Les doshas

Pour faire suite à mon précédent article Eliminer naturellement  , je fais aujourd’hui un focus sur les Doshas. En ayurvéda, les Doshas sont les forces vitales régis par l’énergie du vivant, le Prana ( dont je parle dans l’article Pranayamas) . Les doshas sont aux nombres de trois, il s’agit de Vàtha, Pitta et Kapha. Chacun correspond à deux des cinq éléments: terre, eau, feu, air, éther. Nous avons en général chacun un ou deux doshas prédominants, qu’il est intéressant de connaitre afin d’adapter son mode de vie. C’est une approche qui s’inscrit donc totalement dans une démarche holistique et naturopathique, puisqu’elle sera notamment utile pour adopter une alimentation rééquilibrante de ce point de vue.

Nous allons voir de plus prêt à quoi correspondent chacun des doshas et comment identifier celui qui est prédominant chez soi.

 

Vàtha

Vàtha est rattaché aux éléments de l’éther et de l’air. Il correspond au mouvement, à la sécheresse, au froid, à la légèreté . Le vent  représente l’énergie Vàtha. Vàtha c’est le mouvement,  ainsi dans le corps il circule.  Une personne dite de type Vàtha est en générale plutôt mince et élancée, avec une ossature fine, une peau sèche et a les extrémités froides ainsi qu’un appétit changeant.  Au niveau de l’esprit, les personnes Vàtha sont plutôt intuitives, sensibles, originales et ouvertes d’esprits mais aussi versatiles, nerveuses, indécises et hésitantes. Au niveau de l’organisme, Vàtha a plutôt tendance à la constipation, aux flatulences et a un sommeil léger. Dans la vie Vàtha aura besoin de changements et d’indépendance.

6A4430AF-9F38-4EA5-A784-978F9BD3E9D7.jpg

Pitta

Pitta est rattaché aux éléments du feu et de l’eau. Il correspond à la chaleur, à la fluidité, au piquant. Pitta correspond à la transformation puisqu’il intervient dans le processus de digestion. Une personne de type Pitta est en générale énergique, possède un corps athlétique, a un gros appétit, a une forte transpiration, une peau plutôt équilibrée. La digestion est plutôt bonne mais  Pitta peut être sujet aux diarrhées. L’individu Pitta est audacieux, créatif, optimiste mais aussi impulsif, fier et piquant. Dans la vie Pitta recherche l’action et aime dominer.

 

IMG_E5750.jpg

Kapha

Kapha est rattaché aux éléments de la terre et de l’eau. Kapha c’est la stabilité, la lourdeur, l’humidité, la solidité. Il correspond au maintient du corps notamment les tissus ( musculaires, adipeux et osseux). Une personne de type Kapha a un corps lourd et ferme,  a un bon sommeil, une bonne digestion mais lente. Ils sont plutôt de nature calmes, concentrés et patients mais aussi opiniâtres, jaloux et  lents. Dans la vie Kapha recherche surtout la sécurité.

 

Il s’agit là de généralité non-éxaustives concernant chaque dosha, néanmoins il est fréquent que deux doshas prédominent. On peut ainsi être Vàtha-Pitta, Vàtha-Kapha ou Pitta-Kapha ( et même les trois, mais c’est rare).

Vous avez peut-être déjà avec ces éléments, une petite idée du ou des doshas qui vous correspondent. Pour vous en assurer, vous trouverez sur internet de nombreux tests qui vous permettront de savoir quels sont les doshas prédominants chez vous.

En naturopathie, il est intéressant de tenir compte de ces spécificités qui permettront d’établir des recommandations alimentaires encore plus ajustées à chacun.  On notera d’ailleurs que chaque élément correspond à des saveurs en ayurvéda. Ainsi:

  • la terre correspond aux saveurs sucrées et acides (kapha)
  • l’eau aux saveurs sucrées et salées (kapha)
  • le feu est relevé, acide et salé ( pitta)
  • l’air est amer, relevé et âpre ( vàtha)
  •  l’éther est amer ( vàtha)

Ainsi dans les grandes lignes, car le sujet est complexe et précis on pourra dire que les saveurs sucrés renforcent kapha et diminuent vàtha et pitta, alors que les saveurs salés et acides renforcent pitta et kapha en diminuant vàtha. Les saveurs amer et âpres renforceront elles vàtha mais diminueront pitta et kapha. Enfin, les saveurs relevées renforceront Vàtha et Pitta et diminueront Kapha.

Voilà entre autre en quoi l’approche ayurvédique pourra être extrêmement utile pour apprendre à mieux s’alimenter selon ses propres spécificités et pourquoi il est impossible de donner dans un livre, un article ou autre le régime miracle, ou la pilule miracle qui réglera tout vos soucis. Nous sommes un tout, et surtout nous sommes unique, ainsi chaque corps possède sa vérité, même si des grands principes de bases nous rassemblent nous ne pouvons être résumé à des généralités.

 

Enfin, j’ajouterai que même si cela parait complexe, l’important est avant tout de rester à l’écoute de son corps en restant vigilant à son énergie, son bien-être, son état émotionnel qui vous donneront quotidiennement de nombreuses informations sur vous-même.

Le sujet est encore vaste, il y aura probablement des compléments à cet article.

 

Belle soirée,

 

 

 

IMG_8040

La vitamine D

Si le mois de novembre a de nombreuses qualités, tout comme chaque mois de l’année, c’est en général un mois plutôt radin en soleil, notamment cette année…  En effet s’il faut composer sur la période avec des jours raccourcis et un temps maussade de façon plus ou moins simple selon les personnes, la principale difficulté à laquelle il faut faire face est le manque certains de la fameuse Vitamine D.

Qu’est-ce que la vitamine D?

Même si je pense que tout le monde en à déjà plus ou moins entendu parler, une piqure de rappel et quelques précisions sont toujours bonnes à prendre.

Les vitamines en général font parties des micronutriments nécessaires au bon fonctionnement du corps, il en existe 13 que l’on retrouve principalement dans notre alimentation. Certaines sont plus rares et/ou plus facilement assimilables que d’autres.

La vitamine D est une vitamine liposoluble, elle est dissoute et stockée dans les tissus adipeux. Elle permet d’assimiler la vitamine A, elle est indispensable pour consolider les os et les dents en permettant de mieux absorber le calcium et le phosphore.

Les différentes manifestations d’un manque de vitamine D sont: le rachitisme, l’arthrite, des maladies des os et des dents, une faiblesse musculaire, de la fatigue… on note aussi une augmentation des risques cardio-vasculaires et de certains cancers ( prostate et sein notamment) , ainsi qu’une augmentation des fibromes utérins. Des études font également ressortir qu’elle serait nécessaire entre autres, pour une sécrétion normale d’insuline.

 

Où la trouver?

On la trouve dans l’huile de foie de morue, les sardines, le harengs, les maquereaux ( poissons gras en général), le jaune d’oeuf. Assez compliqué donc dans le cadre d’un régime alimentaire végétalien car la vitamine D3, qui est la plus biodisponible ( contrairement à la vitamine D2 que l’on trouve notamment dans les champignons) , se trouve principalement dans des sources d’origine animale. Heureusement, la plus grande source de vitamine D est bien évidemment le soleil, d’où la problématique hivernale sur le sujet.

IMG_2278.jpg

Que faire? 

Il est conseillé d’en consommer entre 200 et 400 UI ( unité internationale) par jour, concrètement en terme de soleil, cela signifie s’exposer environ 20 minutes par jour à la lumière de celui-ci. Ceci étant, il faut au moins avoir le visage et les avants-bras découverts pour que les ultra-violets puissent pénétrer dans la peau.

Néanmoins, plus la peau est mate, plus le besoin en soleil est grand, la production de vitamine D étant amoindrie chez ces derniers. Il faut donc une plus longue exposition au soleil pour les personnes à la peaux foncée.

Il est à plus forte raison important en cette période d’aller à l’extérieur dès que cela est possible, même s’il ne fait pas chaud. S’aérer est toujours une bonne idée quelque soit le temps, mais le soleil étant rare en ce moment, dès qu’il se montre, il faut en profiter qui plus est il redonne comme chacun le sait, le moral ( ça vaut le coup d’avoir un peu froid, et cela renforcera qui plus est votre système adaptatif 😉 ) . Il existe aussi des supplémentations en vitamine D s’il y a vraiment carence,  sur lesquelles vous pouvez vous faire conseiller selon votre cas, je pense notamment aux femmes enceintes, aux enfants et aux personnes âgées.

J’allais oublier, l’hiver ne vous privez surtout pas d’aller en montagne, elle permet de beaucoup mieux assimiler la vitamine D qu’en bord de mer ( d’où les superbes bronzages de février ;)).

Je vous souhaite de très belles séances d’expositions solaires.

Chloé

 

 

 

En route vers 2019

L’heure est aux bonnes résolutions et mieux vaut les prendre avant l’arrivée de la nouvelle année, afin de pouvoir s’y préparer et prévoir la mise en place de vos nouvelles habitudes.

Car oui quelques soient les résolutions personnelles que vous prenez, elles reposent principalement sur l’abandon d’anciens schémas qu’il faudra remplacer par de nouvelles habitudes. Or, changer une habitude, voire un automatisme parfois même, est très difficile au départ, il faut compter trois semaines pour pouvoir vraiment s’y faire et que cela devienne moins difficile.

Ceci étant, l’une des premières choses que je vous propose dans cet article c’est de changer votre angle de vue sur la résolution. Cette dernière n’a pas pour but d’être une contrainte mais bien de vous permettre de devenir une meilleure version de vous même, envers vous et envers les autres.

IMG_8744.jpg

Ma proposition est donc de vous donner des pistes pour trouver ce qui vous ai peut-être le moins inconfortable au départ pour pouvoir le mettre à l’oeuvre et de ce fait réussir à tenir sa ou ses résolutions pour 2019.

Premièrement, une résolution vise à se faire du bien à soi même ( même si votre résolution est altruiste, elle vise une retombée personnelle comme améliorer son karma, être une bonne personne,…), ce qui est quelque chose de positif auquel chacun aspire et qui demande paradoxalement une certaine discipline.

Pour prendre soin de soi, il est important de ne pas viser trop haut d’un coup, sous peine de se démotiver rapidement. Je vais prendre l’exemple de la cigarette, l’ayant déjà vécu personnellement  il y a quelques années. On dit souvent qu’il faut arrêter d’un coup et ne pas diminuer sa consommation de tabac. C’est à moitié vrai, car en général lorsqu’on prévoit d’arrêter de fumer ( hors cas de maladie, je ne parle ici que de volonté personnelle d’améliorer sa vie), on commence naturellement à diminuer sa consommation, en essayant de prendre conscience de ce geste que l’on souhaite arrêter un jour.

Cet exemple, nous montre que d’une part il faut une réelle motivation, on ne prend pas une résolution pour quelqu’un, c’est bien quelque chose de personnel et qui par ricochet améliorera la vie de notre entourage, et d’autre part, qu’il faut être honnête avec soi-même: « Suis-je capable, d’arrêter seul où ai-je besoin d’un accompagnement? Est-ce qu’à l’aube de cette année, je suis vraiment prêt pour arrêter, ou est-ce une année charnière pour diminuer considérablement ma consommation en vue d’un arrêt d’ici quelques mois?… »

L’honnêteté envers soi est primordiale pour réussir à tenir sa résolution, et la réussite des objectifs que l’on s’est fixé est stimulante, d’où l’intérêt de se mettre des choses réalisables pour nous et des échéances raisonnables ( perdre 10 kilos en un mois, n’en n’est pas une par exemple… plutôt en un an en évitant le régime drastique et en revoyant son hygiène de vie globalement).

Je tenais à faire cet article afin de partager avec vous quelques exemples de résolutions stimulantes, réalisables et bienveillantes.

Liste non exhaustive de résolutions pour 2019:

Pour se recentrer et revenir à l’essentiel de soi:

  • avec l’écriture : pour commencer écrire 3 pages par jour comme conseiller dans l’excellent livre de Julia Cameron  » Libérez votre créativité » ou en suivant des ateliers d’écritures, il y en a un peu partout.

 

  • avec la méditation: vous pouvez utiliser une application comme 7Mind  , être accompagné avec une méditation guidée ( j’en propose), ou/et vous exercer seul à la méditation ( exercice pas simple au début, je vous l’accorde mais pourquoi pas dans un second temps).

 

  • avec le yoga: si vous ne vous sentez pas prêt pour attaquer une année complète de yoga au départ, par manque de temps ou par peur que cela ne vous convienne pas, offrez-vous une retraite de yoga, je vous conseille les retraites de Tina Fleur, adaptés à tous les niveaux dont la prochaine disponible aura lieu en mars ( plus d’info ici: https://www.billetweb.fr/retraite-sepanouir-et-avancer-ensemble)

 

Pour prendre soin de son corps en douceur:

  • avec la marche: une marche dans un endroit plutôt naturel,  d’au moins 45min, 3 fois par semaine apporte entre autre tonicité, meilleur transit intestinal, une meilleure circulation sanguine, évacuation du stress, amélioration du sommeil,…

 

  • en revoyant son alimentation: pas question de régime hypocalorique ici, mais plutôt de manger en conscience, en se faisant plaisir, en cuisinant des aliments variés et de qualité. Mieux vaut manger en moins grande quantité des produits de très bonnes qualité, plutôt que des grosses quantités de produits bas de gamme… lorsqu’un aliment est riche en nutriments et micronutriments on ressent la satiété, alors que lorsqu’il n’y a que du sucre ajouté, de la friture, etc… effectivement, on a vite faim, car ce ne sont pas des aliments nourrissants, ils sont seulement caloriques ( exemple: entre manger des frites après lesquelles on a vite faim, et des pâtes qui contiennent des sucres lents et sont donc plus rassasiantes, il vaut mieux les pâtes).

 

  • en pratiquant quelques exercices qui musclent en profondeur: comme le pilate et même le yoga , qui apportent souplesse et musculature avec des exercices non violents.

 

Pour prendre soin de la nature et de soi:

  • en consommant des produits issu de l’agriculture biologique: les pesticides et résidus de pesticides étant néfastes pour l’environnement et pour nous même. Pour commencer votre transition vers le tout biologique, commencez par les fruits et légumes qui en étant biologiques, apportent plus de goût et de nutriments, puisque bien souvent leurs peaux est comestible, il suffit juste de les brosser au préalable.

 

  • en consommant de saison: en plus d’être en harmonie avec la nature, les produits de saison sont bien souvent moins chère et, la nature étant très bien faites, apportent bien souvent ce dont on a besoin au bon moment ( exemple: la vitamine C du kiwi et des courges, indispensable en hiver pour renforcer le système immunitaire).

 

  • en prenant conscience de nos addictions quelles qu’elles soient: en cherchant à diminuer dans un premier temps en vu d’un arrêt complet. Selon vos addictions, vous pouvez être accompagné ( c’est même recommandé) par un psychologue, un hypnothérapeute, un naturopathe,… ce premier pas de la prise de conscience et du passage à l’action pour essayer étant déjà très important.

 

Il ne s’agit là que de quelques exemples de résolutions envisageables, qui en fin de compte peuvent toutes être regroupées , puisque le bien-être de l’humain constitue un tout et qu’avec une approche holistique, l’équilibre se créer.

Je vous souhaite le meilleur en cette fin 2018, une belle préparation de vos résolutions pour 2019. Bon bout d’an, qu’il soit teinté de joies et d’amour.

Parlons bien, parlons Bio

Je m’attaque aujourd’hui à un sujet, qui est parfois controversé et anime souvent certaines de mes discussions: l’agriculture biologique.

Je vais ici parler essentiellement d’alimentation, et me concentrer sur les produits frais non transformés, qui sont toujours la meilleure façons de s’alimenter. Le but de cet article est d’y voir plus clair sur les bienfaits de l’agriculture biologique sur la santé, en s’intéressant notamment à ce qu’est l’agriculture biologique et aux différents labels qui existent, certains étant plus qualitatifs que d’autres. Quoi qu’il en soit je ne laisserai aucun suspens quand à ma position sur la question, je conseille toujours de manger bio quelque soit le label, car il est évident que ce sera toujours mieux que de l’agriculture conventionnelle.

 

AfterlightImage (4).jpg

 

Qu’est ce que l’agriculture biologique?

Il s’agit d’un mode de production visant à la fois à être respectueux de l’environnement, de l’humain mais aussi des animaux et qui s’oppose à l’agriculture industrielle.

Ce respect environnementale et humain repose sur la limitation de l’utilisation des substances d’origines chimiques, par exemple en remplaçant l’engrais chimique par du compost et l’utilisation de produits naturels ( cuivre, argiles,…) ou prédateurs pour repousser les parasites.

Pour le bien-être des animaux, l’élevage en plein air est privilégié et ceux-ci sont nourrit avec des aliments biologiques et ne sont pas bourrés d’antibiotiques.

 

Pour s’y retrouver et certifier la qualité biologique d’un aliment il existe différents labels.

 

Les logos et labels

Afin d’assurer au consommateur le respect du cahier des charges de l’agriculture biologique et de la règlementation européenne, plusieurs logos/labels existent. En général, un agriculteur doit avoir passé une période entre 2 et  3ans en agriculture biologique avant de pouvoir avoir droit au label. Suite à cela, c’est un organisme agrée et reconnu par l’INAO (l’institut national de l’origine et de la qualité) qui pourra donner la certification qui sera valable un an.

 

Unknown.png

Le logo européen (Eurofeuille) est obligatoire sur les produits alimentaires emballés. Il donne obligatoirement une indication sur le lieu de production des matières premières qui composent le produit tel que: « Agriculture UE », « Agriculture non UE », « Agriculture UE/non UE ».

images.png Le logo « Agriculture biologique » est facultatif et garantit qu’un aliment contient au moins 95% d’ingrédients issus de l’agriculture biologique ( pour les produits transformés, sinon c’est 100%), le respect de la réglementation en vigueur française et européenne.

D’autres labels peuvent venir en plus de ces deux ( à l’exception de Nature et Progrès dont on va parler plus loin, qui exige un cahier des charges plus stricte que la norme européenne ) afin de renforcer la traçabilité et la qualité d’un produit déjà certifié bio.

 

Unknown-1.pngNature et Progrès garantie des produits issus de fermes 100% bio, limite la taille des élevages, exige une alimentation 100% biologique pour les animaux en limitant au maximum les traitements allopathiques. Ils prennent aussi en compte la limitation des emballages, des consommations d’énergie, le respect de la saisonnalité,la taille de l’entreprise,… Ce logo est gage de qualité et s’inscrit dans une démarche complète: biologique, écologique, équitable, durable.

Unknown.jpegDemeter certifie quand à elle l’agriculture biodynamique. C’est à dire qu’en plus du cahier des charges européen, elle vise à favoriser l’écosystème déjà existant par un cahier des charges bien précis en matière de culture et d’élevage.

 

Unknown-1.jpegCe label un peu plus récent vient renforcer le cahier des charges de la bio en y intégrant la non-mixité des fermes , une alimentation animale 100% bio, la notion de proximité afin de favoriser les produits locaux. Ici aussi il y aura une démarche biologique, écologique, éthique et sociale.

 

Les labels sont donc gages de qualité et vous assure une vrai démarche bio.

 

Concernant les produits importés, s’ils sont européens, les contrôles sont fiables et garantissent de faibles taux de résidus ( inférieur à 5%). Sinon, la qualité des contrôles different d’un pays à l’autre même si dans la majorité des cas ils sont plutôt correcte. Néanmoins, dans une démarche biologique il est toujours préférable de consommer des produits le plus local possible.

 

IMG_0363.jpg

Pourquoi manger bio?

Vous le savez si vous me lisez depuis un moment ou si vous vous intéressé à la nutrition et/ou à la naturopathie en général, l’alimentation est le pilier de la santé.

Nous sommes dans une époque où manger sainement est compliqué à cause des nombreux pesticides dangereux pour la santé car ils sont cancérigènes, neurotoxiques et perturbent le système endocrinien. Pour s’assurer de consommer des produits sains dans tous les sens du terme ( un céleri plein de pesticide ne l’est pas), il est donc nécessaire de se tourner vers l’agriculture biologique, où même mieux, si on peut cultiver soit même ses fruits et légumes.

De plus beaucoup de nutriments et vitamines ( notamment la vitamines C) se trouvent dans la peau des fruits et légumes, en consommant bio vous pouvez consommer toutes les parties de vos fruits et légumes sans risque.

En outre, au-delà de la santé, manger bio et local participe à une économie plus responsable qui limite la surconsommation. Le tarif parfois un peu plus élevé des produits bio, permet de se responsabiliser, de limiter le gaspillage, de manger en conscience et de consommer de saison. Il y a souvent plus d’éthique social et environnemental également.

Et aussi gustativement parlant , il y a plus de saveurs et donc de plaisir ;).