Beiju

Brazil! En ce 23 décembre, je vous propose une recette très populaire au Brésil, le Beiju. Le Beiju est une crêpe à base de farine de tapioca et est naturellement sans gluten et sans matière grasse ( malgré ce que la photo pourrait laisser penser, il n’y a aucune matière grasse dans la pâte à crêpe). Ces crêpes peuvent se manger sucrées ou salées, je vous propose ici une recette salée avec une touche sucrée ( passion kakis 😉 ) et un petit clin d »oeil à un autre pays d’Amérique du Sud (que j’ai peu représenté dans le calendrier). En effet, dans la garniture que je vous propose, j’utilise de l’oca du pérou ( on en trouve très facilement en magasins bio en ce moment), un tubercule qui a une saveur acidulé et se rapproche de la pomme de terre. Une seule crêpe suffit ( surtout la mienne que je fais un peu trop épaisse, j’avais faim ;)), vous verrez que celle-ci est assez consistante grâce au tapioca qui de part sa richesse en amidon, est vite rassasiant, tout en restant digeste. Du coup nous sommes sur une recette vegan, sans gluten, avec très peu de matières grasses, et pourtant le goût reste puissant!C’est partit pour la recette!

Beiju

Les ingrédients pour 2 crêpes:

Pour le Beiju:

  • 130g de tapioca
  • 6cl d’eau

Pour la garniture:

  • 6 oca du Pérou
  • 1 branche de céleri
  • 1 poignée d’épinards
  • 1 kaki
  • 1/2 oignon
  • 1/2 c à c d’huile d’olive
  • sel, poivre
  • Huile de courge pour assaisonnement ( facultatif)

Commençons par la garniture. Coupez les ingrédients comme vous le souhaitez. Faites revenir votre demi-oignon coupé en dés quelques minutes à feu vif dans un wok, en y ajoutant l’oca, puis recouvrez d’eau et ajoutez les autres légumes, laissez chauffer 20minutes.

Après cette première étape, passons au Beiju. Mélangez le tapioca à l’eau et pressez le tapioca entre vos mains pour enlever l’eau restante, il faut éviter le surplus d’eau, mais je vous fait une confidence, je m’étais un peu ratée sur la quantité d’eau et en pressant bien, c’est passé 😉 donc pas de panique. Dans une poêle chaude, sans rien d’autre dedans, formez une crêpe avec la pâte obtenue et faites cuire à feu moyen 2/3 minutes avant de retournez comme une crêpe classique et faire de même.

Sans plus attendre, mettez vos légumes sur la moitié du Beiju et recouvrez avec l’autre moitié. Si besoin ajoutez un filet d’huile de pépins de courges. Délicieux 😉

On se retrouve demain pour la recette qui nous amènera à Noël,( alerte spoiler) une gourmandise sucrée assurément 😉

Chloé

KUKU

Il y a des endroits dans le monde dont on entend pas assez parler au niveau culinaire, et celui de ce 19 décembre en fait partie, puisqu’il s’agit de l’Azerbaïdjan et son fameux Kuku (se prononce kyukyu et pas cucu :)). Le kuku est plutôt considéré comme une entrée ou un apéritif, ce qui peut être intéressant pour une alternative originale et plutôt saine pour les repas de fêtes qui arrivent si vite! Le kuku se compose principalement d’herbes fraiches et d’oeufs, et comme vous vous en doutez bien, je ne vais absolument pas utiliser d’oeufs ( que je mange pourtant mais juste mollé, à la coque ou au plat, mais dans des recettes « transformées », je préfère utiliser des alternatives vegan).Je déroge à une autre règle, car je fais cuire mon kuku au four et non à la poêle. Pour les herbes, vous pouvez en utiliser des congelés surtout en cette saison où il n’est pas si aisé de tout trouver en frais bio. Je vous présente donc mon kuku revisité avec de la farine de pois chiche pour remplacer les oeufs et qui a aussi le mérite d’apporter de la protéine. C’est pas beautiful 😉 ?

Kuku vegan

Les ingrédients pour un petit plat ( 2/3 personnes pour une entrée):

  • 1/2 oignon
  • 1 gousse d’ail
  • 100g de farine de pois chiche
  • sel
  • poivre
  • huile d’olive
  • 150ml d’eau
  • 1/2 bouquet de de coriandre
  • 1/2 bouquet de persil
  • 1 poignée de menthe
  • 100g d’épinards frais

Dans une poêle faites revenir l’oignon coupé en petit dés et l’ail pressé dans un peu d’huile d’olive. Ajoutez-y les herbes finement ciselées ainsi que les épinards frais et laissez cuire en remuant le tout 2/3 minutes à feu moyen. Réservez.

Dans un saladier mélangez la farine de pois chiche, le sel, le poivre et ajoutez-y l’eau progressivement en mélangeant bien. Une fois le mélange homogène, ajoutez-y votre préparation verte et transvasez le tout dans un plat huilé et enfournez pour 20minutes à 180C°.

Une fois prêt, découpez en carré et présentez soit en apéritif sous forme de bouchées soit en entrez, disposez-en 3 ou 4 dans une assiette. Personnellement, j’aime beaucoup le déguster avec de la crème de raifort, c’est délicieux, mais attention si vous ne connaissez pas ça monte encore plus vite au nez que la moutarde, je ne voudrais pas vous énerver :).

Beau weekend, le dernier de l’avent déjà 😮

Chloé

Lamington

On se rapproche de l’hiver en ce 18 décembre, mais aujourd’hui je vous emmène dans un endroit où c’est l’été puisque nous partons en Australie revisiter un dessert phare là-bas: le Lamington! En tant qu’immense fan de noix de coco, et surtout du combo choco/coco, je ne pouvais pas passer à côté de cette recette du Queensland. Ce gâteau tiendrait d’ailleurs son nom d’un ancien gouverneur du Queensland ( de 1896 à 1901), le Baron Lamington mais en réalité la recette elle, vient d’un français Armand Galland qui aurait improvisé cette recette pour des convives de dernières minutes chez les Lamington; chapeau! Ma recette est bien plus légère et surtout moins sucrée que la recette traditionnelle, sachant que celle-ci contient un mélange de farine de petit épeautre ( 1/3), plus digeste que la farine de blé et une majorité de farine de Teff, qui est naturellement sans gluten et à l’avantage d’agir comme un levain naturel. Le teff est une plante qui vient d’Ethiopie et entre dans la composition de la fameuse Ingera ( une sorte de crêpe très consommée en Ethiopie). Mais revenons en Australie, dont je vous livre une version plus légère, très forte en chocolat ( mais ça vous pouvez le modifier selon les goûts, c’est que j’utilise du cacao 100% additionné au chocolat à 72% ;)). Let’s go…

Les ingrédients pour 16 Lamington:

  • 25g de sucre de coco
  • 12cl de lait d’amandes
  • 1c à s d’huile d’olive
  • quelques gouttes d’extrait de vanille
  • 100g de farine de teff
  • 75de farine de petit épeautre
  • 25g de poudre d’amandes
  • 1 c à c poudre à lever
  • 1/2 c à c de bicarbonate de soude

Pour le glaçage au chocolat:

  • 12cl lait d’amandes
  • 1/2 c à c arrow root
  • 25g de poudre de cacao maigre 1OO%
  • 2 c à s de sucre de coco
  • 30g de chocolat noir à 72% grossièrement coupé
  • 20 g de noix de coco rapée

Pour la première partie, c’est à dire le gâteau, mélangez le lait d’amandes, l’huile d’olive, la vanille, le sucre de coco. Ajoutez-y les farines, la poudre d’amandes, le bicarbonate et la poudre à lever. Quand la pâte est homogène, transvasez la pâte sur un papier sulfurisé que vous mettrez dans un plat carré si possible, et c’est partie pour 20minutes à 180C°. Découpez afin d’obtenir 16 petits carrés, que l’on mettra au congélateur le temps de préparer le glaçage ( 10/15 minutes suffisent).

Pendant ce temps dans une casserole on ajoute le lait d’amandes, l’arrow root, le cacao et le sucre puis enfin le chocolat concassé. Une fois que l’on obtient une belle fondue, sortez vos carrés du congélateur, et trempez chaque carré dans le chocolat. Terminez en le trempant dans une coupelle de noix de coco et ainsi de suite avec les autres carrés. Je n’ai volontairement pas fait tout le tour du gâteau avec le chocolat ( mais vous en avez assez pour en principe), car c’était assez chocolaté pour moi, mais vous faites comme bon vous semble.

Je vous souhaite une belle dégustation aux douces notes ensoleillées de la noix de coco.

A demain,

Chloé

Onigiri

Un 17 décembre japonisant avec l’onigiri, parce qu’il n’y a pas que les sushis dans la vie! Je vous propose aujourd’hui cette alternative japonaise aux sushis d’une part mais aussi aux sandwichs, car c’est comme tel qu’ils sont consommés au Japon. Etant donné la saison, je vous propose une recette d’onigiri automnale en version sucré/salé ( j’adore ça) et tant qu’à faire en utilisant les fruits et légumes les plus faciles à trouver en ce moment, à savoir le butternut, le kaki et l’épinard. Une belle association gustative mais aussi un bon équilibre entre un légume sucré, un fruit et un légume vert. Biensûr, je préconise d’éviter l’assaisonnement final avec du soja, aussi j’utilise de l’huile de pépins de courges pour remplacer, mais même sans sauce ou huile je trouve que l’onigiri tient ses promesses, puisque je rappelle que les légumes à l’intérieur sont cuisinés. Vous pouvez aussi mettre une feuille d’algue autour de vos onigiris, chose que je n’ai pas pu faire car ayant mal rangé mes feuilles d’algues, mon coquin de chat les a dévoré, donc j’ai fait sans :). Sans plus tarder, voici ma version de l’onigiri qui est quoi qu’il en soit sans gluten et végétalienne.

Onigiris kaki/butternut/épinards

Les ingrédients pour 8 onigiris:

  • 200g de riz à sushis
  • 40cl d’eau
  • 1 c à s de vinaigre de riz
  • 1 demi oignon
  • 5cm de racine de gingembre frais
  • la moitié d’un petit butternut
  • 1 belle poignée d’épinards frais
  • 1 kaki
  • sel, poivre
  • 1/2 c à c d’huile de coco
  • facultatif pour la finition, graines de sésame noir, de pavot,… feuille d’algue, ce qui vous fera plaisir, mais rien c’est très bien aussi 😉
  • Huile de pépins de courges pour assaisonner si besoin

Au préalable rincez bien votre riz plusieurs fois. Versez le ensuite dans une casserole d’eau couverte à feu modéré 8 minutes. Une fois à ébullition, baissez le feu et laissez encore quelques minutes avant de sortir la casserole du feu et laisser le riz couvert après quoi vous incorporerez le vinaigre de riz.

Dans le même temps coupez l’oignon et le gingembre en tout petits dés que vous mettrez dans un fond d’huile de coco dans une poêle. Ajoutez- y votre butternut et le kaki coupés en petits dés ainsi que les épinard finement coupés. Laissez 2/3 minutes à feu doux dans la poêle huilée et ajoutez un peu d’eau en laissant mijoter à couvert une quinzaine de minutes. Réservez.

Une fois que le riz a un peu refroidi, humidifiez vos mains et prenez du riz dans vos mains, idéalement vous remplissez les mains et serrez bien le riz entre. Au milieu de votre riz compacté, créez une ouverture et mettez-y la garniture que vous venez de préparer, puis refermez avec du riz en appuyant bien. Vous pouvez faire les formes que vous souhaitez, et après coup agrémenter avec ce que bon vous semble comme cité plus haut.

Voilà de quoi pallier à la fermeture des restaurants et tout de même manger autre chose qu’un jambon/beurre le midi. Qui plus est, je n’ai pas trop eu le temps cette fois-ci, mais vous pouvez vous amusez à les customiser à l’infini et à les agrémenter de tout ce qui vous plait.

A demain,

Chloé