Perles du Japon aux Kiwis jaunes

Pour ce dixième jour de décembre, je vous propose la recette d’un dessert léger, à faible index glycémique, sans gluten et  vegan.

Ce dessert contient notamment du manioc riche en glucides ( amidon), sans gluten, digeste et rassasiant. Le manioc à une bonne teneur en magnesium, en potassium et en vitamine C. J’ai utilisé ici du manioc sous forme de perle mais le tapioca fait tout aussi bien l’affaire.

Il est associé ici au kiwi jaune qui est riche en vitamine C ( il en contient plus que le kiwi vert qui en est déjà une bonne source), en potassium et en fibres.

Un dessert au mariage de goûts subtils dont le goût est sublimé par le lait de coco sans sucre que j’utilise dans cette recette.

J’ajoute également de la poudre d’açaï à la fin. L’açäi  ( retrouvez toute ses vertus ici) qui est antioxydant.

Le combo de ces trois ingrédients, vous assurera donc énergie, légèreté, un bon transit intestinale, exotisme et douceur des papilles.

IMG_0742.jpg

Pour 6 verrines, il vous faudra:

  • 60g de perles du Japon
  • 60cl de lait de coco
  • 1 cuillère à soupe de sucre de coco
  • 1 gousse de vanille
  • 3 kiwis jaunes
  • 1 cuillère à soupe de poudre d’açaï
  • 1cuillère à soupe de noix de coco rapée

Dans une casserole, portez à ébullition le lait de coco et la gousse de vanille grattée. Ajoutez-y les perles du Japon, baissez le feu et remuez de temps en temps pendant 20min.

Ajoutez le sucre de coco et remuez.

Après avoir épluché et coupé en 2 vos kiwis, versez le contenu de la casserole dans chaque verrine individuelle. Coupez vos kiwis en tranches ou en cubes, chaque demi kiwi correspondant à une verrine.

Enfin saupoudrez chaque portion de poudre de coco et de poudre d’açaï. Servez bien frais.

Je vous laisse vous délecter et apprécier le voyage culinaire.

Publicités

Cake au Potimarron

Comment passer l’automne/hiver sans recette à bases de potimarron ? Avec son goût léger de châtaigne ( d’où son nom qui rappel le marron), il réchauffe la saison et peut se consommer de diverses façons. Peu calorique ( environ 30 calories au 100g) et riche en fibres,  il n’en est pas moins intéressant au niveau des oligoéléments et des minéraux  qu’il contient (du phosphore, du calcium, du magnésium, du potassium, …).

Il est également riche en vitamine C et en provitamine A (le carotène, pour la santé de la peau et des yeux).

Dans cette recette, j’utilise la subtilité sucré du potimarron pour justement l’incorporer dans une recette plus sucrée que salée, afin de changer des préparations salées. Pour diminuer l’index glycémique et changer du sucre de coco, j’utiliserai du sirop d’agave dans cette préparation. Ce cake est sans gluten et vegan.

AfterlightImage (12).jpg

Il vous faudra donc:

  • 1 Potimarron
  • 3 cuillères à soupe de purée d’amandes
  • 175g de farine de riz
  • 1 sachet de poudre à lever sans gluten
  • 40g de sirop d’agave
  • Une poignée de noisettes concassées
  • 1 pincée de Cannelle en poudre
  • (Facultatif, vous pouvez y ajouter 3 ou 4 gouttes d’huile essentielle d’orange douce)

Même si la peau du potimarron est comestible, je vous conseille pour cette recette de l’éplucher. Enlevez les graines et coupez le en cubes. Faîtes cuire le potimarron à la vapeur entre 20 et 25 min et écrasez le en purée.

Dans un récipient, mélangez la farine de riz, la poudre à lever, les noisettes et la cannelle. Ajoutez-y la purée de potimarron, la purée d’amandes et le sirop d’agave. Versez la page dans un moule à cake et enfournez pour 45min à 180C° ( thermostat 6).

Ce cake peut se déguster tel quel mais vous pouvez aussi l’associer à du salé ( fromage ou faux mage à base de noix de cajou, …) à votre guise, c’est un mets surprenant qui offre de nombreuses possibilités.

Bon appétit,

 

 

 

Gaufres à la châtaignes et à la fève tonka

Pour continuer avec les gourmandises, aujourd’hui je vous propose une recette de gaufres énergétique, très digeste sans gluten et vegan. Outre ces spécificités, j’y incorpore de la fève tonka râpée qui apporte une saveur rappelant l’amande amère, la vanille, le musc,.. assez surprenant en bouche, vous me direz ce que vous en pensez. Si vous connaissez des parfums à base de tonka ça vous donnera une idée de tout ce qu’elle peut évoquer comme odeur et vous laisse imaginer ce que ça peut donner en bouche.

Outre sa surprenante saveur, la fève tonka à des effets tonique et antispasmodique, elle est aussi reconnue comme ayant un effet anticoagulant léger. Néanmoins, en raison de la présence de coumarine , qui est une substance aromatique naturelle ( qui donne d’ailleurs ces notes vanillés à la fève tonka), il ne faut pas en abuser car elle pourrait être toxique pour le foie et les reins, donc on garde la main légère.

Je l’associe ici à de la farine de châtaignes qui est très intéressante, d’une part parce qu’elle est sans gluten mais aussi car elle est riche en nutriments.

Entre autre, elle contient une bonne quantité de fibres, est riche en magnésium, en cuivre, en potassium  ainsi qu’en vitamines B9 et B6 qui participent  à la fabrication des cellules. Elle est énergétique ( idéale avant un effort physique)  et naturellement sucrée, donc on hésitera pas à réduire la quantité de sucre utilisée dans une recette.

 

 

IMG_E0851.jpg

 

Pour 8 petites gaufres en coeur, ce qui doit correspondre à 5/6 gaufres classiques, il vous faudra:

  • 2 bananes
  • 150g de farine de châtaignes
  • 200ml de lait végétal ( j’ai utilisé du lait de riz)
  • 30g de sucre de coco
  • 50g d’huile de coco
  • 1 sachet de poudre à lever
  • fève tonka à raper ( très peu, on l’utilise comme de la noix de muscade)

Dans un récipient, mélangez les bananes écrasées avec le lait végétal. Au bain marie, faites fondre l’huile de coco et incorporez là au mélange. Ajoutez la farine de châtaignes, le sucre de coco, la poudre à lever et la fève tonka. Mélangez , puis faites les cuire dans un gaufrier.

AfterlightImage (16).jpg

Ces gaufres se suffisent à elles mêmes.

Bonne dégustation, vous voilà prêt pour aller vous dépenser ce week-end 😉

 

 

 

Petits Bonhommes Nocciolata Bianca et Cramberries

En ce 6 décembre, je me devais de faire un petit clin d’oeil à la Saint Nicolas avec une des figures traditionnellement utilisée pour l’occasion: le bonhomme en pain d’épices. J’ai gardé le bonhomme mais pas le pain d’épices pour cette recette.

Vous connaissez surement la célèbre pâte à tartiner au chocolat et à la noisette, la Nocciolata de Rigoni di Asiago. Il se trouve qu’ils ont lancé une version uniquement à la noisette, et c’est précisément celle que je vais utiliser pour cette recette en guise de matière grasse.

AfterlightImage (14)

La « Nocciolata Bianca » contient 30% de noisettes, mais elle contient également du sucre et de l’inuline ( un glucide présent dans la chicorée, le topinambour,…qui n’élève pas la glycémie et à un effet prébiotique), ce qui fait que je n’en rajouterai pas dans cette recette. Elle contient aussi du lait écrémé en poudre, qui adoucit le goût de la noisette, ce qui signifie que cette recette ne sera pas vegan.

L’interêt nutritionnel de cette pâte à tartiner est qu’elle contient peu d’acides gras saturés et à un taux de protéines intéressant ( 13g au 100g), pour un taux de sucre qui reste raisonnable pour une pâte à tartiner. Mais surtout que le gout de noisette est a la fois doux et intense et se marie parfaitement aux cramberries ( canneberges) qui sont antioxydantes et peu caloriques.

Concernant la farine, j’utilise dans cette recette de la farine de bananes vertes qui comportent également de nombreux atouts.

Elle apporte du potassium et des fibres. Grâce à son pouvoir épaississant, il n’y a pas besoin d’autant de quantité qu’une farine classique ( réduire les quantités de 25%,  si vous voulez la substituer à une autre farine dans une de vos recettes), elle a un index glycémique faible qui permet de réguler la satiété. En prime, elle est sans gluten et offre un petit goût très subtil.

 

Cette recette sera donc encore une fois gourmande,  tout en limitant le sentiment de culpabilité.

AfterlightImage (13).jpg

 

Pour 6 petits bonhommes ( d’environ 15/20g) , il vous faudra:

  • 100g de farine de bananes vertes
  • 1 oeuf
  • 80g de Nocciolata Bianca
  • 30g de Cramberries
  • 10cl de lait de riz
  • 1 sachet de poudre à lever

Dans un bol, mélangez la nocciolata avec la farine, la poudre à lever. Puis ajoutez l’oeuf, le lait, le riz, puis les cramberries.

Mettez la pate ( qui est assez compacte) dans les moules de votre choix, puis enfournez pour 20min à 180°C ( thermostat 6).

Je vous souhaite une bonne dégustation et une belle Saint Nicolas.

 

Cookies proteinés à la cannelle

Un peu de gourmandise aux saveurs d’hiver aujourd’hui, mais vegan, sans gluten et à index glycémique modéré, le tout très digeste et protéiné.

Cette recette revisité du cookie est principalement à base de flocons de quinoa et de farine de lupin, tout deux ne contenant pas de gluten.

Le quinoa est une plante et non une herbe comme le blé par exemple, de ce fait ce n’est pas vraiment une céréale, on dit que c’est une pseudo-céréale. Très digeste, il est riche en fer et en protéine de qualité ( il contient les 8 acides aminés essentiels ).

Le lupin est une légumineuse riche en protéines ( 39g au 100g) et en fibres. En farine, on l’utilisera avec une autre farine ( ou des flocons comme ici). Il permet de réduire ou même supprimer les oeufs dans une recette grâce a sa capacité émulsifiante.

Le chocolat noir 100% quand à lui est une excellente source de magnesium et n’a pas de sucre ajouté.

Une gourmandise équilibrée car peu sucrée, faible en lipides mais riche en protéines, la culpabilité en moins.
AfterlightImage (12).jpg

Pour environ 8 cookies, vous aurez besoin de :

  • 80g de flocons de quinoa
  • 50g de farine de lupin
  • 20g de sucre de coco
  • 30g d’huile de coco
  • 5cl de lait végétal ( coco, riz, quinoa,…)
  • 50g de chocolat noir 100%
  • 1 cuillère à café de poudre à lever sans gluten
  • 2 cuillères à café de cannelle en poudre

Au bain marie, faire fondre l’huile de coco. Préchauffez le four à 180°C.

Dans un récipient, mélangez les flocons de quinoa, la farine de lupin, la poudre à lever, le sucre de coco. Ajoutez-y l’huile de coco et le lait végétal afin d’obtenir une pate assez dense. Enfin ajoutez le chocolat ( en pépite si vous en trouvez ou à concasser d’une tablette).

Sur un plaque avec un papier sulfurisé, faite des petits tas et enfournez pour 12 min. Le cookie doit être un peu mou. Après avoir un peu refroidis, vous pouvez le déguster.

Bon appétit,

Buddha bowl anti-oxydant

En ce jour de la sainte Barbe, je ne vais pas vous proposer une recette à base de blé, mais sachez que vous pouvez tout à fait remplacer le sarrasin ( que j’utilise dans cette recette) par du blé cuit, la principale différence étant qu’il y aura du gluten et moins de protéines avec le blé.

Donc pour en revenir à ma recette, je vous propose aujourd’hui un plat complet, vegan, sans gluten, rassasiant et simple à réaliser. C’est un buddha bowl ( en somme, c’est une association de produits végétariens que l’on nomme comme tel car servi dans un bol qui fait référence au ventre rond de Bouddha), il  vous apportera protéines, glucides, fibres, lipides, tout en restant très digeste.

Le produit phare de ce Buddha Bowl est la grenade, un fruit qu’on peut appeler super fruit et dont c’est la saison. C’est un des fruits les plus antioxydants qu’il existe ( rien qu’en cela l’argumentation est faite, elle permettrait d’ailleurs de diminuer le taux de mauvais cholestérol),  elle est également anti-inflammatoire , elle aide à digérer ( en dehors des repas) notamment après des repas trop copieux. Elle est très riche en vitamine C. Bref, en ce moment c’est le fruit à consommer, d’où ma proposition de recette aujourd’hui.

J’ai ajouté du sarrasin  qui est une graine riche en protéines, avec un index glycémique modéré, sans gluten et qui est riche en magnésium. Les pois chiches quand à eux, sont également une excellente source de protéines végétales et de fibres et possèdent un faible index glycémique ( concernant l’index glycémique, j’avais écrit un article sur le sujet à retrouver ici) . Que ce soit le sarrasin ou les pois chiches , les deux sont très rassasiants et sont tout à fait indiqués tant pour des sportifs que pour des personnes qui souhaitent limiter les fringales.

La touche de verdure est apportée par le cresson riche en vitamine K et en calcium.

Enfin les noisettes, sont riche en acide gras monoinsaturés, en  protéines et sont également antioxydantes.

 

Vous l’aurez compris cette recette possède un combo nutritionnel assez exceptionnel, de quoi avoir la pêche.

 

AfterlightImage (9).jpg

Pour 4/5 personnes, il vous faudra:

 

  • 250g de sarrasin décortiqué
  • 2 grenades
  • 250g de pois chiches
  • 60 g de noisettes
  • 125g de cresson
  • Assaisonnez d’une cuillère à soupe d’huile de sésame toasté par bol individuel
  • sel, poivre

Faites tremper la veille les pois chiches sec dans de l’eau froide. Le lendemain, faites les cuire dans de l’eau portée à ébullition 45min. Faîtes chauffer le sarrasin dans de l’eau salée, portée à ébullition, pendant 25min, puis égouttez-le. En parallèle préparer les grenades en les coupants en 4 ( comme la photo ci-dessous), puis égrenez-les. Rincez le cresson;

Dans des bols individuels, mélangez-tout les ingrédients en ajoutant l’assaisonnement, ainsi que les noisettes. Régalez-vous!

AfterlightImage (11).jpg

Belle journée!

Douceur de Panais

Focus sur un légume dit « ancien » ou « oublié », bien que ces dernières années lui soient plutôt favorable, il s’agit du panais.

Avec son gout sucré et un peu noisette, il est pourtant facile de le rendre très appréciable, d’autant que ses apports nutritionnels le sont également. Le panais est notamment très riche en potassium, en magnesium et en fibres. Il se consomme cru ou cuit et est aussi riche en glucide ( deux fois plus que la carotte),  donc attention sur ce point si vous surveillez votre consommation de glucide. En revanche, grâce à cela c’est un légume qui peut facilement être apprécié des enfants.

Je l’associe ici à un légume à feuille (justement pour atténuer le goût sucré), la blette qui est également de saison et dont on reparlera dans une prochaine recette dans le calendrier.

La recette que je vous propose est légère avec une note sucré. Pour un repas complet, vous pouvez y ajouter un oeuf mollet à côté ou un peu de quinoa pour les personnes vegan. D’ailleurs, cette recette n’est pas vegan puisque j’utilise du miel, mais elle peut l’être en remplaçant celui-ci par du sirop d’agave et avec en prime un index glycémique plus bas. Pour ma part, en automne/hiver j’aime autant utiliser du miel pour ses vertus adoucissantes et réconfortantes aussi.

AfterlightImage (10).jpg

Pour 4 personnes, il vous faudra:

  • 3 gros Panais ou 6 petits
  • entre 4 et 6 feuilles de blettes selon la taille
  • 1 cuillère à café d’huile d’olive
  • 1 cuillère à soupe de miel ou de sirop d’agave ( ici j’ai utilisé du miel de citron)
  • quelques feuilles de laurier sauce et de romarin
  • sel, poivre
  • (facultatif) un peu de gingembre frais rapé

Commencez par faire cuire  les cardons de blettes dans de l’eau salée avec le laurier et le romarin ( 15min) puis ajoutez-y les feuilles de blettes ( 15min aussi, donc 30 min au total pour les cardons).  Dans un wok ( en pierre si vous avez, sinon classique ) mettez vos panais épluchés et coupés en longueur, ajoutez l’huile et le miel que vous laisserez réduire, ajoutez-y les blettes égouttées, vous pouvez rajoutez un petit peu d’eau en surveillant. Ajoutez le gingembre frais râpé, le sel et le poivre. Quand les panais sont tendres, vous pouvez servir le tout.

Bon appétit,