16 décembre: la déshydratation

Je ne vais pas parler de déshydratation nous concernant qu’on cherche à éviter, mais de la déshydratation des aliments qui elle s’avère bien utile en revanche.

En effet, cette technique ancienne et revenue sur le devant de la scène grâce notamment à l’alimentation sans cuisson et autres naturopathes, dont je fais partie, qui partagent pas mal autour de cela et c’est tant mieux. Mais à quoi cela sert-il? Pourquoi et comment déshydrater ses aliments? Avec ou sans déshydrateur?

La première chose interessante concernant la déshydratation est que celle-ci permet de conserver plus longtemps des fruits et légumes qui risquent de se perdre. Ainsi si vous voyez que des aliments ne seront pas mangés à temps, c’est une super astuce anti gaspillage. Vous pouvez conserver vos aliments plusieurs mois en veillant à bien les conserver, dans des bocaux en verre par exemple ( ce que je fais).

Vous l’avez sûrement déjà vu, on peut même déshydrater de la viande ou du poisson, je ne l’ai personnellement jamais fait, car ce n’est pas mon type d’alimentation , mais si cela vous tente soyez très vigilant à ce que ce soit bien déshydrater pour éviter tout risques de germes ou autres et conservez les maximum 3 mois.

Un autre intérêt à déshydrater des aliments et notamment des fruits est qu’ils peuvent constituer un encas sain pour les enfants ( et même les grands), et remplacer les bonbons et autres sucreries. C’est à la fois économique, écologique, sans aucun additif et meilleur pour la santé.

Comment déshydrater ses aliments?

On commence par laver et sécher son aliment et idéalement on vient couper de fines tranches à la mandoline les plus fines possibles pour écourter le temps de séchage. Pour les pommes et les poires vous pouvez utiliser un vide-pomme, mais si vous n’en avez pas, simplement veillez à bien ôter les pépins. Quand un fruit ou un légume est bien mûr, il sèche plus rapidement. Cette information à son importance, car les temps de déshydratation peuvent être long ( jusque 12h, cela varie en fonction des aliments).

On peut déshydrater sans appareil spécifique mais l’utilisation d’un déshydrateur est toujours plus confortable, que ce soit pour l’installation de ses aliments, il y a souvent beaucoup de plateaux, mais aussi pour la gestion de la température, de la visibilité des aliments,… En effet en dessous de 46 degrés vos aliments gardent tous leurs nutriments et vitamines, ce qui n’est pas un détail. Pour choisir un déshydrateur je vous conseille surtout de ne pas le prendre en plastique et avec une puissance aux alentours des 500watts, et vous verrez que c’est bien souvent là que l’on trouve la différence de prix ( entre 50 et 300euros). Sinon il nous reste la bonne vieille méthode du four. Pour se faire on installe une feuille de papier cuisson sur une plaque où l’on va venir disposer des aliments finement coupés, sans qu’elles se touchent. Au niveau de la température on jauge entre 40 et 50 degrés maximum ( à peine plus que le thermostat 1) et au niveau du temps tout dépend des aliments, cela peut aller de 5h à 12h ( oui il vaut mieux faire ça un dimanche à la maison, je vous l’accorde 😊). Si un fruit a tendance à noircir au contact de l’air, ajoutez-y un peu de jus de citron 🍋

A vos pommes 🍏 , poires 🍐,mangues 🥭 , oranges 🍊kiwis🥝,… dont c’est la saison. On peut profiter de les déguster séchés mais aussi les utiliser en décoration, notamment avec les oranges qu’on peut mettre en guirlande, dans une couronne ou suspendre dans le sapin individuellement. Les idée sont infinies quand on déshydrate ses aliments. Sachant qu’ensuite il est possible de les réhydrater par exemple pour faire une tarte au pommes. Et cet été pensez à faire vos propres tomates 🍅 séchées, en les mettant au soleil ☀️ par temps bien sec, le four naturel 😊.

Enfin de nombreuses recettes sont possibles avec des aliments séchés, on en reparlera sûrement par ici.

Très belle journée ☀️

Chloé

1er décembre: Un hiver en forme

Je vais commencer ce calendrier de l’avent 2021 en râlants un peu, mais c’est pour la bonne cause 😊. S’il y a bien une expression que je n’apprécie pas c’est celle-ci: « Couvre-toi tu vas attraper froid! » Car le froid n’est pas une maladie n’est-ce pas 😌? En revanche ce qui est vrai, c’est que lorsque les températures chutent et que le temps d’ensoleillement diminue, nous sommes plus fragiles. Ainsi l’important face au froid et de se renforcer afin de passer un hiver serein et en grande forme. Et ça tombe bien cet article est là pour partager quelque pistes ( non exhaustives) pour se renforcer et passer un bel hiver en grande forme.

Nous allons commencer par l’alimentation , qui même si beaucoup le savent déjà, est essentiel pour être en forme, voici mes petits conseils pour la saison fraîche ( après tout nous ne sommes pas en hiver encore 😉).

Le panier de saison

Il est intéressant de favoriser le type de régime méditerranéen aussi appelé régime à la crétoise. J’en profite pour faire un aparté, n’ayez pas peur du mot régime, il n’est pas question de compter les calories ou autres joyeusetés, il s’agit simplement d’une conduite à suivre, et elle peut avoir différents buts. Ici il s’agit d’avoir de l’énergie, d’avoir tous les micronutriments nécessaires pour être au meilleur de sa forme. Après cette digression, je reviens donc sur ce fameux régime méditerranéen, dont voici les grandes lignes. On favorise un maximum les fruits et légumes de saison ( et biologiques il va s’en dire), vous avez sur ma photo ci-dessus un bel aperçu des délicieux fruits de saison ( qui réapparaîtront dans ce calendrier dans des recettes gourmandes 😉), et côté légumes ils sont encore plus nombreux, avec les choux, les poireaux, les carottes, les courges, les épinards, le céleri, les navets, les endives, les topinambours, les panais,… et j’en passe, il y a de quoi faire. Ensuite il est toujours intéressant d’inclure dans son alimentation des herbes aromatiques ( thym,romarin, origan 🌿 en infusion aussi ), des noix, des légumineuses, des œufs, des céréales semi-complètes…Pour l’apport de lipides, c’est bien sûr l’huile d’olive qui est favorisée dans ce régime avec un bon équilibre oméga 6/oméga 9. Si vous consommer des protéines animales elles sont à limiter et on se tournera plutôt vers des poissons blanc ( daurade, loup de mer, merlu,…) et des petits poissons gras ( sardines, hareng, maquereau) de temps en temps qui sont intéressant pour les omega3. La viande rouge est à éviter, la blanche à consommer très modérément. On cherche tout de même à limiter l’apport de graisses surtout sous forme d’acrylamide ( gras trans) qui se forme lorsqu’on chauffe à trop haute température certaines graisses et qui est reconnue comme cancérigène pour l’homme, donc la friture entre autre est à bannir et ce n’est pas une histoire de poids ( c’est peut-être plus motivant dit comme ça 😉).

Bien évidemment à cela s’ajoute le plus important, avoir un sommeil suffisant et de qualité, sans quoi on peut faire ce que l’on veut on sera vulnérable, on en reparlera sur le mois de décembre, ne partez pas je vous promets qu’il y aura des surprises sympatiques dans les prochains articles.

Maintenant, on va rajouter à ces bases essentielles, quelques boosters. Il y en a un dont on ne peut pas faire l’impasse c’est la vitamine D ( l’article sur ce sujet est ici), donc quand le soleil est là on fait en sorte d’en profiter au maximum, sinon on peut faire une cure de vitamine D3.

Vitamine D

Il peut être intéressant de se supplémenter en parallèle en vitamine C liposomale et en Zinc. Les cures sont en générale d’un mois, de quoi être au top pour janvier, là où l’hiver tape fort.

À côté de cela on est jamais assez prudent et se munir de nos amis les huiles essentielles et les hydrolats est un incontournable.

Je ne vais pas trop m’étaler, car j’ai déjà largement aborder ces sujets sur le blog mais faisons un petit focus de rappel pour votre trousse aroma hiver 2021.

S’il n’y en avait qu’une se serait elle: l’huile essentielle de Ravintsara ( Cinnamomum camphora). Aussi choisissez là de bonne qualité ( celle que j’utilise désormais qui est en photo est très qualitative, vous la retrouverez ici si vous êtes intéressé). L’avantage de cette huile essentielle est que le plus grand nombre peut l’utiliser car elle contient peu d’allergènes ( possible à partir de 3 mois et après 3 mois de grossesse, néanmoins on restera vigilant sur l’utilisation prolongé et il est toujours mieux de prendre conseil personnellement) elle contient de l’alpha terpineol, 1,8 cineole, de l’eucalyptol qui lui confèrent ainsi des propriétés anti bactériennes à large spectre , antivirales, immunistimulantes et expectorantes, un couteaux suisse 🇨🇭 pour booster l’immunité en somme. En prévention, il suffit de mettre 2 gouttes pures sur le poignet et de respirer profondément, à faire pendant 3 semaines. Pour les jeunes enfants et femmes enceintes de plus de 3mois ont diluera les deux gouttes dans une huile végétale ( noyau d’abricot, amande douce, noisette,…). En parallèle, pour assainir une pièce à l’aide d’un diffuseur à nébulisation, elle est idéale et son odeur balsamique est très agréable.

L’essentiel des huiles essentielles

Pour ceux qui souhaiteraient éviter les huiles essentielles et avoir une action réchauffante, tonique anti bactérienne avec une action stimulante du système immunitaire, vous pouvez utiliser l’hydrolat de cannelle ( Cinnamomum zeylanicum) avec le côté magie de Noël 🎄 en prime 😊 à retrouver ici . Tout un tas d’utilisation est possible, mais pour se renforcer, il vous suffit de mettre l’équivalent d’une cuillère à café dans une infusion🍵 à boire une fois par jour et le tour est joué. Cet hydrolat est cependant déconseillé chez les femmes enceintes et les enfants de moins de 3 ans.

Ces conseils ne remplacent en aucun cas un avis médicale et en cas de traitement en cours et/ou de doutes demandez conseils à votre médecin.

Voilà quelques clés pour démarrer ce mois de décembre déjà bien frais en effet. Il y en aurait bien d’autres mais disons que là pour un budget limité, des choses faciles à trouver et à appliquer, vous avez la base nécessaire et nous pourrons ainsi continuer le calendrier avec des choses plus ludiques, c’est promis! Portez-vous bien ✨

À demain,

Chloé

Le pollen

A l’approche du changement de saison, et notamment avec l’arrivée de la saison automnale très bientôt, il est toujours intéressant de se tourner vers les produits de la ruche 🐝 . Je pense que chacun a déjà au moins une fois dans sa vie pris du miel ne serait-ce que pour adoucir sa gorge ( a ce sujet je vous remets l’article sur le miel de Manuka juste ici) , certains ont déjà dû tester la propolis ou encore la gelée royale 👑, mais avez-vous déjà utilisé le pollen? Ses bienfaits sont nombreux et remarquables et c’est un tout aussi grand plaisir gustatif que le miel, si ce n’est plus, à mon goût. Alors qu’est-ce que le pollen, quels sont ses bienfaits, quand et comment le consommer?

C’est partie!

Le pollen:

Le pollen est produit par les étamines ( éléments reproducteur mâle de la fleur), et représente donc la semence mâle de la fleur. Ces micro grains sont alors transportés par nos chères abeilles 🐝 pour que la reproduction puisse se faire ( la pollinisation). Le pollen transporté par les abeilles est entomophile, contrairement à celui transporté par l’air et qui peut susciter des allergies qui lui est anémophile; le premier destiné à la consommation n’est pas allergisant contrairement au second qui par voix respiratoire peut s’avérer l’être. En cas de doute, car des réactions allergiques peuvent arriver, même si elles sont rares, mettez un ou deux grains de pollen sur la langue pour tester, s’il n’y a pas de réaction, ces que tout va bien et vous pouvez attaquer votre cure :). Mais pourquoi au fait?

Les bienfaits du pollen

Les abeilles s’en nourrissent et elles ont bien raison ( toujours regarder ce que font les abeilles 🐝). C’est un fortifiant, qui renforce le système immunitaire, car très riche en glucides et en protéines mais aussi en acides aminés essentiels ( 20 sur 27) , en magnésium, phosphore, selenium, vitamines ( notamment du groupe B) , fibres,… un vrai cadeau de la nature. Grâce à cette composition de haut niveau le pollen est d’une grande aide pour lutter contre la fatigue physique et intellectuelle, contre les désordres intestinaux, c’est bien sûr un antioxydant, il est bénéfique pour avoir de beaux cheveux et une belle peau, il stimule l’appétit ( idéal en cas de convalescence) et est bien sûr hautement recommandé pour les sportifs. Chaque pollen aura plus ou moins d’effets, par exemple le pollen de cerisier sera particulièrement efficace sur la beauté de la peau et des cheveux en raison du zinc qu’il contient. Quoi qu’il en soit pour faire une cure je vous conseille de choisir du pollen local et bio si possible, mais surtout pas provenant de Chine, ce serait contre-productif. Vous trouverez facilement votre bonheur en magasin biologique.

Vous pouvez faire une cure d’un mois à raison d’une grosse cuillère à soupe par jour que ce soit sous forme de pollen sec en bocal ou frais à garder au congélateur. Sinon vous pouvez en trouver en gélules si vous n’appréciez pas le goût. Personnellement, je l’adore, et le mets dans des salades sucrés/salés, dans des smoothies bowl, des compotes,… car idéalement pour profiter pleinement du potentiel du pollen il faut le consommer avec des fruits. Ça tombe bien en ce moment il y a de bonnes grenades par exemple, je trouve que l’association des deux est divine!

Enfin sachez que vous pouvez aussi le consommer sans faire une cure simplement en vous faisant plaisir au quotidien.

Je vous souhaite une belle fin d’été, pensez à vous équiper au naturel pour vous renforcer et passer un automne 🍂 hiver ❄️ en forme et de bonne humeur.

Belle soirée,

Chloé

Délice de fleurs de courgettes

Issue de la délicieuse cuisine italienne , on commence à la trouver sur quelques étals en ce moment, autant dire qu’on a de belles recettes à tester en perspective. Comme le titre de l’article l’indique, je parle bien sûr de la fleur de courgette, qui égaie n’importe quel potager avec sa belle couleur doré. Si vous en avez dans votre jardin, cueillez là dès le matin quand elle est bien ouverte et préparez-là pour le midi, elle sera plus facile à manipuler, car le soir, les fleurs se referment et nécessitent plus de délicatesse.

Il existe des fleurs mâle et des fleurs femelles. Les fleurs mâle se consomment exclusivement cuites tandis que les fleurs femelles peuvent être consommées des deux manières, crues ou cuites. On les reconnait très facilement. En effet, la fleur mâle pousse sur une tige, alors que la fleurs femelle, et sur une mini courgette, qui si on la laisse, perdra sa fleur et donnera une courgette si elle est pollinisée ( que vous pouvez faire vous-même ). Au niveau du goût la fleur de courgette femelle a une saveur subtilement sucrée, alors que la fleur de courgette mâle aura un peu plus d’amertume, c’est d’ailleurs pour cela qu’il est préconisé d’ôter le pistil, qui est très amer sur la fleur mâle, mais reste quoi qu’il en soit comestible. Le dilemme est entier, car la fleur femelle offre beaucoup plus de possibilités, mais en la cueillant on se prive de la future courgette ;). Aussi il est souvent préférable de cueillir les fleurs mâles. Ceci étant, il ne s’agit pas ici de mes propres courgettes, mais de fleurs femelles que je me suis procurée en magasin bio, donc pas de dilemme dans ce cas.

La recette la plus connue avec la fleur de courgette est celle « du beignet de fleurs de courgettes » mais si vous connaissez un peu ma ligne éditoriale, je ne suis pas très copine avec la friture. Aussi je vous propose une recette simple de fleurs de courgettes femelles farcies à la fois végétaliennes et sans gluten, qui seront parfaites accompagnées de riz de Camargue semi-complet. Sans plus tarder, la voici.

Fleurs de courgettes farcies

Les ingrédients:

  • 4 fleurs de courgettes femelles
  • 1 courgette
  • 1 gousse d’ail
  • 4/5 olives vertes dénoyautées
  • 1 tomate noire de crimée
  • 2 c à s de poudre d’amandes
  • 2 c à s de tomates concassées
  • 1 c à s d’huile d’olive
  • sel, poivre,herbes de provence
  • Quelques amandes effilées

Coupez votre ail en ôtant le germe, et faite le revenir dans un peu d’huile d’olive dans une grande poêle . Coupez vos olives en fines rondelles, votre courgette et votre tomate en petits dés, et ajoutez-les dans la poêle en y ajoutant les 2 cuillères à soupe de tomates concassées. Ajoutez en fin de cuisson la poudre d’amandes.Faites chauffer à feu doux 6/7 minutes. En parallèle, ôtez délicatement le pistil de vos fleurs de courgettes et une fois votre mixture prête, insérez délicatement dans chaque fleurs. Placez le tout dans un plat à gratin et mettez une cuillère à soupe d’huile d’olive dessus avec un peu d’herbes de provence, une pincée de sel et quelques amandes effilés pour le croquant. Enfournez pour 20minutes à 180C°. C’est prêt, ça sent le sud c’est évident. Petite note, la petite courgette se mange ( si elle n’est pas abîmée) et elle est délicieuse.

Bon appétit,

Chloé