Risalamande

Nous y sommes! Ce soir c’est le Réveillon de Noël et à cette occasion je vous propose un tour dans le pays réputé être le plus heureux du monde: le Danemark! Avec le fameux style de vie à la cool qu’on appelle Hygge, les danois ont de nombreuses recettes à déguster dans de belles ambiances comme ils savent si bien les créer. Je me suis penchée sur une recette traditionnelle servit à Noël là-bas qui est le risalamande ( riz à l’amande), une sorte de riz au lait haut de gamme que je revisite biensûr en remplaçant le lait de vache par du lait d’amande, douceur assurée. La particularité de ce dessert de Noël est que dans la préparation une amande entière doit être glissée à l’intérieur et que celui qui tombe dessus à la chance de recevoir un cadeau, et ce coup-ci c’est moi qui l’ai eu 😉 ( j’attend mon présent d’ailleurs ;)). Un dessert facile, pas trop lourd et convivial à proposer pour les fêtes, le tout dans une ambiance chaleureuse. Ma version est donc végétalienne et ce dessert ne contient pas de gluten quelque soit la version proposée.

Risalamande

Ingrédients pour 4 belles coupes de Risalamande:

  • 70g de riz rond
  • 50cl de lait d’amande sans sucres ajoutés
  • Une gousse de vanille
  • 80g d’amandes concassées
  • 3 c à s de sucre de coco
  • 20cl de crème d’amande
  • quelques cerises griottes surgelées
  • du coulis de cerise

Faites chauffer le riz à la casserole dans un fond d’eau avec le lait d’amande, la gousse de vanille et 2 c à s de sucre de coco. Laissez cuire à feu doux une vingtaine de minutes en remuant.

A côté de cela concassez grossièrement les amandes dans un blender, sauf une qui sera à mettre dans la préparation comme une fève.

Versez la crème d’amande, la dernière cuillère à soupe de sucre de coco ( vous pouvez aussi ajouter 2/3 gouttes d’huile essentielle de vanille) dans un récipient et avec un batteur montez ce mélange en une mousse. Dans un saladier mélangez le riz avec la mousse d’amande, l’amande entière et les amandes concassées et réservez au frais. Au dernier moment, vous pourrez faire votre présentation individuelle et ajouter une à deux cerises griottes ainsi que le coulis de cerise.

Un excellent dessert de Noël, qui avec cette amande cachée révèle toujours les grands enfants qui sommeillent en chacun de nous, et c’est aussi cela que l’on recherche dans l’esprit de Noël. Je vous souhaite de très belles fêtes, remplies de joies et d’amour.

A très vite

Chloé

Beiju

Brazil! En ce 23 décembre, je vous propose une recette très populaire au Brésil, le Beiju. Le Beiju est une crêpe à base de farine de tapioca et est naturellement sans gluten et sans matière grasse ( malgré ce que la photo pourrait laisser penser, il n’y a aucune matière grasse dans la pâte à crêpe). Ces crêpes peuvent se manger sucrées ou salées, je vous propose ici une recette salée avec une touche sucrée ( passion kakis 😉 ) et un petit clin d »oeil à un autre pays d’Amérique du Sud (que j’ai peu représenté dans le calendrier). En effet, dans la garniture que je vous propose, j’utilise de l’oca du pérou ( on en trouve très facilement en magasins bio en ce moment), un tubercule qui a une saveur acidulé et se rapproche de la pomme de terre. Une seule crêpe suffit ( surtout la mienne que je fais un peu trop épaisse, j’avais faim ;)), vous verrez que celle-ci est assez consistante grâce au tapioca qui de part sa richesse en amidon, est vite rassasiant, tout en restant digeste. Du coup nous sommes sur une recette vegan, sans gluten, avec très peu de matières grasses, et pourtant le goût reste puissant!C’est partit pour la recette!

Beiju

Les ingrédients pour 2 crêpes:

Pour le Beiju:

  • 130g de tapioca
  • 6cl d’eau

Pour la garniture:

  • 6 oca du Pérou
  • 1 branche de céleri
  • 1 poignée d’épinards
  • 1 kaki
  • 1/2 oignon
  • 1/2 c à c d’huile d’olive
  • sel, poivre
  • Huile de courge pour assaisonnement ( facultatif)

Commençons par la garniture. Coupez les ingrédients comme vous le souhaitez. Faites revenir votre demi-oignon coupé en dés quelques minutes à feu vif dans un wok, en y ajoutant l’oca, puis recouvrez d’eau et ajoutez les autres légumes, laissez chauffer 20minutes.

Après cette première étape, passons au Beiju. Mélangez le tapioca à l’eau et pressez le tapioca entre vos mains pour enlever l’eau restante, il faut éviter le surplus d’eau, mais je vous fait une confidence, je m’étais un peu ratée sur la quantité d’eau et en pressant bien, c’est passé 😉 donc pas de panique. Dans une poêle chaude, sans rien d’autre dedans, formez une crêpe avec la pâte obtenue et faites cuire à feu moyen 2/3 minutes avant de retournez comme une crêpe classique et faire de même.

Sans plus attendre, mettez vos légumes sur la moitié du Beiju et recouvrez avec l’autre moitié. Si besoin ajoutez un filet d’huile de pépins de courges. Délicieux 😉

On se retrouve demain pour la recette qui nous amènera à Noël,( alerte spoiler) une gourmandise sucrée assurément 😉

Chloé

Hortopita

En ce 22 décembre, nous partons en Grèce découvrir cette spécialité à base de légumes verts, dont je raffole personnellement, il s’agit de l’Hortopita. L’Hortopita est une tourte verte garnie de légumes et herbes vertes dont très souvent des blettes. Elle contient traditionnellement de la fêta bien sûr, mais j’ai décidé de ne pas en mettre et de rendre cette tourte plus légère, bien que toujours consistante avec de la crème de noix de cajou qui n’a rien à envier aux béchamels et autres fromages, et une pâte sans gluten avec un mélange de farine de teff et farine de riz semi-complet, certes plus fragiles à travailler mais tellement plus digestes.

Du coup pour cette recette qui sent bon le sud vous aurez besoin de peu d’ingrédients encore une fois avec un maximum de saveurs.

Les ingrédients pour un moule de 22 cm soit 4 personnes:

Pour la pâte:

  • 100g de farine de teff
  • 75g de farine de riz semi-complet
  • 8cl d’eau
  • 1 c à s d’huile d’olive
  • Sel aux herbes

Pour l’appareil:

  • Une belle botte de blettes
  • 1 oignon
  • 1 c à s d’huile d’olive
  • une branche de romarin
  • 20cl de crème de noix de cajou
  • 1 c à c d’arrow root
  • sel, poivre
  • Noix de muscade à raper
Hortopita

Versez les farines, la pincée de sel dans un récipient et ajoutez l’huile d’olive et l’eau au milieu en « rabattant » la farine au centre pour mélanger le tout et pétrir quelques minutes. Lorsque la pâte est assez maniable,faites une boule et mettez là au frais pendant une demi-heure dans un récipient couvert.

Pendant le temps de repos de la pâte, lavez votre botte de blettes, coupez les, en dés pour l’oignon en lamelles pour les blettes. Dans un fond d’huile d’olive ajoutez l’oignon que vous ferez revenir quelques minutes puis ajoutez y les blettes avec de l’eau ainsi qu’une branche de romarin ( il aide à la digestion), laissez cuire à couvert 20minutes.

En parallèle, dans un bol mélangez la crème de noix de cajou, l’arrow root, le sel, le poivre et la noix de muscade. Une fois vos blettes cuites, ôtez la branche de romarin et mélangez les blettes avec la crème de cajou que vous venez de réaliser.

Sortez la pâte du réfrigérateur, coupez là en 2 ( normalement en 4, mais sans gluten cela est plus compliqué à mettre en oeuvre), étalez une première partie de la pâte très finement afin qu’elle corresponde à la taille de votre plat à tarte. Ajustez-la dans votre plat et ajoutez la garniture dessus, puis recouvrez avec la seconde partie de pâte étalée très fine également mais un peu moins grande que la taille de votre plat, et déposez dessus. Refermez en repliant les bords à la « rustique » et badigeonnez d’huile d’olive. Enfournez pour 20 minutes à 200C°.

Ca sent le sud ;), une tourte revisitée que vous pouvez agrémentez de diverses herbes tel que le romarin, le persil, l’origan,… Tout ce qui nous ramène proche de la Méditerranée pour ensoleiller notre cuisine.

A demain

Chloé

Curry vert

On reste au vert en ce dernier dimanche de l’avent avec le Curry vert qui nous viens de la Thaïlande. On est là dans une recette plutôt connue, mais je constate que bien souvent on retrouve le curry madras jaune un peu partout et beaucoup moins le vert, sachant qu’il existe des tas de curry, comme le curry violet, le curry noir,… Quoi qu’il en soit la couleur varie en fonction des aliments utilisés pour le préparer, de l’hibiscus pour le curry violet par exemple. En outre, ce classique permet d’infini variantes et s’inscrit dans un registre plutôt sain, n’oubliez pas que je déguste tout les plats, je ne peux pas m’envoyer du stollen ou de la tarte haupia tout le mois de décembre ;). La base est de préparer une pâte, le curry n’étant que l’assaisonnement dirons nous qui change tout dans un plat et qui est le plus souvent accompagné de riz. En plus de jouer sur le coté vert de la pâte de curry, qui se compose notamment de gingembre, j’opte pour tout un tas de légumes de saison vert, de quoi faire un repas bien riches en fibres, pas mal pour les fêtes,car assez simple à faire et complet vous pouvez l’accorder parfaitement avec une viande blanche, ils se consomme d’ailleurs souvent avec du poulet. Pour ma part il sera comme toujours végétalien et sans gluten. Dernière chose, utilisez du riz semi-complet toujours mieux pour un index glycémique plus bas.

Les ingrédients pour 2 personnes:

  • 1/2 bouquet de coriandre
  • 1/2 bouquet de basilic thaï ou à défaut du basilic tout court
  • 1 tige de citronnelle
  • 10 cm de racine de gingembre
  • 40cl de lait de coco
  • 1 citron vert
  • 1 poignée d’épinards frais
  • 1 branche de céleri
  • 1 courgette
  • Piment en poudre à votre guise ( si vous avez du piment vert frais, c’est parfait, car c’est ce qui colore le curry dans la recette traditionnelle, il vous suffit de le hacher et le mélanger à la pâte dans ce cas là, ce sera beaucoup plus épicé)
  • 1 gousse d’ail
  • 1/2 c à c huile de coco
  • sel, poivre

Après avoir effeuillez les herbes aromatiques, retirez la première peau de la citronnelle, mettez les dans un mixeur en y ajoutant le zeste de citron vert et son jus. Après cette première étape, rapez votre racine de gingembre pelée au préalable puis ajoutez là au mélange pour obtenir une pâte.

A côté de cela dans une poêle mettez vos épinards,votre céleri et votre courgette coupés dans un fond d’huile de coco 2/3 minutes, puis ajoutez-y votre curry et le lait de coco, laissez cuire pendant 15/20 minutes. En fin de cuisson, terminez par un trait de jus du citron restant, la poudre de piment, sel et poivre.

Servez avec un excellent riz thaï demi-complet et régalez vous avec cette version soft du curry vert qui conviendra en principe au plus grand nombre.

A demain, avec une recette dont je ne sais même pas si je pourrai prononcer le nom :).

Chloé