La capucine

Il parait qu’en langage des fleurs, la capucine s’offre pour déclarer un amour ardent, nous sommes en février, voilà peut-être une bonne idée pour déclarer votre flamme à l’élu de votre coeur dans les prochains jours… 😉

Pour ma part je vais aborder le sujet de la capucine d’un point de vu culinaire principalement, mais je vais en profiter pour vous partager ses nombreux bienfaits également que l’on retrouve dans ses fleurs et ses feuilles principalement qui sont également comestibles d’ailleurs. Tout est bon dans la capucine en somme :).

Capucine tubéreuse

La capucine tubéreuse Tropaeolum Tuberosum est originaire des Andes, principalement du Pérou, et d’ailleurs je trouve qu’elle ressemble à l’oca du Pérou dont je vous repartage une recette simple et originale issue de mon dernier calendrier de l’avent « Autour du monde » ici .

Je m’éparpille, donc pour revenir à la capucine tubéreuse, ses feuilles se consomment en salades ou comme des épinards cuits, ses fleurs jaunes orangées viendront égayer n’importe quel plat ( pour ma part je n’ai encore jamais expérimenté ces deux parties de la plante en cuisine).En revanche, j’ai découvert il y a peu son bulbe qui est un légume ancien, aussi appellé « Mashua » ou « Maswallo » et qui est délicieux. Sous cette forme, la capucine se consomme crue ou cuite, dans le cas où elle est dégustée crue, son goût est piquant et poivrée alors qu’une fois cuite, plutôt à la vapeur, son goût est beaucoup plus doux et se rapproche du marron avec une note sucrée subtile.

C’est donc un légume qui se mariera très bien avec des légumes verts comme le céleri par exemple et le fenouil. Je trouve ce mélange très équilibré d’un point de vue diététique biensûr mais surtout d’un point de vu gustatif, le tout assaisonné d’un peu de sel, de poivre, de galanga, éventuellement d’un filet d’huile d’olive, et cela suffit à se régaler. Elle remplace très bien la pomme de terre en apportant moins de calories, et a un apport intéressant en vitamine C si consommée crue évidemment.

Elle se cultive plutôt facilement, si cela vous tente, néanmoins je ne m’y suis pas encore aventuré, mais je dois avouer que je suis tentée, surtout que la bonne période arrive 🙂 et que la capucine est remarquable pour chasser naturellement les pucerons, une plante qui s’inscrira complètement en permaculture!

En outre, les incas l’utilisaient comme plante médicinale, aujourd’hui on l’utilise notamment pour ses propriétés antifongiques et antimicrobiennes, aidant ainsi l’organisme à mieux résister aux infections, à prendre sous forme d’infusions.

Enfin, la légende dit tout de même que l’un des effets du légume racine est anaphrodisiaque, (mais sans étude valable sur le sujet), donc peut-etre à ne pas déguster en amoureux pour la saint Valentin ou tout autres célébrations romantiques, ne sait-on jamais ;). En revanche, il parait que la fleur elle serait aphrodisiaque, je ne m’avancerai ni sur l’un ni sur l’autre, mais je vous laisse expérimenter cela par vous-même éventuellement :).

Sur ce je m’en vais danser la capucine en cuisine.

Belle soirée,

Chloé

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s