Journal de confinement J+18

Vendredi 3 avril, le temps commence à mettre en lumière certaines choses en soi, plus ou moins facile à vivre et à accepter. On le sait une habitude se prend en 3 semaines, nous y sommes presque, et le monde extérieur commence à devenir un presque lointain souvenir. Assurément il y aura un après comme on dit, mais cet « après » risque d’être bien différent… aussi pour tirer profits de ces nouvelles habitudes qui se mettent en place et de ce nouveau mode de vie, je fais le choix aujourd’hui de vous parler des protéines végétales, ce confinement et ces nouvelles règles de vie pouvant amener d’autres changements.

Je ne suis pas là pour prêcher une parole végan à tout prix, ne l’étant pas moi-même ( je suis pesco-végétarienne) , cela n’aurait aucun sens mais plutôt pour ouvrir à d’autres façons de manger, plus légères, plus naturelles, plus saines, plus en adéquation avec la nature… je partagerai quelques recettes donc sur cet article. Avec ce qui plane en ce moment au-dessus de notre tête, il est plus que jamais temps de faire attention à soi et de mettre toutes les chances de notre côté pour se renforcer.

 

Je ne vous apprend rien, en disant que la consommation de viandes est excessive à l’heure actuelle. Mais qu’entent-on par excessive? Une viande à chaque repas c’est énorme, même si elle est blanche, nous n’avons pas besoin d’autant de chair animale pour être en forme et encore moins pour être en bonne santé. Les nutritionnistes préconiseraient maximum 500grammes de viandes par semaine, ce qui est déjà beaucoup, pour limiter les dégâts et redonner ses lettres de noblesses à celle-ci mieux vaut la consommer bio pour au moins s’épargner les nombreux additifs contenus dans la viande industrielle non bio. La consommation de viande augmente le risque de maladies cardio-vasculaires.  Un autre souci que l’on retrouve avec la consommation de viande, est son mode de cuisson à haute température ( souvent griller, à la poêle, au barbecue,…)  qui a pour conséquence la création de substances cancérigène. Beaucoup de maladies et de déséquilibres proviennent d’une trop grande consommation de viandes, et tout n’est pas dévoilé, mais il suffit d’observer son corps et ses sensations lorsqu’on consomme des produits carnés en le mettant en parallèle avec une « detox carnés », en quelques jours les ressentis sont là!

Pour le rappel, au niveau des macronutriments, la répartition alimentaire quotidienne est constitué d’environ 50% de glucides, 35%de lipides et seulement 15% de protéines…  Ce qui montre bien que de la viande à chaque repas, c’est beaucoup trop.  Pour ma part, si vous ne pouvez vous en passer, je conseille d’en consommer pas plus de 2 à 3 fois par semaine.

Quand au rapport sport/viande, il n’en n’est rien, je ne mange absolument aucune viande et fait du sport tous les jours à intensité plus ou moins variable, sans blessure ou carence particulière liés à cela ( mais nous savons tous que se sont des fausses excuses utilisées par les carnivores ça ;), les vraies raisons qui font que la consommation de viande est telles sont d’une part les habitudes, d’autres part le plaisir qu’elle peut procurer à certains ) et je suis loin d’être la seule.

Le but est comme toujours de rester équilibrer, trop de protéines fatiguent les reins et augmente l’acide urique, pas assez de protéines peuvent engendrer fatigue, chutes de cheveux, ongles cassants…Aussi sans plus tarder je vous propose quelques recettes saines, de saison et surtout très simples qui vous apporteront des protéines végétales, rassasiantes et savoureuses et qui plus est qui apporteront des oligoéléments et vitamines si essentiels. Les quantités valent pour deux personnes.

 

 

IMG_E6342.jpg

Le houmous un classique à faire régulièrement pour accompagner vos légumes et ainsi avoir une assiette complète:

  • Une c à s de tahin ( purée de sésame)
  • 250 grammes de pois chiches cuits ( laisser tremper les pois chiches dans de l’eau toute la nuit et les faire cuire le lendemain à l’eau 45 minutes)
  • Une c à s d’huile d’olive
  • une gousse d’ail
  • de la coriandre fraiche
  • facultatif j’y rajoute de la poudre d’ortie

Mixer le tout

Ce houmous sera un excellent accompagnement avec des légumes verts tel que les blettes comme la photo ci-dessus. De couleurs, elles apporteront de la gaieté à votre assiette. Elles sont simplement cuisinées à l’eau et assaisonnées d’un filet d’huile d’olive, sel aux herbes et poivre. Avec quelques pois-chiches à côté pour le croquant, un régal qui vous apportera du manganèse, du cuivre, de la vitamine B9, du phosphore, du fer et du zinc, en plus de sa richesse en protéine.

 

IMG_E6359.jpg

 

Salade fraicheur d’haricots azukis mangues 

Une recette printanière à la fois croquante et raffinée. Le haricot azuki est une légumineuse originaire du Japon, que l’on trouve aussi sous le nom de soja rouge, mais il n’en n’est rien, le haricot azuki étant bien une légumineuse. Ce dernier peut-être consommé de diverses façons, et l’associer à un met sucré tel que la mangue est un vrai délice. Le haricot azuki est donc riche en protéines, en glucides et en fibres  et vous apportera manganèse, phosphore, fer, zinc, cuivre et potassium ainsi que des vitamines du groupe B.

Pour cette recette, il vous faudra:

 

  • 250 g d’haricots azukis
  • 1 belle mangue mûre
  • 4 branche de céleri
  • une dizaine de radis rose
  • une à deux tranche de betterave chiogga
  • du persil frais
  • huile d’olive
  • quelques graines de tournesol
  • sel ( facultatif aux plantes ou poudre d’ortie), poivre

La veille faite tremper dans de l’eau froide les haricots azukis entre 12 et 24h pour que la cuisson soit plus facile. Le lendemain, rincez-les et faites les cuire 1h dans de l’eau avec une feuille de laurier, utile pour améliorer la digestion des haricots.

Coupez votre mangue en gros dès, pelez la partie filandreuse du céleri que vous viendrez ensuite découper en fines lamelles dans la longueur, puis dans la largeur, pour faire des petits bâtonnets. A la mandoline, coupez quelques tranches de betteraves chiogga et vos radis également. Ciselez grossièrement votre persil, qui apportera ici de la fraicheur et améliorera la digestion. Une fois les haricots cuits, laissez-les refroidir pour ensuite assembler le tout, assaisonné d’un filet d’huile d’olive sel, poivre et saupoudrez de graines de tournesols.

Bonne dégustation.

 

 

IMG_E6553.jpg

 

Voici deux recettes qui respecteront l’équilibre acido-basique, seront rassasiantes sans être pour autant trop lourdes et vous apporteront de bons nutriments et de la joie dans l’assiette sans coup de pompe en suivant.

Peut-être le moment de changer ses habitudes alimentaires et de vivre aux gros des saisons.

Belle journée,

Chloé

 

 

Journal de confinement J+14

Lundi 30 mars, oui je préfère donner la date désormais pour mieux situer l’action :). Nous sommes donc dans le quatorzième jour de confinement, et même si je le vis plutôt bien, je ne peux rester insensible à ceux qui commencent à avoir plus de difficultés. Aussi, à la vue des actualités qui ne sont guère reluisantes, j’ai fait le choix de me pencher sur l’une de mes piles de livres à lire ( oui j’ai plusieurs piles à lire, selon les humeurs, les moments,…) et de vous partager celle qui en ce moment à mon sens est la plus adéquate.

Il s’agit de livres que j’ai commencé  ou bien avancé pour la plupart, à l’exception des romans. Il y a plusieurs genres de livres, il s’agit de livres de développement personnel, de découvertes scientifiques, d’aventures,…

Des livres que j’ai sélectionné pour cette période de confinement, avec de beaux paysages à découvrir afin de voyager depuis chez soi, une épopée pour traverser les époques et les continents, des philosophies et de belles notions de vies simples et efficaces pour mieux appréhender ce confinement. Quoi qu’il en soit chacun peut y trouver un ou des livres qui lui conviennent, mais peut-être qu’aucun de ma sélection ne vous plaira et j’en suis navrée.

Sans plus tarder plongeons dans cette pile que je vais vous présenter de bas en haut.

IMG_E6512.jpg

 

 

L’aventurière des sables de Sarah Marquis

Cette exploratrice de National Geographic a été nommé aventurière de l’année 2014. Dans cet ouvrage elle narre son premier grand périple de 17 mois en Australie, une marche à travers la nature hostile et somptueuse pour découvrir qui elle est vraiment. Une histoire vraie donc, qui invite à l’imagination de ces magnifiques paysages tout en invitant à l’introspection, que cherchons nous vraiment?

Les antisèches du bonheur de Jonathan Lehmann

Il s’agit du deuxième ouvrage de Jonathan Lehmann, le premier que je vous conseille était  » Journal intime d’un touriste du bonheur » un vrai bonheur à lire je vous le confirme. Dans ce nouvel ouvrage, qui ne nécessite pas forcément la lecture du précédent, Jonathan nous présente de façon ludique ses antiséches qui sont 18 affirmations pour enfin toucher de prêt le sain graal: le Bonheur! Un livre qui offre de la joie assurément.

Les sept lois spirituelles du vrai bonheur de Dr Deepak Chopra 

Pour continuer vers le bonheur, le médecin endocrinologue et auteur Deepak Chopra, nous offre avec ce livre complet et concis de puissantes techniques pour trouver en toutes circonstances le bonheur de manière durable. Un bijou à lire surtout en ce moment, d’autant qu’il n’est pas long.

Petit traité de philosophie naturelle de Kathleen Dean Moore 

Immensité de la nature de l’ouest Americain jusqu’en Alaska, par le biais de petits récits qui ouvrent à soi. Se recentrer sur la nature et s’émerveiller de ce qu’elle a à nous offrir pour mieux nous connaître et mieux vivre,  voilà la promesse de cet ouvrage  qui nous fait voyager qui plus est.

Née contente à Oraibi de Bérangère Cournut

Un roman où l’on va suivre une jeune fille amérindienne Tayatitaawa ( celle qui salue le soleil) sur les hauts plateaux arides de l’Arizona, qui nous offre  au travers des croyances et sagesses du peuple Amérindien des Hopis, un dépaysement total. Un livre qui ouvre à la résilience et nous aide à mieux imaginer l’ambiance avec le recueil de photo disponible à la fin du livre. Bon voyage!

La symphonie du vivant de Joël de Rosnay

Un ouvrage indispensable actuellement, écrit par le docteur en sciences Joël de Rosnay. De récentes découvertes en biologie, mettent en lumière que nos comportements quotidiens ont un impact sur nos gènes. Ce qui peut en arranger ou en déranger certains, étant donné que cela signifie bien que nous sommes maîtres de  notre vie et par conséquent de notre santé, en gros l’épigénétique nous mets bien face à notre propre responsabilité quand à notre bien-être. A lire de toute urgence!

Le Mahâbhârata

L’épopée qui nous transporte au coeur de la culture indienne. Il n’est pas question ici de parler de religion, mais plutôt de comprendre la culture indienne par le biais de cette histoire mythologique entre deux clans qui se déclarent la guerre pour le trône ( cela me rappelle quelque chose ;)). Chaque personnage et chaque situation, peuvent refléter une part de nous-même à travailler ou à accepter. Vaste programme, difficile à résumer en quelques lignes.

 

En espérant que votre quarantaine se passe pour le mieux, et que peut-être l’un ou plusieurs de ces ouvrages vous accompagne durant cette période privilégiée pour prendre du temps pour soi et lire.

A très vite,

 

Chloé

Journal de confinement J+10

En ce dixième jour de confinement, les rituels bien-être que je pratique se multiplient pour mon plus grand bonheur. Une forme de nouveau planning s’est naturellement installé depuis le début de ce confinement. Je ne sais pas comment vous vivez celui-ci, mais fort est de constater qu’il y a des étapes à franchir comme dans chaque moment de vie.

Pour ma part, après l’annonce de cette mise en quarantaine assez floue, j’ai accepté cette nouvelle condition de vie en essayant rapidement d’y incorporer mon rythme, mais surtout en occupant beaucoup mon cerveau… Puis arrivée au samedi, donc au cinquième jour de confinement, je n’ai plus du tout accepté la situation, mon égo voulait retrouver son confort, sa liberté, bref tout ce qui parle à chacun d’entre vous je pense.

Après cette journée difficile, j’ai utilisé mon attestation de sortie ( c’est important de le mentionner, cela n’étant pas anodin quand à notre liberté, bien que je ne remette pas en cause le système) pour aller faire un tour seule à pied autour de chez moi et admirer le coucher de soleil. C’est en admirant ce dernier que j’ai pris conscience de quelque chose que je sais, mais c’est toujours dans les moments où on en a besoin qu’on oublie cela,  que la liberté c’était nous même qui nous l’offrions en sachant orienter notre mental vers ce que nous voulons et non en restant focaliser sur ce que nous craignons.  La soirée de ce cinquième jour fût donc pour moi, la soirée de l’acceptation et mon rythme « bien-être de confinement » a ainsi pu vraiment démarrer.  Parmi mes pratiques personnelles régulières, qui se sont drôlement rallongées donc en cette période de confinement, se trouve bien sûr la méditation, dont je parle fréquemment.

En réalité,  j’alterne avec plusieurs techniques visant à améliorer l’état mental, soit j’utilise l’application 7mind ( que je vous conseille d’ailleurs et qui a étoffé son offre gratuite spécialement pour le confinement), en ciblant des problématiques spécifiques, soit je me crée ma propre méditation. Mais j’utilise également d’autres techniques ( je parlerai plus tard en détail de l’une d’entre elle) qui me permettent de me relaxer, d’aider à la gestion des émotions également. L’une d’entre elle dont je vais parler aujourd’hui, est la sophrologie qui vise à rétablir le dialogue entre le corps et l’esprit et qui vise à améliorer le bien-être. Cette science est inspirée notamment de diverses méthodes tel que le training autogène de Schultz, le Yoga,… et vise à orienter l’attention grâce à divers outils tel que la visualisation,  la respiration et la décontraction musculaire en s’appuyant sur des sentiments positifs.

Aussi pour rentrer dans le vif du sujet, je vous propose une séance de sophrologie avec  visualisation à pratiquer chez soi, je vous propose ici en cette période de confinement de vous évader de chez vous en pensée, le temps de quelques minutes un paysage inspirant que l’on peut modifier selon ce qui nous inspire le plus. Je vous mets un enregistrement en plus du texte, afin que vous puissiez réaliser cette séance sans avoir à lire et ainsi complètement vivre le moment. L’enregistrement est a retrouver à la fin du texte en lien.

IMG_6411.jpg

 

Asseyez-vous le dos bien droit, les pieds ancrés au sol

– Posez vos mains sur vos cuisses

– Fermez les yeux délicatement pour vous recentrer

– Prenez conscience de votre assise

– Respirez profondément à partir du ventre

– Portez votre attention à votre visage

– Desserrez les mâchoires, relâchez la langue

– Ressentez votre visage détendu

– Cette détente se propage à votre nuque,vos épaules,…

– Prenez conscience du relâchement du haut de votre corps

– Portez attention à votre dos

– Relâchez toutes vos tensions à ce niveau

– Sentez vos pieds bien ancrés au sol

– Relâchez bien tout les muscles du bas du corps, tout en restant les pieds bien ancrés dans le sol

– Ressentez que tout votre corps est détendu, relâché

– Maintenant, imaginez-vous au milieu d’une plaine verdoyante et fleurie

– Le temps est très ensoleillé et la température idéale

– Une luminosité rare, qui vous recharge instantanément

– Vous êtes au pied d’une montagne majestueuse, un lac est également devant vous

– Face à tant de beauté vous vous sentez serein

– Vous entendez les oiseaux, les petits animaux qui peuplent ce beau paysage

– En vous promenant dans ce lieu, vous découvrez un tapis de fleurs colorées

– Sentez le doux parfum des fleurs qui ornent ce paysage

– Ressentez cette nature pure vous envahir

– Puis visualisez un papillon devant vous

– Il vous invite à le suivre afin de vous faire découvrir un peu plus ce lieu merveilleux

– Vous lâchez prise et suivez le papillon

– Il vous emmène au pied de la montagne où une magnifique cascade coule pour se jeter dans le lac

– Une onde de bonheur vous envahi à la vue de tant de beauté

– Puis le papillon se pose délicatement sur l’une de vos mains

– Vous ressentez un profond bien-être

– L’air pur caresse votre peau, vous ressentez un frisson de bien-être vous parcourir

– Vous vous sentez connecté à la terre

– Puis vous vous approchez de la cascade et buvez une gorgée d’eau pure à la source

– Cette eau d’une pureté rare irrigue tout votre corps, vous sentez ses bienfaits jusqu’aux bouts de vos doigts et de vos orteils

– Vous êtes en harmonie avec la nature et l’univers

– La couleur verte de la nature vous inonde d’un profond bien-être

– Savourez pleinement cet instant…

– Petit à petit le paysage s’estompe

– Reprenez maintenant doucement contact avec le monde réel, en écoutant les bruits extérieurs

– Bouger délicatement vos mains, vos pieds,…

– Etirez votre corps

– Vous pouvez ouvrir vos yeux en douceur

 

L’enregistrement: ici

 

 

 

IMG_6410.jpg

 

J’espère que cette parenthèse vous aura fait du bien, quoi qu’il en soit retenez, que le moment est à vivre, il n’y a rien à réussir, aucun objectif à atteindre, si des pensées parasites se présentent, laissez-les passer.

Prenez soin de vous, à très vite.

Chloé

Journal de confinement J+7

La nouvelle vie que nous découvrons officiellement depuis le mardi 17 mars 2020 midi m’amène à vous proposer une nouvelle forme d’articles spéciales « confinement ». Ces articles auront pour but d’échanger autour des vécus de la situation de chacun, chacune, de se soutenir, de s’entraider, de donner de l’espoir, de l’amour, de la solidarité, bref tout ce qui peut permettre de mieux vivre ensemble ce moment de vie unique en son genre.

En revanche, vous ne trouverez pas ici, de plaintes, de méchanceté envers qui que ce soit ou encore de jugement sur la situation actuelle ( politique, traitement,..) . Le but est bien de véhiculer du positif dans un contexte poussant plutôt vers la peur, le désespoir et même la haine de l’autre.

 

Voilà d’ailleurs l’objet de ce premier article en ce septième jour de confinement: la haine de l’autre.

Je crois que nous sommes tous au courant, qu’il ne faut pas sortir de chez soi, c’est ce qui est inhérent au mot confinement. Il est triste de constater qu’effectivement il y a des abus, et des personnes ne respectent pas cela. Néanmoins, la situation est que nous faisons face à un virus, virus qui a longtemps été sous-estimés par les autorités publiques et qui nécessite alors des mesures drastiques, étant donné le manque de moyens. Que l’on y adhère ou pas, il est obligatoire pour tous de suivre ces mesures. Jusque là, tout est simple.

Ce qui est déplorable, en revanche, c’est que cette période de confinement amène de la méchanceté et de la haine entre les gens, qui sont tous concernés par ce qui se passe. Mon message ici, vise à sensibiliser sur la notion d’union et de respect de l’autre. Nous vivons une période où s’entraider est primordial, aussi quand je lis des propos tel que: « jetez des cailloux au personnes dehors », « je vous propose de signer une décharge qui stipule que vous refusez d’avoir accès aux soins, puisque vous êtes dehors »,… cela m’attriste profondément. Bien que je ne souhaite pas me faire l’avocat du diable, il me semble que passer ses journées de confinement à critiquer l’autre n’est pas la meilleure occupation à avoir et augmente le côté anxiogène  de la situation, tant pour soi que pour les personnes qui peuvent se sentir viser alors qu’elles respectent les règles en vigueur. Ces comportement sont liés à la peur et à la panique qui amènent à systématiquement chercher un coupable à tort.

 

La premiere chose est que peut-être que la personne sort pour des raisons médicales, pour faire des courses, pour travailler aussi, ou tout autres raisons valables et légales, mais quand bien même si elle ne respecte pas la loi ( au passage on voit toute l’année des gens qui ne respectent pas la loi sans pour autant se ruer sur les réseaux sociaux pour en parler, par exemple brûler un feu rouge est aussi grave pour soi et pour autrui, …) ce n’est pas à nous de faire régner l’ordre dans le pays…

Chacun d’entre nous doit à plus forte raison en ce moment faire preuve de bienveillance, d’indulgence, de patience ( certains sont plus long que d’autres à comprendre, les discours ayant beaucoup évolués en quelques semaines, les plus jeunes se sentant moins concernés, …) et de courage. Par ce partage, je souhaite inviter à une communication plus positive et constructive plutôt que de rester dans l’éternel jugement de l’autre, oui cette situation est difficile, oui certains ne jouent malheureusement pas le jeu, mais je reste convaincu que ce n’est pas en propageant de la haine que ces mêmes personnes vont revoir leur copie d’autant que ce n’est pas notre rôle.

 

Le prochain article sera un peu plus léger, c’est promis,  mais je tenais à partager cela avec vous ici, car je trouve que cette violence ajoute de la difficulté à ce que nous vivons et augmente l’anxiété, ce dont personne n’a besoin. Apprenons à mieux vivre ensemble en étant éloignés les uns des autres.

Pour égayer chaque article, j’illustrerai ce dernier par une photo de nature que j’ai pu prendre, lorsque sortir se promener n’était pas considérer comme un luxe est pourtant… 🙂

 

Je vous laisse avec ce magnifique cerisier du Japon qui symbolise l’arrivée du printemps et la délicate beauté de la vie…

A très vite, prenez soin de vous

 

IMG_4666.jpg

Quelques mots d’actualité

En cette mi-mars 2020, il est souvent plus courant de lire des articles sur l’arrivée du printemps, la detox, l’activité physique,… que d’entendre parler de renforcement immunitaire comme on le voit beaucoup en ce moment. En effet on pense beaucoup à renforcer son système immunitaire à l’arrivée de l’automne et de l’hiver, mais en réalité il n’y a pas de saison pour cela, surtout face aux virus… Néanmoins je ne prévoit pas un énième topo sur le sujet, mais je vous remet ci-dessous le lien vers une sélection d’articles que j’avais écrit,( dont un sur les défenses immunitaires) qui vous aideront à vous renforcer mais aussi à mieux vivre la période en prenant soin notamment de sa santé mentale qui peut être mise à rude épreuve ces derniers temps. Les voici donc:

 

En effet, je ne vous apprend rien sur le fait que beaucoup, en ce moment s’inquiètent ( à juste titre) sur le fameux coronavirus, et une ambiance de psychose s’installe peu à peu, laissant ainsi beaucoup sombrer dans la déprime, la peur et le désespoir. Je n’ai pas pour habitude de parler de maladie, mais plutôt de bien-être, de prévention, de tonus, de choses plutôt positives! Aussi, je ne vais pas ici parler de miracle face à ce virus, d’autant que je tiens à le rappeler je ne suis absolument pas médecin et je ne possède pas assez de connaissance sur le sujet. En revanche, ce que je sais c’est que le cerveau à cette capacité à se focaliser sur le négatif beaucoup plus que sur le positif, voilà pourquoi je tenais à partager avec vous ici.

Je vais tacher de lister quelques clés en plus des articles cités plus haut, afin que chacun, chacune, puisse continuer à vivre plus sereinement, cette période qui ne l’est pas forcément.

 

Le système immunitaire 

Rappelons que le système immunitaire est la capacité du corps à se défendre contre des éléments pathogènes. Ces éléments comprennent les microbes ( virus, bactérie,…), les cellules cancéreuses et les corps étrangers.

Rappelons que le virus, encore plus petit qu’une bactérie, est un micro-organisme qui a besoin d’un hôte pour se développer et est contagieux, de différentes manières selon le virus dont il s’agit. De plus, le virus ne peut se traiter par antibiotique…

 

Ne pas céder à la panique

Pour entrer dans le vif du sujet et concernant le système immunitaire, on veillera à garder son calme, le stress affaiblissant ce dernier. Pour ce faire, on évitera d’écouter les mauvaises nouvelles en boucle toute la journée, s’informer c’est bien, mais comme tout avec modération. En effet, les mauvaises nouvelles sont plus facilement retenues que les bonnes, le cerveau se focalisant beaucoup plus sur le négatif.

A ce sujet, j’ai d’ailleurs lu aujourd’hui une anecdote édifiante. Elle racontait qu’un professeur proposait une interrogation surprise à ses élèves en leur distribuant une feuille blanche retournée sur leurs bureaux; en la retournant ils découvrir un point noir au milieu de la feuille blanche. Le professeur, leur demanda simplement de décrire ce qu’ils voyaient sur leur feuille. Tous, sans exception, décrirent la forme, la couleur, l’emplacement… du point noir, mais personne ne parla de tout l’espace blanc qu’il restait sur la feuille, espace où tout est possible. Cette anecdote, illustre bien que nous nous concentrons toujours sur ce qui pose problème et qui attire à tort toute notre attention, alors qu’il y a tant de belles choses dans nos vies et autour de nous. En nous concentrant sur le positif avec gratitude il y aura plus de place pour  la joie et la sérénité et beaucoup moins pour la peur et le stress. Voilà une première étape importante afin de cesser d’être constamment dans l’angoisse, et qui nous amène à rester dans le moment présent en se recentrant.

IMG_E6237.jpg

 

Evidemment, cela permet de travailler sur notre mental, et je vous invite vivement pour se faire à pratiquer ( et encore plus en ce moment), une dizaine de minutes de méditation chaque jour, comme évoqué dans l’article La méditation.

Concernant l’alimentation, il est primordial de manger sainement, ce qui ne signifie absolument pas dévaliser les rayons pâtes et riz du supermarché. Au contraire, on favorisera une alimentation riche en micronutriments avec des légumes bio de saison et des fruits bio de saison, des oléagineux, des graines germées, limiter tous les laits d’origine animale et leur dérivés, exclure les céréales contenant du gluten et consommer du riz semi-complet plutôt que du riz blanc, utiliser des huiles de première pression à froid, cuisiner cru ou à basse température ( moins de 110C°), limiter les aliments riches en sucres, éviter l’alcool,…

Nous avons pour l’instant encore la possibilité de sortir de chez nous tant que ce n’est pas pour se rassembler avec du monde et se confronter à des risques de contagions. Aussi profitez des belles journées printanières dans un coin de nature  peu fréquenté pour faire une belle marche mais aussi pratiquer du yoga ou faire du renforcement musculaire en extérieure, possible aussi dans votre jardin si vous en avez un. Prenez le positif de cette situation, qui va vous laisser du temps chez vous, pour profiter de l’arrivée du printemps que ce soit avec vos enfants ou pas,  pour jardiner, faire un potager ( l’autosuffisance serait utile en ce moment…), lire au soleil, même travailler au soleil, bref prendre soin vraiment de vous  en limitant les stimulis extérieurs.

Dernier conseil que je répète,  et pas des moindres, la télévision et ses informations chocs ( valables pour les autres médias également bien sûr) et apeurantes sont à limiter. S’informer de ce qui se passe oui mais laissez en boucle toute la journée notre cerveau connecté à ses informations négatives, nous colorera forcément de cette morosité, si mauvaise pour notre moral et donc pour notre système immunitaire. En revanche, profitez de ce bel astre que l’on appel soleil est tout à fait recommandé, et même si c’est depuis une fenêtre, essayez de profiter de ses bienfaits et prendre de la vitamine D, dont voici le lien sur le sujet: La vitamine D

IMG_E5751.jpg

 

Vous l’aurez compris comme toujours, je souhaite garder ici un ton optimiste et positif, tout en véhiculant une dernière chose, c’est que ce que l’on peut déjà constater c’est qu’en tant qu’être social, l’humain est rapidement en manque de lien avec l’autre. Heureusement nous avons de nombreux outils pour garder le contact, aussi n’hésitons pas à prendre plus de nouvelles grâce au téléphone, aux messages, aux réseaux sociaux ( dont c’est à la base le rôle ;)), … une attitude qui fait du bien aussi. Enfin, épaulons nous un peu plus en cette période et faisons preuve de solidarité les uns avec les autres, voilà qui est porteur de bonheur et qui donne du sens à la vie.

Douce soirée,

Chloé

Bien dormir

J’ai partagé une publication humoristique hier, qui parlait des soucis qui réapparaissent le soir dans le lit, comme si c’était le moment crucial où nous allions tout régler… Il est évident que dans son lit le soir, il est peu probable que nous ayons une quelconque action sur ce qui nous tracasse, et même s’il s’agit de quelque chose qui concerne le foyer, le soir est rarement le bon moment pour régler ses soucis, j’en parlerai probablement dans un futur article.

Pour revenir sur le sujet du jour qui concerne le sommeil, ce dernier comme chacun le sait est d’une extreme importance, et pourtant force est de constater que beaucoup de personnes avec qui j’échange, ne dorment pas correctement . Et pour cause, le sommeil est très souvent considéré comme la cinquième roue du carrosse ( et je suis très bien placée sur le sujet croyez en mon expérience), sauf que ce dernier est parfois la cause de nombreux dérèglements qu’on a du mal à comprendre.  Il peut s’agir de déséquilibres hormonaux, de troubles de l’humeur et de la mémoire mais aussi ce dernier peut être la cause de maladies chroniques et d’hyperperméabilité intestinale, ainsi que d’autres troubles notamment physiques ( accélération du vieillissement, mauvaise mine,…) risques de blessures accrues, puisque les muscles ne peuvent se reconstruire sans un bon sommeil… La liste est encore longue, aussi il est primordial de mettre la qualité de son sommeil en priorité sur sa « to do list », appelons cela une « doudou liste » ;).

Il y a souvent deux cas de figures. Il y a les personnes épuisées qui s’endorment rapidement mais se réveillent entre 2h et 4h du matin, en mettant le petit vélo du mental en route, ce qui empêche inévitablement de se rendormir et les personnes qui elles ne trouvent pas le sommeil et vont trouver ce dernier très tard ( ou tôt selon comment on voit les choses). Quelque soit le cas de figure, il y a forcément quelque chose à corriger dans nos habitudes afin de retrouver un sommeil qui soit réparateur et bénéfique.

GKAQE1049 (2).jpg

 

Qu’est ce qu’un bon sommeil? 

Nous n’avons pas tous les mêmes besoins en matière de sommeil, une moyenne de 8h est souvent donnée, mais en réalité certaines personnes auront suffisamment dormi avec un peu moins et d’autres auront besoin de plus, c’est comme toujours à chacun d’être à l’écoute de son corps. En fonction de cela, vous adapterez vos heures de coucher et de lever, sachant que bien souvent nous avons plus le choix sur l’heure du couché, le réveil étant la majorité du temps imposé par le travail, l’école, les enfants,… et c’est là tout l’enjeux car les soirées sont beaucoup trop animées d’écrans en tout genres, qui ne poussent absolument pas à l’endormissement et au repos, au contraire. Donc première chose à faire couper toute sorte d’écran au moins une heure avant l’heure espérer d’endormissement.

Rappelons nous une chose essentielle, c’est que la nature est bien faites, suivre le rythme du soleil ( notre horaire a un décalage de 2h avec celui-ci en été donc c’est une image , je ne dis pas de se coucher à 17h en hiver, mais il y a effectivement un temps de repos nécessaire plus long sur cette saison) est un bon indicateur. En effet en été il est beaucoup plus aisé de veiller tard sans fatigue qu’en hiver, néanmoins il reste important de respecter son nombres d’heures de sommeil.

Pour en rajouter quand à l’importance du sommeil, sachez que le manque de sommeil augmente le stress et avec cet excès de cortisol produit, le corps va stocker davantage de gras, localisé notamment sur le ventre. Sans compter l’augmentation de l’appétit notamment pour des glucides. L’éxcés du taux de cortisol joue également un rôle dans la mort des neurones… Je pourrais encore donner de nombreux arguments pour étayer mon propos quand à l’intérêt du sommeil, ne serait-ce que pour ne pas être désagréable avec son entourage le lendemain d’une mauvaise nuit, mais je pense que si vous prenez le temps de lire cet article c’est que vous y accorder une attention particulière et êtes conscient des méfaits d’un sommeil inconvenable.

 

Comment y avoir accès?

Aussi rentrons dans le vif du sujet, comment mieux dormir? Vous noterez qu’il s’agit de mieux dormir et pas forcément de plus dormir. Il est évident que je ne vais parler ici que de solutions naturelles.

La première chose à faire est d’inclure le sommeil comme étant une priorité dans son planning, ce qui exclut d’ambler l’excuse du manque de temps. En mettant le sommeil dans vos priorités quotidienne, vous n’aurez probablement pas le temps de regarder la télévision ou de perdre du temps sur le téléphone, et cela tombe bien car il s’agit d’écrans et comme évoquer plus haut limiter les écrans en soirée est important. Attention je ne dis pas de ne jamais regarder un film ou son téléphone, mais quand on pense au temps passé ( perdu) dessus, cela mérite réflexion quand à la notion de manque de temps… donc peut-être essayer là aussi de prévoir le temps que l’on décide d’y consacrer, sans se donner l’excuse du manque de temps et du manque de sommeil par la suite.

Prudence aussi avec la proximité du téléphone quand on dort, il est important de le mettre en mode avion et sans wifi.

J’ai commencé par ce qui était peut-être le plus difficile ( changer des habitudes dont on ne se rend même pas compte parfois), et rassurez vous, je comprend tout à fait le besoin de regarder un bon film ou une bonne série après sa journée, mais le message est simplement d’être raisonnable.

Il est bon d’avoir une régularité dans son sommeil, qui permet au cerveau d’avoir de meilleurs repères et comme évoquer plus haut, en se rapprochant le plus possible du rythme du soleil.

Concernant la nutrition, les repas pris le soir doivent être digestes et contenir des aliments riches en tryptophane, un acide aminé essentiel que l’on trouve dans les protéines ( poisson, volaille, oeufs, mais aussi amandes, légumineuses, noix de cajou,…). Le tryptophane est précurseur de la sérotonine, souvent connu sous le nom de l’hormone du bonheur,  la sérotonine agit sur le système nerveux central qui intervient dans la gestion du stress, des émotions, du comportement alimentaire et du sommeil.

En phytothérapie, dont le rôle est d’aider les organes à fonctionner correctement , on optera pour des infusions à base de plantes aux vertus calmantes, telles que la passiflore ( à retrouver ici),  l’aubépine ( à retrouver ici) ou encore  la valériane qui va avoir une action calmante sur l’hyperactivité cérébrale.

IMG_E5955.jpg

 

Une autre plante va être d’une grande aide, il s’agit de la Rhodiola, une plante adaptogène qui aide à la production de sérotonine et permet aussi de mieux résister au stress ( vous pouvez la retrouver sous forme de gélule  ici et bénéficier de 20% avec le code CHLOE20).

Pour un état de relaxation et favoriser le sommeil, le soir vous pouvez utiliser en aromathérapie, l’huile essentielle de petit grain bigarade en diffusion ou en application locale au creux des poignets, sur le plexus solaire et sur la voute plantaire.  Cette huile essentielle est peu risquée, néanmoins en application locale on évitera chez la femme enceinte de moins de 3 mois et l’enfant de moins de 3 mois également. En cas de doute, toujours s’en référer à l’avis d’un thérapeute pour une information personnalisée.

Sur un plan plus subtil, quand aux flots d’idées qui fusent en soirée et empêchent de se reposer l’esprit et de s’endormir, je vous conseille le marronnier blanc ( White Chestnut) à prendre en élixir floral, et de placer une sélénite sous votre oreiller ou sur la table de chevet à côté de vous, cette dernière étant réputée pour aider à l’endormissement en lithothérapie.

coeur.jpg

Enfin, je terminerai par les bienfaits de la méditation de pleine conscience qui en calmant le flot des pensées prédisposera à un meilleur sommeil. Pour cela il suffit d’être dans une assise confortable et droite, de fermer les yeux, de respirer profondément, uniquement par le nez et de ressentir les sensations procurer par l’inspiration et l’expiration, puis d’être attentif à ce que l’on ressent en soi pour enfin réouvrir les yeux et accueillir ce qui se passe autour de nous. Une dizaine de minutes suffisent à se recentrer et calmer un mental agité.

De nombreuses choses peuvent encore être exprimées au sujet du sommeil, néanmoins les quelques solutions naturelles exposées ici vous aideront assurément à retrouver les bras de Morphée sereinement, n’oubliez pas il n’y a pas que les   » To do list », la  » doudou liste » vous aidera à prendre vraiment soin de vous 😉

Chloé

Autour du chou kale

J’aime partager certains aliments que j’utilise régulièrement et qui possèdent de nombreuses vertus pour notre organisme. Il est aussi important de faire un focus sur des aliments de saison, surtout lorsque, comme en ce moment, les étals ne sont pas des plus fournit. En revanche il y a une famille de légumes qui est largement représentée en hiver, il s’agit bien sûr des choux. Je vous propose aujourd’hui de nous arrêter sur un des membres de cette grande famille qui arrive en fin de cursus en mars, aussi est-ce le moment de profiter de ses bienfaits et de partager avec vous une recette toute simple pour des apéritifs plus « green » ;).

Le chou kale 

Bien que très à la mode ces dernières années, le chou kale, n’est absolument pas une découverte récente, il serait connu depuis très longtemps mais oublié. Il a été remis sur le devant de la scène grâce à des stars américaines ( merci à elles) qui s’interessent au bien-etre en général.  Voilà donc une dizaine d’années, que cet aliment dévoile au grand public tous ses secrets et qu’il est surtout beaucoup plus facile de se le procurer désormais.

Pour être en adéquation avec la saison du kale, on le consommera entre le mois d’octobre et le mois de mars, une belle partie de l’année tout de même.

Enfin, parlons de ses nombreuses vertus, puisqu’il est tout de même qualifié de super aliment! Déjà commençons par parler de sa charge calorique qui est extrêmement faible puisque le kale ne contient que 50 calories pour 100 grammes. Il est malgré cela très riche en vitamines, notamment en provitamine A bonne pour l’acuité visuelle et le système immunitaire, en vitamine C antioxydante qui aide à l’absorption du fer non hémique, et en vitamine K bonne pour la coagulation du sang et que l’on retrouve dans les légumes verts en général.

Il est également très riche en calcium reminéralisant , en potassium qui permet notamment un bon équilibre acido-basique ( voir mon article à ce sujet ici) et lutéine qui est un pigment naturel bon pour la vue. Il est bien sûr riche en fibres. Cet aliment est un véritable soutient pour le système immunitaire et ça tombe bien, la nature étant toujours bien faites, il est présent à la bonne saison pour soutenir nos défenses naturelles.

Il se mange aussi bien cuit que cru, je vous propose ici une recette cru très rapide à réaliser et savoureuse c’est promis ;).

IMG_5790.jpg

 

Petite recette pour un apéritif green 

Pour cette recette il vous faudra:

  • une botte de kale, pour être clair, j’ai utilisé ici environ 6 grandes feuilles de kale
  • une cuillère à soupe d’huile d’olive
  • une cuillère à soupe de jus de citron
  • 40 grammes de pignons
  • la moitié d’un petit bouquet de persil frais
  • une pincée de sel ( au céleri ou légumes si vous avez, mais ce n’est pas fondamental)
  • un peu de poivre à votre guise

Une fois le chou kale et le persil lavés, ils vous suffit de tout mixer dans un blinder. Vous obtenez une pâte que vous pouvez utiliser pour faire des tartines, toasts, … mais qui peut aussi servir d’assaisonnement dans un plat de spaghettis par exemple.

 

Je vous souhaite un très bon appétit et à bientôt pour de nouvelles recettes simples, saines et savoureuses ;).

Chloé