Journal de confinement J-51

Mercredi 6 mai, cinquante et unième  jour de confinement, le temps a commencé à faire son oeuvre. Après divers échanges téléphoniques, par messages,… avec des amies, quelque chose revient souvent, concernant le temps, et plus précisément le manque de temps en confinement! Un comble me direz vous ! Et pourtant, dans cette société qui nous pousse toujours à combler le moindre espace de « vide », à faire, à être productif,… ce temps infini et incertains peut apparaitre comme une jarre vide qu’il faut à tout prix remplir en cherchant à s’occuper par tous les moyens. Dommage, car ce temps infini est en réalité une aubaine pour se retrouver et revenir à Etre et non à « faire », à « devoir » ou à « avoir ».

Seulement voilà, après les diverses phases par lesquelles le confinement peut nous faire passer, il y a de fortes chances qu’après 50jours et l’annonce du prochain déconfinement, on se retrouve perdu, qui plus est dans ce climat exceptionnel où chacun y va de son information dont on ne sait plus lesquelles sont viables ou pas et qui ont pour vocations de créer la confusion et embrumer le cerveau en semant le trouble en chacun d’entre nous avec tout et son contraire. Ne nous mentons pas, nous avons bien ici le paradoxe d’avoir du temps, du temps pour soi comme on aime à se le dire et pourtant il n’a probablement jamais était si difficile de se recentrer, de faire le vide, d’être apaiser.Vient en général s’ajouter à cela la fatigue! Oui oui, la fatigue peut se faire de plus en plus ressentir, alors que nos activités sont pourtant réduites ( je m’adresse aux personnes confinées lorsque je dis cela). En effet, ressentir de la fatigue car nous avons un surcroit d’activité et/ou un manque de repos est parfaitement normal, en revanche lorsqu’on est « fatigué de ne rien faire » comme on peut l’entendre notamment en ce moment, il faut peut-être se pencher sur ce que l’on appelle les surrénales.

 

Qu’est ce que les surrénales?

Les surrénales sont deux petites glandes qui se situent au-dessus de nos reins et qui ont un rôle important. En effet, pour faire simple, elles appartiennent au système endocrinien, elles sécrètent des hormones (adrénaline et cortisol) dont l’un des rôles principaux est de nous alerter sur le danger et ainsi d’activer un mécanisme de fuite ou de défense. Aussi compte tenue de cela, vous voyez probablement déjà où je veux en venir…

 

En principe, si l’on s’en tenait aux lois naturelles du vivant, il devrait y avoir un temps pour se reposer et ainsi récupérer, sauf que ce n’est pas le cas dans notre société actuelle, je ne vous refait pas le topo de la charge mental et des mille et une obligations quotidiennes qui sont ou se sont imposées à nous et je ne parle pas que de l’aspect professionnel. Nous sommes constamment sur le qui vive, et la période actuelle, teinté d’incertitudes, de peurs, de doutes, de potentiels danger,… dans un climat qui se veut toujours plus anxiogène, n’aident assurément pas à ralentir l’activité des surrénales.

Ainsi avec ce mécanisme sur-solicité, le cortisol n’est plus produit normalement et il peut y avoir un dérèglement total, lorsque par exemple on ressent une plus grande énergie en fin de journée qu’en début, il peut déjà y avoir un bon indicateur. En effet, les glandes surrénales ont aussi un effet sur l’absorption et la transformation du sucre, l’assimilation des minéraux, sur les hormones sexuelles et sur nos humeurs et pensées. On comprend là, à plus forte raison, l’importance des surrénales. Parmi les indicateurs que l’on peut observer quand à la fatigue surrénale, il y a un sommeil agité, un réveil fatigué, la fatigue sans raison, la perte de cheveux, des difficulté à se concentrer, des problèmes d’infertilité, de libido, des envies de sucres, …

En general, si vous êtes à l’écoute de votre corps, vous savez que quelque chose cloche, et vous l’aurez surement compris au travers de ces quelques mots, nous sommes probablement actuellement dans une sur-solicitation des surrénales. Alors que faire?Snapseed.jpg

 

 

 

 

Des solutions?

Toujours, j’ai envie de vous dire! La première, la plus simple, le repos, le vrai,  le repos du corps donc sans activité physique ( savoir s’accorder de vrais moment de repos et de récupération, le sport ayant parfois et surtout en ce moment tendance à nous le faire oublier) et de l’esprit donc sans écrans, sans sources d’informations sur une grande partie de la journée, sans relations toxiques. Malheureusement, ça risque de ne pas être suffisant, essentiel mais à coupler avec d’autres choses.  Bien sûr cela va passer par l’amélioration du sommeil, si vous dormez mal, c’est la base, je vous remets l’article sur le sujet ici mais aussi par de la relaxation que ce soit par le yoga, la méditation ( qui fait partie du yoga), mais aussi par l’altruisme, le rire, les moments partagés avec les gens qu’on aime ( de loin en ce moment, mais très bientôt ensemble). Enfin, et ce n’est pas la moindre des solutions, on veillera à son alimentation en évitant la nourriture industrielle et ultra-transformée cela va de soi mais aussi en étant attentifs aux aliments qui vous affecte ( je rappelle là que nous sommes tous différents, et que mettre une liste ici serait réducteur et probablement erroné). Néanmoins dans les aliments qu’il convient d’éviter, on retrouve les stars: sucre, produits laitiers, viandes rouges, alcool, café et gluten. En revanche, la consommation de fruits et légumes frais, notamment les fruits rouges et les légumes verts, de produits bruts de qualités, de bonnes huiles de qualité, d’oléagineux, de petits poissons riches en oméga3…  seront les bienvenus. On cherchera des aliments riches en vitamines B,C et D , en magnesium, en sélénium.

IMG_6693.jpg

Côté plantes, la Rhodiola et l’ashwaganda ou le moringa seront un bon soutient surtout dans cette période inédite ( les infos sur le moringa et la rhodiola en cliquant sur chacun: Rhodiola Moringa

 

Je vous souhaite une douce suite et je finirai sur une citation de Boris Cyrulnik:

« La résilience, c’est l’art de naviguer dans les torrents »

 

 

 

A bientôt,

 

Chloé

 

Journal de confinement J+36

Mardi 21 avril,  trente sixième jour de confinement, ici dans le sud le temps est maussade, mais la météo n’a en réalité pas grand chose à voir avec la difficulté qui surgit après les un mois de confinement. En effet, comme je l’ai énoncé précédemment, « l’acceptation de la situation » dans le sens  » normalité » ( mot inadéquat, mais c’est pour être claire dans ce que je veux expliquer), est mise en place grâce à un rythme pris, une accommodation. En revanche, ce qui arrive avec le temps et le hasard a fait que le passage du mois de confinement tombait pour Pâques, traditionnellement fêté entouré de ses proches, est le manque lié au gens que l’on aime qui devient difficile à combler, mais aussi le questionnement sur « l’après », les remises en questions de ce que l’on fait, ne fait pas, devrait changer, … l’émotionnel en prend un coup, même si la période est plus ou moins bien vécu, ce temps avec le mental et cette diminution des relations humaines imposée, amène son lot d’émotions parfois difficiles à comprendre et à accepter.

 

Concernant les émotions, diverses possibilités naturelles s’offrent à nous, et je ne cesserai jamais de rappeler les nombreux bienfaits apportés par la pratique du yoga et de la méditation . 

Néanmoins, je n’en n’ai encore jamais parlé ici, bien que cela fasse partie intégrante de ma formation et que j’en conseille très souvent, mais d’autres choses, naturelles toujours, peuvent nous accompagner au niveau émotionnel et cela sans aucune contre-indication qui plus est. Il s’agit des élixirs floraux, plus connu sous le nom des fleurs de Bach.

 

Les fleurs de Bach

Le Dr Edward Bach est à l’origine de cette méthode qui consiste à utiliser des plantes, majoritairement des fleurs.  Les élixirs floraux sont fabriqués à partir de la résonance énergétique et la fréquence vibratoire d’une fleur dans de l’eau pure, voilà ce qui en ôte toutes contre indication à la différence des huiles essentielles qui elles sont très concentrées des actifs propres à chaque plante utilisée.

Le Dr Bach a crée 39 « remèdes », mais d’autres ont travaillé avec diverses plantes, qu’on appelle alors de façon générale des élixirs floraux. La discipline se nomme la leibothérapie qui vient du grec leibo, qui signifie goutte, et qui correspond au mode d’utilisation des élixirs dits floraux mais tous ne proviennent pas de fleurs. Mais pour faire simple, tout le monde est plus à l’aise avec le terme fleurs de Bach, alors nous resterons sur celui-ci, d’autant que je ne vais vous présenter que quelques fleurs  et ce  sont bien des fleurs de Bach.

 

Je vais vous parler du complexe RESCUE, le plus connu, c’est souvent par son biais que beaucoup rencontrent les fleurs de Bach. L’intérêt de Rescue, qui est presque « tout terrain », et que d’une part j’en possède un flacon à la maison et donc je peux vous le présenter en photo, mais  aussi que les plantes que ce complexe contient sont chacune intéressantes à utiliser en individuelle. De façon générale, les fleurs de Bach se présentent sous forme de pipettes, que vous pouvez prendre jusque 6 fois par jour à raison de 4 gouttes par prises, soit diluées dans un verre d’eau, soit à mettre directement sur la langue comme l’indique clairement chaque compte-gouttes sur le paquet.

Rescue est conseillé pour les chocs émotionnels intenses, et je pense qu’en ce moment le changement radical et soudain de mode de vie, peut en affecter certains à plus haut niveau, aussi ce mélange peut être un grand soutient pour retrouver calme et sérénité et vivre mieux ce moment.

Le mélange RESCUE contient 5 fleurs, que je vais détailler ci-dessous et que vous pouvez vous procurer individuellement chacune selon les problématiques émotionnelles que vous rencontrer.

Cherry Plum, le prunier mirobolan ( Prunus cerasifera) est particulièrement intéressant si vous avez la sensation de perdre le contrôle, d’avoir du mal à maîtriser votre impulsivité qui peut vous pousser à faire des choses embarrassantes ( violence par exemple).

Clematis, la clématite ( Clématis vitalba) est utile pour vivre pleinement le moment présent, intéressante à utiliser avec la pratique de la méditation. En effet, en ce moment, il peut y avoir un désintérêt pour le moment présent et beaucoup de rêveries poussant la personne concernée à être déconnectée d’elle même, rêver sa vie mais ne rien faire…

Impatiens, l’impatience ( Impatiens glandulifera) son nom dévoile son champs d’action à savoir l’impatience. Particulièrement utile pour les personnes trop speed, qui ne peuvent attendre, s’énervent vite,  et qui de ce fait s’isolent des autres. En période de confinement avec d’autres personnes, elle peut être d’un grand soutient.

Rock Rose, l’héliantème ( Helianthemum nummularium) qui est clairement pour la peur extrême, les angoisses, les terreurs et paniques qui peuvent s’accompagner de pleurs, de cris,… En cette période peut-être certains ressentent cette peur incontrôlable les envahir, aussi Rock Rose sera d’excellente compagnie.

Star of Bethlehem, la dame de onze-heure ( Ornithogale Umbellatum) va agir au niveau du découragement, du désespoir qui peut nous bloquer. Cela fait suite à un choc, rien n’arrive à consoler la personne, ces chocs entravent dans l’avancement.

 

Vous aurez compris pourquoi RESCUE est si connu, il rassemble 5 plantes qui balaie un large spectre d’émotions. Ce complexe est, il me semble, un incontournable à avoir chez soi, surtout en ce moment, et pour le coup je pense surtout aux personnes en activité comme les soignants qui vivent des situations dramatiques chaque jour. A avoir sur soi pour les urgences, car l’avantage de RESCUE est que quelques gouttes sur la langue suffisent pour se calmer.

 

 

 

FLEUR DE BACH

Je tiens aussi à parler de Wild Oat, la folle avoine ( Avena fatua) qui elle touche au domaine de l’incertitude et du découragement. En ce grand changement de vie, car tout sera forcément différent, de nouvelles et nombreuses possibilités vont s’offrir à nous. Néanmoins, il peut être difficile de faire des choix, l’esprit peut être confus et les ambitions rester sans actions concrètes. Wild Oat va aider à y voir plus clair et à avancer vers de nouvelles opportunités sans confusion.

Enfin, je vous propose de peut-être associer à la prise de fleurs de Bach oral, l’utilisation d’un roll-on à appliquer au creux des poignets qui lui contient un complexe de fleurs de Bach et d’huiles essentielles. Il va agir un peu comme RESCUE dans l’urgence mais à respirer et non à ingérer. Ce complexe  comprend les fleurs de Bach que l’on trouve dans RESCUE mais aussi  Scleranthus et Crab Apple.

Scleranthus, le Scleranthe ou alène ( Scleranthus annuus) a également un impact sur l’incertitude et le découragement comme Wild Oat mais va plutôt s’adresser aux personnes hésitantes, qui changent rapidement d’avis et qui ne savent pas choisir entre deux choses, une fleur pour les balances ;).

Crab Apple, le pommier sauvage ( Malus pumila) intervient sur le découragement notamment d’une personne qui n’est pas en accord avec elle-même, qui a un sentiment de honte, parfois même de souillure. Cette fleur peut aider à purifier sa propre image.

 

Ces deux dernières sont donc ajoutées aux cinq autres fleurs de Bach du complexe RESCUE et associées à 4 huiles essentielles, aussi soyez attentif aux contres-indications de chacunes dans ce genre de complexes puisque là il peut y en avoir.

Je vous présente sommairement les huiles essentielles que contient le Roll-on en question:

La Sauge sclarée ,cliquez sur le lien

La verveine exotique, cliquez sur le lien

La menthe sauvage, Mentha spicata, elle est ici utilisée pour ses propriétés relaxante sur le système nerveux pour limiter les angoisses et l’anxiété. En raison des cétones qu’elle contient, cette huile essentielle ne doit pas être utilisée chez l’enfant de moins de 6 ans et chez la femme enceinte et allaitante.

Le lavandin, cliquez sur le lien

 

Voilà donc un petit tour d’horizon autour des fleurs de Bach que je vous conseillerez pour la période. Bien sûr, comme toujours chacun est différent, et peut-être que d’autres fleurs serez plus adaptés à vous, mais cela nécessite un bilan plus complet. Néanmoins, je pense qu’il y a ici un bon panel d’émotions qui pourront être soutenues.  Dernière chose, les fleurs de Bach sont le plus souvent diluée dans de l’alcool, mais vous en trouverez sans, n’hésitez pas à demander.

Belle et douce soirée,

 

Chloé

Journal de confinement J+14

Lundi 30 mars, oui je préfère donner la date désormais pour mieux situer l’action :). Nous sommes donc dans le quatorzième jour de confinement, et même si je le vis plutôt bien, je ne peux rester insensible à ceux qui commencent à avoir plus de difficultés. Aussi, à la vue des actualités qui ne sont guère reluisantes, j’ai fait le choix de me pencher sur l’une de mes piles de livres à lire ( oui j’ai plusieurs piles à lire, selon les humeurs, les moments,…) et de vous partager celle qui en ce moment à mon sens est la plus adéquate.

Il s’agit de livres que j’ai commencé  ou bien avancé pour la plupart, à l’exception des romans. Il y a plusieurs genres de livres, il s’agit de livres de développement personnel, de découvertes scientifiques, d’aventures,…

Des livres que j’ai sélectionné pour cette période de confinement, avec de beaux paysages à découvrir afin de voyager depuis chez soi, une épopée pour traverser les époques et les continents, des philosophies et de belles notions de vies simples et efficaces pour mieux appréhender ce confinement. Quoi qu’il en soit chacun peut y trouver un ou des livres qui lui conviennent, mais peut-être qu’aucun de ma sélection ne vous plaira et j’en suis navrée.

Sans plus tarder plongeons dans cette pile que je vais vous présenter de bas en haut.

IMG_E6512.jpg

 

 

L’aventurière des sables de Sarah Marquis

Cette exploratrice de National Geographic a été nommé aventurière de l’année 2014. Dans cet ouvrage elle narre son premier grand périple de 17 mois en Australie, une marche à travers la nature hostile et somptueuse pour découvrir qui elle est vraiment. Une histoire vraie donc, qui invite à l’imagination de ces magnifiques paysages tout en invitant à l’introspection, que cherchons nous vraiment?

Les antisèches du bonheur de Jonathan Lehmann

Il s’agit du deuxième ouvrage de Jonathan Lehmann, le premier que je vous conseille était  » Journal intime d’un touriste du bonheur » un vrai bonheur à lire je vous le confirme. Dans ce nouvel ouvrage, qui ne nécessite pas forcément la lecture du précédent, Jonathan nous présente de façon ludique ses antiséches qui sont 18 affirmations pour enfin toucher de prêt le sain graal: le Bonheur! Un livre qui offre de la joie assurément.

Les sept lois spirituelles du vrai bonheur de Dr Deepak Chopra 

Pour continuer vers le bonheur, le médecin endocrinologue et auteur Deepak Chopra, nous offre avec ce livre complet et concis de puissantes techniques pour trouver en toutes circonstances le bonheur de manière durable. Un bijou à lire surtout en ce moment, d’autant qu’il n’est pas long.

Petit traité de philosophie naturelle de Kathleen Dean Moore 

Immensité de la nature de l’ouest Americain jusqu’en Alaska, par le biais de petits récits qui ouvrent à soi. Se recentrer sur la nature et s’émerveiller de ce qu’elle a à nous offrir pour mieux nous connaître et mieux vivre,  voilà la promesse de cet ouvrage  qui nous fait voyager qui plus est.

Née contente à Oraibi de Bérangère Cournut

Un roman où l’on va suivre une jeune fille amérindienne Tayatitaawa ( celle qui salue le soleil) sur les hauts plateaux arides de l’Arizona, qui nous offre  au travers des croyances et sagesses du peuple Amérindien des Hopis, un dépaysement total. Un livre qui ouvre à la résilience et nous aide à mieux imaginer l’ambiance avec le recueil de photo disponible à la fin du livre. Bon voyage!

La symphonie du vivant de Joël de Rosnay

Un ouvrage indispensable actuellement, écrit par le docteur en sciences Joël de Rosnay. De récentes découvertes en biologie, mettent en lumière que nos comportements quotidiens ont un impact sur nos gènes. Ce qui peut en arranger ou en déranger certains, étant donné que cela signifie bien que nous sommes maîtres de  notre vie et par conséquent de notre santé, en gros l’épigénétique nous mets bien face à notre propre responsabilité quand à notre bien-être. A lire de toute urgence!

Le Mahâbhârata

L’épopée qui nous transporte au coeur de la culture indienne. Il n’est pas question ici de parler de religion, mais plutôt de comprendre la culture indienne par le biais de cette histoire mythologique entre deux clans qui se déclarent la guerre pour le trône ( cela me rappelle quelque chose ;)). Chaque personnage et chaque situation, peuvent refléter une part de nous-même à travailler ou à accepter. Vaste programme, difficile à résumer en quelques lignes.

 

En espérant que votre quarantaine se passe pour le mieux, et que peut-être l’un ou plusieurs de ces ouvrages vous accompagne durant cette période privilégiée pour prendre du temps pour soi et lire.

A très vite,

 

Chloé

Journal de confinement J+10

En ce dixième jour de confinement, les rituels bien-être que je pratique se multiplient pour mon plus grand bonheur. Une forme de nouveau planning s’est naturellement installé depuis le début de ce confinement. Je ne sais pas comment vous vivez celui-ci, mais fort est de constater qu’il y a des étapes à franchir comme dans chaque moment de vie.

Pour ma part, après l’annonce de cette mise en quarantaine assez floue, j’ai accepté cette nouvelle condition de vie en essayant rapidement d’y incorporer mon rythme, mais surtout en occupant beaucoup mon cerveau… Puis arrivée au samedi, donc au cinquième jour de confinement, je n’ai plus du tout accepté la situation, mon égo voulait retrouver son confort, sa liberté, bref tout ce qui parle à chacun d’entre vous je pense.

Après cette journée difficile, j’ai utilisé mon attestation de sortie ( c’est important de le mentionner, cela n’étant pas anodin quand à notre liberté, bien que je ne remette pas en cause le système) pour aller faire un tour seule à pied autour de chez moi et admirer le coucher de soleil. C’est en admirant ce dernier que j’ai pris conscience de quelque chose que je sais, mais c’est toujours dans les moments où on en a besoin qu’on oublie cela,  que la liberté c’était nous même qui nous l’offrions en sachant orienter notre mental vers ce que nous voulons et non en restant focaliser sur ce que nous craignons.  La soirée de ce cinquième jour fût donc pour moi, la soirée de l’acceptation et mon rythme « bien-être de confinement » a ainsi pu vraiment démarrer.  Parmi mes pratiques personnelles régulières, qui se sont drôlement rallongées donc en cette période de confinement, se trouve bien sûr la méditation, dont je parle fréquemment.

En réalité,  j’alterne avec plusieurs techniques visant à améliorer l’état mental, soit j’utilise l’application 7mind ( que je vous conseille d’ailleurs et qui a étoffé son offre gratuite spécialement pour le confinement), en ciblant des problématiques spécifiques, soit je me crée ma propre méditation. Mais j’utilise également d’autres techniques ( je parlerai plus tard en détail de l’une d’entre elle) qui me permettent de me relaxer, d’aider à la gestion des émotions également. L’une d’entre elle dont je vais parler aujourd’hui, est la sophrologie qui vise à rétablir le dialogue entre le corps et l’esprit et qui vise à améliorer le bien-être. Cette science est inspirée notamment de diverses méthodes tel que le training autogène de Schultz, le Yoga,… et vise à orienter l’attention grâce à divers outils tel que la visualisation,  la respiration et la décontraction musculaire en s’appuyant sur des sentiments positifs.

Aussi pour rentrer dans le vif du sujet, je vous propose une séance de sophrologie avec  visualisation à pratiquer chez soi, je vous propose ici en cette période de confinement de vous évader de chez vous en pensée, le temps de quelques minutes un paysage inspirant que l’on peut modifier selon ce qui nous inspire le plus. Je vous mets un enregistrement en plus du texte, afin que vous puissiez réaliser cette séance sans avoir à lire et ainsi complètement vivre le moment. L’enregistrement est a retrouver à la fin du texte en lien.

IMG_6411.jpg

 

Asseyez-vous le dos bien droit, les pieds ancrés au sol

– Posez vos mains sur vos cuisses

– Fermez les yeux délicatement pour vous recentrer

– Prenez conscience de votre assise

– Respirez profondément à partir du ventre

– Portez votre attention à votre visage

– Desserrez les mâchoires, relâchez la langue

– Ressentez votre visage détendu

– Cette détente se propage à votre nuque,vos épaules,…

– Prenez conscience du relâchement du haut de votre corps

– Portez attention à votre dos

– Relâchez toutes vos tensions à ce niveau

– Sentez vos pieds bien ancrés au sol

– Relâchez bien tout les muscles du bas du corps, tout en restant les pieds bien ancrés dans le sol

– Ressentez que tout votre corps est détendu, relâché

– Maintenant, imaginez-vous au milieu d’une plaine verdoyante et fleurie

– Le temps est très ensoleillé et la température idéale

– Une luminosité rare, qui vous recharge instantanément

– Vous êtes au pied d’une montagne majestueuse, un lac est également devant vous

– Face à tant de beauté vous vous sentez serein

– Vous entendez les oiseaux, les petits animaux qui peuplent ce beau paysage

– En vous promenant dans ce lieu, vous découvrez un tapis de fleurs colorées

– Sentez le doux parfum des fleurs qui ornent ce paysage

– Ressentez cette nature pure vous envahir

– Puis visualisez un papillon devant vous

– Il vous invite à le suivre afin de vous faire découvrir un peu plus ce lieu merveilleux

– Vous lâchez prise et suivez le papillon

– Il vous emmène au pied de la montagne où une magnifique cascade coule pour se jeter dans le lac

– Une onde de bonheur vous envahi à la vue de tant de beauté

– Puis le papillon se pose délicatement sur l’une de vos mains

– Vous ressentez un profond bien-être

– L’air pur caresse votre peau, vous ressentez un frisson de bien-être vous parcourir

– Vous vous sentez connecté à la terre

– Puis vous vous approchez de la cascade et buvez une gorgée d’eau pure à la source

– Cette eau d’une pureté rare irrigue tout votre corps, vous sentez ses bienfaits jusqu’aux bouts de vos doigts et de vos orteils

– Vous êtes en harmonie avec la nature et l’univers

– La couleur verte de la nature vous inonde d’un profond bien-être

– Savourez pleinement cet instant…

– Petit à petit le paysage s’estompe

– Reprenez maintenant doucement contact avec le monde réel, en écoutant les bruits extérieurs

– Bouger délicatement vos mains, vos pieds,…

– Etirez votre corps

– Vous pouvez ouvrir vos yeux en douceur

 

L’enregistrement: ici

 

 

 

IMG_6410.jpg

 

J’espère que cette parenthèse vous aura fait du bien, quoi qu’il en soit retenez, que le moment est à vivre, il n’y a rien à réussir, aucun objectif à atteindre, si des pensées parasites se présentent, laissez-les passer.

Prenez soin de vous, à très vite.

Chloé

Journal de confinement J+7

La nouvelle vie que nous découvrons officiellement depuis le mardi 17 mars 2020 midi m’amène à vous proposer une nouvelle forme d’articles spéciales « confinement ». Ces articles auront pour but d’échanger autour des vécus de la situation de chacun, chacune, de se soutenir, de s’entraider, de donner de l’espoir, de l’amour, de la solidarité, bref tout ce qui peut permettre de mieux vivre ensemble ce moment de vie unique en son genre.

En revanche, vous ne trouverez pas ici, de plaintes, de méchanceté envers qui que ce soit ou encore de jugement sur la situation actuelle ( politique, traitement,..) . Le but est bien de véhiculer du positif dans un contexte poussant plutôt vers la peur, le désespoir et même la haine de l’autre.

 

Voilà d’ailleurs l’objet de ce premier article en ce septième jour de confinement: la haine de l’autre.

Je crois que nous sommes tous au courant, qu’il ne faut pas sortir de chez soi, c’est ce qui est inhérent au mot confinement. Il est triste de constater qu’effectivement il y a des abus, et des personnes ne respectent pas cela. Néanmoins, la situation est que nous faisons face à un virus, virus qui a longtemps été sous-estimés par les autorités publiques et qui nécessite alors des mesures drastiques, étant donné le manque de moyens. Que l’on y adhère ou pas, il est obligatoire pour tous de suivre ces mesures. Jusque là, tout est simple.

Ce qui est déplorable, en revanche, c’est que cette période de confinement amène de la méchanceté et de la haine entre les gens, qui sont tous concernés par ce qui se passe. Mon message ici, vise à sensibiliser sur la notion d’union et de respect de l’autre. Nous vivons une période où s’entraider est primordial, aussi quand je lis des propos tel que: « jetez des cailloux au personnes dehors », « je vous propose de signer une décharge qui stipule que vous refusez d’avoir accès aux soins, puisque vous êtes dehors »,… cela m’attriste profondément. Bien que je ne souhaite pas me faire l’avocat du diable, il me semble que passer ses journées de confinement à critiquer l’autre n’est pas la meilleure occupation à avoir et augmente le côté anxiogène  de la situation, tant pour soi que pour les personnes qui peuvent se sentir viser alors qu’elles respectent les règles en vigueur. Ces comportement sont liés à la peur et à la panique qui amènent à systématiquement chercher un coupable à tort.

 

La premiere chose est que peut-être que la personne sort pour des raisons médicales, pour faire des courses, pour travailler aussi, ou tout autres raisons valables et légales, mais quand bien même si elle ne respecte pas la loi ( au passage on voit toute l’année des gens qui ne respectent pas la loi sans pour autant se ruer sur les réseaux sociaux pour en parler, par exemple brûler un feu rouge est aussi grave pour soi et pour autrui, …) ce n’est pas à nous de faire régner l’ordre dans le pays…

Chacun d’entre nous doit à plus forte raison en ce moment faire preuve de bienveillance, d’indulgence, de patience ( certains sont plus long que d’autres à comprendre, les discours ayant beaucoup évolués en quelques semaines, les plus jeunes se sentant moins concernés, …) et de courage. Par ce partage, je souhaite inviter à une communication plus positive et constructive plutôt que de rester dans l’éternel jugement de l’autre, oui cette situation est difficile, oui certains ne jouent malheureusement pas le jeu, mais je reste convaincu que ce n’est pas en propageant de la haine que ces mêmes personnes vont revoir leur copie d’autant que ce n’est pas notre rôle.

 

Le prochain article sera un peu plus léger, c’est promis,  mais je tenais à partager cela avec vous ici, car je trouve que cette violence ajoute de la difficulté à ce que nous vivons et augmente l’anxiété, ce dont personne n’a besoin. Apprenons à mieux vivre ensemble en étant éloignés les uns des autres.

Pour égayer chaque article, j’illustrerai ce dernier par une photo de nature que j’ai pu prendre, lorsque sortir se promener n’était pas considérer comme un luxe est pourtant… 🙂

 

Je vous laisse avec ce magnifique cerisier du Japon qui symbolise l’arrivée du printemps et la délicate beauté de la vie…

A très vite, prenez soin de vous

 

IMG_4666.jpg