Un grand ennemi!

Il est doux, séduisant, raffiné ou pas, subtil ou pas, addictif… toujours! On en a surement pas mal consommé au cours des 3 derniers mois avec des fêtes dans lesquelles il était très souvent la star! Il s’agit du sucre qui peut se trouver sous diverses formes et qui est souvent caché pour en plus nous enlever toute culpabilité. Mais comme beaucoup de choses trop alléchantes, il est la cause d’énormément de soucis et il ne s’agit pas seulement de prise poids.

Les différents types de sucre

  • Le sucre ( saccharose)   provient de la betterave ou  de la canne à sucre et n’a aucune valeur nutritive puisqu’il ne possède plus de minéraux ni de vitamines.
  • Le miel est plus intéressant ( quand de bonne qualité bien sûr) car il apporte des vitamines du groupe B, des oligo-elements, des acides aminés et des minéraux. Il renforce le système immunitaire et est bon pour le coeur.
  • Le sucre de canne ( non raffiné) est riche en vitamines et minéraux .
  • Le sucre roux est moins complet que le sucre de canne  mais reste intéressant nutritivement.
  • Le fructose est le sucre issu des fruits et du miel, il est intéressant car possède un indice glycémique plus bas que le saccharose.
  • Le sirop d’érable ( 100%) est riche en fer, phosphore, potassium, magnesium.  Il est moins calorique et est antioxydant.
  • La caroube, issue du caroubier est riche en fibres et en calcium.
  • La mélasse noire est le résidu du dernier jet de cristallisation du sucre brun.
  • Le sirop d’agave est plus sucrant que le saccharose mais moins calorique et avec un index glycémique plus bas
  • Le sucre de coco, il possède un index glycémique bas ( entre 25 et 35 contre 70 pour le sucre blanc). Il est riche en nutriments notamment les vitamines du groupeB, potassium, magnesium, fer, zinc, et contient également des acides aminés.

Le sucre appartient à la grande famille des glucides qui eux sont nécessaires à notre organisme et que l’on trouve facilement dans notre alimentation ( fruits, légumes, légumineuses, fruits secs, céréales,…)

Il y a aussi les sucres complexes qui sont à prendre en compte dans notre alimentation. C’est ceux qui se trouvent dans les céréales sous forme d’amidon et qui sont à limiter.

1E984002-2697-4D4A-9B08-3566567DDD31 (1).jpgIci: sucre complet, sucre de coco, sirop d’érable, sirop d’agave

L’index glycémique IG

Plus intéressant que de parler de sucres simples ou complexes comme on peut souvent l’entendre, il est important pour notre santé de prendre en compte l’index glycémique d’un aliment.

L’index glycémique est un indicateur de la capacité d’un aliment à augmenter la glycémie qui est la concentration de glucose dans le sang.

L’index glycémique d’un aliment se mesure par rapport au glucose qui est de 100. Par exemple un index glycémique de 70, signifie que la glycémie correspond à 70% de celle obtenue avec le glucose.

Il y a des aliments dit à IG faible et à IG élevé. Les aliments à l’IG faible sont à privilégier et correspondent à un IG inférieur à 55. Au delà de 70, l’IG est considéré comme étant élevé, plutôt à éviter. Entre 55 et 70 ce sera un IG moyen à consommer avec modération donc.

Quelques aliments à IG faible:

  • légumes verts: brocolis, endives, choux, fenouil, épinards, courgettes, poireaux, haricots, avocats, blettes,…
  • certains fruits comme: citrons, pamplemousses, fraises, framboises, myrtilles, mûres, pommes, poires, oranges, bananes ( si pas trop mûres),…
  • graines germées
  • oléagineux
  • tofu
  • patates douces

D71788BD-3752-4CEB-8B2B-8D62F7E8722A.jpgLégume vert de saison les Blettes avec un index glycémique très bas: IG 15

Quelques aliment à IG élevé:

  • pain blanc
  • dattes
  • frittes
  • corn flakes
  • bonbons

Les risques d’une alimentation trop sucrée

Pour un bon équilibre nerveux et une bonne santé physique la glycémie doit être stable. Si l’on rompt cet équilibre on peut se retrouver en hypoglycémie ( niveau de glucose trop bas dans le sang) ou hyperglycémie ( niveau de glucose trop élevé dans le sang), quoi qu’il en soit le bien-être général s’en trouve affecté et des soucis plus ou moins grave font alors surface.

Lorsqu’on consomme trop de sucre on va se sentir plus fatigué, énervé, susceptible, on peut avoir les idées embrouillées et le souci du sucre c’est que plus on en mange plus le corps nous en demande, ce qui conduit à des problèmes plus graves à la longue.

Le sucre en grande quantité nous expose également aux risques suivants:

  • le diabète de type 2
  • une hyperactivité
  • un déséquilibre acido-basique ( le sucre étant acide) qui peut causer déminéralisation, osteoporose, mais aussi vieillissement prématuré des tissus, rétention d’eau, formation de graisse, un environnement propice au candida albican qui va générer plusieurs gènes et/ou maladies.
  • cancer
  • acné
  • dépression
  • maladies cardio-vasculaires
  • démence

 

 

Se libérer du sucre

Nous sommes quasiment tous concernés par cet addiction au sucre ( manger trop de céréales en est une), et le but de cet article est d’explorer quelques pistes pour se désintoxiquer du sucre qui est un mécanisme ancré en nous dont on peut se défaire comme toute addiction ( mais ce n’est pas facile).

Idéalement, il faut arrêter complètement le sucre pour se sevrer de celui-ci. Une cure de 3 semaines sans sucres permet de rétablir nos neurotransmetteurs et donc d’être sevré, c’est rapide mais il faut tenir, et éviter le sucre comprend les plats préparés, le lait, les céréales, les pommes de terre, les dattes.

Pour commencer et tenir pensez à manger gras. N’ayez pas peur pour votre ligne ce n’est pas le gras qui fait grossir mais le sucre. Les avocats, les oléagineux, les poissons gras, les huiles de colza, olive, coco,… vont permettre de tenir face à la tentation du sucre tout en apportant du bon gras et petite mention pour l’huile de coco qui apporte même un gout sucré sans pour autant avoir l’index glycémique qui va avec.

En lieu et place des céréales, optez pour du quinoa, du riz brun, des lentilles corail, tous les pois.

Les légumes et les fruits à index glycémique bas sont bien sûr au menu, ainsi que les oeufs, les protéines ( en limitant la viande rouge).

En accompagnement pour tenir le choc ( c’est un vrai sevrage) bien sûr l’activité physique sera d’un grand soutient ainsi que des exercices de relaxation ( méditation qui aide à gérer les impulsions par exemple).

En phytothérapie, il existe une plante  dont je vous ai déjà parler dans mon article 2018 à plein poumons qui est le Kudzu et qui aide à se sevrer des addictions. Le sucre étant une addiction, elle sera d’une grande aide dans l’étape de sevrage.

Une autre plante utile en période de sevrage de sucre, est le Gymnema Sylvestres , c’est une plante indienne qui neutralise la saveur de sucre ( lorsqu’on la mâche) et diminue les envies de sucre ( sous forme de complément).

Vous pouvez aussi accompagner ce sevrage en aromathérapie avec des huiles essentielles qui calment le système nerveux, tel que la camomille romaine, le pamplemousse, et la litsée citronnée à respirer.

Suite à ces 3 semaines, les effets bénéfiques sur la santé se font ressentir. Il y a un regain d’énergie, même si ce n’est pas votre but il y aura une perte de poids, une peau rayonnante, des idées plus claires, et bien sûr un mieux être général, notamment au niveau digestif.

Suite à ces 3 semaines en principe l’addiction n’est plus là, le schéma est défait. La plus grande difficulté sera d’un point de vue social où il faudra rester vigilant et mesurer pour ne pas retomber dans le piège du sucre et contrôler sa consommation.

C’est une bataille difficile mais qui donne de puissants résultats, vous pouvez aussi commencer par le diminuer considérablement et procéder par pallier en vous fixant des objectifs (par exemple: remplacer le sucre blanc par le sucre de coco sera un bon début).

Nous arrivons sur le mois de Mars, toutes les fêtes bien sucrées sont derrière nous et pourquoi pas tenter le sevrage avant d’arriver à Pâques pour ne pas tomber dans le piège du sucre.

Prenez soin de vous!

Chloé

Publicités

2018 à plein poumons

Tout d’abord je vous souhaite une belle et douce année 2018, qu’elle soit porteuse de lumière, d’amour, de prospérité et de bonheur.

En ce début d’année, je vais vous épargner un énième article sur la detox après les fêtes ( je réserve ça pour plus tard ;)) . Néanmoins, on va rester sur la vague des bonnes résolutions, et parler d’un sujet auquel j’ai moi-même était confronté il y a quelques années (en 2011 précisément ), il s’agit de l’arrêt du tabac. C’est une résolution souvent prise en début d’année, mais qui peut s’avérer difficile à tenir ( je parle en connaissance de cause…).  Je vous propose quelques clefs totalement naturelles pour vous accompagner sereinement dans l’arrêt du tabac.

 

 

IMG_5955 (1).jpg

 

En premier lieu

La chose la plus importante pour arrêter le tabac est d’en avoir vraiment envie. Cela parait anodin, mais cette décision, compliquée à prendre, doit être motivée par nous-même avant tout et non par un tiers à qui l’on veut faire plaisir sans que nous en ayons l’envie profonde ou sous la contrainte ( conjoint, parents,…).

Quelques pistes pour vous conforter dans ce choix: retrouver le goût des aliments, mieux respirer, retrouver un teint lumineux, ne pas sentir mauvais ( si si les odeurs de tabac, on ne vous le dit pas, mais c’est pas terrible!), faire des économies, prendre soin de sa santé évidemment, et encore bien d’autres.

 

Côté phytothérapie 

Les plantes pourront être d’un grand soutient à différents niveaux.

Tout d’abord le millepertuis aidera pour se sevrer du tabac, tout en ayant une action anti-dépressive, les premiers jours pouvant êtres difficiles de par le manque de nicotine mais aussi à cause des habitudes qu’il faudra changer ( la cigarette après le repas, le soir, en cas de stress,…). En revanche avec le millepertuis, il faudra faire attention au risque de photosensibilisation ( donc pas d’exposition au soleil) et de certaines interactions possibles avec la prises de certains médicaments et contraceptifs.

Pour lutter contre la dépendance, le Kudzu ( aussi appelé Pueraria Montana) sera tout à fait approprié grâce à son action sur les neurotransmetteurs. Cette plante est réputée pour limiter la sensation de manque et équilibrer les fonctions nerveuses. (Vous pouvez le retrouver associé à de la spiruline bio ici et bénéficier de 20% de remise avec le code CHLOE20 sur ce site).

 

Côté nutrition 

Une des principales peurs dans l’arrêt du tabac peut être la prise de poids. Pour pallier à cette prise de poids, évidemment, il ne faudra pas compenser la sensation de manque par de la nourriture et aussi peut être revoir son alimentation ( c’est une bonne occasion), sachant que l’un des gros avantages de l’arrêt du tabac est de retrouver les saveurs et par conséquent diminuer les assaisonnements peut-être envisagé.

Dans les grandes lignes ( mais un accompagnement personnalisé en naturopathie, peut être d’une grande aide pour faire un point précis sur vos habitudes alimentaires et les modifier de manière à ce que ce ne soit pas trop difficile, le but n’étant en aucun cas de mettre en place un régime hypocalorique ), on diminuera les laitages, les produits avec un fort index glycémique, les excitants, la friture, les protéines d’origines animales ( notamment la viande rouge) et on veillera à ne pas augmenter les portions pour pallier au manque.

 

Côté micronutrition 

La cigarette diminue le taux de vitamine C dans le sang, il est donc intéressant de se supplémenter de celle-ci. Pour éviter la fatigue, l’irritabilité ou même l’insomnie, on peut également se supplémenter en magnesium.

 

Enfin

S’aérer, marcher, courir, faire du sport,… Le tout en respirant pleinement et en constatant que l’on respire mieux, sera bien-sûr l’une des grandes récompenses de l’arrêt du tabac. L’exercice physique sera également d’un grand soutient dans cette nouvelle vie sans tabac, et permettra en plus d’éviter une éventuelle prise de poids. Qui plus est, grâce à l’exercice physique vous aurez un meilleur moral et serez en pleine forme. L’arrêt du tabac permet vraiment de s’enrichir au sens propre comme au figuré ;).

Si vous pensez à arrêter de fumer mais n’y arrivez pas seul, l’accompagnement en naturopathie peut vous y aider.

 

Belle soirée,