La Sauge sclarée

Aussitôt dit, aussitôt fait! Puisque j’étais dans la lancée, autant continuer. Mon dernier article traitait de la lavande (à retrouver ici, si vous ne l’avez pas lu: La lavande) et je vous y glissait des champs de sauges sclarées qui avoisinaient cette dernière. Aussi, nous allons parler aujourd’hui de cette plante également très aromatique, que l’on connait essentiellement pour son huile essentielle remarquable, mais qui a également une utilisation en phytothérapie.

La sauge sclarée, Salvia sclarea ( Salvia vient du latin Salvare qui signifie sauver… tout est dit) se trouve aussi sous le nom de grande sauge ou herbe aux plaies. Ici, sur le plateau de Valensole, elle cohabite avec les champs de lavandes et de lavandins, ce qui se perçoit aisément à l’oeil nu mais en plus se distingue à l’odeur. En effet, la sauge sclarée dégage une odeur plus muscadée, que l’on sent dès que l’on arrive à proximité. A la différence de la sauge officinale avec laquelle il ne faut pas la confondre, son essence est riche en sclareol ( d’où son nom) et ne contient pas de tuyone qui la rendrait neurotoxique comme c’est le cas pour la sauge officinale. Elle est également riche en linalol et en acétate de linalyle. Elle est aussi très utilisée en parfumerie comme fixateur de parfum en raison du sclaréol qu’elle contient. Voilà pour la partie composition biochimique.

Son huile essentielle est en général assez connue par les femmes et notamment celles qui sont ménopausées et pourtant elle offre de multiples autres bienfaits pour chacun.

En cas de règles douloureuses quelques gouttes d’huile essentielle de sauge sclarée diluées dans de l’huile végétale de noisette par exemple, à utiliser en massage sur le bas ventre et en bas du dos peuvent vraiment soulagées, idem contre les bouffées de chaleur. Mais également en interne, 1 goutte d’huile essentielle de sauge sclarée dans une cuillère de miel ou huile d’olive, 2 fois par jour (pas plus de 3 semaines consécutives) en cas de syndrome prémenstruel, règle douloureuse, trouble de la sphère ORL, bouffées de chaleur.

Elle est également utile en cas de transpiration excessive, il suffit d’appliquer 2 gouttes sous les aisselles ou la plante des pieds mélangez à de l’huile végétale.

Un massage en haut du dos et sur le thorax de ce même mélange sera utile en cas de bouffées de chaleur et état grippal. Pour dégager la sphère ORL 2 gouttes dans de l’eau bouillante suffisent en inhalation.

Même si elle est plus « sécure » à utiliser que l’huile essentielle de sauge officinale ( qui n’est d’ailleurs pas en vente libre), il convient d’observer les précautions d’emplois et contres indications ci-dessous.

L’huile essentielle de sauge sclarée est déconseillée chez la femme enceinte et allaitante, et chez les enfants. Etant oestrogene-like elle est aussi a éviter en cas de mastose, fibrome et toutes pathologies cancéreuse hormonodépendante. En cas d’hyperoestroegénie, il est intéressant en parallèle d’équilibrer cette prise avec des plantes ayant une action progesterone-like tel que le gattilier.

Les huiles essentielles sont très puissantes et efficaces, l’aromathérapie n’étant pas une « médecine douce », elles peuvent se révéler toxiques en cas de surdosage. Prudence donc, en cas de doute demandez conseil.

Pour une utilisation en phytothérapie, vous pouvez aussi la consommer sous forme de teinture mère notamment en tant que tonique digestif, régulation des cycles et des flux menstruels et pour soulager les symptômes de la pré-ménopause.

Cette plante qu’on nomme aussi toute-bonne, mérite vraiment son nom compte tenue de ses nombreuses utilisations et de ses vertus non négligeables. Tout comme la lavande elle mérite d’être connue et a à ce titre tout à fait sa place dans nos placards. En effet, elle s’utilise aussi en cuisine pour parfumer des confitures ou donner un côté plus musqué à un vin en faisant macérer ses fleurs.

Pourquoi pas en mettre une dans le jardin, afin d’avoir ce qu’il faut à portée de main ;)? La nature nous offre tout ce dont on a besoin, à nous d’ouvrir les yeux et notre conscience.

Belle soirée,

 

Chloé

La lavande

Si vous vivez en provence ou êtes tout simplement fan de lavande vous savez que nous sommes actuellement dans les deux semaines les plus propices pour admirer les belles lavandes qui ornent les routes de provence et parfument délicatement l’air. La lavande a tout pour elle, elle est belle, sent bon et est en plus dotée de multiples vertus bienfaisantes pour notre santé physique et mental. Son nom est un dérivé de « laver », puisqu’autrefois elle était utilisée pour parfumer l’eau du bain pour se laver et sentir bon.

J’ai récemment eu la chance de passer par le plateau de Valensole, en cette période magique où les lavandes scintillent de beauté et sentent divinement bon, ce qui m’a donné l’envie d’écrire sur cette « star » de la phytothérapie et de l’aromathérapie disons le clairement elle a au moins été utilisé une fois par tous, mais connaissez-vous tous ses secrets?

Lavande ou lavandin

Les deux variétés sont présentes ici, et même de la sauge sclarée (on en reparle très vite). La lavande, aussi appelée lavande vraie ou lavande officinale a un cousin hybride qui est le lavandin et qui résulte d’un mélange entre la lavande vraie et la lavande aspic que l’on trouve dans des altitudes plus basses et qui a une odeur un peu plus camphrée, vous l’avez surement déjà vu en tant que tel en huile essentielle. Cette dernière est moins onéreuse que la lavande vraie et par conséquent le lavandin également. Pour s’y retrouver il est toujours préférable de vérifier les noms latins des plantes, aussi la lavande se nomme Lavandula angustifolia elle possède un seul épi par tige, la lavande aspic se trouve sous le nom de Lavandula latifolia et est plus fournit en épis de fleurs sur chaque tige qui sont par conséquent plus longues. Enfin le lavandin, le Lavandula hybrida soit abrial ou grosso est plus grand et plus résistant et possède plusieurs épis par tige. Il éxiste aussi le Lavandin Super, Lavandula Burnatii Briquet ou Lavandula hybrida clone super qui est le plus proche de la lavande tant au niveau de l’odeur que des effets ( sauf sur la partie émotionnelle où l’on préfèrera la lavande fine).

Nous allons donc nous arrêter plus précisément sur la lavande, maintenant que vous savez la différencier des hybrides qui n’en sont pas moins intéressant pour autant, j’en ferai un article différent.

Que ce soit par l’utilisation de ses sommités fleuries en phytothérapie ou par la concentration des essences que ces dernières renferment en aromathérapie, la lavande est un indispensable à avoir en toutes saisons et en toutes circonstances.

On lui reconnaît des propriétés calmantes remarquables notamment en cas d’insomnie et d’irritabilité. Elle est ( et j’insiste sur ce point, rien que pour cela je vous encourage à en avoir toujours sur vous) indispensable pour apaiser les maux de tête et migraines mais aussi pour favoriser un bon sommeil, 2 gouttes pures en massage sur les tempes. Elle aide à la digestion et lutte contre les coliques en infusion. En inhalation, elle et en application externe sur la sphère ORL elle aide à dégager les bronches. Toujours en application externe à l’aide de compresse, elle apaise piqures d’insectes, coupures et démangeaisons.

Bref, s’il n’y en avait qu’une, je l’ai toujours dit, ce serait celle-ci, tant en phytothérapie qu’en aromathérapie, mais aussi en cuisine ( recettes à venir, mais vous pouvez déjà tout simplement en mettre dans des salades, toujours bio bien sûr ou encore mieux de votre jardin), un délice, d’ailleurs si jamais vous passez sur Avignon il y a un glacier qui propose une glace à la lavande et au miel qui est exceptionnelle ( la Princière sur la place des Corps Saints à Avignon, désolée de vous pousser à la gourmandise 😉 ).

Vous pouvez aussi rajouter une infusion de lavande dans votre bain pour un effet détente absolue.

L’avantage de la lavande vraie ( je ne parle pas de la lavande aspic ou du lavandin) c’est que son huile essentielle a peu de contres-indications même chez les enfants, on veillera simplement à vérifier qu’il n’y ai pas d’allergie au linalol et d’interactions médicamenteuse ( demandez l’avis de votre médecin).

Beaucoup cherchent des endroits à visiter en France, si vous cherchez de la chaleur, des beaux paysages, des odeurs très aromatiques et en plus en connaitre plus sur ces trésors naturels pour prendre soin de vous, vous avez une destination idéale; en revanche au mois d’aout il sera déjà trop tard, elles auront été récolté, la beauté est si éphémère :).

Douce soirée,

Chloé

Mon beau sapin

Non il n’y a pas d’erreur, je sais bien que nous sommes le 25 mai, et que le titre peut laisser sous-entendre un air de Noël, mais il n’en est rien, enfin presque. Je souhaite aujourd’hui partager avec vous autour de 2 huiles essentielles et d’un hydrolat, chacun issu de nos beaux sapins et ainsi remettre en avant ces magnifiques conifères, en dehors du mois de décembre. Je les utilise pas mal en ce moment, aussi je trouvais intéressant d’en parler ici et de rappeler que leurs utilisations ne se cantonnent pas aux périodes de fêtes et aux décorations.

Je vais donc parler de deux huiles essentielles issues de sapins bio de France, il s’agit de l’huile essentielle d’Epicéa et de l’huile essentielle de Nordmann.

L’huile essentielle d’Epicéa:

L’huile essentielle d’Epicéa ( Picea abies) est issue de ce grand sapin qui appartient à la famille des pinacées au parfum si évoquant, qui rappelle probablement de beaux souvenirs pour beaucoup. Ce sont donc les aiguilles du roi des forêts qui sont distillées pour obtenir l’huile essentielle. Son huile essentielle est composée de limonène, d’alpha-pinène et Béta-pinène, de camphène, d’acétate de bornyle.

Plusieurs utilisations s’offrent à nous, la première étant bien sûr olfactive, outre le côté agréable et nostalgique de ce parfum balsamique, sa diffusion, avec un diffuseur par nébulisation, permet d’assainir une pièce grâce à ses propriétés antiseptiques et d’apporter également de la fraicheur à notre intérieur. Comptez entre 8 et 10 gouttes, à diffusez une trentaine de minutes 2/3 fois par jour.

Cette huile essentielle est également décongestionnante des voies respiratoires, vous pouvez l’utiliser en massage sur le plexus solaire et sur les surrénales, à raison de quelques gouttes ( 3/4 gouttes suffisent) diluées dans de l’huile végétales de noyaux d’abricot par exemple.

Elle peut aider aussi à apaiser les douleurs musculaires, pour maximiser cet effet ajoutez quelques gouttes dans un macérât d’arnica, après une séance de sport, bien-être musculaire et même articulaire au rendez-vous.

L’huile essentielle de Nordmann:

L’huile essentielle de Nordmann, Abies Nordmanniana est issue des sapins Nordmann qu’on retrouve aussi fréquemment à Noël et dont on utilise les aiguilles en distillation afin d’obtenir son huile essentielle. Elle se compose de delta-3-Carene, beta-Phellandrene, alpha-pinède, limonene.

L’huile essentielles de sapin Nordmann est surtout antiseptique et est donc un très bon assainissant de l’intérieur, en diffusion avec un diffuseur à nébulisation. Excellent également pour dégager les bronches et les sinus.

Il n’a donc pas tout à fait les mêmes propriétés que son cousin l’épicéa, ni même l’odeur mais est tout aussi agréable à respirer, si vous comparer les deux, ils sont complètement différents, affaire de goût ensuite :).

Enfin, on veillera à ne pas en abuser car tous les Sapins ( Abies en latin) peuvent se révéler être nephrotoxiques à trop forte doses ( pas d’utilisation prolongée). Aussi en cas de problèmes rénaux on évitera les huiles essentielles contenants des alpha-pinène. On évitera chez la femmes enceintes et allaitantes, et chez l’enfant de moins de 6 ans, sauf avis médical. Les huiles essentielles sont puissantes, aussi en cas de doute, demandez conseils.

L’hydolat de sapin Bio ( epicéa)

L’avantage de l’eau florale c’est qu’elle est bien moins dosée en actifs puisqu’il s’agit de la vapeur d’eau résultant de la distillation d’une huile essentielle. Ainsi, il y a bien moins de risques et d’autres utilisations possibles.

Outre les vertus évoquées plus haut mais dans une moindre mesure, j’utilise l’hydrolat de sapin, surtout dans ma salle de bain dans ma routine beauté. En effet, c’est un excellent nettoyant pour la peau que j’applique avec un coton sur le visage, effet fraicheur assuré. Il est aussi apaisant en cas d’articulations douloureuse à poser à l’aide d’une compresse. Je ne l’ai pas encore fait ( mais ça ne saurait tarder 😉 ) il s’utilise en cuisine aussi, affaire à suivre de mon côté ;). Néanmoins, on veillera à ne pas le consommer pur, et une fois ouvert, la conservation se fait au frais contrairement aux huiles essentielles.

J’espère que ce petit voyage proche de la montagne vous aura plu et vous sera utile surtout. J’en profite pour mettre à l’honneur cette petite entreprise française qui est dans une démarche durable concernant les sapins, et qui propose de nombreux produits dérivés naturels autour de ceux-ci et redonne ainsi ses lettres de noblesses à ce dernier en dehors des fêtes de fin d’année. Si cela vous intéresse voici leur site: Mon Bio Sapin

Douce soirée,

Chloé

Hydrolat maison

Dans le merveilleux univers de l’aromathérapie on distingue les huiles essentielles des hydrolats. Pour le petit rappel, les huiles essentielles sont des extraits de plantes aromatiques concentrés obtenu par distillation à la vapeur d’eau.

Elles sont très puissantes puisque composées de différents éléments biochimiques, qui leurs confèrent des propriétés bien spécifiques. Lors de la distillation,  on obtient aussi quelques molécules hydrosolubles, c’est l’hydrolat ( aussi appelé eau florale, quand il s’agit de fleurs, comme c’est le cas ici) qui apportent certaines propriétés propre à chaque plante utilisée et qui a l’avantage d’être mieux toléré par le plus grand nombre ( notamment femmes enceintes et enfants, ce qui n’empêche pas de prendre ses précautions et d’être très attentif aux éventuels contres-indications).

AfterlightImage (2).jpg

En ce moment dans notre belle région méditerranéenne nous avons l’immense chance de voir fleurir les belles fleurs d’immortelles ( également appelées Hélichryse Italienne) , aussi j’ai eu l’envie d’en utiliser afin de créer mon propre hydrolat.

L’intérêt de faire son hydrolat

Les hydrolats ne pouvant pas se conserver très longtemps reviennent vite cher par rapport aux huiles essentielles, qui elles se gardent bien plus longtemps ( à l’abris de la lumière toujours pour ne pas altérer leurs propriétés). Autre problématique, on les trouve de plus en plus dans un emballage plastique, ce qui en plus d’être nocif pour l’environnement peut altérer la qualité de l’hydrolat qu’il contient. Enfin, dernier avantage et non des moindres, faire ses propres hydrolats est très ludique et permet d’utiliser certaines plantes dont on ne sait que faire parfois, c’est également faisable avec des agrumes.

Les propriétés de l’immortelle:

Celle-ci a des propriétés anti-inflammatoire cutanée, anti-hématomes, cicatrisante, circulatoire et anti-rides.  On dit d’elle qu’en plus de libérer des bleus elle libère aussi des « bleus émotionnels », notamment ceux liés à l’enfance. On l’utilisera en usage externe en compresse sur le plexus solaire par exemple pour apaiser le mental-émotionnel ou directement sur une vrai bosse pour bénéficier de son effet anti-hématome, comme un tonique sur le visage avant de mettre sa crème de jour où elle sera utile contre les cicatrices d’acnés et les rides.

 

En pratique, comment faire son hydrolat sans un alambic?

Il y a plusieurs techniques ( j’en ai essayé quelques-unes), et ai utilisé celle au cuit-vapeur ( possible aussi avec un thermomix en mode varoma, ou une cocotte minute, ce sera la même technique).

Il suffit donc de remplir le réservoir d’eau du cuit vapeur avec de l’eau de source. Puis dans le panier ( voir photo, même si pas très jolie) mettez vos fleurs ( plantes ou agrumes), j’ai personnellement rempli le panier pour avoir un hydrolat plus aromatique ( cette douce odeur de curry 😉 ). Sur le niveau supérieur, placer un bac récupérateur ( c’est ici que vous obtiendrez votre hydrolat). Puis mettez le couvercle en obstruant les aérations de celui-ci, j’ai mis un torchon humide pour ma part ( système D), et sur le couvercle mettez un pain de glaçons qu’il faudra changer quand ceux-ci auront fondu. C’est cette étape qui permet de faire retomber la condensation dans le bac.

C’est parti pour 45minutes pendant lesquelles ça va sentir l’immortelle (dans ce cas précis), mais ça pourrait être tout autre plante. Parfum d’ambiance en prime 😉

Récupérer l’hydrolat qui s’est crée dans le bas et transvasez le dans un récipient en verre teinté idéalement afin de l’abriter de la lumière. Vous pouvez le garder environ 2 mois, attention car il n’y a aucun conservateur et à la différence de l’huile essentielle, l’hydrolat s’altère rapidement .

IMG_E5819.jpg

Ce petit « do it yourself » ludique et pratique vous permettra de créer toute sorte d’hydrolats. Néanmoins, faîtes bien attention aux propriétés des plantes que vous utilisez, même s’il s’agit d’hydrolat  on ne fait pas tout avec n’importe quoi.

Je vous souhaite de belle créations aromatiques.

Prenez soin de vous.