Le Ledon du Groenland

Cela fait un moment que je n’ai pas parlé d’huile essentielle, alors qu’elles font pourtant pleinement partie de mon quotidien. Aussi je souhaite mettre en lumière aujourd’hui une huile essentielle dont on entend peu parler et qui a pourtant tant à nous offrir. Il s’agit de l’huile essentielle de Ledon du Groenland 🇬🇱, qui est certes un peu plus coûteuse que la plus part des huile essentielles, notamment du fait de sa provenance lointaine ( Canada) et de sa rareté, mais qui a beaucoup à offrir pour notre bien-être.

Le Ledon du Groenland (Ledum groenlandicum) appartient à la famille des ericaceae ( comme le bleuet par exemple). Cette plante qui peut mesurer jusqu’à 1m50, était très appréciée par les peuples amérindiens, qui utilisaient les feuilles sous formes de tisanes ou comme une épice pour agrémenter leurs préparations culinaires. Le Ledon du Groenland est très aromatique et pousse dans les sols humides et riches en matières organiques du Groenland, du nord des Etats-Unis et du Canada, on l’appelle aussi thé du labrador. C’est le rameau fleuri qui est distillé pour obtenir son huile essentielle. Cette huile essentielle contient notamment du limonène sabinène ( un monoterpène)) et du bêta sélinène ( un sesquiterpène). Son huile essentielle peut être utilisée par voie cutanée et/ou par voie orale. Néanmoins avant de passer à ses propriétés, comme toutes les huiles essentielles il y a des contre- indications. Cette huile essentielle est déconseillée aux enfants de moins de 8 ans , ainsi que chez la femme enceinte et allaitante. En outre, privilégiez l’avis d’un thérapeute pour toute utilisation prolongée notamment en interne, sachant qu’on utilise pas les huiles essentielles plus de 3 semaines consécutives. Dernière petite chose, les conseils qui suivent ne se substituent en aucun cas à un avis médical.

Ses propriétés:

L’huile essentielle de Ledon du Groenland est très réputée pour drainer et désintoxiquer le foie, notamment en cas d’intoxication hépatique, d’entérite, de flatulences,… Pour bénéficier de ces propriétés drainantes, prendre 3 gouttes dans une cuillerée de miel le matin pendant 3semaines. Il peut aussi être intéressant de l’utiliser en synergie avec l’huile essentielle de citron et d’estragon par exemple, à raison d’une goutte chacune. Pourquoi pas faire une cure de 21 jours en ce sens là à l’équinoxe d’automne ou de printemps.

Autre propriété très intéressante de cette huile essentielle, surtout dans nos époques actuelles, est qu’elle est considérée comme antidépressive et calmante. En effet, elle est précieuse en application cutanée pour aider à l’endormissement et lutter contre les insomnies, calmer stress et anxiété, ainsi que les spasmes. Pour cet usage dans un peu d’huile végétale, mettre 3 goutes d’huile essentielle de Ledon du Groenland et massez le plexus solaire, la colonne vertébrale, les faces internes des poignets et les voûtes plantaires le soir.

Peu connue en France, on en entend pas assez souvent parler mais cette huile essentielle gagne vraiment à être connue et fait partie pour moi, des essentiels justement à avoir dans sa trousse aroma. Je vous conseille bien sûr de ne pas lésiner sur la qualité, surtout lorsqu’il s’agit d’un usage en interne. Choisissez bien des huiles essentielles pures et naturelles, biologiques, botaniquement et biochimiquement définies, dont la provenance est clairement indiquée. J’utilise pour cette huile essentielle , celle de chez Florihana dont la distillerie est à Caussols dans les Alpes Maritimes, si cela vous intéresse voici leur site très bien fournis: Florihana

Avec cette huile essentielle je vous souhaite légèreté du corps et de l’esprit, calme et optimisme.

À bientôt,

Chloé

Recette estivale de Wakamé

Dans les clichés sur la naturopathie vous connaissez bien sur les graines ( si si c’est très bon mais on ne mange pas que cela :)) , les cures saisonnières comme la sève de bouleau par exemple, et aujourd’hui autre ingrédient très « connoté naturo » nous allons parler des algues dont je suis très fan personnellement, et plus précisément le wakamé, hummm!

Alors évidement avant de commencer, il est évident que c’est une question de goût, mais si vous n’avez jamais goûté cela peut être l’occasion. . Concernant les algues, il en existe un né multitude mais les plus facilement trouvables en magasin bio outre le wakamé sont: le nori, la dulse, le kombu, la laitue de mer et le haricot de mer. Chacune possède une saveur, un aspect et un profil micro nutritionnel différent.

Le wakame ( Undaria pinnatifida) appartient à la famille des Alariacés qui regroupe les algues brunes ( environ 80 différentes de part le monde). Si le wakamé est originaire du Japon 🇯🇵, où les algues sont très consommées, cette algue est très souvent cultivée notamment en Bretagne. Vous la trouverez le plus souvent dans les commerces bio sous forme déshydratée, il suffit alors de la réhydrater quelques minutes dans de l’eau pour la consommer. C’est l’algue la plus apprécié en général car elle est tendre, iodée avec une très légère note sucrée qui sublime nombre d’aliments en cuisine.

D’un point de vue nutritionnelle, le wakamé est plus qu’intéressant notamment grâce à sa grande richesse en fibres ( 40g au 100g), en calcium, en potassium, en vitamine K, vitamine B9, en bêta carotène et bien sûr en iode. Le wakamé représente un apport intéressant en protéine aussi avec 14g pour 100g, intéressant dans une alimentation végétarienne. Grâce à l’alginate (un polysaccaride présent dans les algues brunes), le wakamé va permettre d’éliminer les toxines de l’appareil digestif. Cette algue aide à renforcer le système immunitaire, améliore le confort digestif et grâce au mucilage qu’elle contient permet d’obtenir rapidement la satiété ( très interessant lorsque l’on souhaite diminuer ses quantités alimentaires dans le cadre d’une perte de poids par exemple ).

Si elle regorge de bienfaits, attention néanmoins elle ne dois pas être consommée en cas de souci de thyroïde en raison de l’iode qu’elle contient. Pour les personnes très sensibles au niveau digestif ( exemple, syndrome du colon irritable, on en abusera pas pour éviter tout désordres intestinaux.

Il existe mille et une façons de cuisiner et d’accommoder le wakamé. Je vous propose une recette qui allie sucré et salé et surtout fraîche, réalisée avec ce qu’il me restait en cuisine. Cette recette conviendra tout à fait à un régime végétalien et sans gluten.

Wakamé bowl

Les ingrédients pour une personne:

– Une poignée de wakamé déshydraté ( marqué bord à bord ou marinoë)

– 2 abricots

– 1 ou 2 mangues séchée ( marque pépite)

– 1 betterave chioggia crue

– taboulé de lentilles corail ( Lazzareti)

– gommasio

– 1 c à c de vinaigre de riz

– 1 c à c d’huile de sesame

– 1 pincée de curcuma en poudre

Tout d’abord, dans un saladier, couvrez le wakamé avec le double d’eau et laissez gonfler 5 minutes. Une poignée suffit car vous allez voir que le wakamé triple de volume, et ce dernier étant satietogène ( coupe faim), vous en aurez suffisamment.

En parallèle , recouvrez d’eau bouillante la quantité que vous souhaitez de semoule de lentilles corail. Et laissez gonfler 2/3 minutes, après quoi vous égrainerez votre semoule.

Après voir enlevé l’eau des wakamé, coupez l’abricot et la betterave chioggia comme bon vous semble. Découpez de fines lanières de mangues séchées que l’on mélangera ensuite aux wakamé. Assaisonnez avec l’huile de sesame et le vinaigre de riz ainsi qu’un peu de gomasio et du curcuma . C’est prêt, bon appétit.

Un vrai moment de fraîcheur coloré et iodé. Les saveurs se marient très bien, après tout cela n’est qu’affaire de goût bien sûr.

Je vous souhaite un très bon week-end.

Chloé

Le kéfir de fruits à la fève tonka

L’univers des bactéries, celui dont rien que le nom peut faire peur mais sans lequel nous ne pouvons pas vivre, notamment les bactéries saprophytes, qui nous protègent contre différents agents pathogènes en se nourrissants des déchets. Nous y voilà, bonjour le microbiote, le second cerveau là où en cas de déséquilibre, beaucoup de choses vont de travers dans notre corps et même notre esprit d’ailleurs. Un sujet vaste sur lequel je reviens fréquemment et qui est au cœur de tout rendez-vous en naturopathie, qu’on se le dise ;).

L’été s’annonce d’ici quelques jours , et en cette saison j’aime faire diverses boissons maison pour me rafraîchir tout en bénéficiant de certains bienfaits. Il y a quelques jours, en préparant mon kefir de fruits , j’ai constaté que je n’avais jamais abordé ce sujet ici, ni même partagé de recette autour de celui-ci. De ce fait le voici, avec ma recette de kefir 2021 ( je varie les recettes ) les bienfaits du kefir, comment le faire, etc,…

Qu’est-ce que le kefir?

Il existe 2 sortes de kefir: le kefir de lait ressemblant à du yaourt et celui dont je vais vous parler ici le kefir de fruits. Qu’il s’agisse de l’un ou de l’autre, le kefir est composé de microorganismes dont l’aspect diffère mais dont les effets sont similaires. Ne consommant pas de lait de vache, j’ai bien sûr une préférence pour le kefir de fruits, d’autant que cette boisson est désaltérante. En général, les graines de kefir se donnent entre connaissances, il y a quelques choses de très conviviale dans cette manière de faire, qui donne encore plus d’intérêt à cette boisson. Néanmoins, et ce fût mon cas, vous pouvez trouver des graines à repiquer jusque 8 fois en magasin biologique, de la marque Nature et Aliment qui est vegan et sans gluten et qui vous permettra de faire 8 litres de kefir au final grâce au repiquage.

Pour repiquer il suffit de récupérer le dépôts blanc que vous aurez au fond de votre boisson de kéfir.

Quels sont les bienfaits du kéfir?

Le microbiologiste russe Elie Metchnikoff prix Nobel de médecine a découvert lors de ses recherches sur les probiotiques les bienfaits du kéfir. Il a mis en lumière le fait que le kéfir empêchait les putréfactions des aliments qui passent dans l’intestin, renforçant ainsi le système immunitaire. En effet, le kéfir permet de rééquilibrer et nettoyer le système digestif, améliorant grandement le transit intestinal et le confort digestif. Par lien de cause à effet, de nombreux autres bienfaits peuvent être notés: sur les problèmes de peaux comme l’eczéma, le système biliaire, les allergies, un mauvais sommeil… l’essayer c’est assurément l’adopter, le goût étant très agréable qui plus est.

Kefir de fruits venant d’être préparé

Recette de kefir de fruits à la fève tonka

Les ingrédients:

– Un contenant d’un litre en verre

– 1 litre d’eau de source

– 1/2 citron bio 🍋

– Quelques figues sèches ( j’ai mis 4 petites figues)

– 1 fève tonka

– Des graines de kefir

Mettre vos graines dans le bocal en verre ajoutez les rondelles de citron 🍋, les figues, 1 fève tonka coupée en 4 et un peu râpée ( éventuellement 1 c à c de sucre roux si vous le souhaitez ) , et ajoutez l’eau de source. Fermez le bocal hermétiquement et laissez à température ambiante pendant 48h. Après ce temps, vous pouvez ôter les fruits de votre boisson et conserver votre bouteille au frais. En principe, elle doit être un peu pétillante, c’est le processus de fermentation qui est stoppé une fois la bouteille au frais.

Il vaut mieux le consommer à jeun ou avant le repas, à raison d’un verre par jour en petite cure.

Kefir de fruits à la fève tonka le soir même ( les fruits sont en train de monter)

Pourquoi citron, fruits secs, sucre?

Le citron permet d’abaisser le pH et conserver votre kéfir avec une note acidulée très appréciable. La figue séchée, grâce au sucre, permet aux bactérie de bien se développer. Le sucre est nécessaire pour le développement des bactéries qui s’en nourrissent. Il y en a toujours un peu lorsque vous achetez le sachet mais vous pouvez en ajoutez une petite cuillère si vous voulez.

Kefir de fruits à la fève tonka filtré après 48h

Mon petit plus la fève tonka qui donne un goût suave avec des notes de vanille et d’amandes. En outre elle aurait des propriétés antispasmodiques, un petit plus que l’on peut noter. En revanche elle est à éviter chez la femme enceinte et allaitante.

Je vous souhaite à quelques jours du solstice, un très bel été, en forme et remplie de joie!

Chloé

Le temps des cerises

Il est venu le temps de la cueillette des cerises 🍒 et chaque année j’ai la chance de pouvoir en avoir une certaine quantité. L’année dernière c’est une amie qui m’en avait apporté un grand panier, cette année ce sont mes parents qui ont fait une très belle cueillette de délicieuses cerises et m’en ont ainsi apporté une belle quantité. Aussi, il était nécessaire pour éviter tout gaspillage que je fasse une recette à base de cerises 🍒 et quoi de mieux que le fameux clafoutis. Cette spécialité originaire du Limousin et dont le nom viendrait de l’occitan « clafir » signifiant remplir( le plat de cerises 🍒) fait en général quasiment l’unanimité chez les gourmands. Bien sûr je revisite cette recette, qui après avoir été testé, n’a eu qu’une part rescapée de sa dégustation, suite à son succès et cela malgré une recette ne contenant ni gluten, ni produits d’origine animale et peu sucrée.

Mais avant de vous emmener en cuisine, un petit mot sur la cerise qui me rappelle tant de souvenirs d’enfance. Sa saison va de mai à juillet, aussi il faut profiter de la déguster pendant la période qui est assez courte. Elle contient environ 55 calories pour 100g, mais attention, vous avez dû le constater elle est addictive, aussi les 100g sont vite atteints! Elle est riche en fibres, en potassium et en vitamines A et C. Elle est riche en antioxydants et diurétique. Elle possède beaucoup d’atouts , d’autant que c’est un peu l’annonciatrice de l’été, mais étant riche en glucides, fructose et glucose, elle est un fruit plutôt calorique, aussi on restera raisonnable sur sa consommation et a plus forte raison si c’est un clafoutis ;)! Mais bon pour l’heure faisons-nous plaisir, d’autant que la recette est bien allégée d’un point de vue calorique et glucidique mais pas en goût ;).

Ingrédients bio pour 4 personnes:

– 300g de cerises avec leurs noyaux

-140g de farine de riz semi-Complet

– 1/2 c à c d’arrow root

– 2 c à c de sirop d’agave

– 10cl lait de coco

– 20cl lait de riz

– huile de coco pour huiler votre plat

– quelques gouttes d’extrait de vanille

Faites préchauffer votre four à 180C. Huilez votre plat avec l’huile de coco, déposez les cerises dans le plat. En parallèle, dans un récipient mélangez la farine de riz, l’arrow root, puis ajoutez l’extrait de vanille, le sirop d’agave et les laits végétaux. Une fois que vous avez obtenu une pâte homogène versez là sur vos cerises dans le plat.

Enfournez pour 45minutes à 180C.

Laissez refroidir avant de déguster et conservez le reste du clafoutis au frais si il en reste ;).

Quelques informations supplémentaires: la farine de riz 1/2 complète dépourvue de gluten présente l’avantage d’être liante et de se passer aisément de l’utilisation d’œufs , aussi j’y rajoute un peu d’arrow root qui a cette même fonction, par précaution mais il est possible de faire sans. L’huile de coco est une des huiles qui supporte le mieux la chaleur sans que sa qualité ne soit altérée. Le sirop d’agave quand à lui a un index glycémique bas, on en abusera pas pour autant, car il reste riche en fructose.

Je crois que vous savez tout, il ne me reste qu’à vous souhaiter un bon moment en cuisine et surtout un bon appétit.

Chloé