9 décembre: Crupote

Quoi de mieux à l’approche de l’hiver que de bénéficier d’un maximum de vitamines dans notre alimentation, afin d’être au mieux de notre forme ( voir mon article du 1er décembre ici ➡️ Un hiver en forme )? Les fruits de saisons en sont gorgés qu’il s’agisse des pommes 🍎, des poires 🍐, des clémentines 🍊, des kakis,… en consommer chaque jour est essentiel. Souvent pour consommer plus de fruits, par souci de rapidité, d’économie, de conservation,… on se dit que consommer de la compote ( sans sucre ajouté bien sûr) fera l’affaire. Si la compote sans sucre ajoutée ( donc c’est en réalité une purée de fruits, mais le principe est le même des fruits cuits mixés) n’est pas mauvaise pour la santé et à l’avantage d’être plus digeste à la fin d’un repas en raison de la cuisson des fruits, elle a un énorme inconvénient..

En effet, lors de la cuisson des fruits, on perd tous les micronutriments de ceux-ci ainsi qu’une bonne partie des fibres… bien dommage sauf en cas de gastro ou de diarrhée où la compote notamment pommes 🍏 coings est intéressante. La compote n’est pas à bannir, mais si vous avez des vieux fruits que vous voulez rapidement consommer et en garder les bénéfices, je vous encourage à vous tourner vers la crupote, qui en plus est extrêmement rapide à réaliser et vous permettra d’éviter tout gaspillage.

Quelques vieux fruits

Pour ma part, j’avais quelques pommes 🍎 et une bergamote un peu vieillissante, j’ai donc décidé de faire une crupote extrêmement simple mais qui peu aussi être incorporé dans une recette de dessert gourmand🧁. Par exemple si vous réaliser une crème d’amande ou pour encore plus revisiter le délicieux risalamande ( recette de Noël danoise qui était dans mon calendrier voyage culinaire de l’année dernière , à retrouver ici) où vous remplacerez le coulis de cerise par la crupote de votre choix, un dessert dernière minute assuré 😉.

Mais revenons à la crupote dont voici la recette pour un beau bol ou 2 petits ramequins 😋

Ingrédients:

– 3/4 petites pommes

– 1 bergamote

– 2 c à c de poudre de cannelle ou plus selon vos goût

Je pars du principe que les pommes sont de qualité biologiques ( en tout cas il le faut), donc on conserve la peau. Ôtez les trognons des pommes et coupez les en quartiers. Pressez le jus de la bergamote. Dans un bon blender mixez les ensemble en ajoutant la cannelle. Présentez, savourez.

J’ai mis des pommes vertes qui ont apporté une note plus acidulée, que vous n’aurez probablement pas si vous prenez des pommes naturellement plus sucrées. Si vraiment vous trouvez que cela manque de sucre, optez pour une ou deux dattes dénoyautées maximum pour sucrée votre crupote, mais normalement ce n’est pas nécessaire, le fructose des pommes fait le job 😉.

Je vous souhaite une journée de saine gourmandise 😉.

À demain,

Chloé

Taboulé libanais

Très largement inspiré du taboulé libanais que j’affectionne énormément, je vous propose une version à peine revisiter de ce dernier dans une version sans gluten. Aussi j’y vois l’occasion de faire un focus sur le persil qui constitue en grande majorité ce plat frais, très appréciable encore en cette fin d’été.

Le persil:

À feuilles plates ou frisées, le persil reste toujours aussi séduisant, que ce soit gustativement bien sûr, mais aussi de par ses constituants qui en font une herbe remarquable, dont on aurait tort de se priver. De la famille des apiacées, ses feuilles vertes sont riches en vitamine C et E, en chlorophylle, en bêta carotènepolyphenols dont les flavonoïdes ( apigenine, quercetine,…), … autant de caractéristiques qui auront des effets diurétiques, hypotenseurs, très anti-inflammatoires et antioxydants qui lui conférerait notamment un rôle important, d’après certaines études menées, sur certains cancers…

Sachez que vous pouvez utiliser des feuilles en cuisine évidemment mais aussi en décoction à utiliser en externe ( après avoir laisser refroidir en infusion votre décoction une dizaine de minutes) avec un coton sur votre visage pour éclaircir le teint. Les feuilles peuvent aussi soulager les piqûres d’insectes.

Pas mal pour une des herbes les plus connues et les plus faciles à se procurer. Néanmoins, il est à éviter pendant la grossesse et l’allaitement ( abortif et diminution de la lactation ) ainsi qu’en cas d’insuffisance rénale.

Après cette présentation sommaire, de celui sans lequel ce taboulé ne serait pas, je vous propose cette recette vegan et sans gluten, aux notes herbacées. Petit spoil, il contient de la Grenade dont vous retrouverez les bienfaits juste ici.

Les ingrédients ( pour une personne):

– 1/2 bouquet de persil frais

– 1 tomate 🍅 noire de Crimée

– 1 petit concombre Noa

– 1/4 d’oignon rouge

– une dizaine de feuilles de menthe

– 40g de semoule de pois cassés

– une grenade

-huile de basilic sacré

– quelque graines de nigelle

– jus de citron

– sel aux herbes

Portez de l’eau à ébullition dans une casserole, puis versez la sur la semoule de pois cassés afin de la faire gonfler, 6/7 minutes suffisent. Égrenez la semoule est mettez la dans votre plat/ assiette de présentation. Découpez en petits dés le concombre, la tomate, l’oignon, hachez le persil, la menthe, décortiquez la grenade et ajoutez tout cela à votre semoule réhydratée. Assaisonnez avec raison, avec l’huile et le jus de citron en y ajoutant une pincée de sel aux herbes et mélangez. Pour la présentation, gardez un petit brin de menthe et enfin saupoudrez de graines de Nigel.

Fraîcheur, légèreté, saveurs et arômes qui dansent tour à tour dans la bouche et nous transporte le temps d’un repas en orient. Je vous souhaite un bon appétit.

Chloé

Le pollen

A l’approche du changement de saison, et notamment avec l’arrivée de la saison automnale très bientôt, il est toujours intéressant de se tourner vers les produits de la ruche 🐝 . Je pense que chacun a déjà au moins une fois dans sa vie pris du miel ne serait-ce que pour adoucir sa gorge ( a ce sujet je vous remets l’article sur le miel de Manuka juste ici) , certains ont déjà dû tester la propolis ou encore la gelée royale 👑, mais avez-vous déjà utilisé le pollen? Ses bienfaits sont nombreux et remarquables et c’est un tout aussi grand plaisir gustatif que le miel, si ce n’est plus, à mon goût. Alors qu’est-ce que le pollen, quels sont ses bienfaits, quand et comment le consommer?

C’est partie!

Le pollen:

Le pollen est produit par les étamines ( éléments reproducteur mâle de la fleur), et représente donc la semence mâle de la fleur. Ces micro grains sont alors transportés par nos chères abeilles 🐝 pour que la reproduction puisse se faire ( la pollinisation). Le pollen transporté par les abeilles est entomophile, contrairement à celui transporté par l’air et qui peut susciter des allergies qui lui est anémophile; le premier destiné à la consommation n’est pas allergisant contrairement au second qui par voix respiratoire peut s’avérer l’être. En cas de doute, car des réactions allergiques peuvent arriver, même si elles sont rares, mettez un ou deux grains de pollen sur la langue pour tester, s’il n’y a pas de réaction, ces que tout va bien et vous pouvez attaquer votre cure :). Mais pourquoi au fait?

Les bienfaits du pollen

Les abeilles s’en nourrissent et elles ont bien raison ( toujours regarder ce que font les abeilles 🐝). C’est un fortifiant, qui renforce le système immunitaire, car très riche en glucides et en protéines mais aussi en acides aminés essentiels ( 20 sur 27) , en magnésium, phosphore, selenium, vitamines ( notamment du groupe B) , fibres,… un vrai cadeau de la nature. Grâce à cette composition de haut niveau le pollen est d’une grande aide pour lutter contre la fatigue physique et intellectuelle, contre les désordres intestinaux, c’est bien sûr un antioxydant, il est bénéfique pour avoir de beaux cheveux et une belle peau, il stimule l’appétit ( idéal en cas de convalescence) et est bien sûr hautement recommandé pour les sportifs. Chaque pollen aura plus ou moins d’effets, par exemple le pollen de cerisier sera particulièrement efficace sur la beauté de la peau et des cheveux en raison du zinc qu’il contient. Quoi qu’il en soit pour faire une cure je vous conseille de choisir du pollen local et bio si possible, mais surtout pas provenant de Chine, ce serait contre-productif. Vous trouverez facilement votre bonheur en magasin biologique.

Vous pouvez faire une cure d’un mois à raison d’une grosse cuillère à soupe par jour que ce soit sous forme de pollen sec en bocal ou frais à garder au congélateur. Sinon vous pouvez en trouver en gélules si vous n’appréciez pas le goût. Personnellement, je l’adore, et le mets dans des salades sucrés/salés, dans des smoothies bowl, des compotes,… car idéalement pour profiter pleinement du potentiel du pollen il faut le consommer avec des fruits. Ça tombe bien en ce moment il y a de bonnes grenades par exemple, je trouve que l’association des deux est divine!

Enfin sachez que vous pouvez aussi le consommer sans faire une cure simplement en vous faisant plaisir au quotidien.

Je vous souhaite une belle fin d’été, pensez à vous équiper au naturel pour vous renforcer et passer un automne 🍂 hiver ❄️ en forme et de bonne humeur.

Belle soirée,

Chloé

Recette estivale de Wakamé

Dans les clichés sur la naturopathie vous connaissez bien sur les graines ( si si c’est très bon mais on ne mange pas que cela :)) , les cures saisonnières comme la sève de bouleau par exemple, et aujourd’hui autre ingrédient très « connoté naturo » nous allons parler des algues dont je suis très fan personnellement, et plus précisément le wakamé, hummm!

Alors évidement avant de commencer, il est évident que c’est une question de goût, mais si vous n’avez jamais goûté cela peut être l’occasion. . Concernant les algues, il en existe un né multitude mais les plus facilement trouvables en magasin bio outre le wakamé sont: le nori, la dulse, le kombu, la laitue de mer et le haricot de mer. Chacune possède une saveur, un aspect et un profil micro nutritionnel différent.

Le wakame ( Undaria pinnatifida) appartient à la famille des Alariacés qui regroupe les algues brunes ( environ 80 différentes de part le monde). Si le wakamé est originaire du Japon 🇯🇵, où les algues sont très consommées, cette algue est très souvent cultivée notamment en Bretagne. Vous la trouverez le plus souvent dans les commerces bio sous forme déshydratée, il suffit alors de la réhydrater quelques minutes dans de l’eau pour la consommer. C’est l’algue la plus apprécié en général car elle est tendre, iodée avec une très légère note sucrée qui sublime nombre d’aliments en cuisine.

D’un point de vue nutritionnelle, le wakamé est plus qu’intéressant notamment grâce à sa grande richesse en fibres ( 40g au 100g), en calcium, en potassium, en vitamine K, vitamine B9, en bêta carotène et bien sûr en iode. Le wakamé représente un apport intéressant en protéine aussi avec 14g pour 100g, intéressant dans une alimentation végétarienne. Grâce à l’alginate (un polysaccaride présent dans les algues brunes), le wakamé va permettre d’éliminer les toxines de l’appareil digestif. Cette algue aide à renforcer le système immunitaire, améliore le confort digestif et grâce au mucilage qu’elle contient permet d’obtenir rapidement la satiété ( très interessant lorsque l’on souhaite diminuer ses quantités alimentaires dans le cadre d’une perte de poids par exemple ).

Si elle regorge de bienfaits, attention néanmoins elle ne dois pas être consommée en cas de souci de thyroïde en raison de l’iode qu’elle contient. Pour les personnes très sensibles au niveau digestif ( exemple, syndrome du colon irritable, on en abusera pas pour éviter tout désordres intestinaux.

Il existe mille et une façons de cuisiner et d’accommoder le wakamé. Je vous propose une recette qui allie sucré et salé et surtout fraîche, réalisée avec ce qu’il me restait en cuisine. Cette recette conviendra tout à fait à un régime végétalien et sans gluten.

Wakamé bowl

Les ingrédients pour une personne:

– Une poignée de wakamé déshydraté ( marqué bord à bord ou marinoë)

– 2 abricots

– 1 ou 2 mangues séchée ( marque pépite)

– 1 betterave chioggia crue

– taboulé de lentilles corail ( Lazzareti)

– gommasio

– 1 c à c de vinaigre de riz

– 1 c à c d’huile de sesame

– 1 pincée de curcuma en poudre

Tout d’abord, dans un saladier, couvrez le wakamé avec le double d’eau et laissez gonfler 5 minutes. Une poignée suffit car vous allez voir que le wakamé triple de volume, et ce dernier étant satietogène ( coupe faim), vous en aurez suffisamment.

En parallèle , recouvrez d’eau bouillante la quantité que vous souhaitez de semoule de lentilles corail. Et laissez gonfler 2/3 minutes, après quoi vous égrainerez votre semoule.

Après voir enlevé l’eau des wakamé, coupez l’abricot et la betterave chioggia comme bon vous semble. Découpez de fines lanières de mangues séchées que l’on mélangera ensuite aux wakamé. Assaisonnez avec l’huile de sesame et le vinaigre de riz ainsi qu’un peu de gomasio et du curcuma . C’est prêt, bon appétit.

Un vrai moment de fraîcheur coloré et iodé. Les saveurs se marient très bien, après tout cela n’est qu’affaire de goût bien sûr.

Je vous souhaite un très bon week-end.

Chloé