la poudre à lever. Mélangez, jusqu’à obtenir un mélange homogène. Dans un moule huilé, versez le contenu du saladier et enfournez pour 40minutes, à 180C°, parfum d’ambiance dans la maison en prime ;).

Le dénominateur commun de ces recettes est biensûr le combava mais aussi la noix de coco, notamment le lait de coco, qui vient adoucir le côté épicé et acidulé du combava. Je vous souhaite un très bon appétit.

Chloé