Hydrolat maison

Dans le merveilleux univers de l’aromathérapie on distingue les huiles essentielles des hydrolats. Pour le petit rappel, les huiles essentielles sont des extraits de plantes aromatiques concentrés obtenu par distillation à la vapeur d’eau.

Elles sont très puissantes puisque composées de différents éléments biochimiques, qui leurs confèrent des propriétés bien spécifiques. Lors de la distillation,  on obtient aussi quelques molécules hydrosolubles, c’est l’hydrolat ( aussi appelé eau florale, quand il s’agit de fleurs, comme c’est le cas ici) qui apportent certaines propriétés propre à chaque plante utilisée et qui a l’avantage d’être mieux toléré par le plus grand nombre ( notamment femmes enceintes et enfants, ce qui n’empêche pas de prendre ses précautions et d’être très attentif aux éventuels contres-indications).

AfterlightImage (2).jpg

En ce moment dans notre belle région méditerranéenne nous avons l’immense chance de voir fleurir les belles fleurs d’immortelles ( également appelées Hélichryse Italienne) , aussi j’ai eu l’envie d’en utiliser afin de créer mon propre hydrolat.

L’intérêt de faire son hydrolat

Les hydrolats ne pouvant pas se conserver très longtemps reviennent vite cher par rapport aux huiles essentielles, qui elles se gardent bien plus longtemps ( à l’abris de la lumière toujours pour ne pas altérer leurs propriétés). Autre problématique, on les trouve de plus en plus dans un emballage plastique, ce qui en plus d’être nocif pour l’environnement peut altérer la qualité de l’hydrolat qu’il contient. Enfin, dernier avantage et non des moindres, faire ses propres hydrolats est très ludique et permet d’utiliser certaines plantes dont on ne sait que faire parfois, c’est également faisable avec des agrumes.

Les propriétés de l’immortelle:

Celle-ci a des propriétés anti-inflammatoire cutanée, anti-hématomes, cicatrisante, circulatoire et anti-rides.  On dit d’elle qu’en plus de libérer des bleus elle libère aussi des « bleus émotionnels », notamment ceux liés à l’enfance. On l’utilisera en usage externe en compresse sur le plexus solaire par exemple pour apaiser le mental-émotionnel ou directement sur une vrai bosse pour bénéficier de son effet anti-hématome, comme un tonique sur le visage avant de mettre sa crème de jour où elle sera utile contre les cicatrices d’acnés et les rides.

 

En pratique, comment faire son hydrolat sans un alambic?

Il y a plusieurs techniques ( j’en ai essayé quelques-unes), et ai utilisé celle au cuit-vapeur ( possible aussi avec un thermomix en mode varoma, ou une cocotte minute, ce sera la même technique).

Il suffit donc de remplir le réservoir d’eau du cuit vapeur avec de l’eau de source. Puis dans le panier ( voir photo, même si pas très jolie) mettez vos fleurs ( plantes ou agrumes), j’ai personnellement rempli le panier pour avoir un hydrolat plus aromatique ( cette douce odeur de curry 😉 ). Sur le niveau supérieur, placer un bac récupérateur ( c’est ici que vous obtiendrez votre hydrolat). Puis mettez le couvercle en obstruant les aérations de celui-ci, j’ai mis un torchon humide pour ma part ( système D), et sur le couvercle mettez un pain de glaçons qu’il faudra changer quand ceux-ci auront fondu. C’est cette étape qui permet de faire retomber la condensation dans le bac.

C’est parti pour 45minutes pendant lesquelles ça va sentir l’immortelle (dans ce cas précis), mais ça pourrait être tout autre plante. Parfum d’ambiance en prime 😉

Récupérer l’hydrolat qui s’est crée dans le bas et transvasez le dans un récipient en verre teinté idéalement afin de l’abriter de la lumière. Vous pouvez le garder environ 2 mois, attention car il n’y a aucun conservateur et à la différence de l’huile essentielle, l’hydrolat s’altère rapidement .

IMG_E5819.jpg

Ce petit « do it yourself » ludique et pratique vous permettra de créer toute sorte d’hydrolats. Néanmoins, faîtes bien attention aux propriétés des plantes que vous utilisez, même s’il s’agit d’hydrolat  on ne fait pas tout avec n’importe quoi.

Je vous souhaite de belle créations aromatiques.

Prenez soin de vous.

 

Publicités

Le retour du rhume des foins

A la veille du mois de mars, après ce gros épisode de grippe en janvier et maintenant avec une météo particulièrement printanière pour un mois de février, on pourrait penser être sortis d’affaire au niveau des affections touchant notamment la sphère ORL.

Apparemment, le printemps arrive, le temps s’adoucit, beaucoup apprécient de pouvoir davantage prendre l’air ( même si c’est aussi faisable en hiver quelques soit la météo, cela nécessite peut-être plus de volonté, mais je tiens à rappeler l’importance de s’aérer SURTOUT en hiver et notamment si l’on souffre d’allergies liées aux pollens, cela sera plus confortable  que le printemps ou l’été).

Ce que l’on peut vite oublier dans ce beau tableau, c’est que dès février,  en attendant l’arrivée du printemps et donc du renouveau de la nature, ce sont aussi les grandes valses des pollens dans l’air ( éléments reproducteurs mâles des plantes) qui débutent et qui pour beaucoup de personnes sont synonymes d’allergies.

 

Qu’est-ce que le rhume des foins?

Le rhume des foins aussi appelé rhinite saisonnière est une allergie saisonnière aux pollens ( pollinose) qui peut se déclarer à tout âge et qui provoque entre autre simultanément un écoulement nasal, des éternuements répétitifs , des yeux gonflés, des maux de tête, de la fatigue,…

C’est lorsque que les pollens d’arbres, de plantes ou d’herbes sont en contact  avec les muqueuses nasales, bronchiques ou oculaires que l’allergie va se déclencher. En ce moment ce sont les pollens de cyprès qui ouvrent le bal, ce n’est donc que le début…

Le corps réagit en se protégeant et va alors délivrer des histamines qui conduiront à l’état inflammatoire, la réaction allergique donc.

D242DBA9-0243-4E23-B5FB-6219B0385E7E.jpg

 

 

La naturopathie à la rescousse 

Tout d’abord nous arrivons à la période de l’année la plus propice aux fameux nettoyages de printemps, et cela vaut également pour nous. En effet, il s’agit du fameux nettoyage des émonctoires et notamment le foie qui en étant désengorgé ( entre autre suite aux divers excès de l’hiver, raclettes, tartiflettes, et j’en passe) permettra de renforcer notre système immunitaire et donc mieux vivre cette période d’allergies saisonnières. Je vous remets l’article concernant le nettoyage des émonctoires ici.

Côté alimentation il vaut mieux diminuer les céréales, la friture, le sucre, les laitages et la viande rouge pour ne pas surcharger foie et intestin notamment. En revanche favorisez les endives, le radis noir, le fenouil, l’ail des ours, le pissenlit et biensur une alimentation non transformées biologique de saison.

Des techniques manuelles tel que la réflexologie plantaire peuvent être d’un grand soutient. En effet, certaines zones réflexes tel que les poumons, le foie, les glandes surrénales, et bien d’autres peuvent être stimulés par la réflexologie et améliorer grandement votre confort en cas d’allergies saisonnières. Pour en savoir plus, et/ou pour les personnes qui sont aux alentours d’Avignon je vous invite à consulter le site de Marie-Laure Ripert qui pratique cette technique ancestrale et l’explique très bien sur son site ici

La phytothérapie et la gemmothérapie seront également appropriées en cas d’allergies saisonnières.

En gémmotherapie, qui consiste à utiliser uniquement les bourgeons des plantes; on pensera aux bourgeons de cassis qui possèdent de multiples bienfaits et sera ici très intéressant concernant le terrain allergique.

En phytothérapie, le plantain est entre autre reconnu pour  apaiser les inflammations de la sphère ORL.  Vous pouvez retrouvez un complexe très efficace alliant le plantain en phytothérapie et les bourgeons de cassis en gémmothérapie, alliés à l’amla ( un fruit riche en vitamines C) ici et bénéficier de 20% de remise avec le code CHLOE20.

On pensera également à l’aromathérapie avec l’huile essentielle d’estragon( Artemisia dracunculus ) réputée pour ses vertus anti-allergiques. Une goutte sur un petit morceaux de sucre à laissez fondre dans la bouche, 2 fois par jour.

Pour les contres-indications de l’huile essentielle d’estragon : pas plus de 2 semaines consécutives, pas avant 6ans   par voies orales, pas chez la femme enceinte et allaitante et elle ne sera pas non plus conseillée si vous êtes sous anticoagulants.  

Comme toujours, les compléments alimentaires ( même en phytothérapie et en gemmothérapie) et les huiles essentielles sont toujours fournis avec des conseils d’utilisations ou une posologie à respecter ainsi que des contre-indications auxquels je vous invite à vous référer auprès des laboratoires qui les commercialisent.

En espérant que ces quelques conseils vous soient utiles et vous permettent de vivre de manières plus confortables ces époques d’allergies.

Belle soirée

 

 

 

 

Booster ses défenses immunitaires

Ce mois de janvier qui semble ne plus finir, avec son lot de bonnes surprises ( je ne parle pas des impôts ;)) notamment la belle épidémie de grippe qui se propage un peu partout en ce moment. Où en êtes-vous, vous y avez échappé pour le moment? Vous en sortez juste? Vos enfants l’ont attrapé?…

Si vous y avait échappé, voici ici quelques conseils qui pourront vous aider à passer au travers en principe ( enfin attention tout de même à la contagion si des personnes autour de vous sont infectés). Sinon, n’hésitez surtout pas à aller consulter votre médecin. Il y aura aussi dans cet article des astuces pour prendre soin de soi au naturel en parallèle, vous pouvez donc rester par ici :).

 

Rappel:

La grippe est un virus qui a pour principaux symptômes: une toux sèche, des courbatures, une grande fatigue, des maux de tête et de la fièvre ( liste non exhaustive, sachant qu’il peut aussi y avoir des symptômes digestifs) . Elle est contagieuse et c’est lorsqu’une personne infectée par le virus éternue, tousse ( ou postillone même), que le virus se propage par le biais de la salive. Mais aussi par le contact d’une main non lavée après avoir éternué par exemple, où un objet contaminé… Il est donc difficile de s’en prémunir lorsqu’une personne proche l’a attrapé.

Néanmoins, certaines personnes sont plus exposées à celle-ci que d’autres. C’est le cas des bébés et des enfants, des personnes âgées, des femmes enceintes, des personnes dont le métier nécessite un contact direct avec des personnes malades et des personnes ayant un système immunitaire affaibli.

Quoi qu’il en soit, il y a toujours des solutions naturelles qui existent 🙂

 

 

En voici quelques unes:

  • Côté alimentation, malgré le manque d’appétit qui peut survenir, on veillera à manger des aliments riches en nutriments ( fruits et légumes de saisons, notamment ceux riches en vitamine C, poissons gras, shiitake, …) et éviter laitages, fritures et sucreries qui n’aident pas les défenses immunitaires.

 

  • Des infusions d’échinacée contre les infections respiratoires.

 

  • En préventif une cure d’extrait de pépins de pamplemousse qui est un puissant anti-microbien reconnu et qui permet de soutenir le système immunitaire.

Une cure en hiver est bien sur recommandée. Vous pouvez trouvez l’extrait de pépins de pamplemousse renforcé avec d’autres actifs comme celui de chez Natural Nutrition, qui contient également de la propolis ( protectrice), de l’acérola ( vitamine C naturelle) et du sureau noir (adoucit les gorges irritées).

Vous pouvez le retrouver ici 

 

 

98383A93-581B-4918-B405-0046E6D63B37.jpg

 

  • Côté aromathérapie, c’est bien sur la  célèbre huile essentielle de Ravintsara qui est toujours recommandée, d’autant qu’elle conviendra au plus grand nombre y compris les enfants. En diffusion avec l’huile essentielle de niaouli et d’eucalyptus radié pour assainir la pièce.

Mais aussi en inhalation en cas de sinusite, nez qui coule. En massage 3 goutes sur le plexus solaire ( diluer dans de l’huile végétale de noyau d’abricot par exemple) ainsi que sous la voute plantaire.

Comme toujours avec les huiles essentielles , veillez à faire attention aux contres indications.

 

Vous pouvez retrouver une huile essentielle de Ravintsara de qualité en cliquant ici

 

 

 

 

BBCEE304-50E1-42CD-B038-7C178D71517D.jpg

 

Enfin, je vous invite à lire ou relire mon article sur les maux de l’hiver qui contient des informations complémentaires:

Quelques mots contre les maux d’hiver

 

Dans les grandes lignes, pour éviter la grippe, il est primordial bien sur de bien se laver les mains, etc,.. je ne vais pas vous faire une leçon sur l’hygiène ici. Mais il est important aussi de renforcer son système immunitaire, comme cité dans cet article, en veillant à avoir une alimentation riche en micronutriments mais aussi à continuer de prendre l’air au maximum en évitant de rester confiné chez soi à cause du froid, en pratiquant une activité physique régulière douce en plein air ( telle que la marche ou la course à pied), en veillant à avoir un sommeil réparateur et suffisant.  Des conseils simples mais tellement efficace.

En espérant, que vous passiez au travers du virus de la grippe, je vous souhaite un hiver sans encombre.

Prenez soin de vous!

 

NB: Code promotionnel, chez Natural nutrition pensez à entrer le code promo CHLOE20 pour bénéficier de 20% de remise sur votre commande.

https://natural-nutrition.fr/santé.htmlB

Quelques mots contre les maux d’hiver

Au moment où je commence cet article, j’ai moi même la sphère ORL encombrée ainsi que tout l’attirail qui l’accompagne ( fièvre légère, maux de tête, affaiblissement) . Un mal pour un bien, car cela me permet de publier cet article avec des conseils préventifs, mais surtout avec des conseils que j’applique moi-même en ce moment pour faire face ce coup-ci aux symptômes déjà présents.

Biensûr, l’idéal est de n’avoir besoin que du préventif, mais la météo de la semaine passée ayant été totalement imprévisible (entre 30 et 7 degrés sur la même journée), nous avons du jongler entre climatisation et chauffage… sans parler de la tenue vestimentaire plus que compliquée à choisir le matin. Bref, il a bien fallu composer avec et quelques maux hivernaux se sont également invités pour certains d’entre nous. Ne nous apitoyons pas sur notre sort, voici des solutions naturelles qui aideront à retrouver rapidement la forme. Que ce soit en aromathérapie ou en phytothérapie, il y a du choix pour pallier à ces petits maux, en revanche si ceux-ci sont plus importants ( forte fièvre, ou cela fait plus de 48heures que vous n’avez strictement aucune amélioration, je vous invite à consulter un médecin rapidement, cela peut être plus grave).

 

Côté aromathérapie 

Il existe une multitude d’huiles essentielles que vous pouvez utiliser contre les maux de l’hiver. Actuellement, j’utilise principalement 4 huiles essentielles qui sont remarquablement efficaces.

  • La fameuse star de l’hiver, un basique de l’aromathérapie à avoir absolument, l’huile essentielle de Ravintsara: une incontournable, d’autant qu’elle convient également aux enfants. Elle est antivirale, stimule le système immunitaire, décongestionnante , antibactérienne. Elle a de nombreuses autres propriétés mais  c’est celles-ci qui nous intéresseront pour notre sujet actuel. Pour ma part je l’utilise en diffusion (pas de risque pour les enfants) associée à du niaouli dont je parlerai ci-dessous, afin d’assainir l’air et (tenter) de mieux respirer. Il est aussi possible de mettre 1 goutte de chacune de ces deux huiles dans une cuillère de miel, à prendre 2 à 3 fois par jour. Enfin, vous pouvez diluer 3 gouttes d’huile essentielle de ravintsara dans de l’huile végétale et masser le thorax pour dégager les voies respiratoires, idéale le soir pour bien dormir. Vous pouvez aussi masser  ( ou vous faire masser ;)) la plante des pieds et la colonne vertébrale.

 

  • La seconde huile essentielle incontournable contre les maux d’hiver, est celle de Niaouli. Elle aussi est un basique de l’aromathérapie et possède de nombreuses propriétés. Elle est antivirale, antimicrobienne, fongicide, expectorante entre autre. Elle pourra être associée avec le Ravintsara comme proposé ci-dessus ou utilisée seule.

 

  • Elle est surement moins connu, j’utilise l’huile essentielle de manuka sauvage. Elle à des points commun avec l’huile essentielle de tea tree, en encore plus puissante grâce à sa teneur  en tricétones ( si elle est de qualité évidemment je vous conseille celle-ci à retrouver ici ). Elle aussi aura des vertus antibactérienne, antivirale, assainissante et sera idéale pour renforcer les défenses naturelles. Elle peut être utilisé de la même manière que les deux autres huiles essentielles mais pas chez les enfants ni les femmes enceintes ( concernant ces dernières l’avis du médecin est toujours indispensable avant d’utiliser des huiles essentielles).

 

  • Enfin, je recommande d’avoir une boite ( ou flacon, mais je trouve les capsules très pratiques et le dosage est parfait) d’avance d’huile essentielle d’Origan chez soi à prendre en ingestion. Une cure de cinq jours, en prévention, en début d’automne pour renforcer le système immunitaire ( ce que je n’ai pas fait bien entendu). Sinon si le mal est déjà là, à prendre dès les premiers symptômes ( ce que j’ai fait donc). C’est très efficace et rapidement. Pas chez les femmes enceintes, ni les enfants. De plus elle est dermocaustique.

Voilà donc une très bonne trousse aroma hivernal à prévoir.

 

 

AfterlightImage.jpg

 

Côté phyto

J’ai associé quatre plantes aux multiples bienfaits, tant pour leurs goûts que pour leurs propriétés intéressantes pour les voies respiratoires à déguster en infusion, un délice.  Les voici:

  • La Guimauve: j’utilise la racine, elle est adoucissante et antitussive.

 

  • La Mauve: j’utilise la jolie fleur violette, elle calme la toux sèche  et apaise la gorge en cas d’irritation.

 

  • Le thym: il stimule le système immunitaire, calme la gorge irritée, est expectorant, un allié de taille en cas de sinusite, bronchite, grippe,…

 

  • La camomille: elle apaise et est efficace contre les maux de gorge.

 

Cette tisane 2 fois par jour en dehors des repas sera très réconfortante, vous pouvez y ajouter une cuillère de miel surtout si vous avez la gorge très irritée.

 

AfterlightImage (1).jpg

 

Côté ayurvéda 

Il existe une recette issu de la médecine ayurvédique qui permet de renforcer les défenses immunitaires et possède des vertus antioxydantes et anti-inflammatoire exceptionnelles.

Il s’agit du lait d’or qui est à base de curcuma , de poivre noir, de gingembre et de cannelle de Ceylan et qui est à mettre dans du lait ( végétal de préférence) mais qui peut être agrémenté en plus avec d’autres saveurs ( vanille, cacao, …) pour plus de gourmandise. Il est essentiel de mélanger le curcuma dans un corps gras ( le lait) et non de l’eau. Vous pouvez le faire vous-même ou acheter la préparation en poudre en magasin biologique. Il suffit de mélanger l’équivalent d’une cuillère à café rase de ces ingrédients dans une tasse avec votre lait végétal et de le réchauffer. Une tasse chaque jour vous assurera énergie et réconfort, pour une belle saison hivernale en pleine forme.

 

Bonne dégustation!

 

AfterlightImage (3).jpg

Voilà quelques pistes pour prendre soin de vous par des méthodes naturelles que vous pouvez facilement mettre en place. Il en existe bien d’autres, la naturopathie nous offrant cette chance d’être très riche.

 

 

 

 

 

Astuces Grand froid

Aucun scoop ici, en ce moment il fait froid et c’est normal vu que nous sommes en hiver. Néanmoins, nous ne sommes pas ou plus habitué à des températures si basses( surtout dans le sud) et notamment lorsque l’hiver qui avait été plutôt doux jusqu’il y a peu, ce fait ressentir intensément d’un seul coup. Ce qui ajoute de la difficulté à accepter ce froid c’est qu’il arrive tardivement et s’étale sur le mois de mars où nous avons tendance à penser que le « pire » ( par rapport au froid) est derrière nous, et fort est de constaté que non… dur psychologiquement. Mais quelques astuces peuvent permettre de passer ce cap obligatoire plus facilement.

En plus de l’évidence qui est de se couvrir avec au moins 3 couches de vêtements ( exemple un haut manches longues en coton, un sweet, chemise, polaire, … en plus et un pull par dessus, très efficace pour une bonne isolation et donc éviter la déperdition de chaleur) en plus de son manteau, de protéger les extrémités, voici quelques conseils pour se prémunir du froid et lutter contre les affections qui peuvent lui être apparentées.

IMG_0979.jpg

 

 

L’alimentation

Nous avons besoin de consommer plus d’énergie en hiver pour faire face au froid, il est donc primordial d’avoir une alimentation complète et équilibrée pour stimuler son système immunitaire.

Pour cela on privilégiera les légumes de saisons ( potirons, carottes, céleris, betteraves, choux, fenouil, poireaux, navets,…) des glucides avec les céréales et graines en privilégiant plutôt le riz complet, le sarrasin, le millet, le quinoa, le kamut, le petit épautre, ainsi que des légumes racines tel que la pomme de terre ( attention à son index glycémique élevé néanmoins) et des protéines avec des poissons, viandes plutôt blanches, oeufs, les légumineuses également tel que les lentilles, pois chiches,… sont tout indiquées. Les fruits  avant ou en dehors des repas sont à privilégier même si février n’est pas le mois le plus généreux de ce coté là.

Concernant les lipides, les oléagineux sont toujours excellents et surtout en hiver car ils sont très énergétiques  ( amandes, noix de cajou, noix,…) et les huiles riches en omega 3 et oméga 6 tel que l’huile de chanvre, de noix, de colza, de lin sont à privilégier. Les graines germées seront revitalisantes.

 

Les compléments alimentaires

Du côté des compléments on pourra se tourner vers les produits de la ruche. Bien sûr une cuillère à café d’un miel de producteur bio dans une tisane « réchauffante » à base de thym, de cannelle, de gingembre, de girofle pour se prémunir des affections de la sphère ORL et se réchauffer sera tout indiqué. Mais c’est aussi le moment de se tourner vers la propolis. Elle est issu de substances résineuses et gommeuses des bourgeons que les abeilles melangent à leur propre salive et aux pollen. Elle permet de renforcer les défenses immunitaires et est antioxydante, antiseptique, bactéricide, antifongique,… il existe plusieurs manière de la consommer selon le bénéfice rechercher.

IMG_6918.jpgProduits de la ruche

En aromatherapie

Le trio gagnant pour assainir la maison et lutter contre les affections hivernales:

  • le ravintsara: puissant antiviral, qui stimulera les défenses immunitaires
  • le niaouli: en complément du ravintsara pour les affections respiratoires, cette huile essentielle étant  antibacteriennes et antivirale
  • l’eucalyptus radiata: pour favoriser l’élimination des mucosités et calmer la toux, à utiliser plutôt en diffusion ou inhalation.

Mais aussi l’huile essentielle de thym à thujanol, qui a la propriété d’etre réchauffante et de lutter contre l’angine.

Utilisation: 2 gouttes d’huile essentielle de thym à thujanol dans une cuillère de miel 3 fois par jour. 

Comme toujours avec les huiles essentielles on veillera à vérifier qu’il n’y ai pas de contres indications, et en cutané toujours faire un test 24h à l’avance au creux du poignet pour vérifier qu’il n’y ai pas de réaction. 

Moment détente

Le soir, n’hésitez pas à utiliser une bouillotte chaude à placer sur le foie une vingtaine de minutes. En plus de réchauffer, cela permet de drainer le foie qui en a surement besoin. Un moment cocooning en prime.

Le froid n’est plus là pour longtemps patience! Bientôt des conseils plus printanier!

Je vous souhaite une belle fin d’hiver, prenez soin de vous!

 

Un grand ennemi!

Il est doux, séduisant, raffiné ou pas, subtil ou pas, addictif… toujours! On en a surement pas mal consommé au cours des 3 derniers mois avec des fêtes dans lesquelles il était très souvent la star! Il s’agit du sucre qui peut se trouver sous diverses formes et qui est souvent caché pour en plus nous enlever toute culpabilité. Mais comme beaucoup de choses trop alléchantes, il est la cause d’énormément de soucis et il ne s’agit pas seulement de prise poids.

Les différents types de sucre

  • Le sucre ( saccharose)   provient de la betterave ou  de la canne à sucre et n’a aucune valeur nutritive puisqu’il ne possède plus de minéraux ni de vitamines.
  • Le miel est plus intéressant ( quand de bonne qualité bien sûr) car il apporte des vitamines du groupe B, des oligo-elements, des acides aminés et des minéraux. Il renforce le système immunitaire et est bon pour le coeur.
  • Le sucre de canne ( non raffiné) est riche en vitamines et minéraux .
  • Le sucre roux est moins complet que le sucre de canne  mais reste intéressant nutritivement.
  • Le fructose est le sucre issu des fruits et du miel, il est intéressant car possède un indice glycémique plus bas que le saccharose.
  • Le sirop d’érable ( 100%) est riche en fer, phosphore, potassium, magnesium.  Il est moins calorique et est antioxydant.
  • La caroube, issue du caroubier est riche en fibres et en calcium.
  • La mélasse noire est le résidu du dernier jet de cristallisation du sucre brun.
  • Le sirop d’agave est plus sucrant que le saccharose mais moins calorique et avec un index glycémique plus bas
  • Le sucre de coco, il possède un index glycémique bas ( entre 25 et 35 contre 70 pour le sucre blanc). Il est riche en nutriments notamment les vitamines du groupeB, potassium, magnesium, fer, zinc, et contient également des acides aminés.

Le sucre appartient à la grande famille des glucides qui eux sont nécessaires à notre organisme et que l’on trouve facilement dans notre alimentation ( fruits, légumes, légumineuses, fruits secs, céréales,…)

Il y a aussi les sucres complexes qui sont à prendre en compte dans notre alimentation. C’est ceux qui se trouvent dans les céréales sous forme d’amidon et qui sont à limiter.

1E984002-2697-4D4A-9B08-3566567DDD31 (1).jpgIci: sucre complet, sucre de coco, sirop d’érable, sirop d’agave

L’index glycémique IG

Plus intéressant que de parler de sucres simples ou complexes comme on peut souvent l’entendre, il est important pour notre santé de prendre en compte l’index glycémique d’un aliment.

L’index glycémique est un indicateur de la capacité d’un aliment à augmenter la glycémie qui est la concentration de glucose dans le sang.

L’index glycémique d’un aliment se mesure par rapport au glucose qui est de 100. Par exemple un index glycémique de 70, signifie que la glycémie correspond à 70% de celle obtenue avec le glucose.

Il y a des aliments dit à IG faible et à IG élevé. Les aliments à l’IG faible sont à privilégier et correspondent à un IG inférieur à 55. Au delà de 70, l’IG est considéré comme étant élevé, plutôt à éviter. Entre 55 et 70 ce sera un IG moyen à consommer avec modération donc.

Quelques aliments à IG faible:

  • légumes verts: brocolis, endives, choux, fenouil, épinards, courgettes, poireaux, haricots, avocats, blettes,…
  • certains fruits comme: citrons, pamplemousses, fraises, framboises, myrtilles, mûres, pommes, poires, oranges, bananes ( si pas trop mûres),…
  • graines germées
  • oléagineux
  • tofu
  • patates douces

D71788BD-3752-4CEB-8B2B-8D62F7E8722A.jpgLégume vert de saison les Blettes avec un index glycémique très bas: IG 15

Quelques aliment à IG élevé:

  • pain blanc
  • dattes
  • frittes
  • corn flakes
  • bonbons

Les risques d’une alimentation trop sucrée

Pour un bon équilibre nerveux et une bonne santé physique la glycémie doit être stable. Si l’on rompt cet équilibre on peut se retrouver en hypoglycémie ( niveau de glucose trop bas dans le sang) ou hyperglycémie ( niveau de glucose trop élevé dans le sang), quoi qu’il en soit le bien-être général s’en trouve affecté et des soucis plus ou moins grave font alors surface.

Lorsqu’on consomme trop de sucre on va se sentir plus fatigué, énervé, susceptible, on peut avoir les idées embrouillées et le souci du sucre c’est que plus on en mange plus le corps nous en demande, ce qui conduit à des problèmes plus graves à la longue.

Le sucre en grande quantité nous expose également aux risques suivants:

  • le diabète de type 2
  • une hyperactivité
  • un déséquilibre acido-basique ( le sucre étant acide) qui peut causer déminéralisation, osteoporose, mais aussi vieillissement prématuré des tissus, rétention d’eau, formation de graisse, un environnement propice au candida albican qui va générer plusieurs gènes et/ou maladies.
  • cancer
  • acné
  • dépression
  • maladies cardio-vasculaires
  • démence

 

 

Se libérer du sucre

Nous sommes quasiment tous concernés par cet addiction au sucre ( manger trop de céréales en est une), et le but de cet article est d’explorer quelques pistes pour se désintoxiquer du sucre qui est un mécanisme ancré en nous dont on peut se défaire comme toute addiction ( mais ce n’est pas facile).

Idéalement, il faut arrêter complètement le sucre pour se sevrer de celui-ci. Une cure de 3 semaines sans sucres permet de rétablir nos neurotransmetteurs et donc d’être sevré, c’est rapide mais il faut tenir, et éviter le sucre comprend les plats préparés, le lait, les céréales, les pommes de terre, les dattes.

Pour commencer et tenir pensez à manger gras. N’ayez pas peur pour votre ligne ce n’est pas le gras qui fait grossir mais le sucre. Les avocats, les oléagineux, les poissons gras, les huiles de colza, olive, coco,… vont permettre de tenir face à la tentation du sucre tout en apportant du bon gras et petite mention pour l’huile de coco qui apporte même un gout sucré sans pour autant avoir l’index glycémique qui va avec.

En lieu et place des céréales, optez pour du quinoa, du riz brun, des lentilles corail, tous les pois.

Les légumes et les fruits à index glycémique bas sont bien sûr au menu, ainsi que les oeufs, les protéines ( en limitant la viande rouge).

En accompagnement pour tenir le choc ( c’est un vrai sevrage) bien sûr l’activité physique sera d’un grand soutient ainsi que des exercices de relaxation ( méditation qui aide à gérer les impulsions par exemple).

En phytothérapie, il existe une plante  dont je vous ai déjà parler dans mon article 2018 à plein poumons qui est le Kudzu et qui aide à se sevrer des addictions. Le sucre étant une addiction, elle sera d’une grande aide dans l’étape de sevrage.

Une autre plante utile en période de sevrage de sucre, est le Gymnema Sylvestres , c’est une plante indienne qui neutralise la saveur de sucre ( lorsqu’on la mâche) et diminue les envies de sucre ( sous forme de complément).

Vous pouvez aussi accompagner ce sevrage en aromathérapie avec des huiles essentielles qui calment le système nerveux, tel que la camomille romaine, le pamplemousse, et la litsée citronnée à respirer.

Suite à ces 3 semaines, les effets bénéfiques sur la santé se font ressentir. Il y a un regain d’énergie, même si ce n’est pas votre but il y aura une perte de poids, une peau rayonnante, des idées plus claires, et bien sûr un mieux être général, notamment au niveau digestif.

Suite à ces 3 semaines en principe l’addiction n’est plus là, le schéma est défait. La plus grande difficulté sera d’un point de vue social où il faudra rester vigilant et mesurer pour ne pas retomber dans le piège du sucre et contrôler sa consommation.

C’est une bataille difficile mais qui donne de puissants résultats, vous pouvez aussi commencer par le diminuer considérablement et procéder par pallier en vous fixant des objectifs (par exemple: remplacer le sucre blanc par le sucre de coco sera un bon début).

Nous arrivons sur le mois de Mars, toutes les fêtes bien sucrées sont derrière nous et pourquoi pas tenter le sevrage avant d’arriver à Pâques pour ne pas tomber dans le piège du sucre.

Prenez soin de vous!

Chloé

Anti-stress

Vous connaissez surement l’expression qui dit que c’est souvent  le cordonnier le plus mal chaussé… Je me retrouve tout à fait dans cette phrase en ce moment, étant en période d’examen ( l’examen final de naturopathie) et donc dans un moment assez stressant  je dois l’avouer. Bien sûr je me « soigne » et utilise diverses techniques et compléments pour gérer au mieux ce stress et pouvoir avancer dans mes projets sereinement.  Je vous partage quelques unes de mes solutions dans cet article.

 

La respiration

 

Un état de non sérénité est associé à une respiration plus courte et irrégulière. Partant de ce constat, il est alors possible d’inverser cet état de stress grâce au contrôle de sa respiration.

Le premier exercice va consister à allonger au maximum son inspiration et son expiration tout en prenant soin d’équilibrer le temps d’inspiration et d’expiration. Au bout de quelques respirations, on peut constater un début d’apaisement et de liberté.

Dans un second temps, se focaliser sur un objet quel qu’il soit et ne penser qu’à celui-ci, afin de permettre au mental de se calmer.

Ces deux exercices simples et à la porté de tous, peuvent être d’un immense secours en situation de stress.

 

Les plantes 

 

IMG_6071.jpg

En parallèle,  les plantes sont d’une grande aide contre le stress. J’utilise notamment une association de cinq plantes  en tisane qui agissent sur le système nerveux central pour limiter l’anxiété.

Cette tisane se compose de:

  • La Passiflore des Indes, réputée pour supprimer l’anxiété et la nervosité, restaurer progressivement le sommeil sans pour autant perturber la vigilance dans la journée et elle ne provoque pas d’accoutumance.
  • Les feuilles d’oranger, sont sédatives. Elles sont efficaces contre les insomnies et les migraines. Elles sont également antispasmodiques.
  • La mélisse, à également une action sédative et est utile en cas de troubles digestifs d’origines nerveuse ( colites, crampes d’estomac,…). Elle est aussi efficace contre les palpitations.
  • Le coquelicot, atténue les symptômes des états d’anxiété, apaise les palpitations et aide contre l’insomnie.
  • La verveine, apaise les tensions nerveuses, aide à trouver le sommeil grâce à son effet sédatif et est antispasmodique.

 

Les huiles essentielles

 

IMG_6070.jpg

 

Evidemment, les huiles essentielles sont un indispensable pour lutter contre le stress et l’anxiété. J’utilise une synergie ( association d’huiles) composées de 7 plantes médicinales remarquables pour retrouver la sérénité. On peut faire soi-même ses synergies d’huile mais cela peut s’avérer rapidement très coûteux, aussi j’utilise une composition artisanale dèjà prête de chez Loretik , il s’agit de la n°131.

Cette synergie se compose de:

  • La Camomille, pour ses vertus calmante et sédative.
  • La Mandarine, qui est relaxante, sédative et modératrice du système nerveux.
  • Le Saro, est antidépressif et neurotonique.
  • La Lavande, qu’on ne présente plus, qui est sédative , antispasmodique et antidépressive.
  • La Pruche est apaisante, rassurante et réconfortante. Elle est également une équilibrante nerveuse.
  • Le Calendula, qui est un macérât huileux, est connu pour ses propriétés adoucissante et apaisante. Elle est aussi anti-irritante.

J’applique 3 gouttes de cette synergie sur le plexus solaire et sur les poignets ( on peut aussi en mettre sous la voûte plantaire).

 

Pour conclure, il existe beaucoup de techniques et de compléments pour palier au stress, c’est à chacun d’expérimenter ce qui lui conviendra le mieux. Je vous parle ici de ce que j’utilise personnellement et qui m’est très bénéfique. D’ailleurs si la synergie et la tisane vous intéresse ( ou tout autre synergie ou plante), vous pouvez bénéficier de 10% de remise sur le site de l’herboristerie Victor Hugo avec le code promo CLOLENAE10.

 

Je vous souhaite une semaine douce et sereine.

Chloé