Le brossage à sec

Suite à mon dernier article sur le nettoyage des émonctoires ici, j’ai évoqué une technique très utile concernant le nettoyage de la peau: le brossage à sec. Je vous encourage à lire l’article sur les émonctoires avant de lire celui-ci, afin de mieux comprendre le mécanisme de chacun de ces « grands nettoyeurs naturels » et plus particulèrement celui de la peau dont il sera question dans cet article.

Qu’est-ce que le brossage à sec? Comment le pratiquer? Quels sont ses vertus sur notre corps et notre santé? Toutes les réponses à ces questions sont ci-dessous!

IMG_8169.jpg

La peau évacue les déchets de deux manières. Les déchets cristaloïdaux sont évacués par la sueur ( glandes sudoripares) et les déchets colloïdaux sont éliminés par le sebum ( glande sébacées). Aussi il est important que cet émonctoire soit « disponible » afin de fonctionner correctement. Des cellules mortes peuvent rendre l’évacuation des déchets difficile et donner lieu à des problèmes de peau tel que psoriasis, acné, eczéma,…) mais aussi favoriser stockage de graisse sous forme de cellulite. En étant obstrué, et donc pas opérationnel, cet émonctoire va d’autant plus solliciter et encrasser les autres émonctoires qui seront en surcharge de toxines.

Aussi le brossage à sec est une technique qui va grandement contribuer au nettoyage de l’émonctoire de la peau. Cette technique va:

  • éliminer les peaux mortes
  • faciliter le renouvellement cellulaire
  • rendre la peau douce et éclatante
  • tonifier et vivifier
  • diminuer significativement la cellulite
  • stimuler la circulation sanguine
  • stimuler le système lymphatique ( pour drainer et évacuer les toxines)
  • renforcer le système immunitaire

C’est une routine simple et efficace à mettre en place qui à l’avantage d’être peu couteuse, rapide (5 minutes suffisent) et de prouver son efficacité plutôt rapidement ( dès le 1er mois).

Comment et quand se brosser?

Idéalement il faut se brosser le matin et le soir , mais déjà si vous mettez en pratique cette technique le matin ou le soir, ce sera bénéfique.

Le matin va être énergisant, juste avant la douche et le soir paradoxalement procurera un moment de détente avant une douche chaude.

La technique: il en existe plusieurs mais une chose ne change pas il faut toujours partir du bas vers le haut, donc des pieds vers le coeur. Attention à ne pas pratiquer le brossage à sec sur des plaies, varices, ou une peau irritée.

De bas en haut, vous pouvez passer la brosse en mouvements circulaires ou de manière verticale ( à votre convenance, personnellement je pratique le brossage simplement à la verticale au niveau des jambes et des bras). On brossera les jambes de bas en haut , le ventre de manière circulaire dans le sens des aiguilles d’une montre, les bras toujours de bas en haut, le dos de manière circulaire. Ci-dessous un petit dessin explicatif qui était fournit avec ma brosse.

IMG_8178.jpg

Il est normal d’avoir un léger échauffement de la peau lors du brossage, sans pour autant que cela vous mette en souffrance. En outre, on évitera de brosser les seins.

Après votre brossage une bonne douche suivi d’un massage du corps avec une huile végétale pour hydrater, parferont ce moment de bien-être et sublimeront la peau.

Concernant le choix de la brosse, il vaut mieux la prendre en poils naturels et en bois. La mienne vient de la marque Anaé  et est un mélange de crin de cheval et de fibres d’agave pour les poils et est en bois de hêtre. Il y a une lanière en tissus pour faciliter la prise en main ( il s’agit de la brosse sur la photo du haut). Vous pouvez la trouver sur internet ou en magasins bio. Il en existe beaucoup, mais favorisez la qualité du poil , même s’il parait un peu dru au départ, il s’assouplira à force de massages et vous pourrait garder une brosse en bon état pendant plus longtemps. Pour compléter votre geste de beauté, il existe aussi des brosses plus petites et plus douces  spécialement conçues pour le visage, elles seront utiles notamment en cas d’acné.

Pour avoir une peau rayonnante et qui joue pleinement son rôle d’émonctoire ( ce qui permet de ne pas surcharger les autres), il est donc important d’avoir une activité physique régulière, de boire suffisamment et de se brosser chaque jour. Les résultats seront rapidement visibles et cette routine est facile à mettre en place au quotidien ( si si je vous assure).

Bon brossage 😉

Publicités

Nettoyer les émonctoires

Chose promise, chose due! Je vous parlais lors de mon dernier article ici d’un des cinq principaux émonctoires ( les organes qui éliminent les toxines) qui était la peau. On dit qu’ils sont principaux car il existe également 4 émonctoires secondaires , qui sont:les glandes salivaires, l’utérus, les glandes lacrymales et les amygdales.

En naturopathie, il est indispensable de nettoyer ses organes pour rester en forme et disposer de suffisamment d’énergie vitale,  notamment lors des changements de saisons et surtout lors des équinoxes: printemps et automne! Je vais vous présenter ici les différents émonctoires,  pourquoi et comment les nettoyer grâce à des cures mais aussi avec d’autres techniques qui pourront venir accompagner ces fameuses cures.

Les cinq organes principaux que l’on appelle émonctoires sont les poumons, le foie, les intestins, les reins et la peau.

Les poumons, le foie et l’intestin éliminent « les colles » qui sont des déchets colloïdaux provenant d’une alimentation trop riche en glucides ( notamment en céréales, en pain) et en lipides et peuvent causer bronchites, sinusites, asthme, acné,.

Les reins éliminent les cristaux tel que l’acide urique et proviennent d’aliments riches en protéines et en sucres et d’une alimentation trop acide. Ils  peuvent causer rhumatismes, calculs,…

La peau, elle,  élimine l’un et l’autre ( d’où l’importance d’en prendre grand soin).

 

Les poumons

Ils éliminent l’excès de gaz carbonique, et s’encrassent si l’on ne pratique aucune activité physique et qu’on ne s’oxygène pas assez, car le dioxyde de carbone n’est pas totalement éliminé. La suralimentation encrasse également cet émonctoire. Il est intéressant de le nettoyer en cas de sensibilité aux pollens, pour les fumeurs, en cas de difficultés respiratoires, de glaires, de rhinites, sinusites, bronchites à répétions,…

Pour les nettoyer, notamment en cas de mucosités et glaires, on pourra utiliser en parallèle d’une alimentation adaptée en réduisant notamment ses apports en céréales. En phytothérapie, le thym, l’eucalyptus, le radis noir et l’échinacée seront vos alliés pour drainer cet émonctoires grâces à leurs vertus expectorantes, fluidifiantes et stimulantes. Le plantain aura également une action remarquable et purifiante sur les poumons, à prendre en infusion ou en gélule.

Evidemment, aller marcher et s’aérer en pleine nature  le plus souvent possible est essentiel.

 

IMG_6951.JPG

 

Le foie

Le foie est chargé d’éliminer les déchets et de neutraliser les toxines. C’est l’émonctoire le plus sollicité par l’organisme, c’est d’ailleurs lui qui filtre entre autres les pesticides, les médicaments, les conservateurs,… Il est étroitement lié à la vésicule biliaire qui se charge d’éliminer les déchets filtrés par le foie. Aussi il sera important de le drainer pour éviter la formation de calculs biliaires. Les signes indiquants que le foie nécessite d’être nettoyé sont nombreux, comme des troubles de l’appareil digestif ( diarrhée et/ou constipation), maux de tête, douleurs digestives, urticaire, vertiges, augmentation du taux d’acide urique, mauvaise haleine,…

Pour le nettoyer, bien-sûr, on favorisera une alimentation riche en fruits et légumes de saisons, en évitant tout les excitants polluants comme le café et l’alcool et en favorisant des aliments issus de l’agriculture biologique ( d’autant plus dans le cadre d’une cure de détoxication du foie). Il sera nécessaire aussi de diminuer la viande rouge et les laitages ainsi que le sucre. Ce sont des conseils classiques pour un bon équilibre alimentaire, mais sur une cure de 20jours il peut-être plus facile de s’y tenir dans ce but précis et pourquoi pas même aboutir à un « sevrage » du sucre (voir mon article ici), cela peut en être l’amorce :). En complément vous pouvez mettre en place une monodiète à base de fruits sur un repas ou un jour de jeun par semaine par exemple. J’avais écris un article avec une recette de jus détox à base de fenouil qui sera idéale en accompagnement de cette cure ( ici).

Pour compléter ce nettoyage on pensera  à la phytothérapie et notamment au Desmodium ou au Chardon Marie qui sont hépato protecteurs ( protègent les fonctions du foie). L’artichaut ( les feuilles donc pas la partie que l’on mange en vinaigrette 🙂 ) est également hépato-protecteur et est un draineur qui facilitera l’assimilation des graisses.

En aromathérapie les huiles essentielles de Citron et de Romarin à Verbénone seront un excellent complément pour détoxifier le foie. Sur un comprimé neutre ou une petit cuillère de miel, mettre 2 gouttes d’HE de romarin à Verbénone et une goutte d’HE de citron ( comme toujours avec les huiles essentielles, respectez bien les contre-indications. Dans ce cas précis, cette association est réservée à l’adulte de plus de 15ans et contre-indiquée chez les femmes enceintes et allaitantes et les personnes épileptiques).

L’activité physique, bien sur, sera toujours conseillée pour accroître le processus de détoxication, mais aussi pour permettre d’évacuer stress, colère… qui jouent également un rôle dans l’encrassement du foie. La méditation pourra aussi être utile dans cette période de cure.

Une petite astuce: tant qu’il ne fait pas trop chaud, le soir vous pouvez mettre une bouillotte chaude sur le foie pendant une vingtaine de minutes.

IMG_7866 (1).jpg

 

 

Les intestins

Les intestins sont une étape clef de la digestion. Si la flore intestinale ( bactéries qui vivent dans nos intestins) est perturbée, des toxines vont venir encrasser les intestins et nuire au système immunitaire.

La flore intestinale peut être perturbée par de nombreux éléments tel qu’une surconsommation de sucres, de céréales, de « mauvais gras » ( charcuteries, fritures,…) mais aussi des éléments émotionnels tel que le stress. Un déséquilibre intestinale peut provoquer des constipations, des diarrhées, une alternance des deux, des douleurs, des saignements, des flatulences, des mycoses vaginales, de la fatigue,… la liste est longue. Dans les grandes lignes une flore intestinale équilibrée, nécessite d’aller à la selle au moins une fois par jour ( sans diarrhée)  mais il ne s’agit là que d’un indicateur.

Pour en prendre soin il faudra dans un premier temps supprimer ou au moins limiter les aliments raffinés, l’excès de pain et de céréales, le sucre (qui va fermenter), les graisses animales, les boissons gazeuses, les aliments acides ( voir ici).

En revanche, une alimentation riche en fruits et légumes de saisons ( crus si vous les supporter) sera comme toujours recommandé. Ce sera aussi le bon moment de commencer une cure de sève de bouleau pour faciliter la digestion ( plus d’infos ici). En phytothérapie, le pissenlit pour stimuler le drainage de l’intestin, le fenouil et la mélisse  pour faciliter la digestion seront aussi de bons compléments.Vous pouvez également prendre du jus d’herbe de blé pour favoriser la detoxication

Boire beaucoup d’eau faiblement minéraliser sera important aussi. Vous pouvez comme pour le foie, ajouter une journée de jeûne par semaine ou une monodiète, pendant le temps de votre cure, voire plus longtemps. L’activité physique est toujours recommandée, d’autant plus en période de cure.

IMG_5169.jpg

 

Les reins

Ils purifient le sang en filtrant et évacuant ses déchets  ( cristaloïdaux) par l’urine. Les reins peuvent être surcharger et déséquilibrer également. Les principaux signaux sont une urine trop foncée, une soif trop fréquente, des douleurs lors de la miction, un besoin trop fréquent d’uriner notamment la nuit, ne pas assez uriner, avoir des hématomes sans raisons, des douleurs dans le bas du dos,… la liste est longue. Ces symptômes peuvent alerter sur l’état d’encrassement de nos reins et un drainage sera alors plus que recommandé pour permettre d’évacuer les résidus tel que l’acide urique.

Pour les nettoyer il sera bien sûr indispensable de boire suffisamment et de choisir une eau faiblement minéralisé. Je vous explique ci-dessous  comment choisir votre eau.

Comment choisir son eau?

 

Les précédents conseils alimentaires s’appliqueront également, en veillant à limiter le sel, le sucre, l’alcool, le café, les protéines animales.  Le persil est un aliment remarquable pour nettoyer les reins de part ses vertus diurétiques.

Les plantes qui aideront au drainage des reins:

  • le Frêne diurétique et favorisant l’élimination de l’acide urique
  • les feuilles de Cassis drainent et favorisent l’élimination de l’acide urique
  • la Piloselle diurétique et détoxifiante
  • la Prêle à la fois diurétique et reminéralisante (pour compenser les pertes de minéraux)

 

IMG_7868.jpg

 

La peau 

La peau de par sa surface imposante est un émonctoire à ne pas négliger non plus. Elle élimine à la fois les déchets cristaloïdaux par la sueur et les déchets colloïdaux par le sébum. Lorsque le foie et les reins n’éliminent pas correctement les toxines, c’est la peau qui prend le relais, en éliminant le surplus. Une transpiration excessive peut donc alerter sur l’état de ces émonctoires, mais aussi des boutons, de l’urticaire, des rougeurs,… des problèmes de peaux dont on n’ignore la cause.

Un très bon moyen d’éliminer nos substances toxiques est l’exercice physique grâce à la transpiration. En complément, les bains chauds, sauna, hammam, cataplasmes, … favoriseront l’évacuation des déchets cristalloïdaux par la sueur.

La bardane aura une action dépurative et purifiante sur la peau.

Enfin le brossage à sec sera une habitude à adopter au quotidien.  En plus de débarrasser la peau de ses cellules mortes, il apportera en prime un drainage lymphatique et bien d’autres bienfaits pour le corps ( j’en parlerai dans un prochain article).

 

IMG_7832.jpg

 

 

Comme toujours les 3 piliers principaux de la naturopathie sont indispensables à la bonne santé de notre corps et nos émonctoires n’échappent pas à cette règle. En effet, alimentation saine, exercice physique et esprit sain sont les principaux acteurs d’une bonne énergie vitale.

Ces conseils ne sont que sommaires, le sujet étant vaste et chaque individu étant unique. Pour un suivi plus approfondi, un bilan d’hygiène vitale avec un naturopathe sera nécessaire. Néanmoins ces quelques conseils peuvent tout de même améliorer considérablement votre énergie vitale.

 

Belle soirée,

 

 

Nettoyage de printemps

Les beaux jours pointent ou ne vont pas tarder à pointer le bout de leur nez et un vent de renouveau accompagne bien souvent ce changement de saison.

On parle souvent du nettoyage de printemps pour sa maison et cela est nécessaire pour repartir du bon pied, faire le vide, tout nettoyer de fond en comble… Faire de la place pour se sentir mieux! C’est également le cas pour notre corps qui a sans doute accumulé pas mal de toxines durant l’hiver. En naturopathie pour repartir du bon pied dès le printemps, qui est une période idéale, nous allons parler de détoxication de l’organisme.

IMG_7008 (1).jpg

 

 

 

Pourquoi détoxiquer?

Nous avons dans notre corps des organes qui permettent de filtrer, ce sont les émonctoires. Les émonctoires sont:

  • les poumons
  • le foie
  • l’intestin
  • la peau
  • les reins

Pour éviter divers inconforts et/ou pathologies, il est nécessaire de les nettoyer de temps en temps, notamment lors des changement de saison, (surtout avec l’alimentation moderne) afin de renforcer leur efficacité.

La détoxication est une cure, c’est à dire qu’on l’a fait sur une période plus ou moins longue ( entre 3 et 8 semaines consécutives maximum). Il ne sert à rien de se détoxiner sans cesse, si ce n’est à fatigué son organisme à la longue.

 

Comment détoxiner son organisme?

En mettant au repos au maximum le foie et l’intestin , par une réduction du sucre (ici), des graisses saturées, des produits transformés, de la viande rouge, et en favorisant les fruits et légumes de saisons bio et notamment les légumes drainants tel que l’artichaut dont c’est bientôt la saison.

Pour reposer le système digestif on peut aussi opter pour une monodiète ( entre 1 et 3 jours) ou un jeûne sur un repas ou une journée par exemple. Si vous posséder un extracteur de jus vous pouvez remplacer un repas par un jus detox à base de légumes et ou de fruits ( exemple ici)

 

IMG_7071 (1).jpg Régénere

 

On peut compléter avec une cure de sève de bouleau ici qui va venir drainer et soutenir les reins et le système urinaire.

On peut aussi utiliser des associations de plantes, pour un drainage de tous les émonctoires comme le complexe pure élimination de chez Régénère ici qui contient:

  • Extrait sec de chardon Marie ; graine.
  • Extrait sec d’artichaut ; feuille.
  • Extrait sec de persil ; feuille.
  • Extrait sec de genévrier ; faux fruit.
  • Extrait sec de curcuma ; racine.
  • Extrait sec de fenouil ; semence.
  • Extrait sec d’ortie piquante; feuille et racine.
  • Extrait sec de bardane; racine.
  • Extrait sec de gingembre ; rhizome.
  • Extrait sec de guimauve ; racine.
  • Extrait sec d’ail des Ours ; feuille.
  • Extrait sec d’orme rouge ; écorce.
  • Extrait sec de piment; fruit.

 

En cas d’inconfort digestif,  vous pouvez compléter cette cure avec une autre synergie détoxiquante qui va venir nettoyer l’intestin d’éventuels parasites ( candidose par exemple). Il s’agit de Parasito2 de chez Régénère ici qui contient:

  • Extrait sec de cannelle ; écorce.
  • Extrait sec d’ail ; bulbe.
  • Extrait sec de pau d’Arco ; écorce.
  • Extrait sec d’olivier ; racine.
  • Extrait sec de thym; feuille.
  • Poudre de griffe de chat ; écorce.
  • Extrait sec de poivre long ; baie.

Enfin, il est grand temps de s’aérer davantage pour le bien-être des poumons. Marcher dans la nature au moins 45min et minimum 2 à 3 fois par semaine, courir, bouger au maximum en extérieur dans un environnement le plus naturel possible.

 

Même si la météo n’est pas encore au beau fixe, le renouveau de la nature commence à arriver, il est donc temps de sortir nous aussi de notre hibernation et de relancer correctement cette belle machine qui est notre corps.

Belle fin d’hiver,

*Vous pouvez retrouver toute la gamme régénère ici

 

 

 

 

 

Un grand ennemi!

Il est doux, séduisant, raffiné ou pas, subtil ou pas, addictif… toujours! On en a surement pas mal consommé au cours des 3 derniers mois avec des fêtes dans lesquelles il était très souvent la star! Il s’agit du sucre qui peut se trouver sous diverses formes et qui est souvent caché pour en plus nous enlever toute culpabilité. Mais comme beaucoup de choses trop alléchantes, il est la cause d’énormément de soucis et il ne s’agit pas seulement de prise poids.

Les différents types de sucre

  • Le sucre ( saccharose)   provient de la betterave ou  de la canne à sucre et n’a aucune valeur nutritive puisqu’il ne possède plus de minéraux ni de vitamines.
  • Le miel est plus intéressant ( quand de bonne qualité bien sûr) car il apporte des vitamines du groupe B, des oligo-elements, des acides aminés et des minéraux. Il renforce le système immunitaire et est bon pour le coeur.
  • Le sucre de canne ( non raffiné) est riche en vitamines et minéraux .
  • Le sucre roux est moins complet que le sucre de canne  mais reste intéressant nutritivement.
  • Le fructose est le sucre issu des fruits et du miel, il est intéressant car possède un indice glycémique plus bas que le saccharose.
  • Le sirop d’érable ( 100%) est riche en fer, phosphore, potassium, magnesium.  Il est moins calorique et est antioxydant.
  • La caroube, issue du caroubier est riche en fibres et en calcium.
  • La mélasse noire est le résidu du dernier jet de cristallisation du sucre brun.
  • Le sirop d’agave est plus sucrant que le saccharose mais moins calorique et avec un index glycémique plus bas
  • Le sucre de coco, il possède un index glycémique bas ( entre 25 et 35 contre 70 pour le sucre blanc). Il est riche en nutriments notamment les vitamines du groupeB, potassium, magnesium, fer, zinc, et contient également des acides aminés.

Le sucre appartient à la grande famille des glucides qui eux sont nécessaires à notre organisme et que l’on trouve facilement dans notre alimentation ( fruits, légumes, légumineuses, fruits secs, céréales,…)

Il y a aussi les sucres complexes qui sont à prendre en compte dans notre alimentation. C’est ceux qui se trouvent dans les céréales sous forme d’amidon et qui sont à limiter.

1E984002-2697-4D4A-9B08-3566567DDD31 (1).jpgIci: sucre complet, sucre de coco, sirop d’érable, sirop d’agave

L’index glycémique IG

Plus intéressant que de parler de sucres simples ou complexes comme on peut souvent l’entendre, il est important pour notre santé de prendre en compte l’index glycémique d’un aliment.

L’index glycémique est un indicateur de la capacité d’un aliment à augmenter la glycémie qui est la concentration de glucose dans le sang.

L’index glycémique d’un aliment se mesure par rapport au glucose qui est de 100. Par exemple un index glycémique de 70, signifie que la glycémie correspond à 70% de celle obtenue avec le glucose.

Il y a des aliments dit à IG faible et à IG élevé. Les aliments à l’IG faible sont à privilégier et correspondent à un IG inférieur à 55. Au delà de 70, l’IG est considéré comme étant élevé, plutôt à éviter. Entre 55 et 70 ce sera un IG moyen à consommer avec modération donc.

Quelques aliments à IG faible:

  • légumes verts: brocolis, endives, choux, fenouil, épinards, courgettes, poireaux, haricots, avocats, blettes,…
  • certains fruits comme: citrons, pamplemousses, fraises, framboises, myrtilles, mûres, pommes, poires, oranges, bananes ( si pas trop mûres),…
  • graines germées
  • oléagineux
  • tofu
  • patates douces

D71788BD-3752-4CEB-8B2B-8D62F7E8722A.jpgLégume vert de saison les Blettes avec un index glycémique très bas: IG 15

Quelques aliment à IG élevé:

  • pain blanc
  • dattes
  • frittes
  • corn flakes
  • bonbons

Les risques d’une alimentation trop sucrée

Pour un bon équilibre nerveux et une bonne santé physique la glycémie doit être stable. Si l’on rompt cet équilibre on peut se retrouver en hypoglycémie ( niveau de glucose trop bas dans le sang) ou hyperglycémie ( niveau de glucose trop élevé dans le sang), quoi qu’il en soit le bien-être général s’en trouve affecté et des soucis plus ou moins grave font alors surface.

Lorsqu’on consomme trop de sucre on va se sentir plus fatigué, énervé, susceptible, on peut avoir les idées embrouillées et le souci du sucre c’est que plus on en mange plus le corps nous en demande, ce qui conduit à des problèmes plus graves à la longue.

Le sucre en grande quantité nous expose également aux risques suivants:

  • le diabète de type 2
  • une hyperactivité
  • un déséquilibre acido-basique ( le sucre étant acide) qui peut causer déminéralisation, osteoporose, mais aussi vieillissement prématuré des tissus, rétention d’eau, formation de graisse, un environnement propice au candida albican qui va générer plusieurs gènes et/ou maladies.
  • cancer
  • acné
  • dépression
  • maladies cardio-vasculaires
  • démence

 

 

Se libérer du sucre

Nous sommes quasiment tous concernés par cet addiction au sucre ( manger trop de céréales en est une), et le but de cet article est d’explorer quelques pistes pour se désintoxiquer du sucre qui est un mécanisme ancré en nous dont on peut se défaire comme toute addiction ( mais ce n’est pas facile).

Idéalement, il faut arrêter complètement le sucre pour se sevrer de celui-ci. Une cure de 3 semaines sans sucres permet de rétablir nos neurotransmetteurs et donc d’être sevré, c’est rapide mais il faut tenir, et éviter le sucre comprend les plats préparés, le lait, les céréales, les pommes de terre, les dattes.

Pour commencer et tenir pensez à manger gras. N’ayez pas peur pour votre ligne ce n’est pas le gras qui fait grossir mais le sucre. Les avocats, les oléagineux, les poissons gras, les huiles de colza, olive, coco,… vont permettre de tenir face à la tentation du sucre tout en apportant du bon gras et petite mention pour l’huile de coco qui apporte même un gout sucré sans pour autant avoir l’index glycémique qui va avec.

En lieu et place des céréales, optez pour du quinoa, du riz brun, des lentilles corail, tous les pois.

Les légumes et les fruits à index glycémique bas sont bien sûr au menu, ainsi que les oeufs, les protéines ( en limitant la viande rouge).

En accompagnement pour tenir le choc ( c’est un vrai sevrage) bien sûr l’activité physique sera d’un grand soutient ainsi que des exercices de relaxation ( méditation qui aide à gérer les impulsions par exemple).

En phytothérapie, il existe une plante  dont je vous ai déjà parler dans mon article 2018 à plein poumons qui est le Kudzu et qui aide à se sevrer des addictions. Le sucre étant une addiction, elle sera d’une grande aide dans l’étape de sevrage.

Une autre plante utile en période de sevrage de sucre, est le Gymnema Sylvestres , c’est une plante indienne qui neutralise la saveur de sucre ( lorsqu’on la mâche) et diminue les envies de sucre ( sous forme de complément).

Vous pouvez aussi accompagner ce sevrage en aromathérapie avec des huiles essentielles qui calment le système nerveux, tel que la camomille romaine, le pamplemousse, et la litsée citronnée à respirer.

Suite à ces 3 semaines, les effets bénéfiques sur la santé se font ressentir. Il y a un regain d’énergie, même si ce n’est pas votre but il y aura une perte de poids, une peau rayonnante, des idées plus claires, et bien sûr un mieux être général, notamment au niveau digestif.

Suite à ces 3 semaines en principe l’addiction n’est plus là, le schéma est défait. La plus grande difficulté sera d’un point de vue social où il faudra rester vigilant et mesurer pour ne pas retomber dans le piège du sucre et contrôler sa consommation.

C’est une bataille difficile mais qui donne de puissants résultats, vous pouvez aussi commencer par le diminuer considérablement et procéder par pallier en vous fixant des objectifs (par exemple: remplacer le sucre blanc par le sucre de coco sera un bon début).

Nous arrivons sur le mois de Mars, toutes les fêtes bien sucrées sont derrière nous et pourquoi pas tenter le sevrage avant d’arriver à Pâques pour ne pas tomber dans le piège du sucre.

Prenez soin de vous!

Chloé

2018 à plein poumons

Tout d’abord je vous souhaite une belle et douce année 2018, qu’elle soit porteuse de lumière, d’amour, de prospérité et de bonheur.

En ce début d’année, je vais vous épargner un énième article sur la detox après les fêtes ( je réserve ça pour plus tard ;)) . Néanmoins, on va rester sur la vague des bonnes résolutions, et parler d’un sujet auquel j’ai moi-même était confronté il y a quelques années (en 2011 précisément ), il s’agit de l’arrêt du tabac. C’est une résolution souvent prise en début d’année, mais qui peut s’avérer difficile à tenir ( je parle en connaissance de cause…).  Je vous propose quelques clefs totalement naturelles pour vous accompagner sereinement dans l’arrêt du tabac.

 

 

IMG_5955 (1).jpg

 

En premier lieu

La chose la plus importante pour arrêter le tabac est d’en avoir vraiment envie. Cela parait anodin, mais cette décision, compliquée à prendre, doit être motivée par nous-même avant tout et non par un tiers à qui l’on veut faire plaisir sans que nous en ayons l’envie profonde ou sous la contrainte ( conjoint, parents,…).

Quelques pistes pour vous conforter dans ce choix: retrouver le goût des aliments, mieux respirer, retrouver un teint lumineux, ne pas sentir mauvais ( si si les odeurs de tabac, on ne vous le dit pas, mais c’est pas terrible!), faire des économies, prendre soin de sa santé évidemment, et encore bien d’autres.

 

Côté phytothérapie 

Les plantes pourront être d’un grand soutient à différents niveaux.

Tout d’abord le millepertuis aidera pour se sevrer du tabac, tout en ayant une action anti-dépressive, les premiers jours pouvant êtres difficiles de par le manque de nicotine mais aussi à cause des habitudes qu’il faudra changer ( la cigarette après le repas, le soir, en cas de stress,…). En revanche avec le millepertuis, il faudra faire attention au risque de photosensibilisation ( donc pas d’exposition au soleil) et de certaines interactions possibles avec la prises de certains médicaments et contraceptifs.

Pour lutter contre la dépendance, le Kudzu ( aussi appelé Pueraria Montana) sera tout à fait approprié grâce à son action sur les neurotransmetteurs. Cette plante est réputée pour limiter la sensation de manque et équilibrer les fonctions nerveuses. (Vous pouvez le retrouver associé à de la spiruline bio ici et bénéficier de 20% de remise avec le code CHLOE20 sur ce site).

 

Côté nutrition 

Une des principales peurs dans l’arrêt du tabac peut être la prise de poids. Pour pallier à cette prise de poids, évidemment, il ne faudra pas compenser la sensation de manque par de la nourriture et aussi peut être revoir son alimentation ( c’est une bonne occasion), sachant que l’un des gros avantages de l’arrêt du tabac est de retrouver les saveurs et par conséquent diminuer les assaisonnements peut-être envisagé.

Dans les grandes lignes ( mais un accompagnement personnalisé en naturopathie, peut être d’une grande aide pour faire un point précis sur vos habitudes alimentaires et les modifier de manière à ce que ce ne soit pas trop difficile, le but n’étant en aucun cas de mettre en place un régime hypocalorique ), on diminuera les laitages, les produits avec un fort index glycémique, les excitants, la friture, les protéines d’origines animales ( notamment la viande rouge) et on veillera à ne pas augmenter les portions pour pallier au manque.

 

Côté micronutrition 

La cigarette diminue le taux de vitamine C dans le sang, il est donc intéressant de se supplémenter de celle-ci. Pour éviter la fatigue, l’irritabilité ou même l’insomnie, on peut également se supplémenter en magnesium.

 

Enfin

S’aérer, marcher, courir, faire du sport,… Le tout en respirant pleinement et en constatant que l’on respire mieux, sera bien-sûr l’une des grandes récompenses de l’arrêt du tabac. L’exercice physique sera également d’un grand soutient dans cette nouvelle vie sans tabac, et permettra en plus d’éviter une éventuelle prise de poids. Qui plus est, grâce à l’exercice physique vous aurez un meilleur moral et serez en pleine forme. L’arrêt du tabac permet vraiment de s’enrichir au sens propre comme au figuré ;).

Si vous pensez à arrêter de fumer mais n’y arrivez pas seul, l’accompagnement en naturopathie peut vous y aider.

 

Belle soirée,

 

 

 

 

 

 

 

 

17 décembre 2017

Aujourd’hui partons à la découverte de la relaxante huile essentielle de Verveine Yunnan ( Litsea Cubeba), qui est considérée comme l’huile essentielle du bonheur.

 

IMG_5474.jpg

 

La Verveine Yunnan 

 

Elle appartient à la famille botanique des lauracées et est originaire d’Asie. C’est son fruit qui est distillé pour en extraire son essence. Elle contient principalement des aldéhydes terpeniques ( géranial, néral) et des monoterpènes (limonène).

Elle est relaxante, anti-inflammatoire, anti-fongique, anti-parasitaire.

En cas d’hypertension, elle sera bienfaisante en diffusion et en olfaction.

En cas de digestion lente, colite inflammatoire, gaz, diluer 1 à 2 gouttes dans de l’huile végétale en massage sur l’abdomen après les repas. Egalement possible par voie interne 2 gouttes dans une cuillerée de miel, 2 fois par jour.

Contre les troubles nerveux ( angoisses, anxiété, idées noires), 2 gouttes dans de l’huile végétale sur le plexus solaire, 2 fois par jour.

Pour résister à l’envie de fumer,  2 gouttes sur un mouchoir à respirer.

 

Pour une atmosphère calmante et relaxante: en fin de journée, diffuser 8 gouttes d’huile essentielle de verveine Yunnan, 8 gouttes d’huile essentielle de mandarinier et 8 gouttes d’huile essentielle de lavandin super, moment de détente assurer.

 

Précautions d’emploi:

Cette huile essentielle est déconseillée chez les enfants de moins de 6ans ainsi que chez la femme enceinte de moins de 3 mois. Elle peut être dermocaustique en application cutanée, il faut toujours la diluer dans de l’huile végétale.

Les huiles essentielles sont très puissantes et efficaces, l’aromathérapie n’étant pas une « médecine douce », elles peuvent se révéler toxiques en cas de surdosage. Prudence donc.

 

Bon dimanche, nous sommes à j-8

15 décembre 2017

Nous continuons en ce 15ème jour du mois de décembre avec la très aromatique huile essentielle de basilic tropical ou exotique (ocimum basilicum ssp basilicum). 

Une huile essentielle qui peut être très utile en cette période de fêtes!

 

IMG_5452.jpg

 

Le basilic tropical 

 

Il se trouve en Asie ( Inde, Vietnam) et appartient à la famille botanique des lamiacées. Sa structure biochimique contient principalement du méthylchavicol et du linalol. Ce sont ses sommités fleuries qui sont distillées pour extraire l’huile essentielle.

Son huile essentielle est antispasmodique, tonique digestive, antalgique,anti-inflammatoire, anti-stress.

En cas de spasmes digestifs, colites et/ou de règles douloureuses, 3 gouttes d’huile essentielle de basilic tropical diluer dans 5 gouttes d’huile végétale en massage sur le ventre plusieurs fois par jour.

Contre les brûlures d’estomac, une goutte dans une cuillère à café de miel après le repas.

En cas  de surmenage, de nervosité, d’anxiété en olfaction.

Elle sera à la fois calmante et euphorisante en cas de Stress en application sur le plexus solaire mélanger à un peu d’huile végétale.

 

Astuce culinaire:

Dans de l’huile d’olive (50 ml), ajouter 4/5 gouttes d’huile essentielle de basilic tropical , un trait de ce mélange pour assaisonner et parfumer délicatement vos salades estivales avec un peu de jus de citron ( tenir compte des précautions d’emploi au préalable).

 

Précaution d’emploi:

Cette huile essentielle est contre-indiquée pour dans les trois premiers mois de grossesse et chez  les enfants de moins de 6ans. Elle peut être dermocaustique, il faut toujours bien la diluer pour l’application cutanée.

Les huiles essentielles sont très puissantes et efficaces, l’aromathérapie n’étant pas une « médecine douce », elles peuvent se révéler toxiques en cas de surdosage. Prudence donc.

 

Belle journée, nous sommes déjà à j-10!