25 décembre: La tisane des 4 fleurs

 

IMG_E3308.jpg

Petit bonus de Noël, car je ne pouvais pas m’arrêter comme cela concernant le calendrier de l’avent, aussi si vous avez été attentif sur chacune des plantes présentées, j’ai parlé de la tisane des 4 fleurs ou tisane pectorale à plusieurs reprises. En effet, certaines plantes de mon calendrier de l’avent 2019 entrent dans la composition de cette tisane efficace contre les inflammations des voies respiratoires. On le sait en réalité cette tisane comporte 7 fleurs, mais sera tout aussi efficace avec 4. Sans plus tarder voici sa composition.

 

IMG_E3838.jpg

 

Sa composition:

 

La composition de la tisane des 4 fleurs comprend à parts égales un mélange de fleurs séchées, qui notamment grâce au mussilage qu’elles contiennent  auront une action adoucissante et calmante. C’est la tisane de  saison pour calmer la toux et favoriser l’expectoration des mucosités. Chacune des plantes utilisée possède bien sûr ces propriétés, mais le mélange de celles-ci, les rendent encore plus efficaces.

Ce mélange contient essentiellement les 4 fleurs qui sont: le coquelicot, la mauve,  le bouillon-blanc et la violette. La violette qui ne faisait pas partie des fleurs présentées dans ce calendrier de l’avent, est notamment connue pour être utilisée en infusion associée à une eau de vie qui serait redoutable contre la bronchite. Elle favorise l’expectoration et calme l’irritation, mais elle est également sudorifique et permet de faire diminuer la fièvre en favorisant la transpiration.

Néanmoins, même si la tisane des 4 fleurs est très complète vous pouvez la renforcer avec les 3 plantes suivantes:

  • le tussilage ( à utiliser ponctuellement en cure seulement si besoin)
  • le pied-de-chat ( moins facile à trouver)
  • la guimauve ( propriétés assez semblable à la mauve)

 

IMG_3885 (1).jpg

 

La préparation

A parts égales, mettez les fleurs séchées citées et laissez infuser le mélange une dizaine de minutes. 2 à 3 tasses par jour vous feront le plus grand bien.

 

IMG_4004.JPG

 

Cette tisane douce et réconfortante vous aidera à passer un hiver plus doux en cas d’affection des voies respiratoires. Je vous souhaite de passer une saison d’hiver en forme, et de finir l’année brillamment avant de se retrouver pour une nouvelle décennie riches en promesses et projets… A suivre…

Pour l’heure, très Joyeux Noël et très belle soirée.

A très vite,

 

Chloé

16 décembre: Le Souci

Tout comme l’habit ne fait pas ( toujours) le moine, le nom de certaines plantes peuvent laisser présager de mauvaises choses. Comme avec le souci, mais il n’en n’est rien, comme vous vous en doutez, sans quoi je ne prendrais pas le temps d’en parler ici. Aussi, c’est partie pour la rencontre de cette jolie fleur aux couleurs flamboyantes, qui a beaucoup à offrir et cela sans aucun souci.

 

Carte d’identité: 

Le Souci, Calendula officinalis, appartient à la famille des Astéracées. On trouve le Souci sur le bassin méditerranéen, c’est une plante annuelle. Il est composé de caroténoïdes ( lycopène), de flavonoïdes, du mucilage, des phytostérols, de composés triterpéniques et de saponosides.  Son nom de Souci viendrait du latin solsequia,  » qui suit le soleil ». L’autre nom sous lequel on connait le Souci est le Calendula qui vient de calanda  ( premier jour du mois) et évoque le cycle de la fleur qui s’ouvre le matin et se ferme le soir . Voilà qui laisse imaginer, pas mal de vertus et de secrets autour de cette plante.

Ses actions: 

En externe, le Souci est cicatrisant, adoucissant et anti-infectieux. On l’utilisera sous diverses formes en cas de peaux réactives, sensibles, pour les bébés, mais aussi en cas de coups de soleil, gerçures,… Egalement utile en cas d’eczéma, psoriasis, mycoses, de conjonctivite…

En interne, ses propriétés emménagogues sont misent en avant, ainsi il favorise l’apparition des menstruations en diminuant les douleurs éventuellement liées à celles-ci. Il aide à nettoyer l’organisme en douceur, grâce à ses propriétés drainantes et purifiantes et soulage les inflammations du système digestif.

 

Son utilisation:

En infusion, à raison de 30grammes de fleurs séchées pour un litre d’eau, à laisser infuser 10minutes. A boire plusieurs fois par jour en cas de dérèglement des cycles et/ou de douleurs associées.

Vous pouvez également  faire votre teinture mère que vous laisserez macérer une dizaine de jours et que vous pouvez prendre en interne.

 

En externe, vous pouvez diluer la teinture mère avec un peu d’eau à appliquer en compresse sur les problèmes de peau.

Vous pouvez également utiliser le souci sous forme de pommade, d’huile ( à laisser macérer au soleil 3 semaines si vous la faite vous même) , de décoction ( 100g pour un litre d’eau bouillante à laisser infuser 10min, que vous pourrez utiliser en gargarisme, en bain de pieds,…)

Attention néanmoins quand vous appliquer la teinture mère en externe, celle-ci contenant de l’alcool, soyez vigilant.

 

Le Souci est une fleur exceptionnelle qui peut aussi être utilisée en cuisine, vous pouvez ajouter une touche ensoleillée à vos salade, soupes,… mais aussi pour colorer des plats, car utilisé en cours de cuisson, celui-ci teintera naturellement vos aliments. Attention, à bien être sur que vous utiliser bien du Souci.

On dit du Souci qu’il représente la fleur du chagrin d’amour, aussi ce n’est pas tellement une fleur qui s’offre.

Très belle semaine, sans souci à l’horizon 😉

 

Chloé

7 décembre: Le Framboisier

En voilà un que tout le monde connait notamment pour son excellent fruit qui plait au plus grand nombre.  Le fruit a une faible teneur en sucre et a un effet laxatif et diurétique. Mais en ce 7 décembre, nous allons surtout nous intéresser à ses feuilles  qui ont énormément à nous offrir et notamment aux femmes.

 

Sa carte d’identité: 

Le framboisier, Rubus Idaeus, appartient à la famille des rosacées. C’est un cousin des ronces. On le trouve facilement en bord de chemin et même en montagne. Les  fruits sont riches en sucres, vitamines et pectines, quand à ses feuilles elles contiennent des tanins, des flavonoïdes ainsi que des polypeptides.

 

 

IMG_2741.jpg

 

Ses actions:

Elle est réputée pour son action urotonique et par conséquent souvent employée après le 8ème mois de grossesse pour aider à préparer le travail de l’accouchement. De ce fait il ne faut pas l’utiliser avant le 8ème mois et si vous souhaitez en prendre c’est avec l’avis de votre médecin en cas de grossesse. Après l’accouchement, si vous allaitez, elle favoriserait également la lactation. En revanche si vous n’êtes pas enceinte, elle est aussi d’un grand secours, en cas de menstruations douloureuses, elle aide aussi à régulariser les cycles. On comprend alors sa bonne réputation auprès des femmes.

Elle possède d’autres vertus, notamment contre la diarrhée, les maux de gorges (angines), les aphtes, les conjonctivites.

 

Son utilisation:

Concernant les soucis féminins, on privilégiera les infusions, à raison de 40grammes de feuilles de framboisier pour un litre d’eau à laisser infuser 10minutes. Vous pouvez en boire 3 à 4 tasses par jour. Concernant la préparation à l’accouchement, mieux vaut demander l’avis du thérapeute qui vous accompagne.

En cas d’aphtes vous pouvez l’utiliser en bain de bouche, en cas de  conjonctivites, en externe en cataplasme à laisser poser, et pour les maux de gorges, en gargarisme ( vous pouvez d’ailleurs aussi faire un sirop avec les fruits)

En voilà une que je vous conseille vivement d’avoir sous la main, surtout pour les femmes, soyons clair, car elle est remarquable et son goût est très agréable qui plus est.

Excellent samedi,

A demain,

Chloé

 

6 décembre: l’Aubépine

En cette Saint Nicolas, si chère à mon coeur, nous allons nous attarder sur la belle Aubépine, qui comme le Saint Nicolas,  qui est un protecteur des enfants, symbolise la  protection et la pureté. Elle est notamment connue, pour éloigner la foudre.

 

Sa carte d’identité:

L’Aubépine, Crataegus laevigata, appartient à la famille des Rosacées. Son nom grec vient du grec Kratos, qui signifie force et fait référence à sa robustesse, elle peut vivre plusieurs siècles (500ans) . On la trouve sous les noms d’aubépine épineuse, d’épine blanche ou même d’épine de Mai. Elle est elle aussi  ( comme l’Achillée Millefeuille hier) assez commune, on la retrouve dans les sous-bois, en bord de chemin. Dans son entièreté elle contient notamment des flavonoïdes ( effets hypotensifs, sédatifs et anti-spasmodiques), des acides triterpéniques ( anti-inflammatoire), des procyanidines ( maintient de l’homeostasie), des acides phénol ( protecteurs et antioxydants). Un beau programme en perspective donc, quand à ses propriétés.

 

IMG_4076.jpg

Ses actions:

Elle est reconnue comme étant tonique du coeur et antispasmodique. Elle a une action sédative sur le système nerveux central par conséquent elle est utile aussi pour calmer l’anxiété et les éventuelles insomnies qui y sont liées. Elle aide à rétablir une tension artérielle normale, ainsi qu’à diminuer la tachycardie. Enfin, en diminuant la température, elle prépare au sommeil. Elle a le gros avantage de n’avoir aucune contre-indication particulière et même si ce sont ses fleurs qui sont le plus souvent utilisées, ses feuilles, ses bourgeons et ses fruits le sont aussi, une plante zéro déchet en somme ;).

 

Son utilisation:

Pour ses effets protecteurs et sédatifs, vous pouvez utiliser l’extrait de plantes standardisé ( solution à faire préparer en pharmacie qui permet de maintenir les principes actifs des plantes) à raison d’une cuillère à café par jour.

En infusion, 20 grammes de fleurs pour un litre d’eau bouillante à faire infuser 10minutes. A prendre 2 à 3 fois par jour ( dont une avant le couché en cas d’anxiété et insomnies) en cure de 3 semaines, l’aubépine étant active sur la durée.

Il existe de nombreuses autres possibilités, notamment en association avec d’autres plantes, que je mettrai plus loin dans le calendrier sur la présentation des fameuses autres plantes pour ne pas « spoiler » ;).

 

Cette douce plante est pleine de secrets et de symbole tout en étant un excellent classique de la phytothérapie. D’après une légende de Lorraine, l’odeur de ses fleurs serait resté  des langes de Jésus que Marie avait étendu sur des branches d’aubépine…  il existe plusieurs autres légendes sur le sujet si cela vous intéresse, mais celle-ci est celle qui me parle le plus :).

Bonne Saint- Nicolas et à demain,

 

Chloé

 

 

 

3 décembre: La Salsepareille

En voilà une, dont on entend pas assez souvent parler il me semble et qui pourtant outre ses jolies baies ( qu’on ne consommera surtout pas!), toujours jolies à apercevoir lors d’une balade en nature ( comme quoi ce n’est pas parce que c’est joli, que c’est bon ou bienveillant), possède une racine qui a de nombreux bienfaits à nous offrir.

Sa carte d’identité:

La Smilax aspera appartient à la famille botanique des smilacacées. Elle est appelée Salsepareille d’Europe ou Liseron piquant. C’est sa racine qui nous intéressera particulièrement et non son fruit qui contient lui des saponines toxiques.

On la trouve facilement dans les haies et les bois du sud de la France. Sa racine contient des saponosides stéroïdiques, des sels minéraux, tel que le calcium et le potassium, mais aussi de la choline,  un micronutriment présent entre autre dans le foie ( d’où son nom « choline », du grec kholê qui signifie bile) rattaché au groupe des vitamines B, elle est essentielle au bon fonctionnement de l’organisme.

 

IMG_2905.jpg

Ses actions: 

La salsepareille est réputée en tant que minéralisant osseux et activateur circulatoire, mais aussi grâce a ses propriétés dépuratives, sudorifiques et diurétiques qui permettent de faire diminuer l’acide urique. Elle est utile pour soulager le syndrome prémenstruelle, ainsi que les inconforts qu’il peut y avoir à la ménopause.Elle aiderait également contre les problèmes tel que le psoriasis en diminuant la desquamation de la peau et les rhumatismes. Elle est aussi connue pour ses propriétés aphrodisiaques.

 

Son utilisation:

On peut l’utiliser en infusion bien sur , mais elle sera beaucoup plus efficace en décoction à raison de 50g de racines de salsepareille pour un litre d’eau à boire en dehors des repas 2 à 3 fois par jour. Vous pouvez tout à  fait l’associer à d’autres plantes dépuratives tel que le pissenlit, la bardane ou encore le romarin,…pour un coté encore plus detox.

Vous pouvez aussi la trouver en gélules.

 

Il existe de nombreuses variétés de salsepareille dont certaines étaient réputées pour soigner la syphilis ou même la lèpre, c’est dire l’ampleur qu’avez ce rhizome déjà à l’époque.

Enfin, pour la petite note mignonne concernant cette plante, on se rappellera que Gargamel attirait les Schtroumpfs avec un champs de Salsepareille empoisonné, très apprécié par ces derniers.

Belle journée,

Chloé

 

 

Le retour du rhume des foins

A la veille du mois de mars, après ce gros épisode de grippe en janvier et maintenant avec une météo particulièrement printanière pour un mois de février, on pourrait penser être sortis d’affaire au niveau des affections touchant notamment la sphère ORL.

Apparemment, le printemps arrive, le temps s’adoucit, beaucoup apprécient de pouvoir davantage prendre l’air ( même si c’est aussi faisable en hiver quelques soit la météo, cela nécessite peut-être plus de volonté, mais je tiens à rappeler l’importance de s’aérer SURTOUT en hiver et notamment si l’on souffre d’allergies liées aux pollens, cela sera plus confortable  que le printemps ou l’été).

Ce que l’on peut vite oublier dans ce beau tableau, c’est que dès février,  en attendant l’arrivée du printemps et donc du renouveau de la nature, ce sont aussi les grandes valses des pollens dans l’air ( éléments reproducteurs mâles des plantes) qui débutent et qui pour beaucoup de personnes sont synonymes d’allergies.

 

Qu’est-ce que le rhume des foins?

Le rhume des foins aussi appelé rhinite saisonnière est une allergie saisonnière aux pollens ( pollinose) qui peut se déclarer à tout âge et qui provoque entre autre simultanément un écoulement nasal, des éternuements répétitifs , des yeux gonflés, des maux de tête, de la fatigue,…

C’est lorsque que les pollens d’arbres, de plantes ou d’herbes sont en contact  avec les muqueuses nasales, bronchiques ou oculaires que l’allergie va se déclencher. En ce moment ce sont les pollens de cyprès qui ouvrent le bal, ce n’est donc que le début…

Le corps réagit en se protégeant et va alors délivrer des histamines qui conduiront à l’état inflammatoire, la réaction allergique donc.

D242DBA9-0243-4E23-B5FB-6219B0385E7E.jpg

 

 

La naturopathie à la rescousse 

Tout d’abord nous arrivons à la période de l’année la plus propice aux fameux nettoyages de printemps, et cela vaut également pour nous. En effet, il s’agit du fameux nettoyage des émonctoires et notamment le foie qui en étant désengorgé ( entre autre suite aux divers excès de l’hiver, raclettes, tartiflettes, et j’en passe) permettra de renforcer notre système immunitaire et donc mieux vivre cette période d’allergies saisonnières. Je vous remets l’article concernant le nettoyage des émonctoires ici.

Côté alimentation il vaut mieux diminuer les céréales, la friture, le sucre, les laitages et la viande rouge pour ne pas surcharger foie et intestin notamment. En revanche favorisez les endives, le radis noir, le fenouil, l’ail des ours, le pissenlit et biensur une alimentation non transformées biologique de saison.

Des techniques manuelles tel que la réflexologie plantaire peuvent être d’un grand soutient. En effet, certaines zones réflexes tel que les poumons, le foie, les glandes surrénales, et bien d’autres peuvent être stimulés par la réflexologie et améliorer grandement votre confort en cas d’allergies saisonnières. Pour en savoir plus, et/ou pour les personnes qui sont aux alentours d’Avignon je vous invite à consulter le site de Marie-Laure Ripert qui pratique cette technique ancestrale et l’explique très bien sur son site ici

La phytothérapie et la gemmothérapie seront également appropriées en cas d’allergies saisonnières.

En gémmotherapie, qui consiste à utiliser uniquement les bourgeons des plantes; on pensera aux bourgeons de cassis qui possèdent de multiples bienfaits et sera ici très intéressant concernant le terrain allergique.

En phytothérapie, le plantain est entre autre reconnu pour  apaiser les inflammations de la sphère ORL.  Vous pouvez retrouvez un complexe très efficace alliant le plantain en phytothérapie et les bourgeons de cassis en gémmothérapie, alliés à l’amla ( un fruit riche en vitamines C) ici et bénéficier de 20% de remise avec le code CHLOE20.

On pensera également à l’aromathérapie avec l’huile essentielle d’estragon( Artemisia dracunculus ) réputée pour ses vertus anti-allergiques. Une goutte sur un petit morceaux de sucre à laissez fondre dans la bouche, 2 fois par jour.

Pour les contres-indications de l’huile essentielle d’estragon : pas plus de 2 semaines consécutives, pas avant 6ans   par voies orales, pas chez la femme enceinte et allaitante et elle ne sera pas non plus conseillée si vous êtes sous anticoagulants.  

Comme toujours, les compléments alimentaires ( même en phytothérapie et en gemmothérapie) et les huiles essentielles sont toujours fournis avec des conseils d’utilisations ou une posologie à respecter ainsi que des contre-indications auxquels je vous invite à vous référer auprès des laboratoires qui les commercialisent.

En espérant que ces quelques conseils vous soient utiles et vous permettent de vivre de manières plus confortables ces époques d’allergies.

Belle soirée