Douceur de chou

Encore du chou 🥬 Que voulez-vous c’est la belle saison pour les choux 🥬 et il en existe tellement qu’en ce moment j’ai toujours quelque chose à cuisiner avec et surtout j’adore cela. Après le chou romanesco, en ce dimanche 11 décembre je vous propose une recette très simple et rapide à base de chou rouge. Avec une saveur un peu sucrée le chou rouge est très doux et un peu plus adouci encore dans cette recette. En outre il a de nombreux atouts à commencer par sa faible teneur calorique ( environ 38 calories pour 100g) , il est riche en fibres, en vitamines C, en vitamine K et vitamines B1 et B6, ainsi qu’en fer et en manganèse. Sa jolie couleur pourpre est liée à un flavonoïde (la cyanidine) qui lui confère des vertus antioxydantes. Même si on le trouve plus ou moins tout au long de l’année, c’est la meilleure saison pour le consommer, celui-ci grâce à la vitamine C qu’il contient stimulant le système immunitaire. Qui plus est comme cette recette va le prouver, il est très simple à cuisiner. On peut le manger cru ou cuit, mais il est évident que j’opte pour une recette cuite en cette période Kapha 😉 ( voir article du 7 décembre ici).

Dans cette recette, j’associe le chou rouge au croquant de la noisette de saison aussi et qui apportera de la vitamine E, de la protéine végétale, la noisette ayant l’avantage d’être alcaline qui plus est.

Plutôt rassasiante, cette recette peut se suffit à elle-même, sinon vous pouvez l’accompagner d’un peu de quinoa en gardant les mêmes épices. La recette est totalement végétale et sans gluten.

Voici la liste d’ingrédients dont vous aurez besoin pour 2 personnes:

Ingrédients biologiques:

– la moitié d’un chou rouge bio 🥬

– la moitié d’un oignon rose 🧅

– 1/2 c à c d’ huile de coco

– quelques feuilles de coriandres fraîches 🌿 ou surgelés si vous n’en trouvez pas

– 1 c à c de poudre de cumin

– une vingtaine de noisettes

– sel

Coupez votre chou en fines lamelles ainsi que l’oignon. Mettez l’huile de coco dans une grande poêle ajoutez l’oignon et faites revenir rapidement. Ajoutez votre chou en le mélangeant bien et ajoutez 40cl d’eau. Ajoutez le cumin, le sel et la coriandre fraîche ciselée. Couvrez et laissez cuire pendant 15min en remuant de temps en temps. Il n’y a besoin de rien de plus, la texture est fondante le petit goût doux et sucré naturel du chou est accentué grâce à l’huile de coco, les épices viennent relever délicatement le plat, et la noisette apporte croquant et équilibre. Quand à la beauté de la couleur dans l’assiette 💜, c’est un cadeau de la nature.

En vous souhaitant un très bon appétit et un beau dimanche.

Chloé

Inspiration Kouglof

Le 6 décembre, la saint Nicolas, journée à laquelle je porte évidemment une attention toute particulière, est toujours l’occasion de revisiter une recette gourmande. Traditionnellement depuis quelques années sur le blog, cette journée est l’occasion d’expérimenter certains mets gourmands qui évoquent la Saint Nicolas, afin de vous proposer des notes festives un peu revisitées pour se faire plaisir et pour faire plaisir à mon Nicolas par la même occasion ( bonne fête d’ailleurs si tu me lis☺️). Cette année, j’ai choisis de revisiter le très connus Kouglof ou Kougelhopf dont l’origine et le nom restent encore un peu floues , plusieurs versions différentes existants. Toutefois, il semblerait qu’il soit originaire de Pologne, et soit très apprécié en Autriche en Allemagne et en France ( il aurait été introduit en France auprès de Louis XV par Marie Antoinette…). Quand à son nom il est rattaché à plusieurs légendes, la forme d’un chapeau, une boule qui gonfle, le turban oublié d’un mage qui aurait servit de moule à un boulanger,… Si vous voulez en savoir plus sur le sujet je vous invite à aller regarder le site dédié au kouglof: Histoire du kouglof

Quoi qu’il en soit, le kouglof est très lié à l’Alsace nous concernant et donc à la tradition de Saint Nicolas, nous voilà donc bien dans le thème de la journée. Pour ma part, vous commencez à me connaître j’ai revisité la recette, en tentant une version sans gluten ( jamais simple pour des pâtes moelleuses comme cela) et bien sûr moins sucré. Je ne vais pas vous mentir, la pâte est plutôt pas mal, elle n’est pas friable, en revanche j’ai utilisé une levure de boulanger sèche qui je pense était morte, ce qui n’a pas fait lever ma pâte comme il l’aurait fallu. Les aléas du calendrier de l’avent, offrent aussi l’authenticité des choses, ce n’est pas grave, j’en referais un prochainement pour voir s’il s’agissait bien de cela et j’en vous tiendrai informé ici ☺️.

Voici tout de même la recette que j’ai faites en utilisant deux farines sans gluten, de la fécule de pomme de terre et un mix à base de psyllium et de gomme d’acacia pour apporter du moelleux, qui se trouve facilement en magasin biologique. En revanche, je précise que la recette n’est pas vegan puisque j’utilise un œuf et je n’ai pas vraiment d’option de remplacement dans ce cas précis.

Les ingrédients:

– 130g de farine de riz complet

– 50g de farine de patates douce

– 1 demi-cuillère à café de mix gom ( psyllium et gomme d’acacia)

– 20g de poudre d’amandes

– 40g de sucre complet muscovado

– 1 sachet de levure de boulanger sèche sans gluten

– 2 c à s bombées de fécule de pomme de terre

– 2 c à s d’huile de coco fondu + en prévoir un peu plus pour graisser le moule à kouglof

– 40 g de raisins secs sultanes

– 1 c à s d’oranges confites

– 1 c à s de rhum

– 1 pincée de cannelle en poudre

– 150 ml d’eau tiède

– 1 c à c de sucre glace

– 1 pincée de sel

Dans un bol faites macérer les raisins secs dans le rhum et ajoutez y la cannelle en poudre. Pendant ce temps dans un cul de poule mélangez les farines, la fécule de pomme de terre, la poudre d’amandes, le mix gom, le sucre, la levure , le sel, ajoutez-y l’eau tiède, le rhum, l’œuf, l’huile de coco fondue au bain marie, et pétrissez ( à la main ou au robot, vitesse 2, pendant 5min) jusqu’à obtenir une pâte homogène. Puis ajoutez les raisins macérés et les oranges confites et pétrissez à nouveau la pâte. Laissez reposer la pâte couverte au moins 2h .

Préchauffez votre four à 180C et après le temps de pause de la pâte, enfournez pour 30 minutes. Ne démouler qu’une fois le kouglof bien refroidi et présentez à votre guise en saupoudrant de sucre glace.

Même s’il n’est pas ressortis parfaitement, je suis ravie d’avoir tenter cette recette que j’améliorerai probablement et que vous améliorerez sûrement aussi, c’est d’ailleurs cela qui est intéressant.

Pour l’heure je vous laisse avec la citation de circonstances:

« Saint-Nicolas fait les bons mariages- Guérit de la fièvre et de la rage. »

Belle journée,

Chloé

4 decembre: Blé de l’espérance

En ce 4 décembre, j’ai fais quelques recherches sur l’histoire de Sainte Barbe, et le moins que l’on puisse dire c’est que c’est assez édifiant et porteur d’espoir bien que barbare, je vous encourage à aller la lire, puisque je ne développerai pas ce sujet ici. En revanche, je vais parler de la tradition du blé 🌾 de l’espérance très présente en Provence, qui consistait à semer le 4 décembre le blé de la récolte précédente qui laissait présager une belle récolte pour l’année suivante. Aujourd’hui cette tradition est que chaque famille sème dans 3 coupelles du blé, des lentilles,… qui doivent être robustes et bien verts pour Noël 🎄 d’ailleurs il décorera la table des 13 desserts de noël 🎄 après jusqu’à l’épiphanie il sera placé dans la crèche d’après la tradition.

Alors à cette occasion j’avais envie de vous parler d’un blé 🌾 ancien, qui revient sur le devant de la scène pour notre plus grand bonheur. Il s’agit du Khorasan, que vous trouverez souvent sous la marque Kamut, gage de qualité. Il serait originaire d’Egypte où on lui prêtait mille vertus, après un bref succès aux États-Unis après la seconde guerre mondiale, c’est dans les années 80 qu’un biochimiste canadien développera la culture du blé khorasan sous la marque Kamut visant à protéger les semences de toute manipulation génétique et obligatoirement en culture biologique. A l’origine les cultures se faisaient exclusivement dans le Montana, mais grâce à la ténacité d’un agriculteur déterminé en Provence , nous avons désormais d’excellents blés khorasan chez nous qui respectent parfaitement la charte qualité initiale, voire qui la supplante ;).

Venons-en à ce qui nous intéresse pourquoi est-ce mieux que le blé puisqu’il contient tout de même du gluten?

Tout d’abord même s’il contient du gluten, celui-ci est mieux tolérer par les personnes qui y sont sensibles ( attention ⚠️ pas en cas de maladie cœliaque avérée , ça reste du gluten), ensuite ses qualités nutritionnelles sont remarquables en comparaison au blé. En effet, il est riche en protéines aux alentours des17g pour 100g, et apporte sélénium, magnésium et phosphore en quantité intéressante, son index glycémique est plus faible que celui du blé. Enfin, son petit goût de noisettes est exquis, d’ailleurs sa cuisson laisse une odeur légèrement sucrée je trouve, très agréable.

Et pour preuve, quoi de mieux qu’une petite recette d’hiver à base de blé khorasan en cette Sainte Barbe? En voici une inspirée du risotto mais sans riz 🍚 Si vous souhaitez la faire pour ce soir en revanche, dès le matin il faudra mettre le blé khorasan à tremper pendant au moins 12h 🕛 car il est assez long à cuire.

Blé khorasan

Ingrédient pour 2 personnes:

– 200g de blé khorasan

– 3/4 carottes de couleurs

– la moitié d’un céleri rave

– 5/6 belles feuilles d’épinard

– 2 gousses d’ail

– 1 filet d’huile d’olive

– 20cl de crème d’amandes

Faites tremper le blé khorazan pendant 12h. Préchauffez votre four à 180C.

Puis rincez le blé khorazan et portez à ébullition dans 3fois son volume d’eau salée; laissez cuire 50minutes à feu doux. En parallèle dans une cocotte céramique type roaster, faite revenir l’ail haché dans un filet d’huile d’olive, et ajoutez y les carottes couleurs 🥕 coupées en lamelles, les feuilles d’épinards grossissent coupées et le céleri rave grossièrement coupé. Puis ajoutez le blé khorazan cuit, la crème d’amande, une pincée de sel et 20cl d’eau, enfournez pour 20minutes à 180C. Et bon appétit 😋

Blé Khorazan façon risotto

Je vous souhaite une belle et douce Sainte Barbe, qui cette année tombe à la nouvelle lune 🌑 et s’accompagne d’une éclipse solaire et éclipse lunaire! A plus forte raison pensez à faire pousser votre blé 🌾 et gardons toujours l’espoir ✨.

A demain,

Chloé

Le couscous

En voilà un que tout le monde connait je pense, et qui en saison automne/hiver est tellement agréable à savourer sous toutes ses formes. Nous partons donc aujourd’hui dans son pays d’origine, l’Algérie.Un peu d’histoire sur ce plat complet et très connu, qui daterait de la période Romaine, et trouverait donc son origine dans le royaume de Numidie qui est l’actuelle Algérie.

Les tribus Berbères maitrisaient la culture du blé, qui entre dans la composition du couscous ( en principe ;))à tel point que le royaume de Numidie fût le grenier à blé de la Rome Antique.

Voilà pour le tableau, sauf que je vais vous proposer aujourd’hui un couscous qui ne contient pas de blé, pas de viande, pas de produit laitier, pas de gluten et qui est léger, délicieux, et rapide, car oui le vrai couscous ne se prépare pas rapidement qu’on se le dise! J’utilise de la semoule de lentilles corail que vous trouverez facilement en magasin biologique, et qui permet un bon apport en protéines végétales. En prime j’y ajoute ce contraste sucré salé avec le kaki riche en carotène au même titre que l’abricot ainsi que de la vitamine C, malheureusement il perdra de ses micronutriments lors de la cuisson mais consommé cuit il a l’avantage d’aider à lutter contre la diarrhée ( et contre la constipation lorsqu’il est cru).

Couscous vegan sans gluten

Les ingrédients pour 2 personnes:

  • 200g de semoule de lentilles corail ( marque Lazzaretti pour le coup c’est local (84))
  • 1/2 oignon
  • 3 carottes de couleurs
  • 1 navet
  • 1 kaki
  • 1 fenouil
  • 3 cm de racine de curcuma frais
  • 1 c à c de coriandre
  • 1 c à c de cumin
  • 1 poignée de raisins secs sultanes
  • sel

Dans de l’eau bouillante salée, laissez gonfler la semoule 5/6 minutes et réservez.

Découpez vos légumes et votre kaki en longueur , le demi-oignon et la racine de curcuma en dés.

Dans une poêle de qualité ( pour éviter les substances nocives que contiennent certains revêtements de poêles comme le PFOA par exemple), mettez un peu d huile d’olive et faite revenir l’oignon, et les légumes quelques minutes puis mettez un fond d’eau et laissez cuire 10/15 minutes à l’étouffer en ajoutant les épices ( curcuma, cumin, coriandre).

Après avoir égrené votre semoule, parsemez de raisins secs, une pincée de sel et un filet d’huile d’olive. Servez bien chaud avec vos légumes et régalez-vous.

Pour un goût subtil au notes de noisettes à la place de l’huile d’olive en assaisonnement ( pas en cuisson), vous pouvez utiliser l’huile de pépins de courge toastée, régalade ;).

Une autre approche du couscous, mais qui n’oubli pas de nous faire voyager aussi. Sinon si vous cherchez un couscous traditionnel, j’ai de bonnes adresses ;).

Belle journée,

Chloé